Yehoshoua ben Perahya

(Redirigé depuis Yehoshoua ben Perakhya)
AharonimRishonimGueonimSavoraïmAmoraimTannaimZougotGrande Assemblée


Yehoshoua ben Perahya (en hebreu יהושע בן פרחיה) occupa la fonction de Nassi (président) du Sanhédrin dans la seconde moitié du IIe siècle av. EC, à l'époque des Hasmonéens.
Il forme avec son collègue Nittaï d'Arbel le second des cinq binômes (Zougot) de Sages qui ont reçu et transmis la tradition juive[1]. Sa première intervention est relative aux sacrifices du Temple.

Yehoshoua ben Perahya
Biographie
Activités
Autres informations
Religion
Maîtres
Jose ben Jochanan (en), Yossé ben YoezerVoir et modifier les données sur Wikidata

Lors d'une persécution de Jean Hyrcan contre les pharisiens, il est déposé et fuit à Alexandrie. Lorsque les pharisiens eurent repris le dessus sur les Sadducéens à Jérusalem, on le prie par missive d'y reprendre ses fonctions. Il revient donc à Jérusalem 156 ans avant la destruction du Second Temple.

Un passage du Talmud (T.B. Sanhédrin 107b) fait de Jésus un disciple de Yehoshoua ben Perahya. Selon ce texte, Yehoshoua ben Perahya et Jésus auraient fui en Égypte lors de persécutions menés non pas par Jean Hyrcan mais par son fils Alexandre Jannée. C'est lors de leur retour que Yehoshoua ben Perahya aurait repoussé Jésus à cause de son comportement. Ce passage du Talmud a été censuré dans les éditions courantes mais il figure dans les manuscrits anciens tels que le manuscrit de Munich. Un passage de Hagiga attribut à Judah ben Tabaï, le successeur de Yehoshoua ben Perahya, une dispute similaire avec un de ses disciples. Cette dispute intervient alors que les deux hommes reviennent d'Égypte et passent dans une auberge. Dans ce passage, le nom du disciple qui s'éloigne alors de son maître n'est pas mentionné[2].

Notes et référencesModifier

  1. Pirke Avot 1:6 ; T.B. Haguiga 16a.
  2. Le Talmud et les origines du christianisme, Dan Jaffé, Éditions du Cerf, Paris, 2007 (ISBN 978-2-204-08264-8)

  Cet article contient des extraits de l'article « JOSHUA B. PERAḤYAH » de la Jewish Encyclopedia de 1901–1906 dont le contenu se trouve dans le domaine public.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier