Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Wang Qishan

Secrétaire du Comité central pour l'Inspection disciplinaire
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Wang, précède le nom personnel.
Wang Qishan
Illustration.
Wang Qishan en mars 2016.
Fonctions
Vice-président de la république populaire de Chine
En fonction depuis le
(2 mois et 22 jours)
Prédécesseur Li Yuanchao
Secrétaire du Comité central pour l'Inspection disciplinaire du Parti communiste chinois
Prédécesseur He Guoqiang
Successeur Zhao Leji
Vice-Premier ministre de la république populaire de Chine
Président Hu Jintao
Premier ministre Wen Jiabao
Prédécesseur Hui Liangyu
Successeur Ma Kai
Biographie
Date de naissance (69 ans)
Lieu de naissance Qingdao (Chine)
Nationalité Chinois
Parti politique Parti communiste chinois
Entourage gendre de Yao Yilin

National Emblem of the People's Republic of China.svg
Vice-Premier ministre de la république populaire de Chine

Wang Qishan (en chinois : 王岐山), né le à Qingdao, est un homme politique chinois, membre du Parti communiste (PCC). Il est vice-président de la république populaire de Chine depuis 2018.

BiographieModifier

Wang Qishan est un prince rouge, dont le père était à la tête de la province du Shanxi et son beau-père, Yao Yilin, premier vice-Premier ministre[1]. Entre 1969 et 1971, dans le cadre du mouvement d'envoi des zhiqing à la campagne, il part travailler dans la commune de Fengzhuang, district de Yan'an, dans la province du Shaanxi[2].

Wang Qishan est gouverneur de la China Construction Bank de 1994 à 1997. En 2003, il est nommé secrétaire du Parti à Hainan avant de devenir maire de Pékin en avril de la même année. Dans une émission de radio, les auditeurs ont été étonnés d'entendre le maire s'excuser[3].

Wang Qishan est membre du Bureau politique du 17e Comité central du PCC entre 2007 et 2013 et vice-Premier ministre chinois de 2008 à 2013. En novembre 2012, il devient l'un des sept membres du Comité permanent du bureau politique et secrétaire du Comité central pour l'Inspection disciplinaire du Parti communiste chinois[4], avec pour mission de moraliser cette commission de discipline dont les membres auraient la réputation de s’enrichir sur le dos des personnes corrompues qu’ils sont amenés à contrôler[5].

En octobre 2017, il quitte ses fonctions à la tête du Parti après le 19e congrès. Le , il est élu vice-président de la république populaire par l'Assemblée nationale populaire[6].

RéférencesModifier