Ouvrir le menu principal

William Conolly

personnalité politique irlandaise
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conolly.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Connolly.
William Conolly
WilliamConnolly.jpg
Fonctions
Député à la Chambre des communes irlandaise
Membre du Conseil privé d'Irlande
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
Sépulture
Tea Lane Graveyard (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Conjoint

William Conolly, né le , et mort le , également connu sous le nom de Speaker Conolly, était un politicien irlandais, percepteur, avocat et propriétaire terrien[1].

Sommaire

CarrièreModifier

William Conolly est le fils d'un aubergiste, Patrick Conolly, dont l'auberge était à Ballyshannon, dans le Comté de Donegal. Patrick Conolly était originaire de comté de Monaghan, et un descendant du clan Ó Conghalaigh (un clan du royaume d'Airgíalla). Patrick Conolly s'est installé dans le comté de Donegal, et a rejoint l'Église anglicane. Il eut pour enfants William, Patrick, Hugh, Phelim et Thady. Il économisa suffisamment d'argent pour envoyer William à Dublin pour suivre des études de droit. William Conolly eut son diplôme d'avocat en 1685, alors âgé de vingt-trois ans.

Il exerce comme avocat à Dublin et en 1694 puis épouse Katherine Conyngham, fille du général Sir Albert Conyngham. Bien plus tard, la famille s'installe au château de Slane dans le comté de Meath. Ils n'ont pas eu d'enfants, et à la mort de Katherine en 1752 les propriétés ont été héritées par son neveu William James Conolly, fils de son frère Patrick.

Il fit fortune à partir de transferts de terres, en spéculant sur les confiscations par la Couronne des terres appartenant précédemment à des partisans du roi Jacques II d'Angleterre, dans le sillage de la Glorieuse Révolution et de la guerre williamite en Irlande. Environ 600 000 acres irlandaises de terres furent confisquées pour être vendues afin de payer les coûts de la guerre (équivalent à 972 000 acres), soit près de 5 % de la superficie de l'Irlande. Conolly était le plus grand acheteur individuel, en particulier pour l'achat de 3300 acres dans le comté de Meath qui appartenait à Arnold van Keppel[2].

Il construisit la Castletown House à Celbridge, dans le comté de Kildare, dont la construction débuta en 1722. Sa maison, Dublin, était sur Capel Street. Il a également été à l'origine de la construction de l'ancienne Customs House (actuel l'Hôtel Clarence) et des Chambres du Parlement irlandais, premier bâtiment au monde spécialement conçu pour être abriter une chambre bicamérale de parlement.

Conolly était l'un des plus importants « Undertakers », ceux qui s'occupait des affaires gouvernementales dans la Chambre des communes irlandaise. Il était associé au parti Whigs et s'opposait à la faction Brodrick de Cork. Conolly était un député de l'arrondissement de Donegal de 1692 à 1703 et ensuite du comté de Londonderry jusqu'à sa mort en 1729. En 1703 et 1713, il a également été élu à Newtown Limavady et en 1727 à Ballyshannon, mais a choisi à chaque fois de ne pas siéger.

Il était Président (speaker) de la Chambre des communes irlandaise et un commissaire aux revenues de 1715 à sa mort en 1729. Son nom a été orthographié « Conolly », plutôt que « Connolly », directement emprunté au nom gaélique « O Conghaile »[3],[4],[5].

À sa mort, l'archevêque Boulter estima le revenu de Conolly en 1729 à 17 000 livres par an[6]. Sa veuve Katherine a continué à vivre dans ce style de vie à Castletown jusqu'à sa mort en 1752. Puis leurs domaines a brièvement appartenu à son neveu, William James Conolly, puis à son petit-neveu, le député Tom Conolly, connu sous le nom « Squire Tom », qui était marié à Lady Louisa Conolly.

Un pub à Celbridge, The Speaker's Bar, est nommé en sa mémoire. Il y a aussi un pub à Firhouse (Dublin) nommé « The Speaker Conolly » d'après lui.

RichesseModifier

Conolly est réputé pour être l'homme le plus riche en Irlande à la date de sa mort. À cette date, il possédait 148 487 acres qui permettait de lever un revenu brut de 14 926 £ par an.

SourcesModifier

RéférencesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier