Xian de Baqên

ville chinoise

Bāqīng Xiàn
巴青县
སྦྲ་ཆེན་རྫོང
Xian de Baqên
Localisation du xian de Baqên (en rose) dans la préfecture de Nagchu (en jaune)
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province ou région autonome Région autonome du Tibet
Préfecture Nagchu
Statut administratif Xian
Code postal 852100[1]
Indicatif +86 (0)
Démographie
35 585 hab. (1999)
Densité 3,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 35′ 41″ nord, 93° 55′ 49″ est
Superficie 981 067 ha = 9 810,67 km2
Localisation
Localisation de Bāqīng Xiàn
Géolocalisation sur la carte : Chine
Voir sur la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Bāqīng Xiàn
Géolocalisation sur la carte : Chine
Voir sur la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Bāqīng Xiàn
Liens
Site web www.xzbq.gov.cn

Le xian de Baqên (tibétain : སྦྲ་ཆེན་རྫོང, Wylie : sbra chen rdzong, THL : dra chen dzong ; translittération en chinois : 巴青县, Le terme sbra chen est une abréviation de dra gur chenpo tibétain : སྦྲ་གུར་ཆེན་པོ, Wylie : sBra gur chen po, THL : dra gur chenpo, qui signifie La grande tente en poils de yak[2]) est un district administratif de la région autonome du Tibet en Chine. Il est placé sous la juridiction de la préfecture de Nagchu.

HistoireModifier

L'origine de l'appellation (dra gur chenpo, tibétain : སྦྲ་གུར་ཆེན་པོ, Wylie : sBra gur chen po, THL : dra gur chenpo, qui signifie La grande tente en poils de yak) vient du fait que la région comportait un grand nombre de ces tentes, également appelées tri lang tang shyuk (tibétain : ཁྲི་ལངས་སྟོང་བཞུགས, Wylie : khri langs stong bzhugs, THL : tri lang tong shyuk), signifiant que ce type de tente pouvait contenir 10 000 personnes (chiffre signifiant généralement multitude en Asie) et 10 000 assis[2].

Hor sBra chen faisait, à l'origine une partie de Sum pa au sein de l'Empire tibétain[2].

Pendant l'Empire mongol elle était dirigée par les rois Hor locaux (voir aussi : Tusi (chef tribal)) prêtèrent allégeance aux empereurs mongols de Chine. Pendant la Dynastie Yuan de Chine, elle fut incorporée à la province du Sichuan[2].

Pendant la gouvernance mandchoue (Dynastie Qing), elle était l'une des 33 tribus (Tsho ba so dgu)[2].

À l'époque de l'empereur Guangxu (1875 – 1908), elle est reprise par le gouvernement tibétain, qui y établit le Hor sBra chen rdzong en 1941[2]

Après la libération pacifique du Tibet[réf. nécessaire] par la Chine en 1951, elle passe sous la juridiction du comité de libération de Chamdo et en 1959, la commune populaire de sBra chen rdzong est décrétée. Elle est transférée en 1960, sous la juridiction du comité régional de Nagchu[2].

DémographieModifier

La population du district était de 35 585 habitants en 1999[3].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Codes postaux et téléphoniques de la région autonome du Tibet, (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel.
  2. a b c d e f et g (en) by Dondrup Lhagyal, Phuntso Tsering Sharyul, Tsering Thar, Charles Ramble, Marietta Kind, Samten G. Karmay and Yasuhiko Nagano, « The Nagchu region - sBra chen rdzong », sur The Tibetan & Himalayan Library
  3. (en) National Population Statistics Materials by County and City - 1999 Period, in « China County & City Population 1999 » (version du 30 janvier 2011 sur l'Internet Archive), sur Harvard China Historical GIS

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Xú Píng 徐平: Nàqǔ 那曲, Beijing, Wǔzhōu chuánbō chūbǎnshè 五洲传播出版社 2000, (ISBN 7-80113-400-1).
  • Andreas Gruschke: The Cultural Monuments of Tibet’s Outer Provinces: Kham - Volume 1. The Xizang Part of Kham (TAR), White Lotus Press, Bangkok 2004. (ISBN 974-480-049-6)
  • Tsering Shakya: The Dragon in the Land of Snows. A History of Modern Tibet Since 1947, London 1999, (ISBN 0-14-019615-3)