Ouvrir le menu principal
World Rugby Sevens Series
2016-2017
Description de l'image Logo World Rugby Sevens Series.png.
Généralités
Sport rugby à sept
Organisateur(s) World Rugby
Édition 18e
Lieu(x) Drapeau : Émirats arabes unis Dubaï
Drapeau : Afrique du Sud Le Cap
Drapeau : Nouvelle-Zélande Wellington
Drapeau : Australie Sydney
Drapeau : États-Unis Las Vegas
Drapeau : Canada Vancouver
Drapeau de Hong Kong Hong Kong
Drapeau de Singapour Singapour
Drapeau : France Paris
Drapeau : Angleterre Londres
Date du au
Nations 15 + 1 invitée
Épreuves 10
Site web officiel www.worldrugby.org/sevens-series

Palmarès
Vainqueur Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud
Deuxième Drapeau : Angleterre Angleterre
Troisième Drapeau : Fidji Fidji
Relégué(s) Drapeau : Japon Japon
Meilleur(s) marqueur(s) Drapeau : États-Unis Perry Baker (57 essais)
Meilleur réalisateur Drapeau : États-Unis Perry Baker (285 points)

Navigation

Le World Rugby Sevens Series 2016-2017 est la 18e édition de la compétition la plus importante du monde de rugby à sept commencé en 1999-200.

Elle se déroule du au et elle est composée de dix tournois discutée au travers du monde. Quinze équipes sont assurées de participer à l'intégralité des étapes et une équipe différente, issue des qualifications régionales, est invitée à chaque tournoi, portant le nombre d'équipe à seize par étape. Un classement général est établie en fonction des points obtenu au corps des différentes étapes.

Le classement général de la compétition est pris en compte dans le cadre des qualifications pour la coupe du monde 2018.

Le tenant du titre est l'équipe des Fidji qui sont également les premiers champion olympique de la discipline depuis l'inter-saison 2016. Le Japon est l'équipe promue cette saison.

L'Afrique du Sud domine finalement la compétition en remportant cinq étapes du circuit, disputant huit finales et étant sacré lors de l'avant-dernière étape à Paris.

Sommaire

PrésentationModifier

ÉquipesModifier

Les 15 équipes suivantes disputent les 10 étapes du circuit mondial. Le Japon, qui a remporté le tournoi de qualification de Hong Kong 2016, a pris la place du Portugal, relégué la saison précédente[1].

ÉtapesModifier

Cette année, 10 étapes sont au programme, réparties suivant le même programme que la saison précédente[2].

Détail des étapes des World Rugby Sevens Series en 2016-2017.
Tournoi Stade Ville Date Vainqueur
Dubai The Sevens Dubai 2–3 décembre 2016   Afrique du Sud
Afrique du Sud Cape Town Stadium Le Cap 10–11 décembre 2016   Angleterre
Nouvelle-Zélande Westpac Stadium Wellington 28–29 janvier 2017   Afrique du Sud
Australie Allianz Stadium Sydney 4–5 février 2017   Afrique du Sud
États-Unis Sam Boyd Stadium Las Vegas 3–5 mars 2017   Afrique du Sud
Canada BC Place Vancouver 11–12 mars 2017   Angleterre
Hong Kong Hong Kong Stadium Hong Kong 7–9 avril 2017   Fidji
Singapour Stade national Singapour 15–16 avril 2017   Canada
France Stade Jean-Bouin Paris 12–14 mai 2017   Afrique du Sud
Londres Twickenham Stadium Londres 20–21 mai 2017   Écosse

Carte, ville et stadesModifier

Vancouver, Canada Londres, Angleterre Paris, France Hong Kong, Chine
BC Place
Capacité prévue : 54 500
Twickenham Stadium
Capacité prévue : 82 000
Stade Jean-Bouin
Capacité prévue : 20 000
Hong Kong Stadium
Capacité prévue : 40 000
       
Las Vegas, États-Unis Singapour
Sam Boyd Stadium
Capacité prévue : 40 000
Stade national
Capacité prévue : 55 000
   
Le Cap, Afrique du Sud Dubaï, Émirats arabes unis Sydney, Australie Wellington, Nouvelle-Zélande
Cape Town Stadium
Capacité prévue : 64 100
The Sevens
Capacité prévue : 50 000
Sydney Football Stadium
Capacité prévue : 45 500
Westpac Stadium
Capacité prévue : 36 000
       

Qualification coupe du monde 2018Modifier

La compétition sert également de qualification pour la coupe du monde 2018 qui se déroulera à San Francisco aux États-Unis au cours du mois de juin 2018. Les quarts de finalistes, donc 8 équipes) de la précédente édition sont qualifiés d'office. Ces 8 équipes évoluent toutes en World Series : Afrique du Sud, Angleterre, Australie, Nouvelle-Zélande, Fidji, France, Kenya et Pays de Galles. Les États-Unis sont qualifiés d'office en tant que pays hôte de la compétition. Ainsi, les quatre premières places des World Series sont qualificatives pour la coupe du monde, hors équipe déjà qualifiés. Les autres nations devront passer par des qualifications régionales[3].

Contexte de pré-saisonModifier

Le circuit mondial sort de ses premiers Jeux olympiques disputés en août 2016 à Rio de Janeiro et remportés par les fidjiens. La saison dernière avait vu de nombreuses stars du rugby à XV venir, ou revenir, dans le circuit mondial avec l'espoir de participer à ses Jeux olympiques. Cette année, moins de stars sont attendues sur le circuit et certaines équipes en profitent pour rajeunir leurs effectifs en vue des prochains Jeux olympiques de 2020. C'est le cas du Japon, promu cette année mais quatrième à Rio, qui fait débuter neuf joueurs sur douze lors du premier tournoi de la saison à Dubaï, ou encore de l'Australie ou de l'Argentine[4]. Ce n'est cependant pas le cas de toutes les nations, certaines continuent de s'appuyer sur la même ossature que la saison précédente (France, Angleterre, Afrique du Sud par exemple)[4]. Des nouveaux cycles sont lancés avec le départ d’entraîneurs emblématiques : pour la Nouvelle-Zélande après sa désillusion aux Jeux olympiques (cinquième) qui perd Gordon Tietjens[5] mais également pour les Fidji à la suite du départ de Ben Ryan[6].

FormatModifier

CompétitionModifier

Classement généralModifier

Les World Series est le circuit mondial de rugby à sept composé de dix étapes se déroulant de décembre 2016 à mai 2017. Des points sont attribués en fonction du classement de l'étape et l'équipe qui compte le plus de points à la fin des dix étapes remporte le titre. L'équipe permanente qui compte à la fin le moins de points perd son statut d'équipe permanente pour la saison prochaine aux dépens du vainqueur du tournoi de qualification se déroulant à Hong Kong[7].

Les étapes fonctionnent par paires géographiques et temporelles : entre deux étapes, il peut y avoir une semaine de repos ou plusieurs (quatre ou cinq), mais les étapes qui ne sont séparées que d'une semaine de repos sont regroupées géographiquement. On distingue cinq tournées :

  • Début décembre : Dubaï et Le Cap
  • Fin janvier et début février : Wellington et Sydney
  • Début mars : Las Vegas et Vancouver
  • Début avril : Hong Kong et Singapour
  • Fin mai : Paris et Londres

Déroulement des étapesModifier

Chaque étape est un tournoi se déroulant sur deux ou trois jours, entre le vendredi et le dimanche. À chaque étape est convié une équipe qui ne possède pas le statut d'équipe permanente, portant le nombre total d'équipes à seize.

En fonction du résultat du tournoi précédent, ou du classement de la saison passée pour le premier tournoi de la saison à Dubaï, les équipes sont réparties en chapeaux avant tirage au sort pour former quatre poules de quatre équipes. Chaque équipe joue les trois autres membres de sa poule et un classement est établi, tout d'abord sur le nombre de points (victoire 3 points, nul 2 points, défaite 1 point) puis sur le goal-average général. Les deux premiers de chaque poule passent en quart de finale de la Cup ou tournoi principal et les deux derniers passent en quart de finale du Challenge Trophy. Les équipes vaincues en quart de finale sont alors reversé en demi-finale de classement, respectivement pour la cinquième et treizième place. Les équipes battues en demi-finales ne disputent pas de petite finale de classement et remportent le même nombre de point, sauf pour les équipes battues en demi finales de Cup qui disputeront un dernier match de classement pour la troisième place.

Chaque rencontre se dispute en deux fois sept minutes.| style="text-align: left; vertical-align: top; " |

Mode d'attribution des points
Cup Points Challenge

Trophy

Points
  (Cup) 22 9e 8
  19 10e 7
  17 11e 5
4e 15 12e
5e 13 13e 3
6e 12 14e 2
7e 10 15e 1
8e 16e

ChangementsModifier

En septembre 2016, World Rugby annonce des modifications sur les titres honorifiques de chaque tournoi : La Cup verra les trois premières équipes récompensées par des médailles d'or, d'argent et de bronze ; Le Bowl devient le Challenge Trophy ; Les Plate et Shield sont rétrogradés au simple rang de matches de classement[8]. Seuls les titres évoluent, le reste du tournoi ne varie pas et garde le même format que l'année précédente (même principe de qualification en poule, même fonctionnement pour les différentes parties des tableaux finaux).

La finale de la Cup se joue désormais en deux mi-temps de sept minutes, comme les autres matches, au lieu de deux fois dix minutes lors des précédentes éditions des World Series[9].

ClassementModifier

Classement généralModifier

Classement général[10]
Pos. Équipes  
Dubaï
 
Le Cap
 
Wellington
 
Sydney
 
Las Vegas
 
Vancouver
 
Hong Kong
 
Singapour
 
Paris
 
Londres
Points
total
    Afrique du Sud 22 19 22 22 22 19 19 12 22 13 192
    Angleterre 17 22 10 19 13 22 10 17 15 19 164
    Fidji (T) 19 13 19 13 19 17 22 10 10 8 150
4   Nouvelle-Zélande 10 17 12 17 15 13 13 13 17 10 137
5   États-Unis 8 10 5 12 17 15 15 19 13 15 129
6   Australie 13 5 7 15 12 10 17 15 7 12 113
7   Écosse 12 15 17 1 5 3 8 7 19 22 109
8   Canada 3 3 15 3 10 10 10 22 5 17 98
9   Argentine 5 7 13 10 10 12 12 3 8 10 90
10   Galles 15 10 5 10 3 8 2 8 5 7 73
11   France 10 8 10 7 5 1 5 5 10 5 66
12   Kenya 5 12 8 2 8 5 7 10 1 5 63
13   Samoa 7 1 3 5 7 7 1 5 12 3 51
14   Russie 1 5 2 8 1 1 5 2 2 2 29
15   Japon (P) 1 1 1 5 2 2 3 1 3 1 20
16   Chili - - - - 1 5 - - - - 6
17   Ouganda 2 2 - - - - - - - - 4
18   Papouasie-Nouvelle-Guinée - - 1 1 - - - - - - 2
19   Espagne (Q) - - - - - - - - 1 1 2
20   Hong Kong - - - - - - - 1 - - 1
21   Corée du Sud - - - - - - 1 - - - 1

Si deux ou plusieurs équipes sont à égalité à la fin de la saison on les départage selon les règles suivantes :

  1. La différence de points marqués et reçus durant la saison
  2. Le nombre d'essai durant la saison.
Légende
World Series
Qualifié pour l'édition 2017-2018
Relégué
Equipe non permanente
Abbreviations :
Qualification Coupe du monde 2018
Déjà qualifié (quart de finalistes 2013 et pays hôte)
Qualifié (4 premières places des World Series hors équipes déjà qualifiés)

Évolution du classementModifier

Équipe 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
  Afrique du Sud                    
  Angleterre                    
  Argentine 11 11 10 9 8 7 7 8 9 9
  Australie 5 7 8 6 5 6 6 6 6 6
  Canada 13 13 12 12 12 10 9 7 8 8
  Chili - - - - 18 16 16 16 16 16
  Corée du Sud - - - - - - 19 20 21 21
  Écosse 6 4 4 5 7 8 8 9 7 7
  Espagne - - - - - - - - 19 19
  États-Unis 9 8 11 8 6 5 5 5 5 5
  Fidji                    
  France 7 9 7 10 10 11 12 12 11 11
  Galles 4 6 6 7 9 9 10 10 10 10
  Hong Kong - - - - - - - 19 20 20
  Japon 15 16 16 15 15 15 15 15 15 15
  Kenya 12 10 9 11 11 12 11 11 12 12
  Nouvelle-Zélande 8 5 5 4 4 4 4 4 4 4
  Ouganda 14 15 15 16 16 17 17 17 17 17
  Papouasie-Nouvelle-Guinée - - 17 17 17 18 18 18 18 18
  Russie 16 14 14 14 14 14 14 14 14 14
  Samoa 10 12 13 13 13 13 13 13 13 13
      Leaders Équipe invitée Relégable

Résultats des étapesModifier

DubaïModifier

Les séries mondiales débutent le vendredi 2 décembre 2016 à Dubaï, aux Émirats arabes unis. Les Sud-Africains remportent le tournoi après avoir battu en Cup la Nouvelle-Zélande (40-0), puis le pays de Galles (36-5) et enfin les Fidji (26-14). L'Ouganda est l'équipe qui s'est qualifiée pour la compétition, à la suite de ses résultats dans le championnat d'Afrique. Après avoir fini dernier de sa poule comprenant l'Afrique du Sud, l'Écosse et les États-Unis, l'Ouganda est reversé en Challenge Trophy face aux Samonans[E 1]. Après un nouvel échec, les Ougandais rencontrent les Japonais en demi-finale et remportent alors leur première victoire dans le circuit mondial sur le score de 26 à 19[11].

Individuellement, le Sud-Africain Seabelo Senatla finit en tête du classement des meilleurs marqueurs d'essais (avec 11 réalisations) et en tête du classement des réalisateurs (avec 55 points, dont aucune transformation ou pénalité)[S 1]. Il inscrit notamment un triplé en demi-finale face aux Gallois. L'anglais Dan Norton remporte lui le titre d'Impact Player[I 1] et le meilleur joueur de la finale est le Sud-africain Chris Dry[J 1].

Classement Vainqueur Score Finaliste Demi-finaliste
Cup   Afrique du Sud 26-14   Fidji   Angleterre (3e)
  Galles
5e-6e place   Australie 19-12   Écosse   France
  Nouvelle-Zélande
Challenge Trophy   États-Unis 28-14   Samoa   Argentine
  Kenya
13e place   Canada 20-17   Ouganda   Japon
  Russie

Finale


  Fidji 14-26
(7-14)
Afrique du Sud   The Sevens, Dubaï
Arbitre :   Craig Evans
Essai(s) : Kolinisau (7e), Tuwai (11e)
Transformation(s) : Kolinisau (7e, 11e)
Essai(s) : Afrika (1re), Du Preez (4e), Dry (13e), Senatla (17e)
Transformation(s) : Du Preez (2e, 4e, 13e)

Affluence

Le tournoi se déroule en même temps que la première étape du circuit féminin. Le tournoi de Dubaï parvient à réaliser la plus grosse affluence de son histoire avec environ 100 000 personnes qui assistent aux deux jours de compétitions[12].

Le CapModifier

Une semaine après le tournoi de Dubaï, le circuit mondial passe dans la ville du Cap en Afrique du Sud. Les Anglais remportent leur premier tournoi depuis avril 2015 et une victoire à Tokyo, en battant en finale les hôtes du tournoi, l'Afrique du Sud (19-17). En sortant deuxième de sa poule à la suite d'une défaite contre la Nouvelle-Zélande, l'Angleterre rencontre les Fidjiens en quart de finale (31-26 après égalisation dans le temps additionnel puis prolongation) et les Écossais en demi-finale (33-14). L'Ouganda participe à son second tournoi de la saison et connaît sensiblement le même parcours qu'à Dubaï en remportant un match face aux Japonais, au même stade de la compétition (21-17)[E 2].

Individuellement, le Français Terry Bouhraoua vainqueur du Challenge Trophy, finit en tête du classement des marqueurs d'essais avec 10 réalisations, et également du classement des réalisateurs avec 76 points[S 2]. L'Anglais Dan Norton conserve le titre d'Impact Player[I 2] et son compatriote Ruaridh McConnochie remporte le titre de meilleur joueur de la finale[J 2].

Classement Vainqueur Score Finaliste Demi-finaliste
Cup   Angleterre 19-17   Afrique du Sud   Nouvelle-Zélande (3e)
  Écosse
5e-6e place   Fidji 33-21   Kenya   Galles
  États-Unis
Challenge Trophy   France 19-7   Argentine   Australie
  Russie
13e place   Canada 19-10   Ouganda   Japon
  Samoa

Finale


  Afrique du Sud 17-19
(5-12)
Angleterre   Cape Town Stadium, Le Cap
Arbitre :   Craig Evans
Essai(s) : Dry (4e), Speckman, (11e), Kok (19e)
Transformation(s) : Afrika (12e)
Essai(s) : De Carpentier (6e), Norton (7e), McConnochie (15e)
Transformation(s) : Mitchell (6e, 16e)
Carton(s) jaune(s) : Norton (19e)

Affluence

L'étape Sud-africaine des World Series accueil un total de 109 000 personnes au Cape Town Stadium (capacité de 55 000 places), réalisant un record d'affluence pour ce tournoi[13].

WellingtonModifier

Le tournoi de Wellington se déroule du 28 au 29 janvier 2017 au Westpac Stadium. L'Afrique du Sud remporte son second tournoi de la saison en battant deux fois les fidjiens (en poule 31-12, en finale 26-5). La Canada, après avoir terminé en tête de sa poule, parvient à se hisser en finale pour la troisième place, passant de la douzième à la quatrième place. L'équipe hôte, la Nouvelle-Zélande termine sixième après deux défaites lors de la deuxième journée face aux fidjiens et face aux argentins. L'équipe invitée est la Papouasie-Nouvelle-Guinée qui terminera à la quatorzième place du classement sans avoir remporté le moindre match[E 3].

Individuellement, le Sud-africian Seabelo Senatla termine meilleur marqueur d'essais avec 8 unités et meilleur réalisateur, à égalité avec l'écossais Gavin Lowe (4 essais et 10 transformations), avec 40 points[S 3]. Senatla termine également Impact Player[I 3] du tournoi et meilleur joueur de la finale[J 3].

Classement Vainqueur Score Finaliste Demi-finaliste
Cup   Afrique du Sud 26-5   Fidji   Écosse (3e)
  Canada
5e-6e place   Argentine 17-12   Nouvelle-Zélande   Angleterre
  France
Challenge Trophy   Kenya 19-17   Australie   États-Unis
  Galles
13e place   Samoa 19-12   Russie   Japon
  Papouasie-Nouvelle-Guinée

Finale


  Fidji 5-26
(5-7)
Afrique du Sud   Westpac Stadium, Wellington
Arbitre :   James Doleman
Essai(s) : Lutumailagi (3e)
Carton(s) jaune(s) : Bituniyata (6e)
Essai(s) : Senatla (8e), Speckman (13e), Nel (15e et 18e)
Transformation(s) : Du Preez (8e) Geduld (13e, 19e)

Affluence

Depuis la première saison des World Series en 1999-2000, le tournoi de Nouvelle-Zélande se déroule au Westpac Stadium dans la capitale néo-zélandaise. 20 000 personnes assistent sur deux jours au tournoi dans un stade d'une capacité de 36 000, constituant la pire affluence depuis la création des World Series[14]. La viabilité du tournoi à Wellington est alors remise en cause par les organisateurs[15].

SydneyModifier

Une semaine après le tournoi de Wellington, le circuit mondial passe par la ville de Sydney en Australie. L'Afrique du Sud remporte son troisième tournoi de la saison, malgré une défaite en phase de poule face à l'Angleterre (15-21), ces mêmes anglais battus le lendemain en finale (29-14). Après avoir fini second de leur poule derrière les néo-zélandais mais devant les écossais, les australiens finissent le tournoi à la quatrième place, après une nouvelle défaite contre la Nouvelle-Zélande (14-29). Pour son second tournoi de la saison, la Papouasie-Nouvelle-Guinée échoue au même stade qu'à Wellington, sans avoir remporté de match[E 4].

Individuellement, le Sud-africain Seabelo Senatla remporte pour la troisième fois en quatre étapes le titre de meilleur marqueur d'essai avec 9 réalisations. Il termine également meilleur marqueur avec 45 points inscrits[S 4]. Il remporte pour la seconde fois consécutive le titre de meilleur joueur de la finale[J 4]. Le russe German Davydov, vainqueur du Challenge Trophy, remporte lui le titre d'Impact Player du week-end[I 4].

Classement Vainqueur Score Finaliste Demi-finaliste
Cup   Afrique du Sud 29-14   Angleterre   Nouvelle-Zélande (3e)
  Australie
5e-6e place   Fidji 35-12   États-Unis   Argentine
  Galles
Challenge Trophy   Russie 26-0   France   Samoa
  Japon
13e place   Canada 10-5   Kenya   Écosse
  Papouasie-Nouvelle-Guinée

Finale


  Angleterre 14-29
(0-19)
Afrique du Sud   Sydney Football Stadium, Sydney
Arbitre :   Richard Kelly
Essai(s) : Mitchell (15e), Norton, (18e)
Transformation(s) : Mitchell (15e, 19e)
Essai(s) : Snyman (1re), Senatla (7e), Geduld (8e, 13e), Dippenaar (16e)
Transformation(s) : Du Preez (7e, 9e)

Affluence

Pour la seconde fois de la saison, le tournoi masculin est disputé en même temps que le tournoi féminin. Le tournoi masculin se déroule du samedi au dimanche et le tournoi féminin du vendredi au samedi. Au total, 75 412 personnes assistent aux trois jours de compétition, dont 4 800 le vendredi[16].

Las VegasModifier

Le tournoi de Las Vegas est le premier tournoi de la saison à se dérouler sur trois jours : du 3 au 5 mars au Sam Boyd Stadium dans le Nevada. L'Afrique du Sud remporte son quatrième tournoi de la saison après avoir battu les Fidji en finale (19-12) et les États-Unis en demi-finale (20-17). Les États-Unis terminent la troisième place de la compétition après être sorti en seconde position de leur poule derrière l'équipe d'Angleterre. Ils se défont de l'Argentine en quart de finale (21-19) et battent les néo-zélandais (19-15) pour décrocher une médaille de bronze. L'équipe invitée pour ce tournoi est le Chili qui termine à la quinzième place avec uniquement des défaites, mais qui perd en quart de finale de Challenge Trophy face aux kenyans par deux points d'écarts (19-21)[E 5].

Individuellement, l'australien Lachie Anderson termine meilleur marqueur de la compétition avec 7 essais et le gallois Ethan Davies termine meilleur réalisateur avec 39 points[S 5]. Le meilleur joueur de la finale est le Sud-africain Roscko Speckman[J 5] et l'Impact Player est le fidjien Vatemo Ravouvou défait en finale[I 5].

Classement Vainqueur Score Finaliste Demi-finaliste
Cup   Afrique du Sud 19-12   Fidji   États-Unis (3e)
  Nouvelle-Zélande
5e-6e place   Angleterre 10-7   Australie   Argentine
  Canada
Challenge Trophy   Kenya 21-14   Samoa   France
  Écosse
13e place   Galles 21-19   Japon   Russie
  Chili

Finale


  Afrique du Sud 19-12
(7-5)
Fidji   Sam Boyd Stadium, Las Vegas
Arbitre :   Richard Kelly
Essai(s) : Afrika (6e), Dry (12e), Speckman (15e)
Transformation(s) : Afrika (6e, 13e)
Essai(s) : Dakuwaqa (3e), Nacuqu (17e)
Transformation(s) : Kolinisau (17e)
Carton(s) jaune(s) : Ravouvou (5e)
Carton(s) rouge(s) : Mocenacagi (19e)

Affluence

Las Vegas est le troisième et dernier tournoi à se disputer en même temps que les Women's Sevens Series. Dans le Sam Boyd Stadium, le record d'affluence total est battu ainsi que celui de la meilleur affluence sur une journée. Ainsi, 80 691 places sont vendus, dont 18 633 le vendredi, 35 901 le samedi et 26 157 le dimanche[17].

VancouverModifier

Pour la seconde fois de l'histoire des World Series, le circuit mondial s'arrête au BC Place Stadium de Vancouver en Colombie-Britannique. L'Angleterre remporte son second tournoi de la saison après être sortie d'un poule contenant, entre autres, l'Afrique du Sud (12-12), battu la Nouvelle-Zélande en quart de finale (14-12) puis les Fidji en demi-finale (40-7) et enfin les Sud-africains (19-7). Le pays hôte le Canada parvient à sortir de sa poule composé de la Nouvelle-Zélande, la Russie et l'Écosse mais perd ses deux rencontres le dimanche face à l'Afrique du Sud (7-36) et face à l'Argentine (5-12). Pour son deuxième tournoi consécutif, le Chili gagne son premier match en World Series cette saison face à la Russie en quart de finale de Challenge Trophy (10-0) terminant le tournoi à une onzième place ex-aequo, meilleure performance d'une équipe invitée cette saison[E 6].

L'américain Perry Baker (quatrième) termine meilleur marqueur d'essais avec 9 réalisations et meilleur réalisateur avec 45 points inscrits[S 6]. Pour la troisième fois depuis le début de la compétition, Dan Norton remporte le titre d'Impact Player du tournoi[I 6], mais également celui de meilleur joueur de la finale[J 6].

Classement Vainqueur Score Finaliste Demi-finaliste
Cup   Angleterre 19-7   Afrique du Sud   Fidji (3e)
  États-Unis
5e-6e place   Nouvelle-Zélande 17-14   Argentine   Canada
  Australie
Challenge Trophy   Galles 19-12   Samoa   Kenya
  Chili
13e place   Écosse 24-19   Japon   France
  Russie

Finale


  Afrique du Sud 7-19
(7-7)
Angleterre   BC Place Stadium, Vancouver
Arbitre :   Pierre Brousset
Essai(s) : Soyizwapi (2e)
Transformation(s) : Afrika (2e)
Essai(s) : De Carpentier (9e), Bibby (12e), Norton (14e)
Transformation(s) : Mitchell (9e, 13e)

Affluence

Pour la seconde saison du tournoi du Canada, l'affluence du week-end s'élève à 76 000 places vendues, augmentant le nombre de places vendues de 26% par rapport à la saison passée[18].

Hong KongModifier

Le tournoi de Hong Kong se déroule les 7, 8 et 9 avril 2017 au Hong Kong Stadium.

Tournoi principalModifier

La Corée du Sud, non qualifiée pour le tournoi de qualification, est l'équipe invitée au tournoi principal. Les Fidji, qui retrouvaient des champions olympiques absents lors des derniers tournois[19], remportent leur premier tournoi en World Series depuis un an et une victoire sur cette même étape. Les fidjiens battent en finale l'Afrique du Sud (22-0) après s'être défait des australiens (33-12) et des canadiens (19-12). Les États-Unis terminent à la quatrième place après une défaite contre l'Australie (26-19) et une élimination en demi-finale par les Sud-africains après prolongations (29-24). L'équipe invitée, la Corée du Sud, termine à la dernière place du classement avec aucune victoire[E 7].

L'anglais Dan Norton profite du match d'ouverture du tournoi face à la Corée du Sud pour battre le record d'essais de Collins Injera en World Series[20]. C'est l'américain Perry Baker qui termine meilleur marqueur d'essais avec 9 réalisations et meilleurs réalisateurs avec 45 points[S 7]. Le russe Vladimir Ostroushko, qui disputait son premier tournoi de la saison, remporte le titre d'Impact player[I 7] et le fidjien Kalione Nasoko remporte le titre de meilleur joueur de la finale[J 7].

Classement Vainqueur Score Finaliste Demi-finaliste
Cup   Fidji 22-0   Afrique du Sud   Australie (3e)
  États-Unis
5e-6e place   Nouvelle-Zélande 10-7   Argentine   Canada
  Angleterre
Challenge Trophy   Écosse 21-19   Kenya   France
  Russie
13e place   Japon 28-21   Galles   Samoa
  Corée du Sud

Finale


  Fidji 22-0
(10-0)
Afrique du Sud   Hong Kong Stadium, Hong Kong
Arbitre :   Sam Grove-White
Essai(s) : Mocenacagi (5e), Kunavula (7e), Nasoko (12e, 16e)
Transformation(s) : Ravouvou (13e)

Tournoi de qualificationModifier

En parallèle du tournoi principal se déroule le tournoi de qualification qui permettra à l'équipe vainqueur de gagner son statut d'équipe permanente la saison prochaine. Douze équipes issues des qualifications régionales (deux équipe par zone) sont qualifiés :

L'Espagne remporte le tournoi de qualification et la finale entre équipes européennes face à l'Allemagne sur le score de 12 à 7[23]. Le pays hôte, Hong Kong, échoue en quart de finale face aux allemands en concédant un essai dans les dernières minutes de jeu (14-7)[24].

Vainqueur Score Finaliste Demi-finaliste Quart de finaliste Premier tour
  Espagne 12-7   Allemagne   Chili   Uruguay   Tonga
  Hong Kong   Jamaïque
  Papouasie-Nouvelle-Guinée   Ouganda   Sri Lanka
  Namibie   Guyana

SingapourModifier

Le week-end suivant, le circuit mondial s'arrête à Singapour. Le Canada remporte le premier tournoi de son histoire en battant en finale les États-Unis (26-19). Les quarts de finale voient les favoris tomber (Afrique du Sud, Fidji, Nouvelle-Zélande) respectivement face à l'Australie, les États-Unis et le Canada. L'Angleterre parvient à se qualifier en demi-finale en battant le tenant du titre, le Kenya, grâce à une pénalité de Dan Bibby dans le temps additionnel (13-12). Les anglais chutent ensuite face aux canadiens (17-5) qui retrouvent en finale les américains, large vainqueurs des australiens (40-7) pour la première finale nord-américaine de l'histoire des World Series. L'équipe invitée est celle de Hong Kong qui termine à la dernière place du tournoi, mais qui parvient à battre la Russie en phase de poule (26-19).

Individuellement, le fidjien Waisea Nacuqu termine meilleur marqueur et meilleur réalisateur du tournoi avec 9 essais inscrits et une transformation, soit 47 points. Le canadien Nathan Hirayama remporte le titre de joueur de la finale et le gallois Sam Cross remporte le titre d'Impact Player. Deux joueurs parviennent à inscrire une pénalité, le français Jean-Pascal Barraque (contre l'Angleterre) et l'anglais Dan Bibby (contre le Kenya).

Classement Vainqueur Score Finaliste Demi-finaliste
Cup   Canada 26-19   États-Unis   Angleterre (3e)
  Australie
5e-6e place   Nouvelle-Zélande 17-12   Afrique du Sud   Fidji
  Kenya
Challenge Trophy   Galles 24-12   Écosse   France
  Samoa
13e place   Argentine 40-19   Russie   Hong Kong
  Japon

ParisModifier

Le tournoi de Paris se déroule les 13 et 14 mai 2017 au Stade Jean-Bouin. L'équipe invitée est l'Espagne.

Classement Vainqueur Score Finaliste Demi-finaliste
Cup   Afrique du Sud 15-5   Écosse   Nouvelle-Zélande (3e)
  Angleterre
5e-6e place   États-Unis 24-19   Samoa   Fidji
  France
Challenge Trophy   Argentine 33-12   Australie   Canada
  Australie
13e place   Japon 19-10   Russie   Kenya
  Espagne

LondresModifier

Le tournoi de Londres se déroule les 20 et 21 mai 2017 au Stade de Twickenham. L'équipe invitée est l'Espagne.

