Ouvrir le menu principal

Yelü Chucai

conseiller khitan, influent des cours impériakles mongoles
Yelü Chucai
耶律楚材.JPG
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Zhongdu (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
KarakorumVoir et modifier les données sur Wikidata
Prénom social
晉卿 (jinqing)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom posthume
文正 (wenzheng)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de pinceau
湛然居士 (zhanran jushi)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Yelv Lv (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Yelü Zhu (d)
Yelv Xuan (d)
Yelv Zhu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales

Yelü Chucai (chinois : 耶律楚材 ; pinyin : yēlǜ chǔcái(ou Yeh-lü Ch'u-ts-ai), (Urtu Saqal en mongol), est un intellectuel khitan, né le à Yanjing, sous la dynastie jürchen Jin, et décédé le . Il était influent auprès des khagans de l'Empire mongol auprès desquels il a eu d'importantes fonctions pendant 30 ans.

Sommaire

BiographieModifier

Sous Gengis KhanModifier

Il était chargé d'apprendre l'administration à Gengis Khan. Il l'accompagne, avec son immense armée, dans sa conquête de la Perse, entre 1219 et 1224, ce qu'il décrit dans son ouvrage Xiyou lu. Il fut également l'astrologue du khan[1].

Il a notamment permis d'épargner les Chinois lorsque les Mongols envahirent la Chine : au lieu de tout détruire, il persuada Gengis Khan qu'il valait mieux lever des impôts sur chaque habitant du pays. Gengis Khan vit la sagesse de ses propos et suivit ses conseils.

Sous Ögödei KhanModifier

Il convainc Ögödei, fils de Gengis Khan et successeur au titre de Khagan de favoriser le bouddhisme dans l'Empire, plutôt que le taoïsme. Le taoïsme avait eu un rôle privilégié sous le règne de Gengis Khan, notamment par la secte Quanzhen Dao de Qiu Chuji, qui avait été favorisée par Gengis Khan à partir de 1222 à la suite de sa rencontre dans l'actuel Afghanistan[2].

En 1230, il fait subdiviser les lu 路 (routes), unités territoriales chinoises, en unités plus petites, qui ont pour tâche essentielle de percevoir le tribut[3].

Le 29 mai 1233, prise de Kaifeng, dernière capitale de la dynastie Jin par le général mongol Subötai. La ville est épargnée grâce à l’intervention de Yelü Chucai[4].

Ouvrages de l'auteurModifier

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Reuven Amitai et Michal Biran, Nomads as Agents of Cultural Change, Honolulu, , p. 158
  2. Mote 1999, p. 500.
  3. Théorie sociologique de l'impôt, par Gabriel Ardant
  4. Bowman 2000.
  5. (zh) « 耶律楚材和他的西域诗 », sur www.cnki.com.cn

BibliographieModifier

Liens externesModifier