Wilhelm Foerster

astronome allemand

Wilhelm Julius Foerster, né le à Grünberg-en-Silésie et mort le ) à Bornim (de)[1], est un astronome allemand.

Wilhelm Foerster
Image dans Infobox.
Wilhelm Foerster, vers 1905
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Bornim (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Maître
Directeur de thèse
Distinction
Prix Lalande ()Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Wilhelm Foerster poursuit ses études au Maria-Magdalenen-Gymnasium de Breslau. À partir de 1850, il intègre l’Université de Berlin, où il rencontre Encke (1791-1865). De 1852 à 1854, il est l'élève d’Argelander (1799-1875) à l'université de Bonn[2].

En 1855, Foerster entre à l’observatoire de Berlin en tant que deuxième assistant. Le , il découvre l'astéroïde (62) Érato avec Otto Lesser. En 1863, il est promu premier assistant et devient professeur d’astronomie à l’Université de Berlin où il va enseigner durant soixante années[2]. En 1865, il est nommé directeur de l'observatoire de Berlin, suite au décès d'Encke[1],[2]. Il occupera ce poste jusqu'en 1904[2].

En 1865, Foerster est co-fondateur de l’observatoire astrophysique de Potsdam. Il est directeur de l’Institut impérial des poids et mesures (Kaiserliche Normal Eichungskommission), membre du bureau international des poids et mesures[3] et du bureau central de géographie prussien (Zentraldirektorium des Vermessungswesens)[2].

Durant les années 1880, convaincu de la présence de l'état pour développer les études technologiques de précision, Foerster assure le contact avec le théoricien militaire, Helmuth von Moltke (1848-1916), dans la création du Physikalisch-Technische Reichsanstalt réalisé par l'industriel Werner von Siemens[2],[4].

En 1888, Foerster fonde le journal de vulgarisation d’astronomie « Urania (de) »[2]. En 1891, il crée la société « Vereinigung von Freunden der Astronomie und Kosmischen Physik (Association des amis de l'astronomie et de la physique cosmique) », qui comportera plusieurs centaines de membres[2],[5].

Membre depuis 1892 de la « Deutschen Gesellschaft für ethische Kultur (Société allemande pour une culture éthique) » et de la « Deutsche Friedensgesellschaft (Société allemande de la paix) », Foerster s’inscrit dans l’opposition aux courants nationalistes[6],[7].

Il est élu membre associé à l'Académie Royale de Belgique pour la classe des Sciences, le et radié le [1], en conséquence de la conférence de la paix de Paris mettant fin à la Première Guerre mondiale. En 1901, il participe au comité qui crée la délégation pour l'adoption d'une langue auxiliaire internationale.

En mai 1909, il est élu correspondant pour l’étranger au Bureau des longitudes, en remplacement de l’amiral Francisco Calheiros da Graça (1849-1906)[8],[9],[10].

En , au début de la Première Guerre mondiale, il est signataire du manifeste des 93[11] ; il signe aussi l'appel aux européens initié par Georg Friedrich Nicolai.

Son fils Friedrich Wilhelm Foerster est un philosophe et un militant pacifiste.

HommagesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Jacques Boullaire, « Index biographique des membres et associés décédés (1769-2008) » [PDF], sur Académie Royale de Belgique, (consulté le 17 avril 2021), p. 96 / 261.
  2. a b c d e f g et h « Wilhelm Julius Foerster », sur Henri Poincaré Papers, (consulté le 17 avril 2021).
  3. Bureau international des poids et mesures, Documents diplomatiques de la conférence du mètre : 1er séance du sous la présidence du duc Decazes, Paris, Imprimerie nationale, , 135 p., 21 cm (lire en ligne [PDF]), p. 25.
  4. Girolamo Ramunni (1945-2019), Les lieux des erreurs scientifiques, Paris, Éditions du Cavalier bleu, , 208 p., 21 cm (ISBN 2846705283 et 978-2-84670-445-8, OCLC 828229743, SUDOC 165513772, présentation en ligne, lire en ligne), p. 78
  5. Paul Stroobant, Jules Delvosal (1876-1960), Hector Philippot (1872-1925), Eugène Delporte et Émile Merlin (en), Observatoire royal de Belgique, Les observatoires astronomiques et les astronomes, Bruxelles, Hayez imp., , 316 p., in-8° (OCLC 6829454, notice BnF no FRBNF31414738, SUDOC 023699868, présentation en ligne, lire en ligne), p. 270.
  6. Jacques Dumas, Association de la paix par le droit, Almanach de la paix : Coup d’œil général sur le Mouvement Pacifiste, Paris, Plon, Nourrit et Cie, , 72 p., in-8° (notice BnF no FRBNF32687258, lire en ligne), p. 45.
  7. Théodore Ruyssen et Paul-Boncour (dir.), « Un livre héroïque », Floréal, Paris, Aristide Quillet Éditeur,‎ , p. 29 / 48 (ISSN 2024-4878, notice BnF no FRBNF32776014, lire en ligne, consulté le 19 avril 2021).
  8. Henri Poincaré, « Demande de nomination pour Wilhelm Foerster, comme correspondant étranger du Bureau des Longitudes », sur Henri Poincaré Papers, (consulté le 18 avril 2021).
  9. Henri Poincaré, « Procès-verbal de la séance du  », sur Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, (consulté le 19 avril 2021).
  10. « Francisco Calheiros da Graça (1849-1906) », sur Les procès-verbaux du Bureau des longitudes (consulté le 21 avril 2021).
  11. « Débats parlementaires. Sénat : compte rendu in-extenso », Journal officiel de la République française, Paris, Imprimerie nationale,‎ , p. 317 / 322 (ISSN 0373-0425, notice BnF no FRBNF34363182, lire en ligne, consulté le 19 avril 2021).
  12. « Planétarium de Berlin et Observatoire Wilhelm Foerster », sur museumsportal-berlin.de (consulté le 18 avril 2021).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier