Ouvrir le menu principal

Vuelta a Chiriquí 2014

édition 2014 de la Vuelta a Chiriquí, course cycliste panaméenne

PrésentationModifier

La compétition se déroule sous les règles édictés par l'Union Cycliste Internationale, et est dirigé par le Colombien César Sánchez Alzate, commissaire international de l'UCI[1].

ParcoursModifier

Annoncée pour 1 069,8 kilomètres, l'épreuve comprend dix étapes, réparties comme suit : deux contre-la-montre (un par équipes et un en individuel), deux en circuit et six en ligne dont trois montagneuses. Comme nouveautés au parcours de cette édition, il est à souligner le secteur de Potrerillos (es), dans le district de Dolega (es), le deuxième jour et le retour d'un circuit dans la municipalité de La Concepción (district de Bugaba (es)), lors de la troisième journée[2].

Équipes participantesModifier

Douze formations, six nationales et six étrangères, étaient attendues pour disputer le contre-la-montre par équipes inaugural[1]. Un temps pressentie, l'équipe costaricienne "Coopenae-Movistar-Economy"[3] est finalement absente, tout comme la formation "Rali - Claro Junior". Elles sont remplacées par une équipe mixte[4], sponsorisée par "Bikestore - Pantanis Café - Taf Logistic"[5].

Dossards Équipe Principaux engagés
1-6 EPM - Une Óscar Sevilla, Rafael Infantino, Stiber Ortiz, Jaime Castañeda, Róbigzon Oyola, Juan Pablo Rendón
7-12 Rali - Claro - Samsung Galaxy "1" Ramón Carretero, Maicol Rodríguez, Roberto González, Fernando Ureña, Álvaro Montoya
13-18 Fuerzas armadas de Ecuador Fabio Avendaño
19-24 Willier - Panama Cycling - Hyundai Yelko Gómez, Jorge Castelblanco, Mohamed Méndez, Alcides Miranda, Jhon Brassfield
25-30 Team Priza Argenis Vanegas, Jorge Marcenario
31-36 Ochoa Finauto - La Campagna - Ciclon Bike Wendy Cruz, Nelson Torres
37-42 BCR - Pizza Hut - Powerade - Grupo Orosi Federico Ramírez (de), Carlos Brenes, Isaac Morera
43-48 Rali - Claro - Samsung Galaxy "2" Eibar Villarreal, José De León
49-54 Coldeportes - Claro Freddy Piamonte, Juan Pablo Forero, Luis Alfredo Martínez, Javier Gómez
61-66 Bikestore - Pantanis Café - Taf Logistic Steven Calderón
67-72 Rali - Claro - Samsung Galaxy "3" Francisco González

Principaux engagésModifier

Cinq anciens vainqueurs sont au départ. Óscar Sevilla, titré en 2012 et Stiber Ortiz, sacré en 2008, membres de la formation EPM - Une, sont présents pour rééditer leur succès. Tout comme un autre Colombien Freddy Piamonte, vainqueur en 2010, alors que le Panaméen Ramón Carretero, victorieux en 2011, dispute la compétition dans l'optique de préparer la saison 2015. Un moment pressenti, le Costaricien Henry Raabe, tenant du titre[3], est finalement absent. Ayant remporté l'épreuve en 1995 et en 2005, son compatriote Federico Ramírez (de) dispute son ultime Vuelta a Chiriquí avant de mettre un terme à sa carrière cycliste au Tour du Costa Rica, le mois suivant[6].

