Waldemar Kita

hommes d'affaires franco-polonais

Waldemar Kita, né le à Szczecin (Poméranie, Pologne), est un homme d'affaires franco-polonais[1].

BiographieModifier

L'optiqueModifier

Optométriste de formation, Waldemar Kita fait fortune en créant en , avec Pierre Lesauvage et Bruno Willerval, la société Cornéal, qui deviendra vingt ans plus tard le premier groupe français et le quatrième européen pour la conception et la fabrication de lentilles intraoculaires destinées à la chirurgie de la cataracte et dans le traitement du glaucome[réf. nécessaire].

En plus de l'ophtalmologie, Cornéal (56 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2005) s'est aussi imposé dans la médecine esthétique grâce à la production d'acide hyaluronique (Juvederm, Surgiderm) destiné à atténuer les rides du visage.

Waldemar Kita a vendu Cornéal en à la société américaine Allergan, pour 170 millions d'euros[2].

FootballModifier

Waldemar Kita est propriétaire du club suisse du FC Lausanne-Sport de 1998 à 2001, club qui fait faillite un an après son départ. Il a été plusieurs fois accusé de porter la responsabilité de cette faillite[3],[4]. Il tente de racheter le FC Nantes en 1998 mais le conseil d'administration de l'époque juge son projet peu crédible.

Il devient finalement propriétaire et président du FC Nantes en , en le rachetant à Socpresse, société détenue par Serge Dassault[5],[6]. Le club remonte en Ligue 1 en mai 2008. Le FC Nantes est relégué en Ligue 2 à l'issue de la saison 2008-2009 alors que la gestion du club par son président est sujette à controverse[7],[8]. Il retrouve la Ligue 1 en 2013[9].

Son fils, Franck Kita, est le directeur général du FC Nantes[10].

En 2019, il reçoit une offre pour enfin vendre le FC Nantes[11]. Confronté à ses supporters depuis des années, et même à ses propres joueurs, comme l'a montré l'enregistrement d'Emiliano Sala dévoilé par l'Equipe[12], l'homme d'affaires est sur le point de vendre mais annule finalement au dernier moment.

Finalement, c'est son fils qui prend en partie les commandes du club en assurant les conférences de presse de présentation des joueurs.

PolémiquesModifier

Panama Papers et Football LeaksModifier

En 2016, Waldemar Kita est cité dans l'affaire des Panama Papers pour être l'actionnaire d'une société offshore créée en 2007 et sise aux Iles Vierges britanniques[13] et pour y avoir logé son yacht[14]. La même année, son nom apparaît également dans l'affaire des Football Leaks[15].

En 2019, alors qu'une enquête pour fraude fiscale vise Waldemar Kita, Nantes Métropole décide de revenir sur sa décision de vendre la parcelle de terrain censée accueillir le nouveau stade, mettant ainsi un terme à ce projet du président du FC Nantes[16].

Allongement de pénisModifier

Waldemar Kita travaille en 2016 au lancement d'un produit destiné à l'allongement de pénis[17], via une nouvelle société dénommée Vivacy. Exploitant l'injection d'acide hyaluronique, cette technologie vise en priorité le marché asiatique et notamment chinois.

Soupçons de fraude fiscaleModifier

Plusieurs journaux révèlent en 2016 que les actions du FC Nantes acquises par l'homme d'affaire sont en fait détenues par une société sise en Belgique société qui aurait déclaré 50 millions d'euros de pertes à l'État belge[15],[18]. Le , le parquet national financier ouvre une enquête préliminaire sur le dirigeant soupçonné d'évasion fiscale par l'intermédiaire de cette société[19]. Le yacht du financier est saisi en 2020 à titre conservatoire, alors que l'enquête n'est pas encore achevée[20].

Notes et référencesModifier

  1. Waldemar Kita s'offre le FC Nantes , Boursier.com et Reuters, publié le 28 juillet 2007, consulté le 10 juin 2009.
  2. Allergan, acquiert le français Corneal, Bienvoir.com, publié le 9 novembre 2006, consulté le 10 juin 2009.
  3. PSG-Nantes : la vraie nature de Waldemar Kita, leparisien.fr, par Lionel Chami, publié le 12 septembre 2008, consulté le 10 juin 2009.
  4. Émission Temps Présent du 30 octobre 2003 sur www.tsr.ch
  5. Le président Waldemar Kita, un homme pressé, lefigaro.fr, publié le 5 décembre 2007, consulté le 10 juin 2009.
  6. Kita s'empare de Nantes, lejdd.fr, par Rémi Duchemin, publié le 28 juillet 2007, consulté le 10 juin 2009.
  7. Les cinq commandements de Waldemar Kita, in: Les cahiers du football, par Jean-Étienne Poisot, publié le 24 avril 2009, consulté le 10 juin 2009.
  8. Da Rocha allume Kita lequipe.fr, publié le 31 mai 2009, consulté le 10 juin 2009.
  9. http://www.nantes.maville.com/sport/detail-galerie_-fc-nantes-les-photos-du-retour-en-ligue-1_11132_GaleriePhoto.Htm
  10. « Franck Kita, le directeur général de Nantes: «Il faut être patient» », sur L'Equipe.fr (consulté le 14 avril 2016)
  11. « Waldemar Kita a une offre de rachat pour Nantes », sur L'Équipe (consulté le 7 juin 2019)
  12. « L'Équipe Enquête : le message vocal d'Emiliano Sala qui accable Waldemar Kita », sur L'Équipe (consulté le 7 juin 2019)
  13. Waldemar Kita (FC Nantes), propriétaire d’une société aux îles Vierges britanniques, Le Monde, le 7 avril 2016.
  14. « Panama Papers. Le président du FC Nantes Waldemar Kita épinglé », sur www.ouest-france.fr, (consulté le 7 avril 2016).
  15. a et b RMC SPORT, « Football Leaks, FC Nantes: Waldemar Kita éviterait certains impôts via une société « boîte aux lettres » basée en Belgique », sur RMC SPORT (consulté le 25 février 2019).
  16. « FC Nantes : le projet de nouveau stade tombe à l’eau suite à l’enquête visant Kita », sur leparisien.fr, (consulté le 25 février 2019).
  17. Sylvie Andrieu, « Le président du FC Nantes fait son business... sur la taille des pénis », sur LeJDD.fr (consulté le 14 avril 2016).
  18. « Le FC Nantes conduit à une boîte postale à Bruxelles », sur L'Echo, (consulté le 24 octobre 2020)
  19. « Une enquête pour fraude fiscale vise Waldemar Kita, président du FC Nantes », sur lefigaro.fr,
  20. « Le yacht de Waldemar Kita (Nantes) aurait été saisi par la justice », L'Équipe (consulté le 24 octobre 2020).

Liens externesModifier