Ouvrir le menu principal

Wilaya III historique

Wilaya III historique
Wilaya III historique
Wilaya III historique de la Révolution Algérienne
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wali Krim Belkacem,
Saïd Mohammedi,
Mohand Ameziane Yazourene,
Amirouche Aït Hamouda,
Abderrahmane Mira,
Mohand Oulhadj.
Wilaya depuis 20 août 1956
Liens
Site web m-moudjahidine.dz

La Wilaya III historique est l'une des sept wilayas de la guerre d'Algérie située dans la Kabylie[1].

AperçuModifier

Géographiquement la wilaya III historique s'étendait de Boumerdes à Oued Agrioune de Souk El Tenine sur le bord de la Méditerranée ; à l'Est, de Souk El Tenine à Sétif en suivant le tracet de la RN9 jusqu'à Boussâada ; au sud, de Boussâada à Sour El-Ghozlane et Bouira ville et à l'ouest, de Bouira à Boumerdes via Lakhdaria[2].

C'est un bloc de montagnes escarpées, disséqué par des rivières et ruisseaux et coupé en deux par le profond sillon de la Soummam, séparant la Grande Kabylie, tournée vers l'ouest, et la Petite Kabylie, tournée vers l'est.

PopulationModifier

C'est une wilaya historique dont la densité de la population kabylie autochtone est grande, alors que la population européenne est faiblement implantée.

Atouts révolutionnairesModifier

L'homogénéité culturelle berbère de cette wilaya historique (sauf dans ses marges arabophones d'Msila et Bou Sâada), ainsi que la précocité de l'implantation du nationalisme algérien dans la Kabyle, ont fait que les natifs de la région, qu'ils soient résidents ou émigrés en France dans l'entre-deux-guerres, ont grandement participé au succès de la Révolution algérienne .

PréparationModifier

 
Carte du découpage du territoire algérien en 6 wilayas historiques élaboré lors du congrès de la Soummam en 1956.

La région kabyle de cette wilaya historique avaient précocement participé à l'insurrection de mai 1945 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque des militants ardents se préparèrent à passer à l'action dans la nuit du 22 au 23 mai 1945 en Kabylie.

Certains se réfugièrent dans le maquis et y restèrent jusqu'à la Déclaration du 1er novembre 1954.

Le PC de la wilaya est installé dans la région de Mezouara. Février 1957, après d'intenses bombardements, Mezouara, partiellement détruit, fut évacué et déclarée zone interdite. Les habitants s’installèrent dans les villages voisins, voire plus loin (Sidi-Aich, Alger…) et le PC fut transféré près de Michelet, ensuite au Cap Sigli, pour quelque temps, puis de nouveau dans les montagnes de l'Akfadou au col de Tagma.

Avant-garde révolutionnaireModifier

La Kabylie, englobant le périmètre de cette wilaya historique, est la première organisation régionale du Front de libération nationale, à cause de sa densité humaine et sa concentration en militants.La Kabylie donnera a la Wilaya algerois '4 colonels historiques Ouamrane Dehiles Bouguera né a Miliana mais originaire de Titest petite Kabyle au nord de Setif et enfin Salah Zaamoum

EffectifsModifier

Cette wilaya historique comptait aux débuts de la Révolution algérienne environ 450 hommes armés.

Elle fournira, à plusieurs occasions des unités de combattants pour aider les wilayas limitrophes. Mais son chef, le maquisard Krim Belkacem, évite les actions spectaculaires pour, dira-t-il, ne pas l'exposer à la répression avant d'avoir obtenu le soutien de toute la population kabyle. En août 1956, il organise le congrès de la Soummam.

ChefsModifier

Articles connexesModifier

RéférencesModifier