William Leymergie

William Leymergie
Image illustrative de l’article William Leymergie

Naissance (74 ans)
Libourne (Gironde - France)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Autres activités Animateur
Producteur de télévision
Chanteur
Acteur
Années d'activité depuis 1970
Distinctions honorifiques Chevalier de l'Ordre national du Mérite,
Chevalier de la Légion d'honneur,
Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres,
Officier du Mérite agricole.
Médias
Pays France
Média Télévision
Fonction principale Journaliste, animateur de télévision
Radio France Culture (1984 à 1986)
Europe 1 (2005 à 2008)
Télévision TF1 (1973-1978)
Antenne 2 / France 2 (1978-2017)
C8 (depuis 2017)

William Leymergie, né le à Libourne (Gironde)[1], est un journaliste, animateur, chanteur, acteur, et producteur de télévision français.

Il est notamment connu pour avoir présenté, de 1985 à 1986 et de 1989 à 2017, l'émission Télématin, la matinale d'information générale et culturelle de France 2.

BiographieModifier

Jeunesse, formation et débutsModifier

William Leymergie passe les vingt premières années de sa vie, comme son frère et sa sœur aînés, en Afrique (Algérie, Mali, Sénégal) au gré des affectations de son père, le colonel Raymond Leymergie[2],[3], officier dans les troupes coloniales. Ce dernier démissionne de l'armée et devient expert onusien de l'économie auprès du ministère de l'Industrie algérien[4]. Sa mère, Jeanne Jayle[2] est femme au foyer[1].

Il quitte l'Algérie en 1967 pour effectuer des études de lettres à la faculté de Nanterre[1]. Les événements de Mai 68 le décident à arrêter ses études de lettres. Peu enthousiasmé par le mouvement, il passe le mois de mai sur les plages bretonnes avec ses amis. Il intègre une école de cinéma privée, avec pour projet de devenir réalisateur de films publicitaires. Mais ses débuts consistent à apporter le café au troisième assistant réalisateur[5] et l'école ferme rapidement[3].

Il commence sa carrière audiovisuelle à l'ORTF en 1970, à la direction des affaires extérieures et de la coopération (l'actuelle RFI). Il intègre deux ans plus tard l'équipe des programmes pour la jeunesse, et également la chaîne de radio France Inter en 1975, où il animera notamment Fréquence Mômes, de 1991 à 1996[6]. En 1974, il devient pendant un an journaliste sur TF1[7].

Carrière audiovisuelleModifier

Après un intermède à l'INA, où il est enseignant[C'est-à-dire ?] au journal parlé (terme réservé à la radio), William Leymergie est, de 1978 à 1984, journaliste dans les émissions jeunesse d'Antenne 2. Il devient notamment responsable éditorial de l'émission, Disney Dimanche en 1979 puis Récré A2, en 1980.

En 1979, il est journaliste à France Culture où il devient présentateur du journal de 1984 à 1986[7].

À partir du , il présente sur Antenne 2 (puis France 2) la nouvelle émission matinale de la deuxième chaîne publique, Télématin, qu'il produit à partir de 1990[7]. Sa seule entorse à cette émission devenue emblématique de la chaîne est, de 1986 à 1989, pour le journal de 13 h d'Antenne 2, qu'il coprésente avec Patricia Charnelet. L'audience du journal dépasse alors celle du 13 h de TF1 présenté par Yves Mourousi. Il anime ensuite en 1992 l'émission Le Jeu jusqu'en 1993.

En 2007, William Leymergie a une altercation avec son chroniqueur théâtre dans Télématin, Jean-Philippe Viaud[8],[9], le . Cet acte contraint la direction générale de France 2 à une mise à pied de l'animateur de deux semaines, début . Interrogé par un journaliste à ce sujet, William Leymergie reconnaît avoir « agi plus avec du sang qu'avec des neurones »[10]. Véritable maître de Télématin, qui réalise 50 % de l'audience matinale, « il choisit et révoque ses chroniqueurs. Leur dit comment se tenir, se coiffer, s'habiller. C'est un tyran paternaliste » affirme un membre de l'équipe[7].

De 2005 à 2008, il anime à la radio sur Europe 1 l'émission Générations Europe 1, intitulée Viva Quinqua ![6].

À la rentrée de , il est pressenti pour rejoindre la chaîne C8[11]. Après un premier démenti, son départ du service public vers la chaîne privée est officialisé le [12],[13]. Le , il présente pour la dernière fois Télématin et fait ses adieux avec émotion au service public[14] ; il aura présenté l'émission durant 32 ans. Laurent Bignolas le remplace[3].

Le , il accepte « une belle proposition de Vincent Bolloré »[15] et présente la première édition de sa nouvelle émission sur C8, William à midi !, diffusée de 12 h 40 à 13 h 50.

Chanson et cinémaModifier

William Leymergie a interprété le générique français et le clip de la série animée inspirée du jeu vidéo Pac-Man[16], et joué de petits rôles dans quelques films au cinéma pour Claude Lelouch[3].

Passionné de cinéma, il voit entre un et deux films par jour depuis plusieurs décennies[3].

ÉcritureModifier

En 2014, William Leymergie publie son autobiographie, Les Dents du bonheur[4].

En 2021, il publie son premier roman, Mirebalais ou l'amour interdit, qui suit le parcours d'un jeune Français ambitieux au XVIIe siècle. Il aimerait que le livre soit adapté en série télévisée[3].

Vie privéeModifier

William Leymergie est marié depuis 1975 avec Maryline Robin, styliste, puis sculptrice, ils ont trois enfants[17],[1] : Géry (1980), Sacha (1982) et Anna[2].

Son fils aîné, Géry Leymergie, est animateur et chroniqueur télé. Il a commencé sa carrière en 2002 sur Disney Channel en animant Zapping Zone, un divertissement pour ados. Il a ensuite assuré de 2004 à 2005 une chronique « bons plans » dans Cas d'école sur France 5[18]. Il a été chroniqueur cinéma et musique dans le Morning Café de M6 de 2006 à aux côtés de Pierre Mathieu et Magloire. Il a rejoint France 2 en pour présenter Mag 2.0, un magazine quotidien pour les jeunes et est Directeur des programmes BBC France[19].

TélévisionModifier

FilmographieModifier

PublicationsModifier

  • William Leymergie, Fréquence Mômes : les enfants ont la parole, Belfond / France Inter, 1995.
  • William Leymergie, Paroles de gosses, Albin Michel, 1997.
  • William Leymergie, Quand les grands étaient petits, Fayard, 2009.
  • William Leymergie, Philippe Lorin (illustrations) et Jean-Joseph Julaud (collaboration), En tête à tête avec Marcel Pagnol, Paris, Gründ, 2013, 128 p. (ISBN 978-2-324-00197-0).
  • William Leymergie, Les dents du bonheur, Albin Michel, 2014.
  • William Leymergie, Mirebalais ou l'amour interdit, Albin Michel, 2021.

DiscographieModifier

AlbumModifier

SimpleModifier

Sous le pseudonyme de Willy :

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Willy Le Devin, « William Leymergie, le démon de midi » sur Libération, 10 septembre 2017.
  2. a b et c Who’s Who in France : dictionnaire biographique, Éditions Jacques Lafitte, .
  3. a b c d e et f Sarah Lecoeuvre, « William Leymergie, tout-terrain », Le Figaro, cahier « Le Figaro et vous »,‎ 15-16 mai 2021, p. 39 (lire en ligne).
  4. a et b William Leymergie, Les Dents du bonheur, Albin Michel, , 320 p.
  5. Télé 7 Jours no 1289, semaine du 9 au 15 février 1985, p.  28-29 : « Je me suis inscrit à une école de cinéma privée. Je pensais me faire la main sur des films publicitaires, mais ma collaboration se bornait à apporter du café au troisième assistant. »
  6. a et b Radio | William Leymergie, consulté le 15 janvier 2014.
  7. a b c et d Ondine Millot, « Le parent de la télé », sur Libération.fr,
  8. « William Leymergie pète les plombs », TVMag.com.
  9. « Il n'y a pas eu d'étranglement », Le Point.fr.
  10. « William Leymergie : "Changer de carrière, je n'ai fait que ça" », Philippe Vandel, émission Tout et son contraire, France info.fr, 5 juin 2012.
  11. « William Leymergie bientôt sur C8, Bruce Toussaint pressenti pour le remplacer », sur Le Figaro.fr, .
  12. « Communiqué France2 sur twitter », sur Twitter.com,
  13. « William Leymergie quitte "Télématin" et France 2 pour rejoindre C8 », 20 minutes.fr, 3 juin 2017.
  14. « William Leymergie fait des adieux émus à "Télématin" », 20 minutes.fr, 30 juin 2017.
  15. « William Leymergie explique pourquoi il a arrêté Télématin et quitté France 2 », sur voici.fr, .
  16. Youtube.com
  17. « William Leymergie, dans l'intimité de la star de France 2 », sur Le Figaro,
  18. Carine Didier, « Géry Leymergie, lève-tôt de père en fils », sur Le Parisien,
  19. « Géry Leymergie (Directeur des programmes BBC France) : « Il n’y a aucune raison que M6 perde Le meilleur pâtissier » », sur toutelatele.com, .
  20. « William Leymergie - artiste - sa discographie sur B&M », sur bide-et-musique.com (consulté le 9 juin 2012)
  21. a b c d et e « William Leymergie », sur Gala.fr (consulté le 22 août 2016)
  22. « La "promotion 2006" de la Légion d'honneur », sur L'internaute.com (consulté le 26 février 2016)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier