Ouvrir le menu principal

Walter Gross (homme politique)

politicienne allemande
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Walter Gross.
Walter Gross
Bundesarchiv Bild 146-2007-0118, Walter Gross.jpg
Fonction
Député au Reichstag (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 40 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Walter GroßVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Parti nazi (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Œuvres principales

Walter Gross, né le à Cassel et mort le  à Berlin, est un médecin allemand et un responsable nazi.

Sommaire

CarrièreModifier

Gross étudie la médecine à GöttingenTübingen et Munich, puis travaille de 1928 à 1932 comme assistant dans un hôpital de Brunswick.

Il adhère en 1925 au NSDAP, puis en 1932 à la section regroupant médecins du parti en 1932. Il collabore alors au département santé publique du NSDAP. Il fonde et dirige en 1933 le bureau des affaires politiques et raciales, qui devient en mai 1934 le Rassenpolitisches Amt der NSDAP. Gross est membre du Reichstag à partir de 1936. Rosenberg consigne dans son journal personnel en 1940 un entretien qu'il a eu avec Gross, à propos de la fondation de l'institut de biologie et d'étude raciale, en relation avec la Société Kaiser-Wilhelm, et rapporte notamment qu'Eugen Fischer, son directeur, doit « bientôt venir à nous »[1]. Le siège de l'institut doit s'installer à Stuttgart[2]. Gross devient en 1942 le directeur du bureau des sciences de l'Amt Rosenberg.

Gross meurt le 15 avril 1945 dans sa maison de Berlin-Schlachtensee lors de combats avec des soldats de l'Armée rouge.

InfluenceModifier

Gross est l'un des auteurs majeurs des débuts de la revue Nationalsozialistische Monatshefte[3]. Il est alors rédacteur et éditeur de plusieurs ouvrages antisémites tels Rasse und Politik (1934), Der Weltenumbruch im jüdischen Mythos (1936) et Die rassenpolitischen Voraussetzungen zur Lösung der Judenfrage (1943).

Gross rejette lors d'une conférence le 27 mars 1941 la distinction entre Juifs et « métissés de Juifs » et justifie leur égale exclusion de l'Europe[4]. Cette conférence donne alors le signal d'une action concertée entre le Rassenpolitisches Amt, la Chancellerie du Parti de Martin Bormann et du Reichssicherheitshauptamt pour proposer de traiter, au moins dans les régions orientales occupées, les « métissés de Juifs » comme les « Juifs intégraux », position entérinée lors de la Conférence de Wannsee.

Notes et référencesModifier

  1. (de) Hans-Günther Seraphim, Das politische Tagebuch Alfred Rosenbergs. 1934/35 und 1939/40, Göttingen/Berlin/Frankfurt, , p. 122
  2. (de) Jan Björn Potthast, Das jüdische Zentralmuseum der SS in Prag. Gegnerforschung und Völkermord im Nationalsozialismus, Francfort / New York, (ISBN 3-593-37060-3), p. 179
  3. (de) Heinz-Dietrich Fischer et Wilfried Scharf, Deutsche Zeitschriften des 17. bis 20. Jahrhunderts, Pullach bei München, (ISBN 3-7940-3603-4), p. 413
  4. (de) Peter Longerich, Hitlers Stellvertreter. Führung der NSDAP und Kontrolle des Staatsapparates durch den Stab Heß und Bormanns Partei-Kanzlei, Munich, (ISBN 3-598-11081-2), p. 221

BibliographieModifier

  • Roger Uhle: Neues Volk und reine Rasse. Walter Gross und das Rassenpolitische Amt der NSDAP (RPA). Diss. Aachen 1999
  • Monika Deniffel: Groß, Walter. In: Hermann Weiß: Personenlexikon 1933-1945. Tosa, Vienne 2003, (ISBN 3-85492-756-8), p. 166
  • Michael Grüttner: Biographisches Lexikon zur nationalsozialistischen Wissenschaftspolitik. Heidelberg 2004, p. 64

Liens externesModifier