Portail:Montérégie/Lumière

Centre Juliette-Lassonde.jpg

Le Centre des arts Juliette-Lassonde est un complexe culturel situé à Saint-Hyacinthe au Québec, Canada.

Le Centre des arts Juliette-Lassonde se situe dans la région montérégienne. Il peut accueillir les artistes professionnels, la communauté artistique locale en arts de la scène et tous les créneaux artistiques ainsi que la communauté en général. Il dessert particulièrement la municipalité régionale de comté Les Maskoutains regroupant une population de 80 000 habitants. Plusieurs artistes d'envergure nationale et internationale s'y sont produits; on compte notamment Salvatore Adamo, Gary Kurtz, Oliver Jones, Roch Voisine, André-Philippe Gagnon, Michel Rivard, l'Orchestre symphonique de Montréal, Stéphane Rousseau, Richard Desjardins, Zachary Richard, Claude Dubois, Isabelle Boulay, Jorane, Édith Butler, Richard Séguin, Angèle Dubeau, Pascale Picard, Vincent Vallières, Luce Dufault, Marco Calliari, Kevin Parent, etc.

Dès 1990, la ville de Saint-Hyacinthe fait des sondages et des consultations auprès de la population. Lors de l'année des célébrations du 250e anniversaire de la fondation de la ville en 1998, le projet de « la Cité du XXIe siècle» relance l'idée d'une salle de spectacles au centre-ville, pour répondre aux besoins des organismes culturels locaux et régionaux. La construction de la salle de spectacles fut entamée en 2004 avec l'aval du ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ) et se terminait en décembre 2005.

LumièreModifier

1

La réserve écologique du Boisé-des-Muir est située à Hinchinbrooke, à 5 kilomètres de Huntingdon et à 70 km au sud-ouest de Montréal, dans la région du Haut-Saint-Laurent. Cette réserve écologique protège une forêt ancienne dont les plus vieux individus ont plus de 300 ans et qui a été peu perturbée après la colonisation. Elle est composée d'un peuplement d'érablière sucrière à hêtre à grandes feuilles et pruche du Canada. Le nom de la réserve rend hommage à la famille Muir, l'ancien propriétaire du site.

Une telle forêt est exceptionnelle pour une région aussi agricole que le Haut-Saint-Laurent. En effet, les forêts ne constituent plus que 10% du territoire, et ont typiquement été exploitées à une époque ou une autre par leurs propriétaires agriculteurs. Alors que certains arbres du Boisé-des-Muir atteignent 300 ans, ces forêts perturbées n’ont en général que de 40 à 80 ans, tout au plus.

Le Boisé-des-Muir est considéré comme la forêt précoloniale la mieux préservée du sud québécois, et représente un dernier vestige du type de forêt qu’on pouvait retrouver dans la région avant l’arrivée des colons européens.

2 L'Agence spatiale canadienne ou ASC (en anglais Canadian Space Agency (CSA)) ou ASC est l'agence spatiale du Canada. Elle a été fondée le par la Loi sur l'Agence spatiale canadienne, promulguée en décembre 1990. L'agence qui emploie 670 personnes et gère un budget d'environ 400 millions de $CAN a pour mission de planifier et de gérer les programme spatiaux du Canada, d'accroitre et de diffuser le savoir-faire spatial dans l'industrie canadienne et de promouvoir l'utilisation des applications spatiales. Le principal programme spatial national est constitué par la série des satellites d'observation de la Terre radar Radarsat qui mobilise plus d'un tiers de ses investissements. Les autres projets de l'agence canadienne sont essentiellement des participations à des projets d'autres agences spatiales. L'ASC a participé à la réalisation de la Station spatiale internationale et à ce titre des astronautes canadiens font régulièrement partie de l'équipage de la station. L'agence est membre de l'Agence spatiale européenne et fournit ou participe à la réalisation d'instruments scientifiques embarqués dans des missions européennes. Elle participe de la même manière à des missions scientifiques de la NASA comme la sonde spatiale martienne MSL.
3

Georges St-Pierre, surnommé « Rush » ou GSP, né le 19 mai 1981 à Saint-Isidore, est un pratiquant québécois de combat libre et de jiu-jitsu brésilien, actuellement champion du monde des poids mi-moyens de l'Ultimate Fighting Championship.

Georges St-Pierre commence les sports de combat à l'âge de sept ans afin, notamment, de se défendre contre un tyran de son école. En parallèle, il se passionne pour les échecs et est classé parmi les 25 meilleurs jeunes dans cette discipline au Québec à ses dix ans. Il laissera tomber les échecs pour ne se consacrer qu'aux art martiaux. St-Pierre commence tout d'abord le karaté Kyokushin et se met ensuite au ju-jitsu à la suite du décès de son professeur de karaté. Plus tard, il pratique aussi la lutte et rêve de devenir champion de l'Ultimate Fighting Championship (UFC) en voyant Royce Gracie gagner l'UFC 1 en 1993. Il devient membre et se démarque au sein de l'équipe nationale canadienne de lutte.

Le 25 janvier 2002, Georges St-Pierre commence sa carrière professionnelle de MMA contre Ivan Menjivar à l'UCC 7, combat qu'il remporte par décision des juges.

4

Ski Mont Rigaud est une station de ski créée en 1986 sur la montagne de Rigaud à Rigaud. Située à l'extrémité ouest de la banlieue de Montréal, près de la frontière du Québec avec l'Ontario, elle est la seule station de ski exploitée dans la région métropolitaine, l'autre étant Ski Mont Saint-Bruno. La pente est située à seulement 30 minutes de l'île de Montréal. C'est la seule station de ski à l'ouest du Québec au sud de la rivière des Outaouais.

Ski Mont Rigaud s'identifie comme « la maternelle du ski au Québec » et offre des leçons de ski alpin et de planche à neige. La station comporte un snowpark et est ouverte en soirée. Les pentes peuvent être arrosées de neige artificielle. Les pentes sont accessibles par un seul remonte-pente.

La station offre également des équipements de fauteuil-ski et de dualski pour les personnes à mobilité réduite.

5

L'autoroute 30 est une autoroute interurbaine qui relie la Montérégie au Centre-du-Québec. Le projet de construction de l'autoroute 30 remonte au début des années 1960 et son but était de remplacer la route 132 comme principal lien routier entre les municipalités de la rive sud du fleuve Saint-Laurent. On y voyait là également un lien routier favorisant les déplacements en périphérie de la métropole. À cette époque, la route 132 était numérotée la route 3. À l'origine, il était prévu que l'autoroute 30 débute à la frontière américaine à Dundee et se termine à Saint-Pierre-les-Becquets sur la route 218. Depuis ce temps, plusieurs modifications au tracé ont été apportées. De Salaberry-de-Valleyfield à Sorel-Tracy est accompagnée par la route 132, de desserte locale qui peut aussi lui servir d'alternative lors de fermeture importante.

La construction de l'autoroute 30 progressa rapidement entre 1968 et 1976. Mais, suite au moratoire du gouvernement sur la construction d'autoroutes (1977 à 1985), le projet fut mis au rancart. Ainsi, aujourd'hui, le projet originel n'est toujours pas terminé et l'autoroute 30 ne permet toujours pas de contourner Montréal. Par contre, des travaux sont en cours pour prolonger l'autoroute 30 dans le cadre d'un partenariat public-privé.

6

La basilique Sainte-Anne de Varennes est une basilique catholique située dans la ville de Varennes et la paroisse du même nom, sur la rive-sud de Montréal. Elle est nommée en l'honneur de Sainte Anne, sainte patronne de la province de Québec et mère de la Vierge Marie.

Elle fut construite de 1884 à 1887 par les architectes Albert Mesnard et Henri-Maurice Perrault. L'église comporte plusieurs références à l'art roman et à l'art gothique. Des œuvres à l'intérieur ont été réalisées par Guido Nincheri, Félix Mesnard et Antoine Durenne.

L'édifice remplace une vieille église paroissiale érigée par Mgr de Saint-Vallier en 1692, un deuxième édifice construit en 1718 modelé sur l'ancienne église du Cap-de-la-Madeleine et une troisième église construite en 1780 sur le modèle de la paroisse de Sainte-Famille.

La basilique est un lieu à la dévotion de sainte Marguerite d'Youville. Deux chapelles, l'une dédiée à Sainte Anne et l'autre à Saint Joachim, sont situées proche de l'église. Elle possède en outre une orgue Casavant et une statue à sainte Anne.

Elle reçut le titre basilical sous l'épiscopat de Bernard Hubert en 1994 par l'envoi d'un bref de Jean-Paul II.

Depuis le 8 décembre 2010, les restes de Sainte Marguerite d'Youville reposent dans le tombeau du transept de la Basilique.

7

Le centre d'interprétation de la nature du lac Boivin (CINLB) est un organisme à but non lucratif fondé en 1980 qui a comme mission de conserver le territoire, les habitats, la faune et la flore du lac Boivin qui est la principale étendue d'eau de la ville de Granby.

Le CINLB a comme objectif de rendre le territoire accessible à la population et ce gratuitement pour leur permettre par exemple de contempler la nature, de pratiquer l'ornithologie ou tout simplement de prendre une marche en plein air. Le centre vise aussi à promouvoir la conservation de l'environnement que ce soit dans les lieux naturels ou à la maison (comme par exemple en encourageant le compostage des déchets organiques). Finalement le CINLB voit à optimiser la production de son territoire comme par exemple en plantant des arbres dans le but d'aider la faune et la flore.

Le CINLB fut fondé en 1980 lorsque le maire de Granby de l'époque, Paul-Olivier Trépanier mandatat l'homme d'affaire Gérald R. Scott pour présider le Comité d'aménagement du lac Boivin. Le comité décida alors de créer le parc Daniel-Johnson comme aire récréative et le CINLB pour l'observation de la nature.

Avant de servir de centre d'interprétation de la nature, on retrouvait à cet emplacement l'aéroport de Granby qui ferma peu avant la création de l'aéroport régional des Cantons-de-l'Est en 1983 dans la ville voisine de Bromont.

8

La ligne Vaudreuil–Hudson, auparavant appelée la ligne Montréal/Dorion–Rigaud, est une ligne de train de banlieue de la grande région de Montréal. L'Agence métropolitaine de transport en est propriétaire du matériel roulant mais la ligne est opérée sur les voies du Canadien Pacifique et par son personnel. L'appellation de la ligne fut officiellement changée à la suite de la fermeture de la gare Rigaud le 30 juin 2010. Cette fermeture fut le résultat du conflit entre l'AMT et la ville de Rigaud au sujet du financement du service de train de banlieue.

Le point de départ de la ligne se situe à la gare Lucien-L'Allier au centre-ville de Montréal et longe le sud de l'île de Montréal, desservant les banlieues ouest, avant de traverser le fleuve Saint-Laurent vers la région de Vaudreuil-Soulanges. Le point d'arrivée varie d'un départ à l'autre, bien que la majorité des parcours aient pour terminus la gare Vaudreuil.

Le service s'effectue aux trente (30) minutes aux heures de pointe mais seulement toutes les deux ou quatre heures en dehors de ces heures et de la fin de semaine. Le terminus de la grande majorité des trains est à Vaudreuil alors que la station de Hudson n'a qu'un départ le matin en semaine et une seule arrivée en soirée. C'est la seule ligne de trains de banlieues de la région montréalaise à offrir un service semi-expresse : les trains allant à l'inverse de la direction principale aux heures de pointes n'arrêtent pas à certaines stations moins fréquentées. En 2006, plus de 14 000 personnes utilisent le train quotidiennement en semaine.

