Walter Bradford Cannon

Walter Bradford Cannon
Portrait de Walter Bradford Cannon
Walter Bradford Cannon
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
WisconsinVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
FranklinVoir et modifier les données sur Wikidata
Père Dr. Colbert Hanchett Cannon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint Cornelia James Cannon (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants Marian Cannon Schlesinger (en) et Bradford Cannon (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Harvard Medical School et Harvard CollegeVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Physiologiste (en), auteur de non-fiction (d) et professeur d'université (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université HarvardVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Croonian Lecture (), membre étranger de la Royal Society (d) et médaille Baly (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Royal Society (depuis ), Académie Léopoldine, Académie des sciences de l'URSS (en) (depuis ), Académie américaine des arts et des sciences, Académie américaine des sciences (depuis ) et Académie royale de médecine de BelgiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Données clés

Walter Bradford Cannon ( - ) est un physiologiste américain, professeur à la Harvard Medical School.

Walter Bradford Cannon

C'est un des précurseurs des rayons X.
Il a entre autres développé le principe de la réponse combat-fuite à l'origine de celui de double contrainte, et, après Claude Bernard, du concept d'homéostasie notamment dans The Wisdom of the Body (1932). Ce concept d'homéostasie, l'un des plus importants en biologie et en physiologie, est une des clés du développement du mouvement cybernétique.
Il a été président de l’American Physiological Society (APS) de 1914 à 1916.

La sérendipitéModifier

C'est lui qui introduit le mot et le concept de sérendipité dans le monde scientifique médical en 1945, par un chapitre « Gains from Serendipity » de The Way of Investigator. A Scientist's Experiences in Medical Research.
Il donne comme exemples les découvertes de Christophe Colomb, Luigi Galvani, Hans Christian Ørsted, Michael Faraday, Claude Bernard, Charles Richet, Louis Pasteur[1].
Sa définition de la sérendipité : « La faculté ou la chance de trouver la preuve de ses idées de manière inattendue, ou bien de découvrir avec surprise de nouveaux objets ou relations sans les avoir cherchés. »
Il insiste sur l'importance de la sagacité [2].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • The Wisdom of the Body, 1932.
  • The Way of an Investigator. A Scientist's Experiences in Medical Research, Norton, 1945. Réimprimé en 1984[3].

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Remer, Serendipity and the Three Princes, p. 175-176.
  2. Sylvie Catellin « Sérendipité et réflexivité » Alliage, juillet 2012, no 70
  3. Ouvrage, sur Amazon.