Ouvrir le menu principal

Wolfenstein II: The New Colossus

jeu vidéo de 2017

Article général Pour un article plus général, voir Wolfenstein (série de jeux vidéo).

Wolfenstein II
The New Colossus
Image illustrative de l'article Wolfenstein II: The New Colossus

Éditeur Bethesda Softworks
Développeur MachineGames
Panic Button (en) (Switch)
Musique Mick Gordon

Date de sortie Microsoft Windows, PlayStation 4, Xbox One

Nintendo Switch
2018
Genre Tir à la première personne
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Microsoft Windows, PlayStation 4, Xbox One, Nintendo Switch
Langue Multilingue
Contrôle Clavier, souris
Manette

Moteur id Tech 6

Wolfenstein II: The New Colossus est un jeu vidéo de tir à la première personne édité par Bethesda Softworks et développé par MachineGames. Il a été annoncé à l'E3 2017 comme étant la suite de Wolfenstein: The New Order. Il est sorti le sur Microsoft Windows, PlayStation 4, Xbox One, et le sur Nintendo Switch.

SynopsisModifier

L'histoire se déroule dans une uchronie où les Allemands auraient envahi les États-Unis d'Amérique durant le 3ème Reich. Le joueur contrôle William "B.J." Blazkowicz.

Après la mort du "Boucher", l'équipe se réfugie à l'intérieur du sous marin volé dans l’épisode précédent avec Blazkowicz qui a miraculeusement survécu. Cependant, ils sont traqués par la générale Irene Engel à bord de l'Ausmerzer, sa forteresse volante. Ils parviennent finalement à se défaire de la générale nazi et de se débarrasser des derniers membres d'équipage sur le Marteau d'Eva (le sous marin allemand pris au nazis dans l'épisode précédent) et qui leur sert de base d'opération), au prix de la perte de Caroline. William part alors à New York pour rejoindre une cellule de résistance menée par Grace Walker qui y est implantée dans un penhouse de l'Empire State Building depuis le bombardement atomique de la ville. Ils vont alors être attaqués par les Nazis, mais parviennent à fuir ensemble.

Succédant à Caroline en tant que chef, Grace expose son plan : il s'agit d'envoyer William à Roswell, au Nouveau-Mexique, afin de faire exploser l'Oberkomando, le quartier général nazi, à l'aide d'une bombe atomique créée par Set. Après de durs combats, William atteint son but et l'entièreté de l'armée nazie et des membres du Ku Klux Klan (qui dirigent désormais les États-Unis) se mettent à sa recherche.

Dans sa fuite, William retourne à sa maison natale située à Mesquite dans l'état du Texas. Il s'y remémore son enfance difficile avec son père violent envers lui et sa mère juive. À son arrivée, il y découvre son père, le menaçant avec un fusil de chasse. Son père lui exprime alors son dégoût envers lui et ce qu'il est devenu; pour lui, William n'est qu'un meurtrier. Il pointe alors son arme vers lui. William lui dit alors que des suites de ses blessures durant son duel avec le boucher et de la perte de Caroline, qu'il n'a plus peur de mourir. Le canon sur la tempe, William désarme son père avant de le tuer froidement sans autre forme de procès. Son père lui avoué alors qu'il a servi d'indic au Nazis et qu'il a dénoncé sa mère. Et soudain, la forteresse volante d'Engel arrive et William est fait prisonnier.

Il est alors jugé avant d'être condamné à mort comme terroriste. Son exécution se déroule alors à Washington devant des millions de spectateurs et téléspectateurs. Engel le décapite puis jette sa tête dans un bûcher. Mais avant qu'elle tombe dans le feu, Set la récupère à l'aide d'un drone et la ramène vers la planque de la résistance et de conserver la tête de William sous vie artificielle. Quelque semaine plus tard, Set greffe la tête de William sur le corps d'un clone nazi expérimental. William est toujours en vie alors que le monde le croit mort.

Ensuite, l'équipe de résistants décide de rallier le peuple du ghetto de la Nouvelle Orléans, un lieu où les Nazis ont enfermé "les indésirables". Après de durs combats contre les Nazis, l'ensemble des résistants mené par Horton rejoignent le Marteau d'Eva.

William veut en finir avec Engel et faire éclater la révolution contre les Nazis. Mais pour cela, il fait désactiver la forteresse volante de la générale. Pour y arriver, il faut d'abord avoir des codes de désactivation "Odin". William part alors au nouvel Oberkommando situé sur Vénus, sous l'identité d’un dénommé Jules Redfield, un acteur censé joué dans le film de propagande montrant la traque de Blazkowicz.

Après avoir épaté Adolf Hitler venu évaluer les candidats au rôle, William s'introduit dans la base et vole les codes "Odin". Il revient alors à l'aide d'un vaisseau et rejoint le sous marin.

La phase finale est lancée. William et les résistants prennent d'assaut l'Ausmerzer. La forteresse volante est extrêmement bien gardée mais William permet de désactiver les systèmes de défense grave au codes "Odin".

La générale n'est pas sur l'Ausmerzer car elle est en pleine émission de propagande en Californie. William s'en va alors là bas afin d'en finir une bonne fois pour toute. Avec l'aide de ses amis, il parvient à prendre le contrôle du studio. Et soudain il sort une hache et tua la générale en direct à la télévision. Le monde apprit alors que Blazkowicz n'était pas mort et qu'il était là pour faire la révolution.

Système de jeuModifier

Le système de jeu est le même que celui de The New Order. Le joueur évolue dans un HUB, beaucoup plus grand que le précédent opus avant chaque mission principale. Comme auparavant, Blasko pourra s'équiper de deux armes. Mais, contrairement au jeu précédent , les deux armes se sont pas forcément identiques et seront choisies par le joueur. Au début de l'aventure, un flashback est utilisé pour choisir entre la version de Fergus ou de Wyatt.

DéveloppementModifier

Wolfenstein II: The New Colossus est développé à l'aide du moteur de jeu id Tech 6 d'id Software, alors que son prédécesseur Wolfenstein: The New Order utilise l'id Tech 5. Ce choix a poussé MachineGames à reproduire l’entièreté du premier jeu dans ce moteur, dont notamment son système de combat [1].

AccueilModifier

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Bengt Lemne, « Wolfenstein II was built "from the ground up" with new engine », sur Gamereactor.eu, (consulté le 10 avril 2019)
  2. Izual, Test : Wolfenstein II: The New Colossus - Le jeu qui dé-fritz l'Amérique, 15 novembre 2017, Canard PC n°370, p. 28-29.