Ouvrir le menu principal

Yasuki Chiba

Réalisateur japonais (1910-1985)
Yasuki Chiba
Naissance
Changchun (Chine)
Nationalité Drapeau du Japon Japonais
Décès (à 75 ans)
Profession Réalisateur
Films notables La Fille de l'usine de briques

Yasuki Chiba (千葉泰樹, Chiba Yasuki?), né le et mort le , est un réalisateur japonais.

BiographieModifier

Yasuki Chiba commence sa carrière de réalisateur à la Kawai Eiga Seishaku-sha[1] (une société de production fondée par Tokusaburō Kawai en 1927 et qui a produit près de 500 films muets jusqu'en 1933[2]). Il réalise son premier film So rōnin shōbai ōrai en 1930[1].

En 1940, il tourne La Fille de l'usine de briques[3], un film réaliste et social, au sein d'une société de production indépendante, la Nano Eiga[4]. Le film dépeint la vie dans les bidonvilles de Tokyo, et si le message est modéré, encouragent à travailler sérieusement plutôt que de rester oisif, la pauvreté est montrée de manière flagrante, si bien que la censure en interdit la projection[4], il ne sortira sur les écrans qu'aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale en 1946.

En 1957, Yasuki Chiba réalise Ōban, une adaptation d'un best-seller de Bunroku Shishi[5], une comédie avec Daisuke Katō dans le rôle d'un homme de la campagne qui monte à Tokyo dans les années trente et fait fortune à la Bourse[5]. Le film est un succès et trois autres suites voient le jour[5] : Zoku Ōban : Fūun hen (1957), Zokuzoku Ōban : Dōto uhen (1957) et Ōban : Kanketsu hen (1958).

Yasuki Chiba a réalisé plus de 130 de films entre 1930 et 1969[1].

Filmographie sélectiveModifier

  • 1930 : So rōnin shōbai ōrai (素浪人商売往来?)
  • 1934 : Ureshii musume (嬉しい娘?)
  • 1938 : Le Théâtre de la vie : Zankyo (人生劇場 残侠篇, Jinsei gekijō : Zankyō hen?)
  • 1939 : Kūsō buraku (空想部落?)
  • 1942 : Umineko no minato (海猫の港?)
  • 1946 : La Fille de l'usine de briques (煉瓦女工, Renga jokō?)[3]
  • 1946 : Baiser d'un soir (或る夜の接吻, Aru yoru no seppun?)
  • 1947 : L'Invitation au bonheur (幸福への招待, Kōfuku e no shōtai?)
  • 1948 : Une image vivante (生きている画像, Ikiteiru gazō?)[6]
  • 1949 : Onna no tatakai (女の闘い?)
  • 1950 : Tsuma to jokisha (妻と女記者?)
  • 1951 : Wakai musumetachi (若い娘たち?)
  • 1951 : Wakōdo no uta (若人の歌?)
  • 1952 : Kin no tamago (金の卵?)
  • 1952 : Tōkyō no koibito (東京の恋人?)
  • 1952 : Oka wa hanazakari (丘は花ざかり?)
  • 1953 : Himawari musume (ひまわり娘?)
  • 1953 : Aijō ni tsuite (愛情について?)
  • 1953 : Kofuku-san (幸福さん?)
  • 1954 : Koyoi hito yoru o (今宵ひと夜を?)
  • 1954 : Aku no tanoshisa (悪の愉しさ?)
  • 1954 : Kakute yume ari (かくて夢あり?)
  • 1955 : Jokyū (まごころの花ひらく 女給?)
  • 1955 : Atsukama shi to Oyakama shi (アツカマ氏とオヤカマ氏?)
  • 1956 : Hesokuri shachō (へそくり社長?)
  • 1956 : Zoku hesokuri shachō (続へそくり社長?)
  • 1956 : Feu follet (鬼火, Onibi?)
  • 1957 : Le Faubourg (下町, Shitamachi?)
  • 1957 : Ōban (大番?)
  • 1957 : Zoku Ōban : Fūun hen (続大番 風雲編?)
  • 1957 : Zokuzoku Ōban : Dōto uhen (続々大番 怒濤篇?)
  • 1958 : Yajikata dōchū sugoroku (弥次喜多道中記?)
  • 1958 : Ōban : Kanketsu hen (大番 完結篇?)
  • 1958 : Yajikita dōchū sugoroku (弥次喜多道中記夫婦篇 弥次喜多道中双六?)
  • 1960 : Gametsui yatsu (がめつい奴?)
  • 1961 : Ginza no koibitotachi (銀座の恋人たち?)
  • 1961 : Les Deux Fils (二人の息子, Futari no musuko?)
  • 1962 : Kawano hotoride (河のほとりで?)
  • 1963 : Honolulu - Tokyo - Hong Kong (ホノルル・東京・香港, Xiang Gang Dong Jing Xia Wei Yi?)
  • 1963 : Miren (みれん?)
  • 1964 : Danchi : Nanatsu no taizai (団地七つの大罪?) co-réalisé avec Masanori Kakei (ja)
  • 1966 : Bankokku no yoru (バンコックの夜?)
  • 1966 : Jinchō-ge (沈丁花?)
  • 1968 : Haruranman (春らんまん?)
  • 1968 : Wakamono yo chōsen seyo (若者よ挑戦せよ?)

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (ja) « Filmographie », sur JMDB (consulté le 4 octobre 2018)
  2. (en) Jasper Sharp, Historical Dictionary of Japanese Cinema, Scarecrow Press, , 564 p. (ISBN 9780810875418, lire en ligne), p. 277
  3. a et b La Fille de l'usine de briques (1946) : titre français du film lors de la rétrospective « 100 ans de cinéma japonais (1ère partie) » du 26 septembre au 22 octobre 2018 à la Cinémathèque française
  4. a et b Tadao Satō, Le Cinéma japonais (tome I), Éditions du Centre Pompidou, , 264 p. (ISBN 2-85850-919-0), p. 211-212
  5. a b et c Tadao Satō, Le Cinéma japonais (tome II), Éditions du Centre Pompidou, , 324 p. (ISBN 2-85850-930-1), p. 113
  6. Une image vivante (1948) - MCJP

Liens externesModifier