9

Le Festival international de percussions de Longueuil est un festival de percussions qui a lieu au mois de juillet à Longueuil depuis 2002. Le Festival est un organisme à but non lucratif qui propose une aventure exceptionnelle dans l’univers fascinant des percussions. Unique en son genre, il invite un public de tous les âges à découvrir des horizons autant sonores que multicolores. Chaque année, il présente plus de 500 artistes locaux et internationaux et attire près de 200 000 festivaliers.

Le Festival change de thématique tous les ans pour assurer un renouvellement constant dans la programmation et les teintes données aux différentes composantes de l’événement. Ainsi, le festivalier s’ouvre tous les ans vers de nouveaux horizons.

Le Festival est destiné à élargir la perception du public à l’égard des percussions. Il a pour but d'offrir un moment d’échange social et de divertissement pour tous. Il vise également à soutenir et promouvoir la communauté culturelle de la région.

Introduits à l’art des percussions par l’intérêt que portent leurs enfants pour ce type de musique, Gilbert Lucu et France Cadieux, les fondateurs du F.I.P. ont rapidement décelé le potentiel d’attraction d’un événement culturel axé sur les percussions. Ainsi, et pour démontrer leur ferme intention d'en faire un événement permanent, les promoteurs obtiennent les lettres patentes créant officiellement en 2002 le F.I.P. : Festival international de percussions.

10

La maison Trestler est un bâtiment patrimonial datant de 1798 et situé dans la région de Vaudreuil-Soulanges sur les bords de la rivière des Outaouais.

La maison Trestler doit son nom à Jean-Joseph Tröstler, dit Trestler, né en 1759 à Mannheim, dans le duché de Bade en Allemagne. Il arrive au Canada en 1776, en tant que mercenaire au service de la Couronne britannique. Après son service dans l'armée, il s'installe à Montréal. Il épouse Marguerite Noël en 1785, dont il aura quatre filles.

Vers 1786, il acquiert une propriété dans la région de Vaudreuil, sur une pointe à la rencontre de la rivière des Outaouais et du lac des Deux-Montagnes, et se lance en affaires. Grâce à la potasse et à la fourrure, il fait rapidement fortune. La partie centrale de la maison est construite en 1798. Une voûte et un entrepôt sont ajoutés en 1805. Un autre ajout est construit du côté de la rivière en 1806 et accueille deux chambres (l'actuel salon). La maison assurera ainsi une double fonction de maison de commerce et de résidence bourgeoise.

Jean-Joseph Trestler épouse en secondes noces Marie-Anne Josephte Curtius dont naîtront quatre fils. Le second fils, Jean-Baptiste Curtius, devient administrateur des propriétés Trestler à la suite du décès de son père en 1813.

La propriété demeure aux mains de la famille jusqu'en 1860 où la succession Trestler se départit progressivement des terres et des biens. La maison principale est subdivisée en trois parties qui servent de résidences d'été. En 1927, la maison est achetée par Gustave Rainville, courtier en valeurs mobilières. Il effectue alors d'importantes transformations.

11

Le Cégep de Granby Haute-Yamaska est une institution scolaire de niveau collégial publique (cégep), offrant des cours de formation pré-universitaire et technique, à environ 1 700 étudiants en 2009 à temps plein et à temps partiel. Le cégep est situé à Granby.

Suite à l'adoption du projet de loi 60 à l'Assemblée nationale du Québec en 1967, divers cégeps furent créés. La ville de Granby n'a toutefois pas d'établissement de niveau collégial. Suite à une demande de Jean-Guy Cardinal et d'Armand Russell, on formera plus de 130 étudiants en 1968-1969 à l'intérieur de l'école polyvalente Sacré-Cœur grâce à l'appui du Collège de Sherbrooke (aujourd'hui Cégep de Sherbrooke).

C'est en 1977 qu'on inaugurera le Campus de Granby du Collège de Sherbrooke et que ce dernier sera responsable de ses propres finances. Dès cette année, le nombre d'élèves inscrits dépasse déjà les 1 000. Différents locaux hors-campus seront loués pour répondre aux besoins. En , le campus deviendra entièrement autonome et portera désormais le nom de Collège de Granby. Le nom actuel de Cégep de Granby Haute-Yamaska sera sélectionné en 1990-1991. Haute-Yamaska désigne la municipalité régionale de comté de La Haute-Yamaska dans laquelle se situe le cégep.

12

L’église Saint-Mathias est située à Saint-Mathias-sur-Richelieu.

Érigée en 1784, c'est l'une des plus anciennes églises de la vallée du Richelieu. C'est une église construite selon le plan en croix latine, comme bien des églises de la fin du XVIIIe siècle. Cette église est une des rares du Nouveau Monde à avoir un cimetière entouré d'un mur de pierre toujours présent aujourd'hui. De plus, son chœur est étrangement profond par rapport à la nef; ceci résulte d'un agrandissement du chœur en 1817 durant la réfection de l'église, au cours de laquelle on a aussi procédé au remplacement du clocher par celui que l'on peut apercevoir aujourd'hui, qui est du type à double lanterne ajourée.

À l'intérieur, la décoration a été faite dans un style rococo-baroque, comme dans la plupart des églises canadiennes de la fin du XVIIIe siècle. Dans le cas de l'église Saint-Mathias, on a toutefois réalisé deux décorations intérieures bien distinctes. La première, dont subsiste seulement le maître-autel, a été exécutée de 1794 à 1797. La deuxième a été faite après l'agrandissement du chœur et la réfection du clocher, soit en 1821, par René St-James dit Beauvais, Jean-Baptiste Barrette et Paul Rollin.

13

Paul-Émile Borduas (1905 - 1960, Paris) est un peintre, sculpteur et professeur québécois connu pour ses œuvres abstraites. Il a rédigé le Refus global, un manifeste artistique publié en 1948, avec l'appui de quinze cosignataires dont les peintres Jean-Paul Riopelle, Claude Gauvreau, Pierre Gauvreau, Marcel Barbeau, Fernand Leduc et Marcelle Ferron.

Paul-Émile Borduas nait le dans le village de Saint-Hilaire près de Montréal. Il est le quatrième d’une famille de sept enfants, fils de Magloire Borduas, voiturier, et d’Éva Perrault.

En fréquentant l’église du village, le jeune Borduas découvre l’art par les travaux de restauration du réputé peintre décorateur Ozias Leduc, qui accepte de le prendre comme apprenti. Celui-ci lui fit faire son premier apprentissage de peintre en l'emmenant avec lui à Sherbrooke, à Halifax et à Montréal et en l'initiant à la décoration d'église. Ozias Leduc l'encourage à s'inscrire à l'École des beaux-arts de Montréal (1923-1927) et obtient de Mgr Olivier Maurault, alors curé de Notre-Dame à Montréal, les crédits nécessaires pour l'envoyer ensuite étudier en France (1928-1930), aux Ateliers d'art sacré, dirigés par Maurice Denis et George Desvallières à Paris.

14

Ozias Leduc (Mont-Saint-Hilaire, 8 octobre 1864Saint-Hyacinthe, 16 juin 1955) est l'un des peintres les plus importants du Québec.

Après avoir travaillé à la décoration de l'intérieur de l'église Saint-Paul-L'Ermite (1892), il obtient son premier contrat important pour la cathédrale de Joliette, pour laquelle il peint un groupe de 23 tableaux religieux. Parmi ses œuvres les plus importantes, on trouve l'église de Saint-Hilaire (1894-1899), la cathédrale de Saint-Ninian d'Antigonish (1902-1903), les églises de Saint-Romuald à Farnham (1905), de Saint-Enfant-Jésus du Mile-End à Montréal (1917-1919), la chapelle de l'évêché de Sherbrooke (1922-1932), le baptistère de la Basilique Notre-Dame de Montréal (1927-1928), l'église des Saints-Anges Gardiens à Lachine (1930-1931) et celle de Notre-Dame-de-la-Présentation à Shawinigan-Sud (1943-1955), un projet qui lui a demandé treize ans pour sa réalisation.

15 L’Hôpital Charles-LeMoyne, situé à Greenfield Park, est un centre régional de soins de courte durée offrant des soins hospitaliers et ambulatoires généraux, spécialisés et surspécialisés. Affilié à l'Université de Sherbrooke, il est chargé d'accueillir et de former des étudiants en médecine, en sciences infirmières et autres secteurs multidisciplinaires. Il est reconnu notamment comme centre de référence régional en cancérologie, en pédopsychiatrie, en neurochirurgie et en biologie médicale, ainsi que pour son centre de recherche axé sur les interventions novatrices en santé. L'HCLM est aussi un centre désigné secondaire en traumatologie. L’HCLM compte environ 3 200 employés dont près de 1 600 en soins infirmiers, 500 professionnels et techniciens de la santé ainsi que 440 médecins omnipraticiens et spécialistes et environ 160 bénévoles. Son budget annuel est de plus de 230 M $.
16

Le mont Saint-Grégoire, aussi appelé Mont Johnson, est l'une des neuf collines montérégiennes. La montagne, haute de 251 mètres, est située à l'intérieur des limites de la municipalité de Mont-Saint-Grégoire.

Le site est surtout connu pour ses nombreuses cabanes à sucre. Elles sont principalement situées le long du chemin du Sous-Bois, qui longe la base de la montagne du côté ouest et rejoint le rang du Fort-Georges au nord. On trouve aussi plusieurs vergers au pied de la montagne.

L'organisme CIME, qui entretient des sentiers dans la montagne depuis des décennies en vertu d'ententes avec les propriétaires des divers terrains, a acquis en 2006 certains lots, y compris le sommet de la montagne. Il lui a donc été possible de procéder à des aménagements plus permanents pour accueillir et informer les visiteurs.

17

Le Musée ferroviaire canadien (en anglais : Exporail, The Canadian Railway Museum) est un musée des transports sur rail situé à Saint-Constant.

Il détient la plus importante collection au Canada d'équipements ferroviaires, soit plus de 160 véhicules dont des locomotives, des wagons de marchandises, des voitures passagers, et des tramways. De plus, Exporail conserve près de 10 000 petits objets, 400 000 documents d'archives. Le centre d'archives est agréé et est ouvert la semaine au public (sur rendez-vous).

Plusieurs activités extérieures sont accessibles aux visiteurs durant l'été dont une balade en tramway, un circuit de train de jardin et un train de passagers.

18

Les inondations du bassin du lac Champlain et de la rivière Richelieu en 2011 sont des importantes montées des eaux survenues depuis la fin d'avril 2011 et consécutives au débordement de la rivière Richelieu au Canada et du lac Champlain aux États-Unis. Du côté québécois, ces inondations ont touché environ 3 000 foyers en Montérégie. Au Vermont, sept comtés du Nord de l'État ont subi des dommages estimés à 6 millions $US près des rives du lac Champlain. Des dommages similaires sont signalés du côté de l'État de New York.

Au Québec, les principales villes touchées par l'inondation sont Venise-en-Québec, Noyan, Saint-Jean-sur-Richelieu, Henryville, Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix et Sainte-Anne-de-Sabrevois.

Les Forces canadiennes furent demandées en renfort le 5 mai pour aider à évacuer les résidents et à établir des digues pour essayer de protéger les zones à risque.

19

L'écluse Côte-Sainte-Catherine, située à Sainte-Catherine, est implantée sur le Canal de la Rive-Sud, l'une des composantes de la voie maritime du Saint-Laurent.

Le canal de la Rive-Sud d'une longueur de 14 milles nautiques entre le port de Montréal et le lac Saint-Louis, comporte deux écluses, celle de Saint-Lambert et celle de Côte-Sainte-Catherine. Il a été créé pour permettre aux navires de franchir les rapides de Lachine.

L'ouvrage est compris entre l'île de la voie maritime et l'île du Seigneur.

L'écluse Côte-Sainte-Catherine se trouve en aval de l'écluse de Beauharnois du Canal Beauharnois.

Le sas permet d'élever de 9 mètres les navires pour rejoindre le canal en amont de l'écluse.

Les caractéristiques des écluses de la Voie maritime du Saint-Laurent sont identiques. Une écluse mesure 233,5 mètres de longueur, 24,4 mètres de largeur et 9,1 mètres de profondeur.

L'écluse Côte-Sainte-Catherine a été inaugurée le 26 juin 1959 en présence de la reine Élisabeth II. C'est aussi en 1959 qu'est devenue opérationnelle dans sa forme actuelle, la voie maritime du Saint-Laurent.

20

La rivière Richelieu est une rivière d’une longueur de 124 km. Elle prend sa source au lac Champlain et se déverse dans le fleuve Saint-Laurent à Sorel-Tracy.

Avec son bassin versant d’une superficie totale de 23 720 km2 — incluant ceux du lac Champlain (19 925 km2) et de la baie Missisquoi (1 289 km2) — la rivière Richelieu constitue le plus important tributaire de la rive sud du fleuve Saint-Laurent et draine un vaste territoire du sud du Québec. La portion québécoise de son bassin versant (environ 15 % de sa superficie totale) comprend 18 lacs et étangs ainsi qu’une quarantaine de rivières et ruisseaux tributaires du Richelieu. Les principaux affluents du Richelieu sont les rivières l’Acadie, du Sud, des Hurons et Lacolle.

Près de 340 000 habitants, répartis dans huit MRC et 65 municipalités, vivent dans la partie québécoise du bassin versant de la rivière. La densité de la population (140 habitants par km2) y est donc très élevée par rapport à celle de la plupart des autres régions du Québec. Un peu plus de 70 % de ce territoire est utilisé à des fins agricoles.

21

Le Fort Lennox est un fort érigé à l'Île-aux-Noix dans la rivière Richelieu. Il fut érigé entre 1819 et 1829 pour protéger la colonie d'une invasion américaine. Il est aujourd'hui un lieu historique national administré par Parcs Canada.

Le lieu historique national du Fort-Lennox tient son originalité tant à sa localisation qu'à son histoire. L'île aux Noix a connue différentes périodes d'occupations avant de devenir le lieu historique national que nous connaissons actuellement. Construite entre 1819 et 1829, cette ancienne fortification britannique, établie pour défendre la colonie des attaques américaines, est la seule à avoir conservé sa structure originelle au Québec.

En 1921, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada reconnaît le fort Lennox comme un lieu historique d'intérêt national. L'île est alors déclarée parc historique national. Mais ce n'est qu'en 1970 que le gouvernement canadien entreprend sérieusement la conservation et la restauration de cette fortification.

22 Le boulevard Taschereau est l'une des principales artères de la Montérégie.

Ce boulevard relie Candiac à Longueuil via La Prairie, Brossard, Greenfield Park, Saint-Hubert et LeMoyne.

Le boulevard Taschereau débute à l'intersection du boulevard Montcalm et de l'autoroute 15 à Candiac comme boulevard à 2 voies par direction. Après avoir croisé la rue Papineau, le boulevard entre sur le territoire de La Prairie.

À partir de Brossard, l'artère est réputée pour accueillir de nombreux concessionnaires automobiles, restaurants, motels et commerces de toutes sortes et la vitesse y est limitée à 70 km/h contrairement à La Prairie et Candiac où elle est de 50 km/h.

Changement de configuration par la suite, le boulevard Taschereau dans l'arrondissement Vieux-Longueuil devient une voie rapide avec des échangeurs : d'abord avec la route 112, par la suite, avec les boulevards Jacques-Cartier, Curé-Poirier, Désaulniers et Lafayette.

Le boulevard Taschereau est nommé en l'honneur de Louis-Alexandre Taschereau, 14e premier ministre du Québec.

23

Le premier moulin à eau de Saint-Bruno-de-Montarville, au Québec, date de 1725, soit à l'époque de la seigneurie de Montarville.

Au 19e siècle, le territoire montarvillois comptait une demi-douzaine de moulins permettant de moudre le grain, scier le bois, tanner le cuir, carder et tisser la laine. Les montarvillois ont su mettre en valeur l'énergie mécanique produite par le vaste réseau hydrographique du Mont Saint-Bruno, qui compte six lacs (lac des Bouleaux, lac Seigneurial, lac à la Tortue, lac des Atacas, lac du Moulin et lac du Village), des étangs et des ruisseaux. Les moulins à eau étaient généralement estimés plus puissants et plus fiables que les moulins à vent.

Le bâtiment en pierre qui se trouve toujours à proximité du lac du Moulin et que la population locale a baptisé le Vieux-Moulin, a été construit en 1761 et servait à moudre le grain. Il a été restauré, sans ses composantes opérationnelles, dans les années 1970 et aménagé en une halte pour les skieurs et promeneurs. Sa valeur historique et patrimoniale en fait l'un des principaux attraits du Parc national du Mont-Saint-Bruno.

24

La centrale de Tracy est une centrale thermique au mazout d'une capacité de 660 mégawatts mise en service entre 1964 et 1968 par Hydro-Québec. Elle est située sur le bord du fleuve Saint-Laurent à Sorel-Tracy, en Montérégie. La centrale cessera ses opérations à la fin de l'hiver 2010-2011.

La construction de cette centrale au mazout au début des années 1960 avait été planifiée par la Shawinigan Water and Power Company, afin de faire face à l'augmentation de la demande d'électricité et de l'impossibilité de développer davantage le potentiel hydroélectrique de la rivière Saint-Maurice.

L'usine de Tracy est la seule grande centrale thermique dans le parc de production d'Hydro-Québec et elle a longtemps constitué la principale source d'émission de polluants atmosphériques du producteur d'électricité québécois. En 2004, la centrale a émis 1,2 mégatonnes de dioxyde de carbone 6 674 tonnes de dioxyde de soufre et 4 010 tonnes d'oxyde d'azote.

Depuis 2004, la société d'État québécoise s'est engagée à n'utiliser la centrale de Tracy que lors des périodes de pointe, à la demande du gouvernement du Québec et des autorités régionales.

25

Groupe Jean Coutu, fondée en 1973, est une entreprise québécoise spécialisée dans l'opération de pharmacies franchisées. Le groupe PJC est, depuis 2004, la 4e plus importante chaîne de pharmacies en Amérique du Nord. Son siège social est situé, depuis 2015, à Varennes.

Jean Coutu et Louis Michaud fondent leur première pharmacie (appelée « Pharm-Escomptes Jean Coutu ») en 1969 à Montréal. Principe révolutionnaire à l'époque, ils basent leur commerce sur la vente de produits pharmaceutiques à escompte et sur des heures d'ouverture prolongées.

En 1973, la société Farmico est fondée, précurseure du futur Groupe Jean Coutu, abrégé en PJC inc. À ce moment, le groupe ouvre un service de franchises. Le siège social est déménagé à Longueuil en 1976. Onze ans plus tard, PJC regroupe 118 franchises au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick.

26

René Richer est un architecte né à Saint-Hyacinthe le 14 septembre 1887 et mort en 1963 à Saint-Hyacinthe. On lui doit de nombreux monuments principalement sur le territoire de la ville de Saint-Hyacinthe.

René Richer est né à Saint-Hyacinthe dans la famille des libraires Richer. Sa formation académique passe par le Séminaire et l'École polytechnique de Montréal. Son intérêt pour l'architecture le conduit à suivre des cours à Paris. Il est admis à l'Ordre des architectes du Québec en 1915. Sa carrière se profile dans deux secteurs; le premier touche la vie municipale de Saint-Hyacinthe. Engagé dès 1918 par le maire Thélesphore-Damien Bouchard à titre d'ingénieur et d'architecte, il sera le créateur et le maître d'œuvre des grands projets d'expansion et d'embellissement de la ville tout au long de la première moitié du XXe siècle. Sa pratique privée, deuxième secteur d'activités, touche le monde scolaire, résidentiel, commercial, hospitalier ainsi que le religieux et le conventuel. Sa production se retrouve aujourd'hui en grande partie à Saint-Hyacinthe, mais aussi dans la MRC des Mascoutains et en Montérégie.

27

Le Zoo de Granby est un jardin zoologique situé dans la ville de Granby. Il s'agit du plus important jardin zoologique du Québec en termes de nombre d'espèces présentées et d'affluence de visiteurs.

Le zoo de Granby tire ses origines de la ménagerie qu'avait établi Pierre-Horace Boivin, maire de Granby de 1939 à 1964 et industriel, comprenant à l'origine ses chiens, des chevaux et des chèvres. À partir de son élection comme maire, il fait appel à ses hôtes lors de ses voyages pour lui donner des animaux pour faire grandir sa collection. En 1944, sa ménagerie doit déménager sur un terrain sis rue Bourget puis, celui-ci étant devenu trop exigu, sur un terrain de 60 acres obtenu en 1944 de la paroisse Notre-Dame et qui était initialement prévu pour devenir un cimetière.

En 1953, la ménagerie devient officiellement le zoo de Granby lorsque la gestion est confiée à la Société zoologique de Granby, qui voit en outre à son déménagement sur le site qu'il occupe aujourd'hui.

Durant les années qui suivent, plusieurs grands chantiers viennent agrandir le site. La collection animale s'enrichit également, parfois par des dons provenant de personnalités, comme les castors offerts au Prince Rainier pour son mariage, ou encore un jeune éléphant reçu de Nehru comme cadeau aux enfants de Granby.

28

L’ île Perrot est une île de l'archipel d'Hochelaga, à l'ouest de Montréal au Québec, qui comprend quatre municipalités. Elle fait partie de la municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges.

L'île comprend quatre municipalités :

Les populations de ces municipalités sont majoritairement francophones, à l'exception de Pincourt qui possède une population assez métissée. Il s'y trouve une bonne portion d'anglophones.

29

Le parc national du Mont-Saint-Bruno est un petit parc national du Québec situé à Saint-Bruno-de-Montarville, à 30 km à l'est de Montréal. Le parc de 5,9 km2 comprend notamment le mont Saint-Bruno, l'une des collines montérégiennes, culminant à 218 m. Malgré sa petite taille, la montagne est reconnue pour sa grande richesse faunique et florale. Elle est située au cœur de la seigneurie de Montarville, où la série de lacs a permis la construction de nombreux moulins. L'un d'eux, le Vieux-Moulin, existe encore de nos jours.

Au début du XXe siècle, la montagne devient un lieu de villégiature de luxe ainsi qu'un lieu recherché par les communautés religieuses pour leurs besoins alimentaires. L'une de ces communautés, Les Frères de Saint-Gabriel, se démarque avec la construction d'une maison d'enseignement et d'un arboretum. En 1976, le gouvernement du Québec acquiert une partie de la montagne et la transforme en parc en 1985. Depuis 1999, le parc est géré par la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ).

Le parc est visité par environ 750 000 visiteurs chaque année. Il est possible d'y pratiquer la randonnée pédestre, le ski de fond et le ski alpin.

30

Jacques Joseph Charles Villeneuve (né le 9 avril 1971 à Saint-Jean-sur-Richelieu au Québec, Canada) est un pilote automobile québécois. Il a notamment remporté le championnat du monde de Formule 1 en 1997, les 500 Miles d'Indianapolis en 1995 et le championnat CART en 1995.

Jacques est le fils de Gilles Villeneuve, célèbre pilote de Formule 1 vainqueur de 6 Grand Prix, décédé lors des qualifications du Grand Prix de Belgique 1982. Son oncle Jacques Villeneuve a également connu une honorable carrière en Amérique du Nord au début des années 1980.

Jacques Villeneuve passe son adolescence au collège Beau-Soleil de Villars-sur-Ollon en Suisse où il fait la connaissance de Craig Pollock, un Écossais professeur d'éducation physique et de ski, qu'il retrouvera par hasard quelques années plus tard au Japon et qui deviendra son manager et ami.

Jacques effectue ses débuts en sport automobile en Italie en 1989, dans le cadre de la Coupe Alfa. Puis, il dispute pendant deux saisons le championnat d'Italie de Formule 3, terminant 6e du championnat en 1991. En 1992, il s'exile au Japon, où il participe au championnat local de Formule 3, terminant vice-champion de la série. Il termine aussi troisième du Grand Prix de Macao de Formule 3. En 1993, Villeneuve revient en Amérique du Nord disputer le championnat de Formule Atlantique, où son père et son oncle s'étaient illustrés. Sa carrière décolle à l'issue d'une unique saison marquée par cinq victoires, la troisième place du championnat et le titre honorifique de Rookie of the year. Villeneuve accède alors à la série CART, grâce au soutien du cigarettier Player's.

31

Le Centre des arts Juliette-Lassonde est un complexe culturel situé à Saint-Hyacinthe au Québec, Canada.

Le Centre des arts Juliette-Lassonde se situe dans la région montérégienne. Il peut accueillir les artistes professionnels, la communauté artistique locale en arts de la scène et tous les créneaux artistiques ainsi que la communauté en général. Il dessert particulièrement la municipalité régionale de comté Les Maskoutains regroupant une population de 80 000 habitants. Plusieurs artistes d'envergure nationale et internationale s'y sont produits; on compte notamment Salvatore Adamo, Gary Kurtz, Oliver Jones, Roch Voisine, André-Philippe Gagnon, Michel Rivard, l'Orchestre symphonique de Montréal, Stéphane Rousseau, Richard Desjardins, Zachary Richard, Claude Dubois, Isabelle Boulay, Jorane, Édith Butler, Richard Séguin, Angèle Dubeau, Pascale Picard, Vincent Vallières, Luce Dufault, Marco Calliari, Kevin Parent, etc.

Dès 1990, la ville de Saint-Hyacinthe fait des sondages et des consultations auprès de la population. Lors de l'année des célébrations du 250e anniversaire de la fondation de la ville en 1998, le projet de « la Cité du XXIe siècle» relance l'idée d'une salle de spectacles au centre-ville, pour répondre aux besoins des organismes culturels locaux et régionaux. La construction de la salle de spectacles fut entamée en 2004 avec l'aval du ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ) et se terminait en décembre 2005.

32

Agropur est une coopérative québécoise de production du lait. Elle transforme chaque année plus de deux milliards de litres de lait. Agropur est le plus grand producteur de produits laitiers au Canada avec plus de 3 milliards de dollars de ventes annuelles.

La coopérative a été fondée en 1938 par L.A. Mondou et Omer Deslauriers. Elle s'appelait auparavant la Société coopérative agricole du comté de Granby et elle regroupait 86 agriculteurs. En 2008, Agropur a fêté ses 70 ans.

Pendant les années 1940 et les années 1950, la société commence la production du beurre et construit une meunerie. Des usines sont construites ou achetées à Sainte-Anne-de-la-Pérade, Notre-Dame-du-Bon-Conseil, Coaticook et Plessisville.

Pendant les années 1970, la Société est le franchisé canadien de Yoplait. Les laiteries Leclerc sont acquises en 1971. En 1979, la société prend définitivement le nom d'Agropur. La fromagerie d'Oka est achetée en 1981.

Des lois sur l'approvisionnement du lait sont votées pendant les années 1980. Agropur mène une lutte commerciale contre Saputo en 1989.

Agropur a créé les compagnies Natrel en 1990 et Ultima en 1993. Elle est responsable des marques Québon et Sealtest. Pendant les années 1990, elle a acheté des laiteries à Brantford, à Chilliwack et à Lethbridge.

Le , Agropur a construit un centre d'entreposage et de distribution. Afin de regrouper ses deux divisions de fromage, Agropur a aussi construit un centre administratif et un centre de recherche et développement devant faire de Longueuil la place principale de l'entreprise.

La coopérative, en 2007, fait son incursion pour sa première fois en Amérique du Sud, plus précisément en Argentine. Elle forme la coentreprise Grupo La Lacteo.

33

Les collines montérégiennes, aussi appelées simplement les montérégiennes, sont une série de neuf collines alignées sur une distance d'environ quatre-vingt dix kilomètres dans les régions de Montréal, de la Montérégie et de l'Estrie, au sud-ouest du Québec.

Mons Regius, mot latin, fut utilisé pour la première fois en 1903 par Frank Dawson Adams pour désigner les montagnes royales, soit le présent mont Royal et les huit autres collines de géologie semblable sises dans la plaine du Saint-Laurent à l'est de la ville de Montréal.

Par la suite, le mot Mons Regius donna naissance au mot montérégien pour désigner une province géologique regroupant ces collines formées de roches ignées intrusives alcalines. La colline montérégienne la mieux connue est aujourd'hui le mont Royal, montagne qui a donné naissance à l’île de Montréal, jadis l’île du Mont Royal, et à la ville de Montréal qui fut construite à proximité de la montagne.

