William Hopton Anderson

soldat australien, né en 1891

William Hopton Anderson, né le à Kew et mort le à Melbourne-Est, est un officier de la Force aérienne royale australienne. Il intègre l'Australian Flying Corps pendant la Première Guerre mondiale et reçoit la Distinguished Flying Cross ainsi que la Croix de guerre belge pour ses efforts de guerre avec le No. 3 Squadron RAAF sur le front de l'ouest, en 1917. L'année suivante, il est nommé commandant du No. 7 (Training) Squadron et, plus tard, du No. 3 Squadron. William Anderson dirige l'Australian Air Corps au cours de sa brève existence en 1920-1921, avant de rejoindre la RAAF, récemment établie. Troisième officier le plus haut gradé du service, il occupe principalement des postes au sein de l'Australian Air Board durant l'entre-deux-guerres. Il est nommé Commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique en 1934 et promu air commodore en 1938.

William Anderson
Portrait de tête et d'épaules d'un homme moustachu en uniforme militaire clair avec des ailes de pilote sur la poche gauche.
L'Air Vice-Marshal William Anderson vers 1940.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Militaire, aviateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit
Distinctions

Au début de la Seconde Guerre mondiale, William Anderson est membre de l'armée de l'air chargé de l'approvisionnement. En 1940, il occupe le poste de Chef d'état-major de la Force aérienne entre la démission de l'Air Vice-Marshal Stanley Goble en janvier et l'arrivée de l'Air Chief Marshal Sir Charles Burnett (en) de la RAF, le mois suivant. Il dirige les nouvelles bases de commandement de la zone centrale et de la zone orientale entre et , avant de revenir à l'Air Board en tant qu'Air Member for Organisation and Equipment de à . William Anderson est le commandant fondateur de l'école d'état-major de la RAAF de juillet à , après quoi il est nommé membre de l'armée de l'air chargé du personnel. Il est à nouveau commandant de l'école d'état-major d' à , date à laquelle il prend sa retraite. Connu de ses collègues sous les surnoms « Andy » ou « Mucker », William Anderson meurt le jour de son anniversaire en 1975.

Biographie

modifier

Jeunesse et Première Guerre mondiale

modifier

Né le à Kew, dans la banlieue de Melbourne, William Hopton Anderson est le troisième fils du géomètre Edward Anderson, né en Angleterre, et de sa femme Florence (née Handfield), originaire de Victoria. William Anderson fait ses études à la Melbourne Church of England Grammar School, où il rejoint le corps des cadets. En , il entame sa carrière militaire professionnelle en tant qu'officier du Régiment royal de l'Artillerie australienne, basé à Sydney. Il est muté dans la Force expéditionnaire terrestre et navale australienne en tant que commandant de batterie à Rabaul, en Nouvelle-Guinée allemande occupée par l'Australie, en [1]. En janvier de l'année d'après, il rejoint l'Australian Flying Corps (AFC) en tant que capitaine et se rend en Égypte avec le No. 1 Squadron RAAF[1]. En avril et , il est rattaché au No. 17 Squadron RAF (en) du Royal Flying Corps (RFC)[2]. Il entreprend ensuite un entraînement au pilotage en Grande-Bretagne, où il poursuit son service au sein de la RFC. En , il est affecté au No. 3 Squadron RAAF (désigné par les Britanniques comme l'escadron no 69 de la RFC), qui pilote des avions de reconnaissance biplaces Royal Aircraft Factory R.E.8 sur le front occidental[1],[3].

 
R.E.8 du No. 3 Squadron en Belgique en 1919.

À partir d', le No. 3 Squadron est fortement impliqué dans la surveillance de l'artillerie, une activité qui rend les lents R.E.8 vulnérables aux attaques des chasseurs ennemis. À deux reprises au cours de ce mois, l'avion de William Anderson est pris en chasse par plusieurs appareils allemands. La première fois, il est, selon ses propres termes, « trop effrayé pour réfléchir », mais les deux fois, il réussit à manœuvrer son avion de façon que son observateur puisse repousser ses adversaires avec des tirs de mitrailleuse Lewis jusqu'à ce que d'autres R.E.8 viennent à leur secours[4],[5]. Le , alors que William Anderson est en train de repérer de l'artillerie près de la crête de Messines, il engage un DFW allemand biplace que l'observateur John Bell a réussi à abattre ; il s'agit de la première victoire aérienne confirmée du No. 3 Squadron[6],[7].