Les étapesModifier

Étape Date Villes étapes Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape 21 novembre David - Boquerón (es) - David   31,1   EPM - Une   Róbigzon Oyola
2e étape 22 novembre David - Potrerillos (es) - Santa Marta (es) - David   142,0   Jaime Castañeda   Jaime Castañeda
3e étape 23 novembre Circuit dans La Concepción   80,0   Carlos Brenes   Jaime Castañeda
4e étape 24 novembre David - La Concepción - Boquete - David   127,0   Yelko Gómez   Róbigzon Oyola
5e étape 25 novembre David - Cerro Punta (es) - David   143,2   Óscar Sevilla   Óscar Sevilla
6e étape 26 novembre David - La Esperanza - David   138,0   Jaime Castañeda   Róbigzon Oyola
7e étape 27 novembre David - La Concepción - Los Planes (district de Gualaca (es)) - David   154,0   Stiber Ortiz   Róbigzon Oyola
8e étape 28 novembre David - Progreso (es) - David   132,0   Juan Pablo Forero   Róbigzon Oyola
9e étape 29 novembre David - David
 
30,0   Róbigzon Oyola   Róbigzon Oyola
10e étape 30 novembre Circuit dans David   84,0   Juan Pablo Forero   Róbigzon Oyola

Récit de la courseModifier

21 novembre : 1re étapeModifier

Les "EPM - Une" remportent le contre-la-montre inaugural et Róbigzon Oyola se vêt du maillot de leader.

L'exercice chronométrique se dispute par équipes sur une distance de 31,1 km. À 9h00 locales, la formation "Rali - Claro Junior" devait être la première à s'élancer[N 1]. Puis de trois minutes en trois minutes, les autres équipes se lancent jusqu'aux Colombiens d'EPM - Une, derniers à partir[7]. Les coureurs partent devant le centre commercial "Mall Chiriqui" de David, rejoignent Boquerón (es) et reviennent à leur point de départ. La formation "Hyundai - Willier - Panama Cycling" est la première à réaliser le parcours en moins de trente-huit minutes (37 min 43 s). Puis l'équipe "Rali - Claro - Samsung Galaxy "1"" place le meilleur temps à 37 min 12 s. Insuffisant pour contrecarrer les "EPM - Une" qui effectuent l'exercice en 36 min 31 s. Le premier d'entre-eux à franchir la ligne, Róbigzon Oyola, s'empare du même coup du premier maillot de leader[8].

22 novembre : 2e étapeModifier

Jaime Castañeda est le nouveau leader après sa victoire au sprint.

La deuxième étape est longue de 142,0 km[N 2]. Les concurrents prennent le départ du "Parc des mères" (Parque de Las Madres) à David pour rejoindre Potrerillos (es), Santa Marta (es) et revenir à David[8].

Durant le parcours, de nombreuses attaques ont lieu. Ainsi Mohamed Méndez se détache et passe en tête le grand prix de la montagne. Puis trois étapes volantes secouent le peloton. Juan Pablo Forero gagne la première, la deuxième est pour le Colombien Javier Gómez et le Panaméen Fernando Ureña s'adjuge la troisième. Ce qui n'empêche pas une arrivée massive, où Jaime Castañeda dispose de son compatriote Juan Pablo Forero et de son coéquipier et précédent leader Róbigzon Oyola. après h 14 min 24 s d'effort[9]. Grâce aux secondes de bonifications distribuées, Castañeda dépossède Oyola, deuxième dorénavant à deux secondes, puis suit Óscar Sevilla à huit. Le premier panaméen Ureña est septième à 48 s[10]. Les classements annexes voient la domination de Méndez, pour les grimpeurs et de Gómez, pour les étapes volantes[11].

23 novembre : 3e étapeModifier

Carlos Brenes remporte le sprint massif.

La troisième étape est un circuit, développant 80 km dans La Concepción dans le district de Bugaba (es)[9]. Pour des raisons de sécurité, le tracé initial, qui devait passer par les principales artères de la ville, a été modifié et se déroule sur la Vía Interamericana.

L'étape démarre sur un rythme effréné et rapidement des escarmouches ont lieu où l'on retrouve plusieurs fois des coureurs comme Nelson Torres, Jhon Brassfield ou Eybar Villarreal[12]. Trois étapes volantes sont placées aux troisième, sixième et neuvième tour qui permettent à Juan Pablo Forero de déposséder son coéquipier Javier Gómez de la tête de ce classement annexe[13]. Malgré une échappée solitaire du local Maicol Rodríguez dans le dernier tour, vite réprimée, le peloton termine groupé en h 2 min 17 s. Le Tico Brenes conclut la journée devant le leader Jaime Castañeda et le Panaméen Yelko Gómez[12]. Au général, Castañeda devance ses cinq coéquipiers, avec maintenant huit secondes d'avance sur Oyola. Castañeda est également en haut du classement par points[14].

24 novembre : 4e étapeModifier

Yelko Gómez s'impose à ses huit compagnons de fugue et Oyola récupère le maillot jaune.

La quatrième étape part et arrive au "Parc des mères" (Parque de Las Madres) dans la localité de David, après 127 km d'un parcours montagneux, passant par La Concepción et Boquete. Deux étapes volantes et deux cols de deuxième catégorie sont au programme[12], [13].

Dès le baisser de drapeau, le Chiricano Alcides Miranda entreprend une échappée. Ce qui lui permet de passer les deux étapes volantes en tête. À la seconde, il détient min 15 s d'avance sur le peloton et devient leader virtuel de la compétition. Puis l'étape entre dans sa partie accidentée, en s'acheminant vers le district de Boquete (es). Miranda est rejoint et ce sont neuf hommes qui se projettent à l'avant. Mohamed Méndez, présent dans l'échappée, passe en tête le second col de la journée et garde son maillot de meilleur grimpeur. Tandis que Jaime Castañeda, absent, se fait déposséder de celui de leader par son coéquipier Róbigzon Oyola. Dans les derniers kilomètres, tout se décide entre les neuf fugueurs. En h 56 min 32 s, Yelko Gómez remporte l'étape devant Oyola et Óscar Sevilla. Gómez se place premier coureur panaméen au classement général[15]. Oyola récupère son bien, deux jours après l'avoir laissé à son compagnon d'écurie. Il cumule un temps de h 49 min 30 s, après quatre journées[16]. Quelques changements interviennent au sommet des classements annexes. La formation panaméenne "Willier - Panama Cycling - Hyundai", plaçant trois hommes dans l'échappée, monte à la première place de la hiérarchie par équipes. Oyola subtilise également le classement par points à Castañeda et Steven Calderón, seul coureur Espoir dans la fugue, s'empare de la tête du classement des moins de 23 ans[17].

25 novembre : 5e étapeModifier

Óscar Sevilla décroche l'étape du jour en h 38 min 13 s et endosse le maillot de leader.

La cinquième étape est également montagneuse avec trois cols répertoriés dont un de première catégorie. Une étape volante est également au menu des 143,2 km qui attendent les coureurs. Ils s'élancent des installations de "Arrendadora Economica", à David, pour prendre la direction de La Concepción, de Volcán (es), puis de Cerro Punta (es) et de revenir à leur point de départ[17].

Juan Pablo Forero se classe premier à l'unique étape volante de la journée (km 13,8) et consolide sa place dans ce classement annexe. Puis les coureurs affrontent dans le secteur de La Concepción, la partie montagneuse du parcours. Nelson Torres passe en tête les deux premiers cols de la journée. Les difficultés s'accentuent et le col de première catégorie (km 66,2) opère une sélection. Jaime Castañeda passe en premier au sommet. Un groupe se détache dans la descente. Mais le peloton principal effectue la jonction aux environs de Bugaba (es) et l'arrivée groupée est inévitable. Un virage à droite attend les coureurs à quelques hectomètres du but, Sevilla le passe en tête, ce qui lui permet de franchir la ligne d'arrivée avec plusieurs longueurs d'avance[18]. Aux classements, Róbigzon Oyola est dépossédé des maillots du classement général pour deux secondes et du classement par points pour une unité par ses coéquipiers Sevilla et Castañeda[19].

26 novembre : 6e étapeModifier

Jaime Castañeda gagne au sprint. Oyola dépossède Sevilla de la tête du classement.

La sixième étape développe 138 km et comprend trois étapes volantes. Les concurrents partent de David pour la ville frontalière de Paso Canoas (es), passe à La Esperanza pour revenir à la capitale provinciale[18].

Les coureurs s'élancent de la Vía Interamericana et dès le début, de nombreuses escarmouches ont lieu. Ainsi après la première étape volante, dans le secteur de Gariché (es), dix-sept hommes s'enfuient dont entre autres Ramón Carretero, Jaime Castañeda, Róbigzon Oyola, Jorge Castelblanco ou Argenis Vanegas. Le peloton semble s'en désintéresser et l'écart grimpe à plus de huit minutes au passage de Paso Canoas. À la troisième étape volante, quinze minutes séparent Oyola et ses compagnons de fugue du groupe principal. La victoire d'étape se joue entre eux et Castañeda devance Oyola et le Nicaraguayen Vanegas. Róbigzon Oyola récupère le maillot jaune et s'en vêt pour la troisième fois depuis le début de la compétition[20]. Il devance Jorge Castelblanco de min 27 s. Ce dernier profite des 19 min 23 s engrangées par la fugue pour devenir le meilleur panaméen de la compétition[21], tout comme Argenis Vanegas, désormais neuvième au classement général et meilleur Espoir[22]. La formation "Coldeportes - Claro", ayant placé trois hommes dans l'échappée, prend la tête du classement par équipes. Tandis que son coureur Luis Alfredo Martínez complète le podium provisoire, troisième à min 48 s d'Oyola[23].

27 novembre : 7e étapeModifier

Les "EPM - Une" réussissent un triplé au terme de la journée.

154 km sont à parcourir lors de la septième étape, dernier jour de montagne. Trois étapes volantes et deux cols de deuxième catégorie sont au programme. Les concurrents passent par La Concepción, la localité de Los Planes (district de Gualaca (es)) avant l'arrivée au "Parc des mères" (Parque de Las Madres) d'où ils sont partis[20].

Rapidement deux hommes José De León et Wendy Cruz s'enfuient. Puis deux coureurs s'intercalent entre eux et le peloton mais sans jamais faire la jonction. Dans le secteur de Gualaca (es), lorsque la route s'élève, De León distance Cruz et les deux hommes intercalés sont absorbés par le peloton. De León passe en tête les deux cols au menu. Le peloton se fractionne et les meilleurs grimpeurs se détachent. De León entame la descente du retour vers David en solitaire mais il est rattrapé, puis bientôt lâché par douze hommes. Leur rythme est tel que ces derniers ne sont plus rejoints et se disputent la victoire d'étape où Stiber Ortiz dispose de ses coéquipiers Óscar Sevilla et Róbigzon Oyola. Celui-ci se maintient comme leader de la compétition[24]. En passant troisième aux deux sommets du jour, Mohamed Méndez en profite pour assurer sa place au classement du meilleur grimpeur et devenir le premier vainqueur panaméen de ce trophée[25]. Tandis qu'Oyola subtilise le maillot du classement par points à Jaime Castañeda[26].

28 novembre : 8e étapeModifier

Juan Pablo Forero s'impose.

La huitième étape a une longueur de 132 km et l'arrivée, comme le départ, se situe à David. Les coureurs prennent la direction de La Concepción, puis vont jusqu'à la frontière avec le Costa Rica. De là, ils passent par Progreso (es) pour rentrer vers la capitale provinciale. L'itinéraire est agrémenté de trois étapes volantes[26].

La ligne de départ et d'arrivée a été modifiée pour des travaux sur la Vía Interamericana. Les premiers hectomètres sont neutralisés jusqu'au "Mall Chiriqui". Dans le but de se disputer les étapes volantes du jour, Alcides Miranda, Nelson Torres et Forero se retrouvent impliqués dans une fugue de sept hommes. Torres s'en adjuge deux et Forero une, tandis que l'échappée continue sa progression. Ainsi elle a plus de trois minutes d'avance sur le peloton au passage par Progreso. Sans réelle volonté de poursuite du groupe principal, les fugueurs peuvent se disputer la victoire. Au sprint, Forero dispose de Steven Calderón et de Torres[27], min 47 s devant Róbigzon Oyola et le peloton. Même si aucun changement n'est à constater dans les différents classements[28], Juan Pablo Forero, en glanant onze points au cours de la journée, s'est rapproché du trophée des étapes volantes[29].

29 novembre : 9e étapeModifier

Róbigzon Oyola gagne l'étape et consolide son maillot de leader.

La neuvième étape est un contre-la-montre individuel d'une distance de 30 km avec départ et arrivée sur la Vía Interamericana, devant le centre commercial "Mall Chiriqui"[28].

Le Nicaraguayen Jorge Marcenario est le premier à partir, puis de minute en minute tous les coureurs s'élancent, à l'exception des onze premiers au classement général qui, eux, partent de deux minutes en deux minutes. Marcenario effectue le parcours en 45 min 44 s. Débutant vingt minutes plus tard, Juan Pablo Forero prend la tête du classement provisoire avec 42 min 2 s. Ensuite le meilleur temps est confisqué par les hommes de l'équipe "EPM - Une", c'est d'abord Juan Pablo Rendón qui le détient en 41 min 11 s. Il est battu par Rafael Infantino (40 min 5 s) puis par Óscar Sevilla (39 min 16 s), ces derniers entourent leur coéquipier Róbigzon Oyola sur le podium, pour un nouveau triplé de la formation colombienne. En réalisant le parcours en 39 min 7 s, il repousse son dauphin Jorge Castelblanco à min 47 s, au classement général[28], [30], [31].

30 novembre : 10e et dernière étapeModifier

En 25 h 1 min 3 s, Róbigzon Oyola succède à Henry Raabe[32].

Le dernier jour de la 34e édition de la Vuelta a Chiriquí se dispute en circuit sur une distance de 84 km, avec départ et arrivée au "Parc des mères" (Parque de Las Madres) à David. Le circuit développe douze kilomètres et est à effectuer sept fois, trois étapes volantes sont placés au trois, six et neuvième tours[30].

Après un premier tour neutralisé (de reconnaissance), les coureurs sont lâchés dans les rues de David. Au troisième tour, Forero remporte l'étape volante et se met définitivement hors de portée de la concurrence dans ce classement annexe. Les tentatives de fugue sont nombreuses mais infructueuses. Nelson Torres remporte la deuxième étape volante et se classe deuxième dans ce classement spécifique, tandis que la troisième est pour Jhon Brassfield. Dans la dernière révolution, l'Équatorien Fabio Avendaño s'extirpe du peloton mais en pure perte. C'est un sprint massif qui clôt l'épreuve, où Juan Pablo Forero dispose de Jaime Castañeda et de Wendy Cruz[33]. La deuxième place de Castañeda lui est toutefois suffisante pour coiffer Oyola au classement par points[34]. Grâce au travail de son équipe et à un contre-la-montre de bonne facture, Jorge Castelblanco récolte les fruits de la fugue de la sixième étape, en terminant vice-champion de la compétition et premier panaméen[35]. Argenis Vanegas, lui aussi de l'échappée de la sixième étape, finit neuvième et meilleur Espoir de l'épreuve. C'est la première fois qu'un Nicaraguayen gagne ce classement[36].

Classement général finalModifier

48 coureurs terminent l'épreuve[34].

Classement général final
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Róbigzon Oyola     Colombie EPM - Une en 25 h 1 min 3 s
2e Jorge Castelblanco   Panama Willier - Panama Cycling - Hyundai + min 47 s
3e Luis Alfredo Martínez   Colombie Coldeportes - Claro + min 33 s
4e Freddy Piamonte   Colombie Coldeportes - Claro + min 26 s
5e Ramón Carretero   Panama Rali - Claro - Samsung Galaxy "1" + min 50 s
6e Jaime Castañeda   Colombie EPM - Une + min 46 s
7e Álvaro Montoya   Colombie Rali - Claro - Samsung Galaxy "1" + min 52 s
8e Jhon Brassfield   Panama Willier - Panama Cycling - Hyundai + 11 min 27 s
9e Argenis Vanegas     Nicaragua Team Priza + 11 min 38 s
10e Isaac Morera   Costa Rica BCR - Pizza Hut - Powerade - Grupo Orosi + 14 min 56 s

