We Love You

chanson des Rolling Stones
We Love You

Single de The Rolling Stones
Face B Dandelion
Sortie (UK)
2 septembre 1967 (US)
Enregistré 1967
Durée 4:35
Genre rock psychédélique
Format 45 tours
Auteur-compositeur Mick Jagger, Keith Richards
Producteur Andrew Loog Oldham
Label Decca (UK) / London (US)
Classement 8e (Royaume-Uni)
50e (États-Unis)

Singles de The Rolling Stones

We Love You est une chanson des Rolling Stones, sortie en single (avec Dandelion en face B) le au Royaume-Uni chez Decca et le 2 septembre de la même année aux États-Unis chez London.

We Love You apparaît sur les compilations: Through the Past, Darkly (Big Hits Vol. 2) (1969), More Hot Rocks (Big Hits and Fazed Cookies) (1972), Singles Collection: The London Years (1989), Rolled Gold: The Very Best of the Rolling Stones (2007) et GRRR! (2012)

Mick Jagger et Keith Richards ont écrit « We love You » après leur arrestation avec Brian Jones, sur des accusations de drogue résultant d'un raid sur la maison de Keith, Redlands, le . Ce morceau est un message de remerciement aux fans qui ont soutenu Jagger et Richards dans leur arrestation. On entend, dès le début, une porte de prison qui se referme.

Brian Jones joue du Mellotron, qui était un des premiers synthétiseurs à l’époque. John Lennon et Paul McCartney sont aux chœurs.

Cette chanson est aussi un remerciement aux Beatles, aux Who et à la page éditoriale du London Times, qui ont soutenu les Stones et se sont prononcés en leur faveur. The Who a enregistré et sorti une double face A des "Stones" : "The Last Time" et "Under My Thumb", pour garder la musique des Stones vivante pendant qu'ils traversaient leurs difficultés judiciaires et pénitentiaires.

Les Stones ont fait un film promotionnel pour cette chanson qui a été interdite par la BBC mais montrée ailleurs. Il a été réalisé par Peter Whitehead et basé sur The Trials Of Oscar Wilde avec Mick Jagger comme Oscar, Keith Richards comme Marquis et Marianne Faithfull comme Bosie.

ContexteModifier

Ecrite par Mick Jagger à la suite des arrestations de lui et Keith Richards pour détention de drogue lors de la descente dans leur maison de campagne de Redlands le , la chanson We Love You s'ouvre sur des bruitages représentant l'entrée en prison et la fermeture de la porte de cellule. La nature draconienne de la sentence du provoque un tollé auprès de l'opinion publique en Angleterre, au point que le , le très influent rédacteur en chef de The Times William Rees Moog écrit un éditorial intitulé « Qui fait passer le papillon au supplice de la roue » en signe de protestation[1],[2].

Les paroles de la chanson semblent être une parodie de la chanson All You Need Is Love[3] que les Beatles ont interprétée sur l'émission satellite Our World le 25 juin. Néanmoins, d'après les déclarations de John Lennon dans sa célèbre interview de Rolling Stone de 1970, les paroles peuvent être considérées comme faisant écho au message de la chanson des Beatles, sur laquelle Mick Jagger et Keith Richards faisaient partie les nombreux choristes. À y regarder de près, We Love You adopte une position anti-establishment forte, proclamant « nous ne nous soucions pas si vous nous traquez et verrouillez les portes autour de nous » et « vous ne gagnerez jamais nous, vos uniformes ne nous vont pas ."

Enregistrement et compositionModifier

Les Rolling Stones ont enregistré We Love You pendant les sessions de l'album Their Satanic Majesties Request aux Studios Olympic en juin 1967. La chanson est un hymne de défi bourdonnant d'influence marocaine. Extérieurement, c'était un message du groupe à leurs fans, exprimant leur appréciation pour leur soutien à la suite de leurs arrestations pour détention de drogue, mais c'était aussi une gifle au visage de la police les harcelant et des vrais sentiments des Stones à ce sujet (comme est représenté par le jeu surréaliste du Mellotron de Brian Jones)[4]. "We Love You" est un collage psychédélique de sons de prison, du riff de piano menaçant de Nicky Hopkins et d'effets vocaux d'un autre monde avec l'effet à retard, mettant en vedette John Lennon et Paul McCartney en visite sur des harmonies élevées. L'ingénieur de studio George Chkiantz a déclaré que même s'il y avait un délai entre la frappe de la note et le son sortant du Mellotron, Jones a réussi à obtenir "un coup de poing rythmique serré" pour la piste.[4]

Mick Jagger a été cité à l'époque comme disant que We Love You était "juste un peu amusant"[4]. La version parue sur les singles originaux comporte un coda contenant un extrat vocal des choeurs de la chanson Dandelion parue en face B de ce même single, tandis que Dandelion comporte un extrait du piano de We Love You à la fin en coda. Le musicologue Walter Everett identifie cette fonctionnalité comme une réponse à l'utilisation par les Beatles d'une fin en fondu enchaîné pour clôturer leur single Strawberry Fields Forever datant de février 1967[5].

Vidéo promotionnelleModifier

Le film promotionnel du single a été réalisé par Peter Whitehead. Il comprend des séquences de sessions d'enregistrement ainsi que des segments qui reconstituaient le procès d'Oscar Wilde en 1895, avec Jagger, Richards et Marianne Faithfull jouant respectivement Wilde, le marquis de Queensberry et Lord Alfred Douglas. Des images montrent également de Brian Jones, apparemment drogué, les yeux tombants et flous.

Le producteur de Top of the Pops a refusé de diffuser la vidéo dans l'émission. Un porte-parole de la BBC a déclaré que le producteur ne pensait pas que cela convenait au public qui regarde Top of the Pops. Il a poursuivi en disant qu'il n'y avait pas d'interdiction par la BBC, c'était simplement la décision de ce producteur.[4]

PersonnelModifier

Personnel additionnelModifier

Notes et référencesModifier

  1. Philip Norman, The Stones, London, Sidgwick & Jackson, , 267–68 p. (ISBN 0-283-07277-6)
  2. Philippe Margotin et Jean-Michel Guesdon, Les Rolling Stones, la totale, Chêne E/P/A,
  3. « Show 46 - Sergeant Pepper at the Summit: The very best of a very good year. [Part 2] : UNT Digital Library », sur Digital.library.unt.edu (consulté le )
  4. a b c et d The Rolling Stones – Off the Record by Mark Paytress, Omnibus Press, 2005, p. 140. (ISBN 1-84449-641-4)
  5. Walter Everett, The Foundations of Rock: From "Blue Suede Shoes" to "Suite: Judy Blue Eyes", New York City, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-531024-5, lire en ligne  ), 154