En , William Anderson reçoit temporairement le grade de major (en) et est affecté en Angleterre pour prendre en charge le No. 7 Squadron RAAF (en)[1]. Il est nommé pour la Croix militaire (MC) le pour ses exploits au sein du No. 3 Squadron en France, la citation soulignant son « combat résolu » et son « pilotage avec sang-froid et compétence » pour échapper aux attaques des avions ennemis et mener à bien des missions de reconnaissance[8]. Il reçoit alors la Distinguished Flying Cross (DFC) à la suite des King's Birthday Honours promulgués dans la London Gazette le , devenant ainsi le premier Australien à recevoir cette décoration nouvellement créée[9],[10]. Il reçoit également la Croix de guerre belge, décernée le [11]. William Anderson retourne en France en en tant que commandant du No. 3 Squadron[1],[12]. L'unité se convertie aux Bristol Fighters le même mois, et effectue sa dernière opération le matin du 11 novembre ; elle est ensuite utilisée pour le transport du courrier pour les forces australiennes en Europe[13].

Entre-deux-guerres

modifier
 
Le Wing Commander Anderson (assis, à droite) avec le RAAF Air Board en , dont le Group Captain Goble (assis, à gauche) et l'Air Commodore Williams (assis, au centre).

William Anderson abandonne le commandement du No. 3 Squadron en et retourne en Australie deux mois plus tard[14]. Il est distingué le [15]. En décembre, l'AFC est dissoute et remplacée le par l'éphémère Australian Air Corps (AAC), qui est, comme l'AFC, une branche de l'armée. L'officier supérieur de l'AFC, le lieutenant-colonel Richard Williams, est encore en Angleterre et Anderson est nommé commandant de l'AAC, un poste qui lui confère également la responsabilité de la Central Flying School RAAF (CFS) à Point Cook, dans l'État de Victoria[16],[17]. William Anderson étant en congé maladie au moment de la nomination, c'est le major Rolf Brown qui assure provisoirement le commandement, William Anderson prenant le relais le [18]. L'AAC est une organisation provisoire destinée à exister jusqu'à la mise en place d'un service aérien australien permanent[19]. En , William Hopton Anderson pilote l'un des deux bombardiers Airco DH.9A (en) chargés de rechercher la goélette Amelia J., disparue lors d'un voyage entre Newcastle et Hobart. Il termine ses recherches sans trouver la goélette perdue, mais l'autre DH.9A disparaît avec ses deux hommes d'équipage, ce qui constitue les seules pertes en vies humaines de l'AAC[20].

Le , William Hopton Anderson rejoint l'Australian Air Force nouvellement formée (« Royal » ayant été ajouté en août) en tant que squadron leader, devenant ainsi le troisième officier le plus ancien après Williams et l'ancien pilote du Royal Naval Air Service Stanley Goble, tous deux devenus wing commander[12],[21]. En 1921, William Hopton Anderson commande la base de la RAAF à Point Cook et les deux principales unités de Point Cook, la No. 1 Flying Training School (No. 1 FTS) - le successeur de la CFS - et le No. 1 Aircraft Depot (No. 1 AD)[1],[22]. Au cours des quatre années suivantes, il occupe les fonctions de Director of Personnel and Training et de Chief of the Administrative Staff (Second Air Member) au sein de l'organe de contrôle de la RAAF, l'Air Board, habituellement lorsque Goble est en mission à l'étranger[23],[24]. En , William Hopton Anderson participe au premier exercice de coopération avec l'armée du nouveau service, pilotant un DH.9 avec le Flight Lieutenant Adrian Cole, qui repère les tirs d'artillerie depuis un emplacement situé à Queenscliff, dans l'État de Victoria[25]. Un an plus tard, Anderson propose de créer un atelier dédié à la recherche et au développement, qui devient la section expérimentale de la RAAF à Point Cook en [26].

 
Air Commodore Anderson en uniforme de la RAAF c. 1938-1939.

La jeune Air Force organise de nombreuses démonstrations publiques au cours de ses premières années d'existence. Lors d'une de ces démonstrations au-dessus de la banlieue de Melbourne, Essendon, en , William Hopton Anderson, le capitaine Ray Brownell et un autre pilote prennent part à une simulation de combat aérien, tandis que le capitaine Harry Cobby fait une démonstration de Balloon buster[27]. En décembre, Anderson et Brownell interviewent Reg Pollard et Frederick Scherger, deux étudiants du Royal Military College, Duntroon, qui demandent à être transférés à la RAAF ; Scherger est sélectionné et devient Air chief marshal de la RAAF, tandis que Pollard devient Chief of the General Staff. Scherger est également le premier membre de la promotion de Duntroon à être transféré directement dans l'armée de l'air ; les transferts précédents concernaient des diplômés qui servaient déjà dans l'armée[28]. En 1925-1926, William Hopton Anderson prend à nouveau le commandement de la FTS no 1, tout en occupant un poste au sein de l'Air Board en tant qu'Air Member for Personnel. Il est affecté en Angleterre entre 1927 et 1929, suit les cours du RAF Staff College (Andover), et sert d'officier de liaison aérienne (ALO) auprès du Ministère de l'Air britannique. En , il est promu wing commander[1],[23]. En tant qu'ALO en 1928, il fournit des informations à l'Air Board concernant les défauts du bombardier léger de jour de Havilland DH.65 Hound (en), alors fortement envisagé pour la RAAF, ce qui entraîne à la place, la commande du Westland Wapiti[29].

De retour en Australie au milieu de l'année 1929, William Hopton Anderson dirige pendant une courte période le No. 1 AD, désormais basé à la RAAF Station Laverton, Victoria, avant d'être nommé membre de l'Air Board en tant qu'Air Member for Supply en octobre[1],[30]. Il passe la majeure partie des années 1930 à ce poste, à l'exception d'un rôle intérimaire en tant qu'Air Member for Personnel de à , et d'une participation à l'Imperial Defence College, à Londres, l'année suivante[23],[31]. William Hopton Anderson n'ayant reçu aucune formation officielle dans le domaine de l'approvisionnement, l'historien de l'armée de l'air Alan Stephens a conclu qu'il s'était largement appuyé sur les connaissances spécialisées de son subordonné expérimenté, le directeur des transports et de l'équipement de la RAAF, George Mackinolty[32]. Selon l'histoire officielle de l'armée de l'air d'avant-guerre, il était généralement considéré avec cordialité, mais il était également décrit comme n'étant « pas tout à fait sur la même longueur d'onde que les autres »[33]. Son collègue Joe Hewitt l'a trouvé « admirable » mais « tellement plongé dans les détails de l'administration que certaines questions politiques importantes sont restées en suspens » et « bien que courageux, il était indécis et répugnait à prendre des mesures disciplinaires »[1],[34]. La timidité chronique de William Hopton Anderson à l'égard des femmes autres que sa sœur célibataire a également fait de lui un objet de moquerie dans certains milieux[1],[33]. Il est promu group captain en et air commodore en [1]. Nommé Officier de l'Ordre de l'Empire britannique (OBE) en 1933 à l'occasion de l'anniversaire du roi[35], il est promu Commandeur du même ordre (CBE) en 1934 à l'occasion du Nouvel An[36].

Seconde Guerre mondiale

modifier

William Hopton Anderson est encore Air Member for Supply lorsque l'Australie déclare la guerre en [37]. Le , il est nommé par intérim Chef d'état-major de la Force aérienne (CAS), à la suite de la démission du l'air vice-marshal Goble. William Hopton Anderson occupe ce poste jusqu'au , date à laquelle l'Air Chief Marshal Sir Charles Burnett, détaché de la Royal Air Force (RAF), prend la relève[1],[38]. Selon l'auteur Norman Ashworth, le gouvernement australien avait à ce stade si peu confiance dans la direction de son armée de l'air qu'il avait brièvement envisagé d'offrir le commandement temporaire du service au deuxième membre de la Royal Australian Navy, le Commodore Maitland Boucher, Royal Navy, avant de renoncer à un tel « affront monumental aux hauts gradés de la RAAF » et d'opter pour William Hopton Anderson[39]. Après avoir renoncé à son poste temporaire de CAS, William Hopton Anderson reprend brièvement ses anciennes fonctions d'Air Member for Supply avant de devenir membre de l'armée de l'Air Member for Personnel (AMP) en  ; l'Air Vice-Marshal Henry Wrigley lui succède à ce poste en novembre[40],[41]. Le mois suivant, William Hopton Anderson succède à l'Air Commodore Cole au poste d'air officer commanding (AOC) de la zone centrale, responsable de la défense aérienne, de la protection des voies maritimes adjacentes et de la reconnaissance aérienne pour la majeure partie de la Nouvelle-Galles du Sud ; il reste à ce poste jusqu'à la dissolution de la zone en août de l'année suivante[42],[43].

 
L'air vice-marshal William Hopton Anderson (assis, au centre) en tant que commandant de l'école d'état-major de la RAAF en 1945.

Promu air vice-marshal par intérim en , William Hopton Anderson reprend son poste au Conseil de l'air en remplaçant l'air marshal Williams en tant qu'Air Member for Organisation and Equipment[44]. En , il est nommé AOC de l'Eastern Area Command nouvellement créée, dont le siège se trouve à Sydney et qui contrôle sept escadrons en Nouvelle-Galles du Sud et dans le sud du Queensland[45],[46]. L'un des principaux rôles de la zone est la lutte anti-sous-marine ; ses escadrons comprennent également des chasseurs et des avions de coopération de l'armée[47]. L'activité des sous-marins japonais au large de la côte est atteint son apogée en avril et [48]. Les Bristol Beaufort de la RAAF sont reconnus pour avoir endommagé un sous-marin japonais le , mais ni l'armée de l'air ni la marine ne parviennent à détruire des sous-marins ennemis dans les eaux côtières au cours de l'année 1943[49]. Les efforts des deux services dans la région couverte par la zone orientale sont entravés par la médiocrité des accords de liaison et de commandement, ainsi que par le fait que la RAAF accorde une priorité relativement faible à la protection de la marine marchande[50]. L'école est créée pour parfaire la formation des officiers au niveau des chefs d'escadron et des commandants d'escadre, dont William Hopton Anderson, entre autres, estime qu'ils manquent cruellement de niveau d'éducation de base.

En , William Hopton Anderson cède le commandement de la zone orientale à l'air commodore John Summers[42]. Ce mois-là, il devient le premier commandant de l'école d'état-major de la RAAF à Mount Martha, dans l'État de Victoria[1],[51]. L'école est créée pour parfaire la formation des officiers au niveau des chefs d'escadron et des commandants d'escadre, dont William Hopton Anderson, entre autres, estime qu'ils manquent cruellement de niveau d'éducation de base[52]. Le programme d'études s'inspire largement du cours d'état-major de guerre de l'école d'état-major de la RAF[51]. En décembre, William Hopton Anderson est à nouveau nommé AMP, succédant à l'air commodore Frank Lukis, avant de retourner à la tête de l'école d'état-major de la RAAF en [41]. Il continue à exercer cette fonction jusqu'à ce qu'il soit mis à la retraite forcée, avec plusieurs autres hauts commandants de l'armée de l'air, dont Williams et Goble, en , soi-disant pour laisser la place à des officiers plus jeunes et tout aussi qualifiés[53],[54]. Un rapport confidentiel de estime que William Hopton Anderson est « travailleur, consciencieux et loyal », mais qu'il manque de « capacité constructive et d'organisation »[53]. Il est encore à quatre ans de l'âge légal de la retraite, fixé à cinquante-sept ans, pour son grade d'air commodore[55].

Retraite et mort

modifier

Après avoir été démobilisé de la RAAF en tant qu'air vice-marshal honoraire, il vit à Melbourne-Est. Célibataire à vie, il partage une maison avec sa sœur, qui ne s'est jamais mariée non plus. De 1947 à 1971, il est président honoraire de la branche victorienne du Services Canteens Trust Fund[1]. Le , il fait partie d'un groupe restreint de membres fondateurs survivants de la RAAF qui participent à un dîner de célébration à l'hôtel Canberra pour marquer le jubilé d'or du service ; parmi les autres invités figurent l'air marshal Williams, l'Air Vice-Marshal Wrigley, l'Air Commodore Hippolyte De La Rue et le Wing Commander Sir Lawrence Wackett[56]. William Hopton Anderson meurt à son domicile le , jour de son 84e anniversaire, et est inhumé au cimetière général de Boroondara, à Kew[1].

