Ouvrir le menu principal

Wilaya de Guelma (24)
Guelma /ⴳⴰⵍⵎⴰ /قالمة
Image illustrative de l’article Wilaya de Guelma
Localisation de la wilaya de Guelma
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Chef-lieu Guelma
Daïras 10
Communes 34
Président d'APW Youcef Brahmia[1] (RND)
2012-2017
Wali Fatma Zohra Raïs (ar)
Code wilaya 24
Wilaya depuis 1974
Démographie
Population 482 430 hab. (2008[2])
Densité 118 hab./km2
Rang 33e
Géographie
Superficie 410 100 ha = 4 101 km2
Rang 33e

La wilaya de Guelma (prononcé [guel.ma] Écouter), (en arabe: ولاية قالمة; en berbère: Galma, ⴳⴰⵍⵎⴰ) est une wilaya de l'est algérien située entre les régions d'Annaba et de Constantine.

Sommaire

GéographieModifier

 
Une vue panoramique de la vallée de Guelma

Dans le but d’une décentralisation en 1986, l’éclatement des 03 dairates composant la wilaya à l'époque donna naissance à 05 dairates: Guelma, Guelaat-Bou-Saba, Oued-Zenati, Bouchegouf, Khezaras, Hammam Debagh et 34 communes dont 21 communes mères et 13 créations nouvelles.

Le territoire de la Wilaya renferme actuellement 34 communes qui constituent les unités territoriales et 10 dairates après le découpage administratif de 1990 dont 04 dairates nouvellement créées : Héliopolis, Ain-Makhlouf, Ain-Hessainia (Houari Boumediene)et Hammam N’bails

Il est à remarquer que ce découpage fait ressortir des communes d’un niveau intermédiaire d’urbanisation, des communes semi-urbaines et des communes rurales.

La wilaya de Guelma occupe aussi une position géographique stratégique, en sa qualité de carrefour dans la région nord-est de l’Algérie, reliant le littoral des Wilaya de Annaba, EI Tarf et Skikda, aux régions intérieures telles que les Wilaya de Constantine, Oum EI Bouagui et Souk Ahras.

HistoireModifier

L'état de Ghalema est une région pastorale dans laquelle les gens se sont installés depuis l'aube de l'histoire, comme en témoignent de nombreux outils et écrits libyens et monuments funéraires trouvés par les archéologues. Les mots anciens de Hiboun, Tagast et Sirta sont certainement le centre de la civilisation amranienne au cours du millénaire. (Kalama), en raison de son emplacement au cœur de la Numidie orientale et du royaume de (Masi), qui couvrait le nord de Constantine à cette époque, Un témoin des guerres Et le roi carthaginois de Rome et Carthage pour contrôler la région.Il nous dit que le roi barbare a mené une bataille contre le général romain (Postinius) non loin de ses murs dans la région d’Ain Nishma.Au début du premier siècle de notre époque, ces mots sont devenus une monarchie florissante, Il fut d'abord colonisé par Hibun (Annaba) et Sevist sous le règne de Sévère, la principale réserve céréalière de l'empire, avec son théâtre de 4 500 places, l'un des théâtres romains les plus vastes et les mieux préservés d'Afrique du Nord. Sa position de pôle d’échange et d’économie et sa situation à la croisée des chemins Au centre du centre ancien de Rusikada Skikda, à Tagast, à Hippon et à Tefast, tous les anciens châteaux carthaginois, Kalma devint une forteresse culturelle partagée avec Tagast.Au cours de l'ascension et de la domination du christianisme, Kalma atteignit le rang d'épiscopal. De la province sacerdotale de Numidia sous l'autorité de l'évêque (Possidius), et avec l'arrivée du Vandal en 431 après JC, Poséidis se tourna vers Gibson pour s'effondrer sous le règne de l'empereur Genséric avant d'être restauré par Byzance dans la réinvasion de l'Afrique du Nord par le général Solomon ) (Solomon) sous Justin (Justinien), qui lui a donné une position forte, a vu beaucoup de mots Avant la première vague de conquête islamique au VIIIe siècle de notre ère et au début du onzième siècle (11), l’afflux d’Hilalites commença (comparé à la tribu des Bani Hilal), où une de leurs destinations se forma selon Ibn Khaldoun, Grâce aux Fatimides et aux Zaïrois, la langue retrouve son statut de centre culturel et économique.A partir du XIIe siècle, à l'époque ottomane, Guelma devint un refuge pour les passants, perdant ainsi son importance et traversant une récession qui dura jusqu'à l'occupation française

Organisation de la wilayaModifier

WalisModifier

Le poste de wali de la wilaya de Guelma a été occupé par plusieurs personnalités politiques nationales depuis sa création le par l'ordonnance no 74-69 qui réorganise le territoire algérien en portant le nombre de wilayas de quinze à trente et une.

Walis dans la wilaya de Guelma.
Wali Début Fin Wilaya de naissance
1 Ahmed El Ghazi Wilaya de Tlemcen
2 Abderrahmane Baazizi
3 Zekri Hadj Zekri
4 Abderrahmane Meziane Chérif Wilaya de Sétif
5 Mohamed Mourah
6
7
8 Abderrachid Guerram
9 Mokhtar Bentabet
10 Belkacem Hamdi
11 Larbi Merzoug
12 Fatma Zohra Raïs 2015 (en cours)

DaïrasModifier

La wilaya de Guelma compte 10 daïras.

Article détaillé : Daïras de la wilaya de Guelma.

CommunesModifier

La wilaya de Guelma compte 34 communes

Article détaillé : Communes de la wilaya de Guelma.

Ressources hydriquesModifier

BarragesModifier

Cette wilaya comprend les barrages suivants:

  • Barrage de Hammam Debagh[3].
  • Barrage de Medjez Beggar[4].

Ces barrages font partie des 65 barrages opérationnels en Algérie[5] alors que 30 autres sont en cours de réalisation en 2015[6].

SantéModifier

  • Hôpital Hakim El Okbi de Guelma.
  • Hôpital Ibn Zohour de Guelma.
  • Hôpital de Aïn Larbi.
  • Hôpital de Oued Zenati.
  • Hôpital de Bouchegouf.

ÉconomieModifier

 
Champs de blé
  • CYCMA : Complexe de fabrication cycles et cyclomoteurs.
  • Raffinerie de sucre
  • Unité de céramique et vaisselle (ECVE)
  • Plusieurs unités de productions d'agrégats, de marbre et de kaolin
  • complexe d habillement a bouchegouf
  • levurerie de bouchegouf

TourismeModifier

Sources thermalesModifier

 
La cascade de Hammam Challala.

Sites et monuments touristiquesModifier

 
Façade du théâtre romain de Guelma.
  • Théâtre romain de Guelma (4500 places)
  • Piscine romaine à Hammam Bradaa, Héliopolis
  • Vestiges antiques de Thibilis (Sellaoua Announa)
  • Nécropole de Dolmens et grottes funéraires de Roknia
  • Grande Cascade de Hammam Chellala (Hammam Dbegh)
  • Plateaux des cônes à Ain Hessaina
  • Lac souterrain à Bir Osmane (Hammam Debagh)
  • Grotte de djebel Taya à Bouhachana
  • Stations climatiques de montagne, site naturels, forêts de chênes, sources minérales à Maouna
  • Forêt récréative de Béni Salah, à Bouchegouf
  • Ghar e'Said (Grotte du lion)
  • Ghar el'Djemaa (Grotte de l'Équipe ou du Groupe ou de l'Assemblée)

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

La bibliographie partielle ci-dessous permet d'élargir et d'approfondir les connaissances sur le contenu de cet article.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Le modèle {{dead link}} doit être remplacé par {{lien brisé}} selon la syntaxe suivante :
{{ lien brisé | url = http://example.com | titre = Un exemple }} (syntaxe de base)
Le paramètre url est obligatoire, titre facultatif.
Le modèle {{lien brisé}} est compatible avec {{lien web}} : il suffit de remplacer l’un par l’autre.