Classement Vainqueur Score Finaliste Demi-finaliste
Cup   Écosse 12-7   Angleterre   Canada (3e)
  États-Unis
5e-6e place   Afrique du Sud 28-17   Australie   Nouvelle-Zélande
  Argentine
Challenge Trophy   Fidji 26-14   Galles   Kenya
  France
13e place   Samoa 24-19   Russie   Japon
  Espagne

StatistiquesModifier

Par équipesModifier

Classements en fin de saison[25]

Points marqués
Rang Equipe Points
1   Fidji 1 567
2   Afrique du Sud 1 403
3   États-Unis 1 299
4   Angleterre 1 177
5   Nouvelle-Zélande 1 174
6   Australie 1 135
7   Écosse 1 120
Essais
Rang Equipe Essais
1   Fidji 245
2   Afrique du Sud 225
3   États-Unis 207
4   Nouvelle-Zélande 188
5   Angleterre 186
6   Australie 181
7   Écosse 174
Transformations
Rang Equipe Trans.
1   Fidji 171
2   Afrique du Sud 139
3   États-Unis 132
4   Écosse 124
5   Angleterre 121
6   Nouvelle-Zélande 115
7   Australie 113

Statistiques joueursModifier

Classements en fin de saison[26]

Réalisateurs
Rang Joueur Points
1   Perry Baker 285
2   Ethan Davies 281
3   Madison Hughes 279
4   Nathan Hirayama 269
5   Scott Wight 266
6   Dan Norton 255
7   James Stannard 248
Marqueurs d'essais
Rang Joueur Essais
1   Perry Baker 57
2   Dan Norton 51
3   Justin Douglas 40
4   James Fleming 32
-   Seabelo Senatla 32
6   Kalione Nasoko 29
-   Siviwe Soyizwapi 29
Transformations
Rang Joueur Trans.
1   Scott Wight 108
2   Madison Hughes 107
3   Ethan Davies 93
4   James Stannard 89
5   Nathan Hirayama 83
-   Osea Kolinisau 83
7   Tom Mitchell 79

Trois joueurs ont également inscrit une pénalité : Nathan Hirayama  , Jean-Pascal Barraque   et Dan Bibby  .

RécompensesModifier

World Rugby Sevens Series AwardsModifier

L'ensemble des récompenses de la saison sont remises à l'issue du dernier tournoi au stade de Twickenham[27].

Meilleur espoirModifier

L'Argentin Matías Osadczuk remporte le titre de meilleur espoir de la saison, en devançant Kalione Nasoko (Fidji) et Vilimoni Koroi (Nouvelle-Zélande).

Impact PlayerModifier

Classement final à l'issue de la saison :

  1.   Sam Cross
  2.   Dan Norton
  3.   Perry Baker

Équipe type de la saisonModifier

Poste Joueur Pays
Avants Kalione Nasoko   Fidji
Danny Barrett   États-Unis
Chris Dry   Afrique du Sud
Arrières Jerry Tuwai   Fidji
Dan Norton   Angleterre
Roscko Speckman   Afrique du Sud
Perry Baker   États-Unis

Par tournoisModifier

Performances individuellesModifier

Récompenses individuelles décernées à chaque tournoi
Étape Meilleur joueur

de la finale

Impact Player Meilleur marqueur

d'essai

Meilleur réalisateur
Dubaï
  Chris Dry   Dan Norton   Seabelo Senatla (11)   Seabelo Senatla (55)
Afrique du Sud
  Ruaridh McConnochie   Dan Norton   Terry Bouhraoua (10)   Terry Bouhraoua (76)
Nouvelle-Zélande
  Seabelo Senatla   Seabelo Senatla   Seabelo Senatla (8)   Seabelo Senatla

  Gavin Lowe (40)

Australie
  Seabelo Senatla   German Davydov   Seabelo Senatla (9)   Seabelo Senatla (45)
États-Unis
  Roscko Speckman   Vatemo Ravouvou   Lachlan Anderson (7)   Ethan Davies (39)
Canada
  Dan Norton   Dan Norton   Perry Baker (9)   Perry Baker (45)
Hong Kong
  Kalione Nasoko   Vladimir Ostroushko   Perry Baker (9)   Perry Baker (45)
Singapour
  Nathan Hirayama   Sam Cross   Waisea Nacuqu (9)   Waisea Nacuqu (47)
France
  Siosifa Lisala   Werner Kok   Perry Baker (8)   Perry Baker (40)
Londres
  Dan Norton   Perry Baker (8)   James Stannard (55)

Présence dans l'équipe typeModifier

Joueurs figurant dans l'équipe type du tournoi
Joueur Nb Étapes
  Perry Baker
4
Vancouver, Hong Kong, Singapour, Londres
  Jerry Tuwai
4
Dubaï, Wellington, Sydney, Las Vegas
  Danny Barrett
3
Sydney, Las Vegas, Singapour
  Chris Dry
3
Le Cap, Vancouver, Paris
  Dan Norton
3
Vancouver, Paris, Londres
  Seabelo Senatla
3
Dubaï, Wellington, Sydney
  Werner Kok
2
Dubaï, Le Cap
  Tim Mikkelson
2
Dubaï, Sydney
  Kwagga Smith
2
Wellington, Sydney
  Philip Snyman
2
Le Cap, Paris
  Roscko Speckman
2
Las Vegas, Vancouver

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 3 décembre 2016)
  2. « Les dates pour la saison 2016-2017 des HSBC World Rugby Sevens Series », World Rugby (consulté le 25 mai 2016)
  3. « Processus de qualification pour la Coupe du Monde de Rugby à 7 en 2018 », sur worldrugby.org, (consulté le 8 mars 2016)
  4. a et b « Les 7 points à retenir du Dubai7s », sur worldrugby.org, (consulté le 8 mars 2017)
  5. « New Zealand Sevens teams named for Dubai, featuring few debutantes for new cycle », sur Stuff (consulté le 8 mars 2017)
  6. (en) « Sport: Fiji 7s team embracing the pressure in Dubai », Radio New Zealand,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2017)
  7. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 3 décembre 2016)
  8. « Désormais, les équipes à 7 joueront l'or », sur www.worldrugby.org, World Rugby, (consulté le 14 octobre 2016)
  9. (en) « The 20 minute final of Rugby Sevens tournament a thing of the past with World Rugby law changes announced », sur ur7s.com, (consulté le 10 février 2017)
  10. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 3 décembre 2016)
  11. (en) « Uganda bags historical win in sevens series », sur ragahouse.com, (consulté le 4 décembre 2016)
  12. (en-US) « The Dubai Rugby Sevens Breaks Attendance Records », sur dubairugby7s.com (consulté le 14 mars 2017)
  13. (en) Allyn Freeman, « Cape Town Sets Record 7s Crowd », sur www.rugbytoday.com, (consulté le 14 mars 2017)
  14. « Future of Wellington Sevens in jeopardy with crowd numbers 'not viable' - NZ Rugby », sur Stuff (consulté le 14 mars 2017)
  15. « Wellington Sevens crowd size "unviable" », sur The Roar, (consulté le 14 mars 2017)
  16. (en-US) Tom Decent, « Sydney's love affair with the Sevens could be rewarded », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2017)
  17. Scott Harrigan, « 80,691 Fans Filled Sam Boyd Stadium During the 2017 USA Sevens International Rugby Tournament in Las Vegas - ISN » (consulté le 14 mars 2017)
  18. (en) « 2017 HSBC CANADA SEVENS AT BC PLACE FAST FACTS », sur BC Place (consulté le 14 mars 2017)
  19. (en-US) « Hong Kong heroes: A detailed study of Fiji sevens rugby », Rugby World,‎ (lire en ligne, consulté le 11 avril 2017)
  20. (en-GB) « Dan Norton dans l’histoire et des Bleus vaillants », worldrugby.org,‎ (lire en ligne, consulté le 11 avril 2017)
  21. « Oceania: 2016 Oceania Rugby Sevens Championships », sur www.oceaniarugby.com (consulté le 16 mars 2017)
  22. Frankie Deges, « Argentina, primer campeón del #SudaméricaRugby7s | Sudamérica Rugby » (consulté le 16 mars 2017)
  23. « Blog Hong Kong qualifier 2017 »
  24. (en-GB) « Tous les cadors répondent presents à Hong Kong pas comme la France », worldrugby.org,‎ (lire en ligne, consulté le 11 avril 2017)
  25. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series - Top Teams », sur www.worldrugby.org (consulté le 16 avril 2017)
  26. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series - Top Players », sur www.worldrugby.org (consulté le 16 avril 2017)
  27. (en-GB) worldrugby.org, « Cérémonie des HSBC World Rugby Sevens Series awards : ce qu'il faut retenir », worldrugby.org,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2017)

Blog World Rugby de l'étapeModifier

  1. « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 4 décembre 2016)
  2. « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 11 décembre 2016)
  3. « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 29 janvier 2017)
  4. « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 9 mars 2017)
  5. « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 7 mars 2017)
  6. « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 12 mars 2017)
  7. « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 12 avril 2017)

Statistiques individuelles de l'étapeModifier

  1. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 4 décembre 2016)
  2. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 11 décembre 2016)
  3. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 29 janvier 2017)
  4. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 8 février 2017)
  5. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 7 mars 2017)
  6. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 12 mars 2017)
  7. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 12 avril 2017)

Impact PlayerModifier

  1. (en-GB) worldrugby.org, « Norton scoops DHL Impact Player in Dubai », sur www.worldrugby.org (consulté le 4 décembre 2016)
  2. (en-GB) worldrugby.org, « HSBC Sevens World Series », sur www.worldrugby.org (consulté le 11 décembre 2016)
  3. (en) « Senatla bags DHL Impact Player and HSBC Player of the Final », sur worldrugby.org, (consulté le 29 janvier 2017)
  4. (en) « Davydov wins Impact Player award in Sydney », sur worldrugby.org, (consulté le 8 février 2017)
  5. (en) « Fiji's Ravouvou wins impact award in Vegas », sur worldrugby.org, (consulté le 7 mars 2017)
  6. (en) « The Dan Norton show in Vancouver », sur worldrugby.org, (consulté le 12 mars 2017)
  7. (en) « Ostroushko wins DHL Impact Player for Hong Kong », sur worldrugby.org, (consulté le 12 avril 2017)

Joueur de la finaleModifier

  1. (en) « Dry claims HSBC Player of the Final award in Dubai »
  2. (en) « McConnochie named HSBC Player of the Final in Cape Town », sur worldrugby.org, (consulté le 13 décembre 2016)
  3. (en) « South Africa claim top prize in Wellington », sur worldrugby.org, (consulté le 29 janvier 2017)
  4. (en) « Senatla bows out as HSBC Player of the Final », sur worldrugby.org, (consulté le 6 février 2017)
  5. (en) « Specman clinches player of the final award in Vegas », sur worldrugby.org, (consulté le 7 mars 2017)
  6. (en) « England topple Blitzboks in Vancouver », sur worldrugby.org, (consulté le 12 mars 2017)
  7. (en) « Nasoko dazzles to win HSBC Player of the Final », (consulté le 12 avril 2017)

Liens externesModifier