Wybrand de Geest

peintre néerlandais
Wybrand de Geest
Image dans Infobox.
Autoportrait de W. de Geest
Naissance
Décès
Nationalité
néerlandaise
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Activité
Maître
Abraham Bloemaert,
Simon Juckesz. De Geest
Élève
Jan Jansz. de Stomme,
Jacob Potma
Lieu de travail
Mouvement
A influencé
Conjoint
Hendrickje van Uylenburgh (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Eva de Geest (d)
Julius de Geest (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Wybrand de Geest II (d) (petit-fils)Voir et modifier les données sur Wikidata

Wybrand Simonsz. de Geest (Leeuwarden, – id., vers 1661) est un peintre néerlandais (Provinces-unies) du siècle d'or, spécialisé dans le portrait.

Portrait d'une enfant, huile sur bois, 56 cm × 34 cm.

BiographieModifier

Wybrand de Geest fit tout d’abord son apprentissage auprès de son père Simon Juckesz. de Geest, qui était peintre verrier ; sa mère, Wyts Wybrantsdr. avait été religieuse[1]. Par la suite, il fut l’élève d’Abraham Bloemaert à Utrecht. De 1614 à 1618, il séjourna en France et en Italie. En 1616, à Aix-en-Provence, il rencontra le peintre de Delft Leonard Bramer, qui lui dédiera un poème[2]. Durant son séjour à Rome, il fut membre des Bentvueghels, qui lui donnèrent le surnom de De Friesche Adelaar (« l’Aigle frison »).

De retour à Leeuwarden, il reçut notamment des commandes de la cour des stathouders de Frise ; ainsi réalisa-t-il des portraits d'Ernest-Casimir de Nassau-Dietz, Guillaume-Frédéric de Nassau-Dietz et Henri-Casimir I de Nassau-Dietz.

De Geest se maria en 1622 avec Hendrickje van Uylenburgh, une cousine éloignée de Saskia van Uylenburgh, la femme de Rembrandt. En 1634, juste avant son mariage, De Geest reçut la visite de ce dernier[3]. En 1636, De Geest accueillit un autre visiteur de marque, Charles Ogier, qui était le secrétaire du cardinal de Richelieu : il se trouvait que De Geest parlait français et possédait une collection de deniers et de curiosités[4]. Dans le Leeuwarden du XVIIe siècle, où le protestantisme était omniprésent, De Geest adopta une position exceptionnelle en restant fidèle au catholicisme romain.

De Geest exerça une influence sur le style de Jacob Adriaensz. Backer, grand concurrent de Rembrandt[5]. Il eut pour élèves Jan Jansz. de Stomme (Franeker, 1615 - Groningue, 1657), un peintre muet[6], et Jacob Potma (Workum 1610 - 1694), sur lequel on connaît peu de choses. Ses deux fils, Julius et Frank, furent également peintres. Quant à son petit-fils, qui se prénommait lui aussi Wybrand (ca. 1667-1716), il fut actif dans de nombreux domaines : notamment acteur de théâtre, auteur de farces[7]. Il publia un ouvrage portant le titre Het Kabinet der Statuen, accompagné d'un « guide exact » sur les statues dans la Ville Éternelle[8].

 
Portrait de Frédéric V du Palatinat, huile sur bois, vers 1625.
 
Portrait des quatre frères de Guillaume Ier d'Orange-Nassau, toile, 189 × 147 cm, vers 1630 (Rijksmuseum, Amsterdam)
 
Portrait de Guillaume-Frédéric de Nassau-Dietz, 1632 (Rijksmuseum, Amsterdam).
 
Portrait présumé de Sophia Anna van Pipenpoy (c. 1618-1670), (Rijksmuseum Amsterdam).
 
Portrait de Henri Casimir Ier de Nassau-Dietz, vers 1632 (Rijksmuseum, Amsterdam).
 
Portrait de Henri Casimir Ier de Nassau-Dietz, vers 1632 (Rijksmuseum, Amsterdam).
 
Portrait d'Ernest-Casimir de Nassau-Dietz, 1633 (Rijksmuseum, Amsterdam).
 
Portrait d'Ernest Casimir de Nassau-Dietz, 1635 (Rijksmuseum, Amsterdam).
 
Portrait d'enfant âgé de douze ans, 1645 (Musée du Louvre).

Notes et référencesModifier

  1. Oude pensioenen toegankelijk gemaakt.
  2. Texte libre de droits sur la Digitale Bibliotheek voor de Nederlandse Letteren
  3. Rembrandt et la Frise
  4. H. Nijboer, p. 121.
  5. Un nu de Backer
  6. Un portrait par Jan Jansz. de Stomme.
  7. Texte sur une exposition concernant la famille de Wybrand De Geest, en 2010
  8. W. De Geest, Het kabinet der statuen, ons van d'aaloudheid nagelaten, welkers makers, navolgers, geboorten, de plaatsen waar zy staan, vertoond worden, en met alle hare afbeeldingen door Jan Lamsvelt verciert, waarby gevoegt is een naauwkeurige Leidtsman in Romen, 1702.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (nl) L. De Vries, Wybrand de Geest. « De Friesche Adelaar », De Tille, Leeuwarden, 1982.
  • (nl) H. Nijboer, De Fatsoenering van het bestaan. Consumptie in Leeuwarden tijdens de Gouden Eeuw.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :