Ouvrir le menu principal
Extension du faciès wealdien (Crétacé inférieur = Early Cretaceous (en anglais) en vert foncé sur les anticlinaux du Weald-Artois = Weald-Artois anticline (en anglais), et du pays de Bray.

Le Wealdien ou faciès wealdien (Weald ou Wealden facies en anglais)[N 1] est un ensemble de faciès d’alternances de grès, de sables et d’argiles d'environnement continental à paralique. Il est daté du Berriasien supérieur au Barrémien et localement jusqu’à l’Aptien supérieur (Crétacé inférieur)[1].

Le Wealdien affleure principalement dans le sud de l’Angleterre et jusqu’au nord-est du pays dans le Bassin de Cleveland. Ce faciès apparait également en France dans les boutonnières du Boulonnais (partie française de l’anticlinal du Weald-Artois) et du pays de Bray. Le faciès wealdien s'étend aussi sur une large partie du Bassin parisien jusqu'au nord de la Bourgogne.

Sommaire

Historique et ÉtymologieModifier

Le terme Weald series a été introduit par P.J. Martin en 1828[2]. Aujourd’hui l'Institut d'études géologiques britannique (British Geological Survey) utilise le nom de Weald Group[1].

Les coupes de référence pour les faciès wealdien se localisent dans le sud-est de l’Angleterre dans les comtés du Kent et du Sussex, ainsi que dans l’île de Wight.

Extension et paléogéographieModifier

En France, le Wealdien anglais se prolonge par une gouttière d’axe nord-ouest – sud-est, du pays de Bray jusqu’à la Bourgogne. Dans cette vaste plaine d’inondation des sédiments argilo-sableux de faciès fluvio-deltaïques s’accumulent. Leur âge est principalement Hauterivien à Valanginien. Cette plaine reçoit sur son pourtour des apports terrigènes organisés en lobes fluviatiles[3],[4], elle enregistre également quelques incursions marines en provenance de la zone océanique de la Téthys située encore plus au sud-est.

LithologieModifier

Les argiles et grès du Wealdien se superposent en concordance stratigraphique aux calcaires fins du faciès Purbeckien, d’âge Tithonien à Berriasien inférieur. Le bassin du Weald est fortement subsident, ce qui permet la sédimentation d’une série argilo-gréseuse épaisse de quelques centaines de mètres en moyenne, mais qui peut atteindre jusqu’à 850 mètres dans le centre du bassin[5].

StratigraphieModifier

Le Wealdien couvre une longue période qui s’étend du Berriasien terminal au toit du Barrémien, et même jusqu’à l’Aptien supérieur dans le seul bassin de Weald, soit une durée maximale d’environ de 30 millions d’années.

PaléontologieModifier

Les faunes du Wealdien témoignent de son environnement continental avec la découverte de fossiles de dinosaures : Iguanodon, Hypsilophodon, Baryonyx et Poekilopleuron[6].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. également : Wealden series, Wealden Group, Wealden Supergroup

RéférencesModifier

  1. a et b (en)British Geological Survey A stratigraphical framework for the Lower Cretaceous of England, Research Report RR/08/03, Londres, 2003, 77 p.
  2. (en)P. J. Martin, A Geological Memoir of Part of Western Sussex, London, 1828
  3. Florence Quesnel, Johan Yans, Christian Dupuis, Robert Wyns, Hervé Théveniaut, Alain Demoulin, Paléoaltérations mésozoïques et cénozoïques en Ardenne et ses bordures : caractérisation, datation et reconstitution géométrique des paléosurfaces associées et analyse de leurs déformations successives, Géologie de la France, no 1-2, Société géologique de France Éditeur, Paris, 2006, p. 99-102, 3 fig.
  4. (en) Médard Thiry, Florence Quesnel, Johan Yans, Robert Wyns, Anne Vergari, Hervé Theveniaut, Régine Simon-Coinçon, Caroline Ricordel, Marie-Gabrielle Moreau, Denis Giot, Christian Dupuis, Laurent Bruxelles, Jocelyn Barbarand, Jean-Marc Baele, Continental France and Belgium during the early Cretaceous: paleoweatherings and paleolandforms, Bull. Soc. géol. Fr., 2006, t. 177, no 3,p. 155-175
  5. (en)British Gelogical Survey Lexicon of Named Rock Units, 2015, http://www.bgs.ac.uk/lexicon/lexicon.cfm?pub=W
  6. (en) Weishampel, David B.; Dodson, Peter; and Osmólska, Halszka (eds.): The Dinosauria, 2nd, Berkeley, University of California Press, 2004, 861 p., (ISBN 0-520-24209-2)

Voir aussiModifier