Ouvrir le menu principal

Voodoo Lounge

album studio des Rolling Stones
Voodoo Lounge

Album de The Rolling Stones
Sortie
Enregistré et ,
Studios Windmill Lane, Irlande[1]
Durée 62 min 08 s
Langue Anglais
Genre Rock
Format CD
Auteur-compositeur Jagger, Richards
Producteur Don Was & The Glimmer Twins
Label Virgin
Classement #1 (Royaume-Uni, Suisse)
#2 (États-Unis, France)
Critique

Albums de The Rolling Stones

Albums subséquents des Rolling Stones

Singles

  1. Love Is Strong
    Sortie :
  2. You Got Me Rocking
    Sortie :
  3. Out of Tears
    Sortie :
  4. I Go Wild
    Sortie :

Voodoo Lounge est le vingtième album studio des Rolling Stones. Il est sorti le sur le label Virgin et a été produit par Don Was et les The Glimmer Twins. C'est leur premier album après le départ du bassiste Bill Wyman, parti en 1993, il a été remplacé par Darryl Jones.

Sommaire

HistoriqueModifier

ContexteModifier

Après la tournée Steel Wheels et l'enregistrement des chansons Highwire et Sex Drive pour accompagner le témoignage live Flashpoint sorti en avril 1991, les Rolling Stones se mettent au repos, le temps pour les membres à se consacrer à leur carrière solo : le guitariste Keith Richards sort son deuxième album Main Offender le , pendant que le chanteur Mick Jagger sort Wandering Spirit le , et que le bassiste Bill Wyman publie en 1992 Stuff (dont les sessions datent de 1988), le second guitariste Ronnie Wood avec Slide On This en 1992 et Slide On Live : Plugged In And Stading en 1993, alors que Charlie Watts se met au jazz avec les album Charlie Watts Quintet-From Charlie (1991) et A Tribute To Charlie Parker With Strings (1992).

Entretemps, le , le groupe signe chez Virgin Records un contrat de 44 millions de dollars pour trois albums. Cependant, le bassiste refuse de le signer car il a décidé d'arrêter la musique pour passer à autre chose, se consacrer à d'autres passions. Mick et Keith lui demandent de ne rien dire aux médias et de prendre du temps pour reconsidérer sa décision. "Quand Bill Wyman est parti en 1991, ça m'a mit dans une fureur noire, avoue Keith Richards. Je lui ai passé un savon vraiment terrible. Je n'ai pas été très sympa. Il a dit qu'il ne pouvait plus monter dans un avion, point final".[2] En réalité, outre son désir de nouvelle vie, Bill a développé une véritable peur panique de l'avion depuis le Urban Jungle Tour. Un argument insuffisant selon Keith : "Personne ne quitte le groupe, sauf dans un cercueil", lui dit-il. Mais Bill ne revient pas sur sa décision, et Keith finit par l'accepter. De lui, il dira plus tard : "J'aime profondément Bill. C'est un gars très marrant, avec son humour pince-sans-rire." Ronnie Wood se rappelle notamment leurs échanges sur scène, quand le bassiste lui disait l'air de rien : "Hey Woody, tu as vu cette énorme paire ?". Mais au-delà de la plaisanterie, Bill était avec le batteur Charlie Watts la section rythmique du groupe. "Il avait une affinité incroyable avec Charlie Watts, dira Keith, et de bonnes sections rythmiques, ça ne court pas les rues"[3],[4].

Il officialise son départ le [1]. Les Rolling Stones doivent donc lui trouver un remplaçant. la décision revient au batteur Charlie Watts qui joue avec les candidats pour trouver le remplaçant idéal avec qui il puisse facilement jouer : "L'impression que l'on a eue, c'est d'avoir auditionné peut-être un millier de musiciens, et moi, d'être resté à ma batterie pendant environ neuf jours. C'était incroyable - nous avions une liste de types à essayer, et ils étaient tous bons. Tous avaient leur propre recommandation. Il y avait un gars, en particulier, avec qui Keith avait travaillé et il l'appréciait beaucoup; et il y en avait un autre que Mick aimait beaucoup : Dougie Wimbish, qui est un joueur fabuleux." Et Charlie poursuit : "En fin de compte, il est resté Dougie Wimbish et Darryl Jones, ainsi qu'un type avec qui Keith avait joué. C'était une lutte vraiment acharnée entre eux trois, mais Darryl, c'était si facile de travailler avec qu'il a fini par emporter la décision unanime"[3]. Ami de Steve Jordan avec qui Keith Richards joue dans sa carrière solo, c'est un excellent bassiste de studio qui a participé aux albums Decoy (1984) et You're Under Arrest (1985) de Miles Davis, a joué avec des artistes reconnus tels que Sting, Eric Clapton et Madonna, et possède un parcours et des qualités de jazzman, qualité importante pour Charlie, ce qui a joué en sa faveur[4].