Les roches que l’on retrouve dans les collines montérégiennes sont rares et ont une composition très différente des autres roches de la vallée du Saint-Laurent. Elles sont aussi différentes des roches sédimentaires que l’on retrouve dans la chaîne de montagnes des Appalaches située à l’est de la vallée du Saint-Laurent.

34

Le mont Saint-Hilaire est l'une des neuf collines montérégiennes situées près de Montréal au sud-ouest du Québec. Il est nommé en l'honneur d'Hilaire de Poitiers, docteur de l'Église. La montagne fait partie de l'aire centrale de la réserve de la biosphère du Mont-Saint-Hilaire qui a été désignée en 1978.

Situé dans la ville de Mont-Saint-Hilaire et vieux de 124 millions d'années, le mont Saint-Hilaire couvre une superficie de 43,39 km2.

On y trouve :

  • près de 300 minéraux
  • le lac Hertel
  • la carrière Poudrette
  • un Centre de la nature géré par l’Université McGill
  • la Réserve naturelle Gault de l’Université McGill
  • le Centre des oiseaux blessés de la Montérégie

De sa superficie totale, 10 km carré sont protégés, dont 4,5 km2 strictement réservés à la prévention et 5,5 km2 ouverts au public.

35
 
Le R100 fixé à son mât d'amarrage

L’aéroport de Saint-Hubert (code AITA : YHU ; code OACI : CYHU) est un aéroport situé à Longueuil (Québec, Canada) pour l'aviation légère et pour l'Agence spatiale canadienne.

Bien qu'il accueille surtout la petite aviation, il se classe quand même au douzième rang au Canada pour les atterrissages et décollages (149 910) et au cinquième pour ceux dédiés à la petite aviation (mouvement locaux) avec 68 052 en 2007.

Il s'agit d'un des plus anciens aéroports au Canada et le premier aéroport civil. Ouvert en 1927, il ne cédera sa place qu'en 1941 à Dorval (maintenant Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal) comme aéroport principal de la région de Montréal.

En 1928, le Ministère de la Défense nationale (MDN) y ouvre un aérodrome permanent qui devient la base de la première route aérienne entre le Canada et les États-Unis avec les services de Colonial Airways.

Dès 1924, l'Angleterre se lance dans la construction de dirigeables pour relier son empire et en 1928, un mât est érigé à Saint-Hubert pour les recevoir. Ce mât atteint une hauteur de 63 mètres. Sa base, de forme octogonale, ancrée dans des blocs de béton armé, a un diamètre de 21 mètres. La base jouxte un édifice cruciforme de deux étages. Le rez-de-chaussée abrite la machinerie composée de trois treuils actionnés par des moteurs électriques. Les treuils peuvent tirer le dirigeable vers le mât à une vitesse de 46 mètres à la minute. C’est le treuil central qui tire le nez du ballon vers le mât d’ancrage. Un ascenseur pouvant transporter 14 passagers est installé dans la tour. Il monte jusqu’à une hauteur de 46 mètres. Il faut ensuite faire le reste du trajet à pied. C’est à une hauteur de 52 mètres qu’est installée la galerie principale de la tour. C’est là qu’est reliée la passerelle du dirigeable. Ce mât est unique en Amérique.

36
 
Blason de la famille de Longueuil

Le titre de baron de Longueuil est un titre français dont a hérité la famille de Germain, descendante directe, en France, des Le Moyne de Longueuil.

Il est le seul titre colonial français qui soit reconnu par la Reine du Canada. Ceci afin de rappeler l'ancienne présence française au Canada. En fait cette reconnaissance n'a aucune valeur en soi car elle se fonde sur les lettres patentes de Louis XIV.

La municipalité longueuilloise attache, cependant, une importance certaine à l’aspect folklorique de ce symbole. En 2002, elle fit la demande à Raymond Grant, le droit d'utiliser le blason du baron de Longueuil.

Est légitime ce qui est conforme à l'acte fondateur. Les lettres patentes de Louis XIV du 26 janvier 1700 stipulent que le titre de baron de Longueuil se transmet aux descendants français de Charles Le Moyne :

« Érection en baronnie de la seigneurie de Longueuil
en faveur de Charles Lemoyne de Longueuil

donné à Versailles, le vingt-sixième du mois de janvier,
l'an de grâce mil sept cent,
et de notre règne, la cinquante-septième »

—  Louis, archives de Québec

37

Le pont de Des Rivières est un pont couvert qui franchit la rivière aux Brochets à Notre-Dame-de-Stanbridge au Québec au Canada, près du hameau de Malmaison. Il est le seul pont authentique ayant un treillis de type Howe au Québec. Il est aussi remarquable de par ses culées en pierre et son parement en planches verticales à couvre-joints.

Érigé en 1884, il est le troisième pont à être construit sur ce site. Il est contemporain du développement du hameau de Malmaison par les frères François-Guillaume et Henri Desrivières qui y ont construit un barrage, un moulin à farine et un moulin à scie durant les années 1840. À son apogée, le hameau avait une population d'environ 200 habitants, ainsi qu'une chapelle et une école. Ce lieu sera lentement abandonné à la fin du XIXe siècle. Le pont a été rehaussé en 1912 pour éviter qu'il ne soit emporté par les eaux. Il a été restauré en 1998.

Le ministère de la Culture et des Communications a classé l'ouvrage en tant qu'immeuble patrimonial en 2015 en tant que seul exemplaire subsistant de pont de ferme Howe au Québec et comme exemple de pont construit au Québec avant le développement du modèle typique de pont couvert du ministère de la Colonisation.


38 Portail:Montérégie/Lumière/38
39 Portail:Montérégie/Lumière/39
40 Portail:Montérégie/Lumière/40