Waléran III de Luxembourg-Ligny

Waléran III de Luxembourg, né à Saint-Pol-sur-Ternoise vers 1355, mort au château d'Ivoy le , fut comte de Saint-Pol, de Ligny, seigneur de Roussy et de Beauvoir de 1371 à 1415, il est également seigneur de Fiennes et châtelain de Lille[1].

Waléran III de Luxembourg-Ligny
Waleran maud.jpg
Walérian et Maud.
Fonction
Connétable de France
Titres de noblesse
Comte de Ligny
-
Prédécesseur
Successeur
Comte de Saint-Pol
-
Prédécesseur
Guy de Luxembourg-Ligny et Mahaut de Châtillon (d)
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Aristocrate, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Mahaut de Châtillon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Matilda de Holand (d) (après )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Jeanne de Luxembourg (en)
Jean de LuxembourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Blason famille fr Luxembourg-Ligny.svg
blason

BiographieModifier

Il était fils de Guy, comte de Ligny, et de Mahaut de Châtillon, comtesse de Saint-Pol.

Charles VI le chargea de négocier la paix à Londres (1396) et le nomma 1er gouverneur de Gênes le charge qu'il exerce du jusqu'en 1398.

Pendant la démence du roi, le duc de Bourgogne, dont il était partisan dévoué, lui fit donner la grande maîtrise des Eaux et Forêts en 1402, puis la charge de Bouteiller de France le puis celle de connétable de France après le .

Embarquant à Harfleur, il débarquait en l'île de Wight en 1403 avec un fort parti de nobles et la ravageait. En mai 1405, alors capitaine de Picardie et du Boulonois, il assiégeait le château de Merck des anglais à une lieue de Calais et la prit de force [2]. Il établit à Paris la milice des Écorcheurs, et battit plusieurs fois les Armagnacs en Normandie. Il dut quitter Paris avec le parti bourguignon en 1413 et mis le siège devant Neufville sur Meuse en 1414 puis mourut peu après en son château d'Yvvis où il fut enterré. Le fils cadet de sa fille lui succéda.

AlliancesModifier

Alors qu'il était au service de Charles V, roi de France, il tomba entre les mains des Anglais et, pendant sa captivité, épousa en 1380 Maud de Holand († 1392), veuve d'Hugues de Courtenay, fille de Thomas de Holand et de Jeanne de Kent (Jeanne est la mère de Richard II, roi d'Angleterre par son second mariage avec Edward 'Le Prince Noir' de Woodstock - ce qui fait de Maud de Holand la demi-soeur utérine de ce roi). Il leur naquit une fille :

Veuf, il se remarie en 1393 avec Bonne de Bar († 1400), fille de Robert Ier, duc de Bar et de Marie de France, mais ils n'eurent pas d'enfant.

De sa liaison avec Agnès de Brie, il eut en 1400 un fils bâtard, l'amiral Jean Hennequin de Luxembourg.

RéférencesModifier

  1. INVENTAIRE SOMMAIRE DES ARCHIVES DEPARTEMENTALES ANTÉRIEURES A 1790, REDIGE PAR M L'ABBE DEHAISNES ET M. JULES FINOT, ARCHIVISTES. NORD. ARCHIVES CIVILES.— SERIE B. CHAMBRE DES COMPTES DE LILLE. A R T 1 à 652. TOME I (1re PARTIE). LILLE, IMPRIMERIE DE L. DANEL. 1899 - B. 421. (Carton.) — 3 pièces, parchemin; 7 pièces, papier; 1 cachet en cire rouge enchâssé en cire jaune. 1389-1406 - 1393, 19 février, Paris. Vidimus du traité conclu entre Philippe et Marguerite, duc et duchesse de Bourgogne, d'une part, et Walerand de Luxembourg, comte de Ligny et de Saint-Pol, seigneur de Fiennes et châtelain de Lille, pour le mariage d'Antoine, fils du duc et de la duchesse de Bourgogne, et de Jeanne, fille du comte de Saint-Pol, aux conditions suivantes : le comte de Saint-Pol donnera et transportera à sa fille et. aux hoirs issus de ce mariage la châtellenie de Lille, ses appartenances et les terres qui y sont enclavées, assavoir les terres d'Erquinghem, Armentières et la Bouteillerie à lui échues par succession du sire de Fiennes, son oncle, et toutes les rentes et revenus qu'il avait en Flandre et en Artois sans en rien excepter, si ce n'est quarante livrées de terre qu'il avait transportées au comte d'Arcy.
  2. Enguerrand de Monstrelet, la Chronique d'Enguerrand de Monstrelet.

Voir aussiModifier

Bibliographie complémentaireModifier

  • Céline Berry, « Waleran de Luxembourg, un grand seigneur entre loyauté et opportunisme (fin XIVe-début XVe siècle) », Revue du Nord, 2009, fasc. 2 (no 380), p. 295-326 [lire en ligne]