Y Canum Venaticorum

étoile variable de la constellation des Chiens de Chasse
Y Canum Venaticorum
(La Superba)
Description de l'image Superba.jpg.
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 12h 45m 07,8257s[1]
Déclinaison +45° 26′ 24,899″[1]
Constellation Chiens de chasse
Magnitude apparente de 4,86 à 7,32[2]

Localisation dans la constellation : Chiens de chasse

(Voir situation dans la constellation : Chiens de chasse)
Canes Venatici IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral C7I
(supergéante rouge
variable)
Variabilité SRb[2]
Astrométrie
Vitesse radiale +15,30 ± 0,4 km/s[3]
Mouvement propre μα = −2,675 mas/a[1]
μδ = +14,783 mas/a[1]
Parallaxe 4,311 5 ± 0,242 5 mas[1]
Distance 231,937 8 ± 13,045 3 pc (∼756 a.l.)[1]
Caractéristiques physiques

Autres désignations

La Superba, Y CVn, HR 4846, HD 110914, BD+46°1817, SAO 44317, FK5 1327, HIP 62223[4]

Y Canum Venaticorum (Y CVn), également connue sous son nom traditionnel de La Superba, est une étoile variable semi-régulière carbonée qui culmine à une magnitude apparente de +4,86 et qui peut diminuer jusqu'à la magnitude +7,32[2] avec un cycle de 160 jours. C'est l'une des étoiles les plus rouges du ciel nocturne, puisqu'elle est l'une des plus brillantes supergéantes rouges.[évasif]

HistoireModifier

L'astronome italien Angelo Secchi, impressionné par sa beauté, lui donna au cours du XIXe le nom traditionnel qu'elle porte aujourd'hui. Elle appartient à la constellation des Chiens de chasse.

Pour comprendre sa couleur, il faut se rappeler que les étoiles massives sont souvent sur le point de mourir et les matériaux fusibles se retrouvent à la surface, puis sont éjectés par le vent solaire. La couleur rouge est liée ici au carbone (sous la forme de CO, de cyanogène...) dans les couches externes de l'étoile. Ces molécules absorbent certaines longueurs d'onde, ce qui prive la lumière de ses composantes bleue et violette — d'où sa couleur rouge intense.

On suppose que sa température atteint 2800 K, ce qui en fait l'une des « véritables » étoiles froides connues. Elle n'est pourtant pas visible à l'œil nu, puisque la plupart de son spectre se trouve en dehors de la lumière visible. Son rayon est d'à peu près 2 UA. La Superba pourrait éjecter sa couche externe par une supernova, après quoi elle s'effondrera pour devenir une naine blanche.

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f (en) A. G. A. Brown et al. (Gaia collaboration), « Gaia Data Release 2 : Summary of the contents and survey properties », Astronomy & Astrophysics, vol. 616,‎ , article no A1 (DOI 10.1051/0004-6361/201833051, Bibcode 2018A&A...616A...1G, arXiv 1804.09365). Notice Gaia DR2 pour cette source sur VizieR.
  2. a b et c (en) N. N Samus', E. V. Kazarovets et al., « General Catalogue of Variable Stars: Version GCVS 5.1 », Astronomy Reports, vol. 61, no 1,‎ , p. 80-88 (DOI 10.1134/S1063772917010085, Bibcode 2017ARep...61...80S, lire en ligne)
  3. (en) G. A. Gontcharov, « Pulkovo Compilation of Radial Velocities for 35 495 Hipparcos stars in a common system », Astronomy Letters, vol. 32, no 11,‎ , p. 759 (DOI 10.1134/S1063773706110065, Bibcode 2006AstL...32..759G, arXiv 1606.08053)
  4. (en) V* Y CVn -- Carbon Star sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier