White Island

montagne néo-zélandaise

White Island
Whakaari (mi)
Vue aérienne de White Island depuis le sud.
Vue aérienne de White Island depuis le sud.
Géographie
Pays Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Archipel Nouvelle-Zélande
Localisation Baie de l'Abondance (océan Pacifique)
Coordonnées 37° 31′ 12″ S, 177° 10′ 44″ E
Point culminant 321 m
Géologie
Géologie Île volcanique
Type Volcan de subduction
Activité Actif
Dernière éruption 9 décembre 2019
Code GVP 241040
Observatoire Institute of Geological & Nuclear Sciences
Administration
Région Baie de l'Abondance
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte 1050 à 1300
Fuseau horaire UTC+12:00
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Zélande)
White Island
White Island
Îles en Nouvelle-Zélande

White Island[1] (en maori de Nouvelle-Zélande : Whakaari) est une petite île inhabitée et volcanique de Nouvelle-Zélande située dans l'océan Pacifique Sud, au nord de l'île du Nord[2].

GéographieModifier

 
Ruines corrodées de la mine de soufre.

White Island est une île néo-zélandaise située dans la baie de l'Abondance ouverte sur l'océan Pacifique Sud, à 48 kilomètres au nord-nord-est de Whakatane, sur la côte septentrionale de l'île du Nord[3],[2]. L'île culminant à 321 mètres d'altitude constitue le sommet émergé d'un volcan sous-marin de 16 par 18 kilomètres d'étendue[2]. D'une taille de 2 sur 2,4 kilomètres, l'île est constituée de deux volcans andésitiques imbriqués dont l'un est un cratère en forme de fer à cheval ouvert vers le sud-est[2].

La plupart des éruptions sont de type stromboliennes et produisent des explosions phréato-magmatiques qui entraînent un changement rapide de la topographie du fond du cratère[2].

HistoireModifier

Origine du nomModifier

Le nom maori Whakaari est enregistré dans de multiples textes européens du XIXe siècle, avec une mention datant de 1849[réf. souhaitée], bien que l'orthographe ait varié : Wakaari, Whakari et Whaka ari.

Le nom Whakaari signifie « rendre visible » ou « exposé au regard ». Le nom complet de l'île est Te Puia o Whakaari, qui signifie « le volcan dramatique ».

Le capitaine James Cook l'a nommée « île blanche » le [réf. nécessaire]. Ce nom viendrait des nuages denses de vapeur blanche qui en émanaient ou bien faisait-il allusion aux dépôts de guano qui recouvraient autrefois l'île. Bien que Cook ait navigué près de l'île, il n'aurait pas noté que c'était un volcan.

MythologieModifier

Certains mythes maoris décrivent Whakaari comme faisant partie de l'ascension de Tongariro par Ngatoro-i-Rangi. Il fit appel à ses ancêtres pour se réchauffer ; le feu fut allumé sur Whakaari et lui fut apporté. D'autres versions de cette histoire sont similaires, mais ce sont ses sœurs, ou les dieux, qui lui envoient la chaleur de Whakaari.

AccidentsModifier

En 1914, une paroi du cratère s'effondre et détruit une mine de soufre en construction en tuant onze ouvriers, constituant une des trois plus grandes catastrophes volcaniques de la Nouvelle-Zélande en termes de bilan humain[3],[2].

Le , une série de deux éruptions rapprochées surprend des groupes de touristes présents sur l’île, environ une cinquantaine de personnes, principalement australiennes, en croisière à bord de l'Ovation of the Seas[4],[5]. Le bilan au est de dix-neuf morts et de vingt-quatre blessés graves[6],[7]. La police néo-zélandaise a ouvert une enquête criminelle pour déterminer les responsabilités dans l'accident[8].

AccèsModifier

Whakaari/White Island est une propriété privée. Elle a été achetée par une famille d'Auckland en . En 2019, l'île était la propriété de la société Whakaari Trustee, fondée en 2008 et dont les trois actionnaires sont trois frères : Andrew, James et Peter Buttle[9],[10]. L'île connaissant de fréquentes éruptions, un conteneur de 2,4 tonnes avait été transporté par avion en 2016 pour servir d’abri[11].

Elle a été déclarée réserve panoramique privée en 1953 et est assujettie aux dispositions de la Loi sur les réserves de 1977.

Les visiteurs ne peuvent débarquer sans permission. Cependant, l'île est facilement accessible via les opérateurs touristiques agréés.

Notes et référencesModifier

  1. Littéralement : « île blanche » en anglais.
  2. a b c d e et f (en) Global Volcanisme Program - White Island
  3. a et b (en) GNS Science - White Island
  4. « Éruption d’un volcan en Nouvelle-Zélande : au moins cinq morts et des disparus », Libération, 9 décembre 2019.
  5. (en) « Five dead and eight missing after New Zealand volcano erupts », The Guardian, 9 décembre 2019.
  6. (fr) [1], Le Monde.
  7. (en-GB) Australian Associated Press, « New Zealand volcano disaster: confirmed death toll rises to eight », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  8. Le Monde avec AFP, « En Nouvelle-Zélande, le volcan en éruption est encore trop menaçant pour l’envoi des secours », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2019)
  9. (en-GB) Charlotte Graham-McLay, « Whakaari eruption on private island was 'disaster waiting to happen', says expert », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 10 décembre 2019)
  10. (en) Anne Gibson, « White Island eruption: How Auckland's Buttle family came to own island », The New Zealand Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 10 décembre 2019)
  11. Le Monde avec AFP, « Eruption meurtrière d’un volcan en Nouvelle-Zélande : ouverture d’une enquête criminelle », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 10 décembre 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :