Ouvrir le menu principal

Wangdue Dorjee
Fonctions
Premier ministre
Gouvernement tibétain en exil
Gouvernement Gouvernement tibétain en exil
Prédécesseur Kundeling Woeser Gyaltsen
Successeur Juchen Thupten Namgyal
Ministre de l'Intérieur
Gouvernement tibétain en exil
Prédécesseur Sonam Wangdu
Successeur Tashi Wangdi
Député
de la 1er Assemblée tibétaine
Élection
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Tamshul, Lhassa, Drapeau du Tibet Tibet
Date de décès
Lieu de décès Drapeau de l'Inde Inde
Nationalité Tibétaine
Résidence Dharamsala

Wangdue Dorjee
Premiers ministres tibétains

Wangdue Dorjee aussi écrit Wangdu Dorjee (tibétain : དབང་སྡུད་རྡོ་རྗེ, Wylie : dbang sdud rdo rje, né en 1919, Tamshul, Lhassa, Tibet, mort en 1994[1]) est un homme politique tibétain. Un des premiers députés du Parlement tibétain en exil élu en 1960, il devint ministre de l'Intérieur puis premier ministre du Gouvernement tibétain en exil au début des années 1980.

BiographieModifier

Wangdue Dorjee est né en 1919 à Tamshul près de Lhassa au Tibet[2]. Son père meurt alors qu'il a 11 ans[3]. Il fut domestique d'une famille aristocratique[4].

Après le soulèvement tibétain de 1959, il s’exile en Inde. Il est l'un des rares réfugiés tibétains connaissant un peu d’hindi, et en conséquence aide à la distribution de matériel de secours aux réfugiés à Buxa Duar. Lors de la mise en place de la première Assemblée des députés du peuple tibétain (alors connue sous le nom de Commission des députés du peuple tibétain), il est élu de la 1er Assemblée tibétaine représentant l'U-tsang et exerce les fonctions de député pendant un mandat[3].

Il devint secrétaire du Kashag de 1962 à février 1964[5].

Il fut ministre de l'Intérieur du 20 février 1964 à janvier 1983[6].

En 1973, il est envoyé au Népal avec Taring Jigme Namgyal (aussi appelé George Taring, fils de Raja Taring) et Alak Jigme Rinpoché pour aider à la réédition des soldats de la résistance tibétaine[7].

Du 22 avril 1977 au 15 septembre 1978, il fut le représentant du dalaï-lama au Bureau du Tibet de New Delhi[8].

Il fut premier ministre du Gouvernement tibétain en exil 1980 à 1985.

Wangdu Dorjee, conduisit des recherches sur la collecte de documents historiques, et employa Trinlay Namgyal Lhukhang du 1er avril 1986 au 30 avril 1987[9].

En 1988, il est un des six membres de la délégation tibétaine, avec Tashi Wangdi, Lodi Gyari, Alak Jigme Lhundup, Sonam Topgyal et Lhamo Tsering, qui devait débuter en janvier 1989 des négociations sur l'avenir du statut du Tibet avec les officiels chinois à Genève en Suisse[10]. La Chine refusa cependant cette proposition, mettant en avant que des membres de la délégation sont liés au gouvernement tibétain en exil qu'elle ne reconnaît pas[11].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Sangye Tandar Naga, Secular Schools in Pre-1959 Central Tibet, 2005 : "One example of such a student is Kasur Dedong. Wangdu Dorje (1914-1994). According to Oral History Series no. 8 ,. I joined "
  2. (en) Peter Truhart, Regents of Nations, part3 : Asia & Pacific Oceania, Walter de Gruyter, 2003, (ISBN 3110967464 et 9783110967463), p. 83
  3. a et b Tibetan Bulletin, volume 16, 1985, p. 52 : Interview : Wangdu Dorjee From 'Log Cabin' to Kashag Ku-ngo
  4. Julien Cleyet-Marel, Le développement du système politique tibétain en exil, préface Richard Ghevontian, Fondation Varenne, 2013, (ISBN 2916606726 et 9782916606729), p. 274
  5. (en) Former Secretaries, Kashag
  6. (en) Former Kalons, Department of Home
  7. Carole McGranahan, Arrested Histories: Tibet, the CIA, and Memories of a Forgotten War, p. 158
  8. http://tibetbureau.in/about-us/
  9. https://tibetanwhoswho.wordpress.com/2011/06/25/trinlay-namgyal-lhukhang/
  10. News-Tibet, 1988 : "The Tibetan Government in-exile announced on Oct. 25 that it had proposed to hold the first round of talks with Chinese officials on the future status of Tibet next January in Geneva, Switzerland. ... The Tibetan proposal for the Geneva talks was presented to a senior councilor of the Chinese Embassy in New Delhi on Oct. 25, 1988 by ... The delegation includes three cabinet ministers headed by Kalon Tashi Wangdi. The other two are: Kalon Lodi G. Gyari and Kalon Jigme Lhundup who have been promoted to Kalons from their deputy positions in November 1988. The three other members are: Wangdu Dorjee, a former Cabinet Minister; Sonam Topgyal, General Secretary of the Office of Information and International Relations and Lhamo Tsering, former Additional General Secretary of the Security Office ..."
  11. Pierre-Antoine Donnet, Tibet mort ou vif, p. 283