William Eubank

cinéaste américain
William Eubank
Description de cette image, également commentée ci-après
William Eubank ici en 2009 sur le tournage de Space Time : L'ultime Odyssée
Naissance (37 ans)
Holyoke, Drapeau du Massachusetts Massachusetts
Nationalité Drapeau : États-Unis américaine
Profession réalisateur, scénariste, directeur de la photographie
Films notables Space Time : L'ultime Odyssée
The Signal
Underwater
Site internet www.williameubank.com

William Eubank est un réalisateur, scénariste et directeur de la photographie américain né le à Holyoke dans le Massachusetts. Il est le frère de l'auteur et scénariste Carlyle Eubank (en).

BiographieModifier

William Eubank nait le à Holyoke dans le comté de Hampden dans l’État du Massachusetts[1]. Son père, Carlyle Eubank II, est un consultant des beaux-arts et ancien appraiser (en) pour la société de vente aux enchères Christie's[2]. Sa mère, Patricia Reeder Eubank, est auteure et illustratrice de livres pour enfants[3].

Il grandit dans la vallée de Santa Ynez en Californie avec ses parents, sa grande sœur et ses deux petits frères[4],[5].

Il grandit en étant très inspiré par son grand-père, ancien photographe de terrain pour l'US Navy. William Eubank rejoint donc plus tard l'Académie navale d'Annapolis comme photographe[1],[6].

Comme les cinéastes Steven Spielberg et David Lynch, il a été membre des Boy Scouts of America où il a obtenu le grade d'Eagle Scout[7],[8].

Il commence sa carrière à 18 ans comme cadreur et opérateur-caméra. Il filme quelques combats de l'Ultimate Fighting Championship[9]. Il fréquente ensuite l'Université de Californie à Los Angeles où il étudie la cosmologie[10]. Après deux ans d'études sans pouvoir assister au UCLA School of Theater, Film and Television, il s'impatiente et décide de travailler chez Panavision à Woodland Hills comme technicien réparateur de caméras puis comme ingénieur de la vision.

Il travaille durant huit ans chez Panavision[11]. Il représente à cinq reprises la société au festival du film de Sundance, où il conforte ses rêves de devenir réalisateur[12]. Son rôle chez Panavision est notamment de promouvoir la caméra numérique Panavision HD-900F (en) développée avec Sony dès 1997. Elle deviendra célèbre notamment grâce à son utilisation par George Lucas pour Star Wars, épisode II : L'Attaque des clones (2002)[6],[13]. Son travail chez Panavision l'amène sur les plateaux de tournage de films comme Collatéral (2004) de Michael Mann et Superman Returns (2006) de Bryan Singer comme ingénieur de la vision[11]. Cette expérience et ces années passées chez Panavision constituent selon lui l'école de cinéma qu'il n'a jamais pu faire[14].

En 2007, il est approché par Tom DeLonge qui souhaite des vidéos et supports visuels pour son groupe de rock Angels and Airwaves. Il réalise plusieurs clips notamment celui de Surrender[15],[16]. William Eubank commence à développer son premier long métrage, Space Time : L'ultime Odyssée (Love), avec l'aide des membres d'Angels and Airwaves. Il s'inspire de La Ligne rouge de Terrence Malick[17]. Il passe quatre ans à développer son film, où il office comme réalisateur, scénariste, chef décorateur ou encore directeur de la photographie. Il construit les décors de la station spatiale internationale et de la Guerre de Sécession dans l'arrière-cour de la maison de ses parents[18]. Le film est présenté en avant-première au festival international du film de Santa Barbara 2011, puis dans d'autres festivals comme le festival international du film d'Athènes 2011 où William Eubank obtient le prix du meilleur réalisateur. Le film est par ailleurs diffusé dans 460 salles de cinéma pendant la tournée Love Live d'Angels and Airwaves.

Après avoir officié comme directeur de la photographie pour plusieurs vidéofilms, il travaille comme réalisateur de la seconde équipe pour Broken City d'Allen Hughes, qui sort en 2013.

En 2014, sort son second long métrage comme réalisateur, The Signal. Il signe le scénario avec l'aide de David Frigerio (en) et de son frère Carlyle Eubank (en)[19]. En interview, il avoue avoir été inspiré pour ce film par le travail de Rod Serling, notamment La Quatrième Dimension[12]. Il cité également Stanley Kubrick et David Lynch comme influences, ainsi que les films Pi, Moon et Cube[12]. Pour le style visuel, il a eu pour modèles le western spaghetti, Man on Fire et Hanna[20]. Les acteurs sont choisis au Nouveau-Mexique via Skype. On retrouve également Brenton Thwaites, Olivia Cooke et Beau Knapp. Le film est présenté hors compétition au festival du film de Sundance 2014. Les critiques seront plutôt mitigées, malgré une tendance à louer les qualités visuels et esthétiques du film[21].

En 2016, il collabore avec la 20th Century Fox et Chernin Entertainment pour un autre film de science-fiction, Underwater. Il bénéficie alors d'un budget beaucoup plus conséquent que pour ses précédentes réalisations[22]. Il met en scène Kristen Stewart, Jessica Henwick, T. J. Miller et Vincent Cassel qui incarnent des survivants d'une plateforme sous-marine. Le tournage débute en mars 2017 à La Nouvelle-Orléans. Cependant, la sortie est fortement repoussée par l'acquisition de la 21st Century Fox par Disney en mars 2019[23]. Il ne sort qu'en janvier 2020.

FilmographieModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

RéalisateurModifier

Directeur de la photographieModifier

AutresModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Dana Barbuto, « Director Will Eubank ready for the next level with 'The Signal' », The State Journal-Register, Springfield (Illinois), (consulté le 15 septembre 2017)
  2. William Etling, Sideways in Neverland, Bloomington (Indiana), iUniverse, (ISBN 9780595806379, lire en ligne), p. 160/170
  3. (en) SaraLloyd Truax, « Award-winning author creates art », The Santa Ynez Valley Journal, Santa Ynez Valley, (consulté le 15 septembre 2017)
  4. (en) « Bio - Patricia Eubank », sur Patricia Eubank, Illustrator, (consulté le 15 septembre 2017)
  5. (en) D.J. Palladino, « Angels & Airwaves Present Love: How Will Eubank Made a Sci-Fi Film in His Own Santa Ynez Valley Backyard », sur Santa Barbara Independent, (consulté le 17 septembre 2017)
  6. a et b (en) Shipra Gupta, « Spend Less Using Slow Motion (and Other Filmmaking Hacks) from 'The Signal' Director William Eubank », IndieWire, Los Angeles, (consulté le 15 septembre 2017)
  7. (en) Jordan Raup, « William Eubank Talks 'The Signal,' Editing With David Lynch, Stanley Kubrick Influences, and More », New York, The Film Stage, (consulté le 15 septembre 2017)
  8. (en) Samantha Wilson, « Interview: William Eubank, Director and Cowriter of 'The Signal' », New York, ScreenPicks, (consulté le 15 septembre 2017)
  9. (en) Eubank, William, « About William Eubank », artist portfolio (consulté le 30 octobre 2009)
  10. (en) Rigg, Julie, « Interview with William Eubank, director of Love », MovieTime, ABC Radio National, (consulté le 19 mai 2014)
  11. a et b (en) Chris Lee, « William Eubank used ingenuity — and begging — to get 'The Signal' made », Los Angeles Times, Los Angeles, (consulté le 16 septembre 2017)
  12. a b et c (en) Woods, Nicole, « Finding THE SIGNAL: A Q&A with Director William Eubank », Q&As, Focus Features, (consulté le 19 mai 2014)
  13. (en) Andrew Zipern, « Compressed Data; 'Star Wars' Charts Course in Digital Video », The New York Times, New York, (consulté le 16 septembre 2017)
  14. (en) Greg Srisavasdi, « "The Signal" director William Eubank on Film's Textured Visual Look », DeepestDream.com, YouTube, (consulté le 17 septembre 2017)
  15. (en) Angels & Airwaves, « Angels & Airwaves "Surrender" Official Music Video », Love: Part Two, YouTube, (consulté le 19 mai 2014)
  16. (en) IMVDb, « William Eubank Music Video Credits as Director » (consulté le 12 septembre 2017)
  17. (en) Hillerstrom, Oscar, « Love: director William Eubank and actor Gunner Wright Discuss the Process of Movie-making », Popcorn Taxi, Popcorn Taxi Australia (consulté le 19 mai 2014)
  18. (en) Beaks, « William Eubank's Indie Sci-Fi Opus LOVE Looks Exciting And New! », Ain't It Cool News, Harry Knowles, (consulté le 2 février 2011)
  19. (en) Brooks Barnes, « Sundance: Family Ties Behind the Scenes and in the Audience », New York, The New York Times Company, (consulté le 16 septembre 2017)
  20. (en) Spencer Fornaciari, « SIFF Interview - William Eubank - The Signal », sur The MacGuffin: Film and TV Reviews, Interviews, Analysis, macguff.in, (consulté le 16 septembre 2017)
  21. (en) Berkshire, Geoff, « Sundance Film Review: 'The Signal' », Variety, (consulté le 19 mai 2014)
  22. (en) Mike Scott, « Who's filming in New Orleans? Kristen Stewart, Jim Caviezel and more », New Orleans, (consulté le 9 septembre 2017)
  23. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  24. (en) William Eubank sur l’Internet Movie Database

Liens externesModifier