Ouvrir le menu principal

William Fenwick Williams

politicien britannique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir William Williams (homonymie) et Williams.

William Fenwick Williams
Illustration.
William Fenwick Williams par William Gush.
Fonctions
Gouverneur de Gibraltar

(5 ans, 10 mois et 29 jours)
Monarque Victoria
Chef du gouvernement William Ewart Gladstone
Benjamin Disraeli
Prédécesseur Richard Airey
Successeur Robert Napier
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Annapolis Royal,
Drapeau de la Nouvelle-Écosse Nouvelle-Écosse
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Londres,
Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique

William Fenwick Williams
Gouverneur de Gibraltar

William Fenwick Williams (4 décembre 1800 - 26 juillet 1883), 1er baronnet de Kars, était un militaire britannique qui commanda notamment la défense de la ville de Kars durant la guerre de Crimée. Originaire de Nouvelle-Écosse, il fut nommé lieutenant-gouverneur de la province de 1865 à 1867.

BiographieModifier

William Fenwick Williams est né en 1800 à Annapolis Royal en Nouvelle-Écosse. Selon la rumeur, son père aurait été Édouard-Auguste de Kent, ce qui aurait fait de lui le demi-frère de la reine Victoria. Williams ne fit rien pour démentir cette version mais il était plus vraisemblablement le fils de Thomas Williams, le capitaine et commandant de la garnison de Halifax. Après avoir étudié à l'Académie royale militaire de Woolwich en Grande-Bretagne, il intégra l'Artillerie royale en 1825. Il fut déployé dans divers postes à Gibraltar, à Ceylan et en Angleterre avant d'être nommé comme attaché militaire à Constantinople en 1841 pour superviser la réforme de l'armée ottomane. Peu après, il participa à la délimitation de la frontière entre l'Empire et la Perse et au terme de cette tache qui l'occupa durant neuf années, il fut fait compagnon de l'ordre du Bain.

Au moment du déclenchement de la guerre de Crimée, il était colonel et fut nommé conseiller auprès de l'armée ottomane. Il alla néanmoins au-delà de sa simple mission de soutien et devint le véritable commandant en chef des troupes ottomanes dans le Caucase. Ces dernières étaient démoralisées après leur défaire à Kurekdere face à des Russes en large infériorité numérique et souffraient du manque de provisions, d'armements et de munitions en grande partie lié à la corruption des commandants. Williams usa de son influence pour tenter d'obtenir des renforts et du matériel et s’efforça de restaurer la discipline. Au printemps 1855, il arriva à la forteresse de Kars, pivot de la défense ottomane dans l'est de l'Anatolie et il entreprit immédiatement de renforcer les défenses. L'armée russe du général Nikolaï Mouraviev arriva le 5 juin mais ses assauts furent tous repoussés. La situation des assiégés était cependant de plus en plus difficile car les provisions et les munitions s'épuisaient alors que l'hiver approchait. La fin du siège de Sébastopol en septembre fit espérer l'arriver d'une armée de secours mais le redéploiement des forces depuis la Crimée fut difficile et leur progression fut rapidement stoppée par les Russes ; sans espoir d'être secouru, Williams décida de se rendre le 28 novembre 1855 et il obtint des termes favorables. Détenu à Ryazan, il fut traité avec tous les égards et fut même présenté au tsar Alexandre II.

Sa défense déterminée de la ville de Kars en fit une célébrité à son retour en Angleterre en 1856. Il fut anobli 1er baronnet de Kars, devint grand-croix de l'ordre du Bain et de la Légion d'honneur ainsi que 1re classe de l'ordre du Médjidié et reçut une pension annuelle de 1 000 livres. Il fut par ailleurs promu major-général et fut élu député de Calne. Alors que la situation politique aux États-Unis devenait de plus en plus instable, Williams fut choisi comme commandant en chef des forces britanniques en Amérique du Nord et il supervisa les préparatifs dans l'éventualité d'une guerre. À la fin de la guerre de Sécession en 1865, Williams fut nommé lieutenant-gouverneur de Nouvelle-Écosse et supervisa l’intégration de la Nouvelle-Écosse dans la Confédération canadienne. Remplacé en 1867, il resta trois années en Amérique du Nord avant de retourner en Angleterre où il fut nommé gouverneur de Gibraltar. Il occupa cette fonction jusqu’en 1876 avant de d'obtenir la fonction largement honorifique de connétable de la Tour de Londres en 1881. Célibataire toute sa vie, il mourut le 26 juillet 1883 et fut inhumé dans le cimetière Brompton (en) de Londres.

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :