Wanda Jakubowska

réalisatrice polonaise
Wanda Jakubowska
Wanda Jakubowska i Borys Monastyrski - Ostatni Etap - Film nr 26 - 1947-11-01.JPG
Biographie
Naissance
Décès
(à 90 ans)
VarsovieVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Formation
Activités
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Lieux de détention
Distinctions
Liste détaillée
Ordre Polonia Restituta
Ordre de la Bannière du Travail, 1re classe
Officier de l'ordre Polonia Restituta
Médaille du 40e anniversaire de la République populaire de Pologne (en)
Médaille de bronze du mérite pour la défense nationale (d)
Ordre de la Bannière du Travail
Commandeur avec étoile de l'ordre Polonia RestitutaVoir et modifier les données sur Wikidata
Films notables
Œuvres principales
Wanda Jakubowska grób.jpg
Vue de la sépulture.

Wanda Jakubowska, née le à Varsovie et morte le dans la même ville, est une réalisatrice polonaise connue mondialement pour son film sur Auschwitz, La Dernière Étape, sorti dans 49 pays.

BiographieModifier

Les deux premiers films réalisés par Wanda Jakubowska sont des courts métrages documentaires. À la fin des années 1930, c'est une des trois femmes réalisatrices du cinéma européen. Son premier long métrage Nad Niemnem, qui devait sortir à Varsovie le a été perdu à cause de la guerre[1].

Pendant la guerre, elle adhère au Parti communiste et participe activement à la résistance. Elle est arrêtée par la Gestapo le . Après 6 mois d'emprisonnement dans la prison de Pawiak, elle est internée dans le camp d'Auschwitz-Birkenau puis assez rapidement elle rejoint le Kommando de Rajsko où la vie des déportées est moins dure que dans le camp principal. Elle y occupe les fonctions de photographe et y côtoie des femmes d'un niveau culturel élevé venues de toute l'Europe[2]. Elle est renvoyée à Birkenau après la découverte dans ses affaires par les SS d'un journal allemand interdit, le Völkischer Beobachter. La résistance communiste du camp la prend alors en charge. Elle est évacuée lors des marches de la mort le et se retrouve à Ravensbrück. Elle s'évade lors de l'évacuation du camp[3].

L'idée de faire un film sur son internement lui est venu dès le début de son emprisonnement à Pawiak.

FilmographieModifier

Récompenses et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Annette Wieviorka, Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Plon, 1992, p. 296
  2. Annette Wieviorka, p. 297
  3. Annette Wieviorka, p. 298
  4. Monitor Polski 1949|35|500
  5. Monitor Polski|1950|6|58

Liens externesModifier