Wikipédia:Romanisation du russe

Cette page présente les principes spécifiques de romanisation du russe en usage sur Wikipédia en français. Elle complète la page générale Wikipédia:Romanisation du cyrillique.

Par défaut, les noms et mots russes sont romanisés selon les règles de transcription du russe en français, sauf s’il est démontré, sources francophones de qualité à l’appui, que le sujet est notoirement connu sous un autre nom dans le monde francophone (auquel cas c’est cet autre nom romanisé qui est utilisé).

Table de transcriptionModifier

Ci-après le tableau comprenant les lettres russes et françaises ainsi que les divers cas, exemples et variantes :

Lettre russe Lettre ou
combinaison
française
Cas Exemple(s) Variante(s)[1]
А, а a tous les cas Владимир → Vladimir
Б, б b tous les cas БорисBoris
В, в v tous les cas Смирнов → Smirnov w, ff
Г, г gu avant un e ou un и Сергей → Sergueï
ГеоргийGueorgui
gh
g tous les autres cas Новгород → Novgorod
Д, д d tous les cas Менделеев → Mendeleïev
Е, е e après une consonne Чехов → Tchekhov é
après un и ou un й, Киев → Kiev
au début du mot,
s'il s'agit d'une convention admise
ЕльцинEltsine
(par convention admise)
ïe après une voyelle autre que и ou й Дудаев → Doudaïev ïé
ie au début du mot, ЕкатеринбургIekaterinbourg ié, é, e
après ь ou ъ, Васильев → Vassiliev
s'il s'agit d'une convention admise Тургенев → Tourgueniev
(par convention admise)
Ё, ё io tous les cas Пётр → Piotr
Королёв → Koroliov
ë
e s'il s'agit d'une convention admise Горбачёв → Gorbatchev
(par convention admise)
Ж, ж j tous les cas Нижний → Nijni g
З, з z tous les cas Казимир → Kazimir s
И, и ï après une voyelle autre que и Михаил → Mikhaïl
i tous les autres cas Мир → Mir
Й, й non transcrit mots finissant par ий Достоевский → Dostoïevski
mots finissant par ый Грозный → Grozny
ï tous les autres cas Алексей → Alekseï
Андрей → Andreï
К, к k tous les cas Александр → Aleksandr
КалининградKaliningrad
Л, л l tous les cas Малевич → Malevitch
М, м m tous les cas Дума → Douma
Н, н ne en fin de mot après un и ou un ы Гагарин → Gagarine
Солженицын → Soljenitsyne
n tous les autres cas Магадан → Magadan
Байконур → Baïkonour
О, о o tous les cas Волга → Volga
П, п p tous les cas Спутник → Spoutnik
Р, р r tous les cas Самара → Samara
С, с ss entre deux voyelles Новосибирск → Novossibirsk ç, c
s tous les autres cas Курск → Koursk
Т, т t tous les cas Владивосток → Vladivostok
У, у ou tous les cas УльяновOulianov u après а, о
u s'il s'agit d'une convention admise Туполев → Tupolev
(par convention admise)
Ф, ф f tous les cas Прокофьев → Prokofiev
Х, х kh tous les cas Михаил → Mikhaïl
ХабаровскKhabarovsk
h
Ц, ц ts tous les cas ЦветаеваTsvetaïeva tz
Ч, ч tch tous les cas ЧерненкоTchernenko
Ш, ш ch tous les cas Пушкин → Pouchkine
Щ, щ chtch tous les cas ЩедринChtchedrine
Ъ, ъ non transcrit Il est possible de trouver ce caractère
transcrit sous la forme d'une apostrophe
Ы, ы y tous les cas Черномырдин → Tchernomyrdine ui
Ь, ь non transcrit Il est possible de trouver ce caractère
transcrit sous la forme d'une apostrophe
Область → Oblast'
Э, э e tous les cas ЭлистаElista é
Ю, ю ou après un и ou un й Биюлин → Biouline
ïou après une voyelle autre que и ou й Нефтеюганск → Nefteïougansk u
iou tous les autres cas ЮрийIouri
you s'il s'agit d'une convention admise Союз → Soyouz
(par convention admise)
Я, я a après un и ou un й Мария → Maria
Майя → Maïa
ïa après une voyelle autre que и ou й Маяковский → Maïakovski
ia tous les autres cas ЯрославльIaroslavl
ya s'il s'agit d'une convention admise ЯлтаYalta
(par convention admise)

ExceptionsModifier

Les règles ci-dessus ne s'appliquent pas aux noms russes issus d'une langue à alphabet latin, qui reprennent leur orthographe originelle lorsqu'ils sont transcrits. Par exemple, le nom du physicien russe Борис Раушенбах, d'ascendance allemande, est transcrit Boris Rauschenbach selon les conventions de l'orthographe allemande et non Boris Raouchenbakh selon celles du français.

Pour des raisons historiques ou d'euphonie, certains prénoms russes très proches de leurs équivalents français peuvent être francisés. C'est notamment le cas d'Александр/Aleksandr, francisé Alexandre, de Валентин/Valentine, francisé Valentin, de Константин/Konstantine, francisé Constantin ou Konstantin, de Максим/Maksim, francisé Maxime ou Maxim, et parfois de Виктор/Viktor, francisé Victor. Par le passé, des francisations plus poussées telles qu'Alexis pour Алексей/Alekseï, Joseph pour Иосиф/Iossif ou Léon pour Лев/Lev ont pu être utilisées, mais elles ne se rencontrent plus pour les personnalités contemporaines[2].

Le groupe кс est souvent transcrit x au lieu de ks, notamment dans les noms dont l'équivalent français s'écrit avec un x, comme Алексей/Alexeï (plutôt qu'Alekseï). Ceci n'est toutefois pas systématique et doit être laissé à la discrétion des rédacteurs, à moins que les sources francophones de qualité ne penchent clairement dans un sens ou dans l'autre. Il en va de même pour l'accentuation des e (donnant é ou è), préférée par certains pour sa prononciation plus naturelle ; il sera toutefois judicieux de mettre l'accent en fin de mot, notamment pour les terminaisons de type -ине/iné pour les distinguer de -ин/ine.

Systèmes concurrentsModifier

Certaines sources, notamment celles écrites dans d'autres langues que le français, utilisent un autre système de romanisation du russe. Lorsque l'on traduit en français les informations issues de ces sources, il convient d'adapter également cette romanisation aux usages francophones — à moins, conformément au principe directeur cité plus haut, que le sujet soit notoirement connu sous une autre romanisation dans le monde francophone, ce qui est par exemple le cas de nombreux sportifs[3].

Dans le monde anglophone, le principal système de transcription utilisé est la romanisation BGN/PCGN (reconnaissable par exemple à son usage de sh, zh et y avant, entre et après voyelles). Pour passer de cette transcription anglophone à la transcription francophone, il faut grossièrement remplacer :

  • ch, sh et zh respectivement par tch, ch et j ;
  • yi et iy par i ;
  • y avant ou après voyelle par i ;
  • e après voyelle autre que i par ïe ;
  • u par ou ;
  • s entre voyelles par ss ;
  • g devant e ou i par gu ;
  • et in et yn en finale par ine et yne.

Il convient ensuite de mettre des trémas sur les i adéquats pour restituer la prononciation. En revanche, il est difficile de savoir a priori si un -y final doit être laissé tel quel ou transformé en -i : cela dépend de la terminaison du mot russe initial (si celui-ci se termine par -ы ou -ый, alors la transcription française se termine par -y, mais si la terminaison initiale est -и ou -ий, alors la transcription française donnera -i[4]). De même, il peut être délicat de savoir si un E en début de mot doit rester E (reflétant le cyrillique Э) ou devenir Ie (reflétant le cyrillique Е) : le recours à la forme russe est alors nécessaire. (Voir aussi ce tableau de translittération universel du gouvernement canadien.)

Une autre transcription fréquemment rencontrée à l'internationale est l'ISO 9:1995, ou sa variante académique ISO/R9:1968 (dite « romanisation scientifique » ou « romanisation des slavistes »). Elle est notamment reconnaissable à ses lettres diacritiquées d'un caron (č, š, ž) et a l'avantage de pouvoir être reconverti facilement en cyrillique, de sorte qu'en s'aidant des tableaux de la page dédiée, il est possible de reconstituer la forme originale russe puis d'y appliquer les règles de transcription francophone.

D'autres systèmes de transcription (allemand, polonais…) sont plus rarement rencontrés. En cas de doute, s'adresser au Café des linguistes ou au Projet:Russie.

NotesModifier

  1. Ces variantes, pour n'être pas conseillées, se rencontrent parfois.
  2. En revanche, les noms de personnalités historiquement francisés le restent : Joseph Staline, Léon Trotski
  3. On parlera ainsi de Maria Sharapova et de Vitali Klitschko au lieu de Maria Charapova et Vitali Klitchko.
  4. Dans le cas d'un nom se terminant en anglais par -sky, il est quasi-certain qu'il prendra en français la terminaison -ski en tant que reflet du russe -ский. De même, il peut être utile de connaître les correspondances entre certains prénoms usuels : les romanisations anglophones Anatoly, Dmitry, Evgeny, Gennady, Georgy, Grigory, Valery, Vasily et Yury, seront rendus en français Anatoli, Dmitri, Ievguéni ou Evguéni, Guennadi, Guéorgui, Grigori, Valéri, Vassili et Iouri.