Distinctions

modifier

Notes et références

modifier
  1. a b c d e f g h i j k l m n et o Coulthard-Clark 1993, p. 53-54.
  2. Cutlack 1941, p. 35.
  3. Stephens 2006, p. 9.
  4. Cutlack 1941, p. 181.
  5. Molkentin 2010, p. 201-202.
  6. Newton 1996, p. 16.
  7. Molkentin 2010, p. 224-225.
  8. (en) « Recommendation: Military Cross » [PDF], Australian War Memorial (consulté le )
  9. London Gazette 3 juin 1918.
  10. Sewell 1999, p. 12-13.
  11. London Gazette 9 juillet 1918.
  12. a et b Gillison 1962, p. 1, 16.
  13. Units of the Royal Australian Air Force 1995, p. 2.
  14. (en) « Air Vice-Marshal William Hopton Anderson », Australian War Memorial (consulté le )
  15. London Gazette 11 juillet 1919.
  16. Sutherland 2000, p. 32-33.
  17. Coulthard-Clark 1991, p. 17-21.
  18. Coulthard-Clark 1991, p. 18, 20.
  19. Coulthard-Clark 1991, p. 17-18.
  20. Coulthard-Clark 1991, p. 25-26.
  21. Stephens 2006, p. 31, 332.
  22. Coulthard-Clark 1991, p. 41.
  23. a b et c (en) « Honorary Air Vice-Marshals » [archive du ], sur Air Marshals of the RAAF, Royal Australian Air Force (consulté le )
  24. Coulthard-Clark 1991, p. 359, 466-468.
  25. Coulthard-Clark 1991, p. 210.
  26. Coulthard-Clark 1991, p. 258.
  27. Coulthard-Clark 1991, p. 47-49.
  28. Coulthard-Clark 1991, p. 192, 202.
  29. Stephens 1992, p. 37-38.
  30. Coulthard-Clark 1991, p. 367.
  31. Coulthard-Clark 1991, p. 466-468.
  32. Stephens 1995, p. 179.
  33. a et b Coulthard-Clark 1991, p. 359-360.
  34. Coulthard-Clark 1991, p. 192.
  35. London Gazette 2 juin 1933.
  36. London Gazette 29 décembre 1933.
  37. Ashworth 2000, p. 3.
  38. Ashworth 2000, p. 20.
  39. Ashworth 2000, p. 18-21.
  40. Coulthard-Clark 1991, p. 468.
  41. a et b Ashworth 2000, p. 301.
  42. a et b Ashworth 2000, p. 303.
  43. Gillison 1962, p. 91-92.
  44. Ashworth 2000, p. 41.
  45. Ashworth 2000, p. 132-133.
  46. Stephens 1993, p. 61.
  47. Odgers 1968, p. 141, 152.
  48. Stevens 2005, p. 237.
  49. Odgers 1968, p. 152-153.
  50. Stevens 2005, p. 241.
  51. a et b (en) « RAAF Staff College History » [archive du ], sur Australian Defence College, Ministère de la Défense (consulté le )
  52. Power With Attitude, p. 83.
  53. a et b Helson 2006, p. 228, 233-237.
  54. (en) « Anderson, William Hopton », sur World War Two Nominal Roll, Department of Veterans' Affairs (consulté le )
  55. Power With Attitude, p. 92.
  56. Stephens 1995, p. 451, 498.

Bibliographie

modifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Ashworth 2000] (en) Norman Ashworth, How Not to Run an Air Force! Volume One - Narrative, Canberra, RAAF Air Power Studies Centre, (ISBN 0-642-26550-X, lire en ligne).  
  • [Coulthard-Clark 1991] (en) Chris Coulthard-Clark, The Third Brother: The Royal Australian Air Force 1921-39, North Sydney, Allen & Unwin, (ISBN 0-04-442307-1, lire en ligne).  
  • [Coulthard-Clark 1993] (en) Chris Coulthard-Clark, « Anderson, William Hopton (1891-1975) », dans Australian Dictionary of Biography, vol. 13, Melbourne, Melbourne University Press, (ISBN 0-522-84512-6, lire en ligne).  
  • [Cutlack 1941] (en) F. M. Cutlack, The Official History of Australia in the War of 1914-1918 (11th edition): Volume VIII - The Australian Flying Corps in the Western and Eastern Theatres of War, 1914-1918, Sydney, Angus & Robertson, (1re éd. 1923) (OCLC 220900299, lire en ligne).  
  • [Gillison 1962] (en) Douglas Gillison, Australia in the War of 1939-1945: Series Three (Air) Volume I - Royal Australian Air Force 1939-1942, Canberra, Australian War Memorial, (OCLC 2000369, lire en ligne).  
  • [Helson 2006] (en) Peter Helson, Ten Years at the Top (thèse), Sydney, University of New South Wales, (OCLC 225531223, lire en ligne).  
  • [Molkentin 2010] (en) Michael Molkentin, Fire in the Sky: The Australian Flying Corps in the First World War, Crows Nest, New South Wales, Allen & Unwin, (ISBN 978-1-74237-072-9).  
  • [Newton 1996] (en) Dennis Newton, Clash of Eagles, Kenthurst, New South Wales, Kangaroo Press, (ISBN 0-86417-793-3).  
  • [Odgers 1968] (en) George Odgers, Australia in the War of 1939-1945: Series Three (Air) Volume II - Air War Against Japan 1943-1945, Canberra, Australian War Memorial, (1re éd. 1957) (OCLC 246580191, lire en ligne).  
  • [Units of the Royal Australian Air Force 1995] (en) RAAF Historical Section, Units of the Royal Australian Air Force: A Concise History. Volume 2: Fighter Units, Canberra, Australian Government Publishing Service, (ISBN 0-644-42794-9).  
  • [Sewell 1999] (en) Hal Sewell, Flying the Southern Skies, Glebe, New South Wales, Book House at Wild & Woolley, (ISBN 1-74018-055-0).  
  • [Stephens 1992] (en) Alan Stephens, Power Plus Attitude: Ideas, Strategy and Doctrine in the Royal Australian Air Force 1921-1991, Canberra, Australian Government Publishing Service, (ISBN 0-644-24388-0, lire en ligne).  
  • [Stephens 1995] (en) Alan Stephens, Going Solo: The Royal Australian Air Force 1946-1971, Canberra, Australian Government Publishing Service, (ISBN 0-644-42803-1, lire en ligne).  
  • [Stephens 2006] (en) Alan Stephens, The Royal Australian Air Force: A History, South Melbourne, Oxford University Press, (1re éd. 2001) (ISBN 978-0-19-555541-7).  
  • [Stephens 1993] (en) Alan Stephens, The RAAF in the Southwest Pacific Area 1942-1945, Canberra, RAAF Air Power Studies Centre, (ISBN 0-642-19827-6, lire en ligne).  
  • [Power With Attitude] (en) Stephens, Power With Attitude.  
  • [Stevens 2005] (en) David Stevens, A Critical Vulnerability: The Impact of the Submarine Threat on Australia's Maritime Defence 1915-1954, Canberra, Sea Power Centre - Australia, (ISBN 0-642-29625-1, lire en ligne [PDF]).  
  • [Sutherland 2000] (en) Barry Sutherland, Command and Leadership in War and Peace 1914-1975 - The Proceedings of the 1994 RAAF History Conference, Canberra, RAAF Air Power Studies Centre, (ISBN 0-642-26537-2, lire en ligne).  

The London Gazette

modifier
  • [London Gazette 3 juin 1918] (en) « Awarded the Distinguished Flying Cross », The London Gazette (Supplement), no 30722,‎ , p. 6519 (lire en ligne).  
  • [London Gazette 9 juillet 1918] (en) « Decorations conferred by HIS MAJESTY THE KING OF THE BELGIANS. : Croix de Guerre. », The London Gazette (Supplement), no 30792,‎ , p. 8169, 8189 (lire en ligne).  
  • [London Gazette 11 juillet 1919] (en) « ? », The London Gazette (Supplement), no 31448,‎ , p. 8813, 8839 (lire en ligne).  
  • [London Gazette 2 juin 1933] (en) « CENTRAL CHANCERY OF THE ORDERS OF KNIGHTHOOD. : To be Officers of the Military Division of the said Most Excellent Order: », The London Gazette (Supplement), no 33946,‎ , p. 3807 (lire en ligne).  
  • [London Gazette 29 décembre 1933] (en) « CENTRAL CHANCERY OF THE ORDERS OF KNIGHTHOOD. : To be a Commander of the Military Division of the said Most Excellent Order », The London Gazette (Supplement), no 34010,‎ , p. 8 (lire en ligne).  

Liens externes

modifier