Waheed Alli

personnalité politique britannique

Waheed Alli, Baron Alli (né le ) est un entrepreneur médiatique et homme politique. Il est le co-créateur de la série télévisée Survivor et occupe des postes de direction dans plusieurs sociétés de production télévisuelle, notamment Endemol Shine Group, Carlton Television Productions (maintenant ITV Studios ), Planet 24 et Chorion[1],[2].

Waheed Alli
Image dans Infobox.
Fonction
Membre de la Chambre des lords
depuis le
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Parti politique

Il est actuellement directeur général de Silvergate Media, président de Koovs Plc et administrateur d' Olga Productions. Il est membre de la Chambre des lords au Royaume-Uni, siégeant en tant que pair à vie pour le Parti travailliste, et est décrit comme l'un des rares homme politique musulmans ouvertement homosexuels au monde[3],[4].

BiographieModifier

En termes de catégories britanniques, il est considéré comme asiatique, car ses deux parents sont indo-caribéens. Sa mère, infirmière, est une Indo-Trinidadienne de Trinité-et-Tobago, et son ex-père, mécanicien, est un Indo-Guyanais de Guyana. Sa mère est hindoue et son père musulman et a deux frères, qui sont également musulmans[5]. Il est désigné comme l'un des 20 Asiatiques les plus importants dans les médias britanniques en 2005. Parallèlement, il entretient des liens avec ses racines caribéennes, à la fois avec d'autres hommes politiques anglo-guyanais tels que Valerie Amos et Trevor Phillips, et avec le président Bharrat Jagdeo.

Il fait partie d'un groupe de Guyanais très prospères en Grande-Bretagne (Michael White de The Guardian les appelle la « mafia guyanaise »), qui comprend Raj Persaud, Herman Ouseley et David Dabydeen, Cynthia Pine, Keith Waithe et Rudolph Dunbar[6].

Alli grandit dans un environnement modeste, fréquente le Stanley Technical College à South Norwood et quitte l'école à 16 ans avec neuf O-levels.

CarrièreModifier

Alli commence à travailler en tant que chercheur junior pour un magazine financier, avec Salem Ghayar, qui l'embauche et le forme. Après quelques années à préparer des rapports mensuels pour des investisseurs potentiels, il est recruté par Save & Prosper, qui fait partie de Robert Fleming & Co[7]. Finalement, il retourne chez son employeur d'origine et gravit les échelons dans le secteur des médias au sein de l'écurie de publications de Robert Maxwell. Il part ensuite à la City pour une seconde carrière dans la banque d'investissement, grâce à laquelle il s'enrichit[8]. Au milieu des années 1980, il rencontre Charlie Parsons, qui devient son associé commercial ainsi que son partenaire de vie[9].

La troisième carrière d'Alli, et la première dans laquelle il atteint une notoriété publique, est dans l'industrie de la télévision. Lui et Parsons créent 24 Hour Productions, qui produit The Word, "le programme télévisé le plus discuté en Grande-Bretagne". En 1992, ils fusionnent avec Planet Pictures de Bob Geldof pour former Planet 24. Son succès est tel qu'elle devient l'une des plus grandes sociétés de production télévisée du pays et le principal fournisseur indépendant de Channel 4. Il est responsable de programmes révolutionnaires tels que Big Breakfast et Survivor. Carlton Television achète Planet 24 en mars 1999 pour 15 millions de livres sterling, Alli et Parsons conservant prudemment les droits du format lucratif Survivor. Waheed Alli devient administrateur du conseil d'administration de Carlton avant de démissionner un an plus tard[5].

En avril 2003, Alli prend la présidence de la société de droits médiatiques Chorion[10] qui détient les droits d'Enid Blyton et d'Agatha Christie, et possède des bureaux au-delà du Royaume-Uni à New York, Sydney et Tokyo. Il est président d'ASOS cotée à l'AIM[11] et directeur d'Olga Television, la société de production de l'artiste Paul O'Grady. Il possède une partie de Shine Limited, une société de production médiatique qu'il cofonde en mars 2001 avec Elisabeth Murdoch, fille du magnat des médias Rupert Murdoch. En août 2011, il quitte la présidence de Chorion et vend la moitié de sa participation dans ASOS.com pour créer une nouvelle société appelée Silvergate Media.

Il fait partie d'une offre ratée de 100 millions de livres sterling soutenue par la société de Capital-investissement 3i pour acheter Virgin Radio à SMG plc en 2005. En mars 2007, il est nommé administrateur non exécutif de SMG[12].

Alli est un investisseur fondateur de Koovs, un détaillant en ligne indien cherchant à reproduire le succès d'ASOS dans le sous-continent. La société est créée en 2012, avec l'intention de lever 22 millions de livres sterling avec une cotation en bourse sur l' AIM de Londres[13]. En décembre 2019, la société est placée sous administration judiciaire après des difficultés financières.

PolitiqueModifier

Alli rejoint le Parti travailliste grâce à sa voisine Emily Thornberry, dont il reste proche[14]. Il est également proche d'Anji Hunter, directeur des relations gouvernementales dans le premier gouvernement de Tony Blair[15]. Il aide Le Premier ministre Blair pendant des années pour toucher une génération plus jeune (alias « culture yoof »)[8], et est considéré comme un des "Tony's Conies". Il est nommé pair à vie sous le titre de baron Alli, de Norbury dans le quartier londonien de Croydon, le 18 juillet 1998 à l'âge de 34 ans, devenant le plus jeune et le premier pair ouvertement homosexuel au Parlement. Il siège sur les bancs travaillistes de la Chambre des lords. La BBC résume sa nomination comme "l'antithèse du pair stéréotypé de l'establishment - jeune, asiatique et du monde des médias et du divertissement"[8].

Alli utilise sa position politique pour défendre les droits des homosexuels[16]. Il dirige la campagne pour abroger l'article 28[17]. Il préconise l'abaissement de l'âge de consentement pour les homosexuels de 18 à 16 ans, égal à celui des hétérosexuels ; cela est finalement devenu loi sous le nom de Sexual Offences (Amendment) Act 2000. C'est lors d'un échange houleux avec des opposants conservateurs, menés par la baronne Young, qu'il informe ses pairs qu'il est gay.

En 2006, il participe à la Conférence internationale sur les droits humains LGBT adoptant la Déclaration de Montréal et en 2009, il dirige une campagne pour abroger les clauses de la loi de 2004 sur le partenariat civil qui interdisent aux institutions religieuses de mener les cérémonies dans leurs locaux. Cette campagne aboutit à un amendement bipartite, qui devient une partie de la loi sur l'égalité de 2010.

Autres activitésModifier

Il se concentre sur les droits des homosexuels, la jeunesse et l'éducation. Il est l'ancien chancelier de l'université De Montfort à Leicester. Il est également président du Croydon Youth Development Trust et mécène de Skillset et du Sector Skills Council qui soutient les compétences et la formation dans les industries des médias créatifs.

À l'automne 2008, il remporte un Stonewall Award dans la catégorie personnalité politique. En 2002, il est mécène de l'Albert Kennedy Trust. Il est conférencier d'honneur à la Conférence internationale sur les droits humains des LGBT, dans le cadre des Outgames mondiaux de 2006, qui ont mené à la Déclaration de Montréal. Alli est mécène d'Oxford Pride, l'événement annuel de la fierté dans l'Oxfordshire, et de Pride London. Il est mécène de la Elton John AIDS Foundation[18].

RéférencesModifier

  1. « Executive Profile: Waheed Alli » [archive du ], Bloomberg.com (consulté le )
  2. « Lunch with the FT: Waheed Alli » [archive du ]
  3. Andrew Alderson, « Lord Alli attacks bishops in 'gay marriage' row », Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Andrew Edgecliffe-Johnson, « Lunch with the FT: Waheed Alli », Financial Times,‎ - (lire en ligne, consulté le )
  5. a et b « Profiles of 10 leading British Muslims », The Guardian, London,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Guyanese Achievers UK (2007) by Dindayal Vidur.
  7. Interviewed by Shahid. The Asian Outlook. No date; approximately 2001.
  8. a b et c « Profile: Lord Waheed Alli », BBC News Online,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « The Party Boys » [archive du ], The Independent. Saturday, 6 June 2015 (consulté le )
  10. « Hands off Noddy! », The Daily Telegraph, London,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. « Overseas sales boost Asos profits », bbc.co.uk,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. Leigh Holmwood, « SMG makes board appointments », guardian.co.uk, London,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Duncan Robinson, « Ex-Asos boss to list Indian venture on Aim », Financial Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Aida Edemariam, « Right, so just what do you do all day? », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. Kamal Ahmed, « Inside Labour's young boy (and girl) network », The Observer,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. (en) « Kooth | Home » [archive du ], kooth.com (consulté le )
  17. Liz Highleyman, « What was Clause 28? », Gmax,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Elton John AIDS Foundation patrons » [archive du ] (consulté le )

Liens externesModifier