Classements annexesModifier

Classement par équipesModifier

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
1re Coldeportes - Claro   Colombie en 102 h 0 min 31 s
2e Willier - Panama Cycling - Hyundai   Panama + 13 min 24 s
3e EPM - Une   Colombie + 15 min 3 s

Classement de la montagneModifier

Classement de la montagne
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Mohamed Méndez     Panama Willier - Panama Cycling - Hyundai 47 points
2e Freddy Piamonte   Colombie Coldeportes - Claro 34 pts
3e Jaime Castañeda   Colombie EPM - Une 27 pts

Classement du meilleur jeuneModifier

Classement du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Argenis Vanegas     Nicaragua Team Priza en 25 h 12 min 41 s
2e Isaac Morera   Costa Rica BCR - Pizza Hut - Powerade - Grupo Orosi + min 18 s
3e Francisco González   Panama Rali - Claro - Samsung Galaxy "3" + min 31 s

Classement par pointsModifier

Classement par points
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Jaime Castañeda     Colombie EPM - Une 69 points
2e Róbigzon Oyola     Colombie EPM - Une 60 pts
3e Juan Pablo Forero   Colombie Coldeportes - Claro 43 pts

Classement des étapes volantesModifier

Classement des étapes volantes
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Juan Pablo Forero     Colombie Coldeportes - Claro 41 points
2e Nelson Torres   Colombie Ochoa Finauto - La Campagna - Ciclon Bike 30 pts
3e Alcides Miranda   Panama Willier - Panama Cycling - Hyundai 27 pts

Classement du meilleur PanaméenModifier

Classement Classement du meilleur Panaméen
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Jorge Castelblanco     Panama Willier - Panama Cycling - Hyundai en 25 h 4 min 50 s
2e Ramón Carretero   Panama Rali - Claro - Samsung Galaxy "1" + min 3 s
3e Jhon Brassfield   Panama Willier - Panama Cycling - Hyundai + min 40 s

Évolution des classementsModifier

Étapes
Vainqueur
Classement général
 
Classement des moins
de 23 ans
 
Classement de la montagne
 
Classement par points
 
Classement des étapes volantes
 
Classement du meilleur panaméen
 
Classement par équipes
 
1re étape[5] EPM - Une Róbigzon Oyola Roberto González inconnu inconnu inconnu Ramón Carretero EPM - Une
2e étape[11] Jaime Castañeda Jaime Castañeda Mohamed Méndez Jaime Castañeda Javier Gómez Fernando Ureña
3e étape[13] Carlos Brenes Juan Pablo Forero
4e étape[17] Yelko Gómez Róbigzon Oyola Steven Calderón Róbigzon Oyola Yelko Gómez Willier - Panama Cycling - Hyundai
5e étape[19] Óscar Sevilla Óscar Sevilla Jaime Castañeda
6e étape[23] Jaime Castañeda Róbigzon Oyola Argenis Vanegas Jorge Castelblanco Coldeportes - Claro
7e étape[26] Stiber Ortiz Róbigzon Oyola
8e étape[28] Juan Pablo Forero
9e étape[30] Róbigzon Oyola
10e étape[34] Juan Pablo Forero Jaime Castañeda
Classements finals Róbigzon Oyola Argenis Vanegas Mohamed Méndez Jaime Castañeda Juan Pablo Forero Jorge Castelblanco Coldeportes - Claro

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Cette équipe ne prendra finalement pas le départ, cf résultats de la première étape.
  2. Prévue pour 132,8 km, l'étape semblerait faire 142,0 km.

RéférencesModifier

  1. a et b (es) « Edición 34 de la Vuelta a Chiriquí se correrá del 21 al 30 de noviembre », sur www.rpctv.com, (consulté le 20 novembre 2017)
  2. (es) « Vuelta a Chiriquí 2014 recorrerá 1069.8 kilómetros », sur www.rpctv.com, (consulté le 1er décembre 2016)
  3. a et b (es) « Cinco campeones de la Vuelta a Chiriquí estarán en la edición 2014 », sur www.rpctv.com, (consulté le 1er décembre 2016)
  4. (es) « Equipos », sur www.rpctv.com (consulté le 17 décembre 2016)
  5. a et b (es) « Le classement officiel de la première étape », sur www.rpctv.com, (consulté le 2 décembre 2016)
  6. (es) « Federico Ramírez correrá su última Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 1er décembre 2016)
  7. (es) « Todo está listo para el banderazo inicial de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 1er décembre 2016)
  8. a et b (es) « EPM-UNE-Colombia gana la CRE en el inicio de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 3 décembre 2016)
  9. a et b (es) « Jaime Castañeda gana la segunda etapa de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 2 décembre 2016)
  10. (es) « Jaime Castañeda nuevo líder de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 2 décembre 2016)
  11. a et b (es) « Les classements officiels de la deuxième étape », sur www.rpctv.com, (consulté le 2 décembre 2016)
  12. a b et c (es) « El Tico Carlos Brenes se impone en la 3ra etapa de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 2 décembre 2016)
  13. a b et c (es) « Les classements officiels de la troisième étape », sur www.rpctv.com, (consulté le 2 décembre 2016)
  14. (es) « Jaime Castañeda se mantiene como líder de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 2 décembre 2016)
  15. (es) « Yelko Gómez gana 4ta etapa de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 2 décembre 2016)
  16. (es) « Robigzon Oyola recupera la camiseta amarilla », sur www.rpctv.com, (consulté le 2 décembre 2016)
  17. a b et c (es) « Les classements officiels de la quatrième étape », sur www.rpctv.com, (consulté le 2 décembre 2016)
  18. a et b (es) « Oscar Sevilla gana la 5ta etapa y es nuevo líder de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 3 décembre 2016)
  19. a et b (es) « Les classements officiels de la cinquième étape », sur www.rpctv.com, (consulté le 2 décembre 2016)
  20. a et b (es) « Jaime Castañeda se impone en la 6ta etapa de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 4 décembre 2016)
  21. (es) « Jorge Castelblanco mejor nacional en la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 4 décembre 2016)
  22. (es) « Nicaragüense Argelis Vanegas es líder Sub-23 de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 4 décembre 2016)
  23. a et b (es) « Les classements officiels de la sixième étape », sur www.rpctv.com, (consulté le 3 décembre 2016)
  24. (es) « Stever Ortiz gana la 7ma etapa de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 5 décembre 2016)
  25. (es) « Panameño Mojamed Méndez rey de la montaña de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 5 décembre 2016)
  26. a b et c (es) « Les classements officiels de la septième étape », sur www.rpctv.com, (consulté le 3 décembre 2016)
  27. (es) « Colombiano Forero gana la etapa 8 de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 8 décembre 2016)
  28. a b c et d (es) « Les classements officiels de la huitième étape », sur www.rpctv.com, (consulté le 3 décembre 2016)
  29. (es) « Juan Pablo Forero muy cerca del campeonato de metas volantes », sur www.rpctv.com, (consulté le 9 décembre 2016)
  30. a b et c (es) « Les classements officiels de la neuvième étape », sur www.rpctv.com, (consulté le 9 décembre 2016)
  31. (es) « Robigzon Oyola virtual campeón de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 11 décembre 2016)
  32. (es) « Colombiano Oyola, campeón de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 15 décembre 2016)
  33. (es) « Juan Pablo Forero gana etapa 10 de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 13 décembre 2016)
  34. a b et c (es) « Les classements officiels de la dixième étape et les différents classements finals », sur www.rpctv.com, (consulté le 12 décembre 2016)
  35. (es) « Panameño Jorge Castelblanco subcampeón de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 14 décembre 2016)
  36. (es) « Nicaragüense Argelis Vanegas mejor Sub-23 de la Vuelta a Chiriquí », sur www.rpctv.com, (consulté le 14 décembre 2016)

Lien externeModifier