EnregistrementModifier

En avril 1993, Mick Jagger et Keith Richards se retrouvent à la Barbade pour composer l'essentiel des chansons de l'album. Là-bas, ils y enregistrent une série de démos qui durent un mois à partir du dans le studio d'Eddy Grant que le groupe a déjà utilisé pour répéter les chansons de l'album précédent. Parmi ces démos, il y a Thru and Thru à laquelle participe le technicien de guitare Pierre de Beauport, et Suck On the Jugular. Puis, après divers enregistrements réalisés entre juillet et septembre dans le studio de Ron Wood en Irlande, les Rolling Stones investissent les studios Windmill Lane à Dublin (là où U2 enregistre ses albums depuis 1980) du 3 novembre au avec Don Was comme coproducteur et Don Smith comme ingénieur du son. Durant cette période, la quasi-totalité des chansons présents dans l'album ainsi que de nombreux autres titres non gardées par la suite y sont enregistrées[4].

Par la suite, le groupe se rend aux studios A&M à Los Angeles pour les overdubs et le mixage de l'album entre janvier et avril 1994. Seule I Go Wild est mixé dans un autre studio à Los Angeles (studios Right Track) par Bob Clearmountain.[4] Durant les sessions de l'album, Keith Richards est satisfait du travail efficace de Don Was qui par ses qualités de musicien, possède une grande perception musicale et possède une véritable diplomatie pour faire le lien entre les idées de Mick et celles de Keith. Si Mick est également satisfait du travail de Don, il émet quelques réserves : selon lui, le groupe a travaillé sur plus d'une soixantaine de titres et Don en a écarté beaucoup, dont des bonnes avec des influences africaines selon le chanteur. Don Was voulait pour l'album un retour aux sources avec du rock brut du temps de Exile on Main Street, ce dont Mick reproche[4].

Caractéristiques artistiquesModifier

Analyse du contenuModifier

Baptisé "Voodoo Lounge", le premier album des Rolling Stones sans Bill Wyman, peut être considéré comme la consolidation du travail effectué sur Steel Wheels en 1989, ou plutôt l'entente retrouvée entre Mick Jagger et Keith Richards (même si des tensions peuvent encore apparaitre). Il se veut un retour aux sources avec du blues rock brut pour revenir à l'esprit d'un groupe qui joue vraiment. L'opus comprend quinze titres (quatorze pour l'édition vinyle avec la suppression de Mean Disposition). Certains s'inscrivent dans la tradition du blues rock du groupe avec ses riffs : Love Is Strong et You Got Me Rocking. D'autres appartiennent au côté romantique des Glimmer Twins : Out of Tears, Sweethearts Together, Blinded By Rainbows et Thru and Thru. Le passé glorieux est évoqué dans le blues Brand New Car, le country The Worst et la ballade New Faces qui renvoie à Lady Jane sur Aftermath. Le présent et l'avenir du rock sont écrits avec Sparks Will Fly, le grunge I Go Wild, le funk dansant Suck On the Jugular et l'expérimental Moon Is Up[4].

A part Blinded By Rainbows qui évoque le conflit en Ulster, les paroles de l'album évoquent les femmes et l'amour comme dans les autres opus du groupes : l'amour coup de foudre dans Love Is Strong, destructeur dans You Got Me Rocking ou Sparks Will Fly, romantique dans New Faces et Out of Tears, sans oublier la femme fatale dans I Go Wild[4].

Pochette et disqueModifier

Le nom étrange de l'album est né un soir d'orage. Alors que des pluies violentes s'abattent sur la Barbade, Keith Richards sauve un petit chat d'une mort certaine. "On l'a appelé Voodoo parce qu'on était à la Barbade et que sa survie tenait à la magie, du vaudou, précise-t-il. Et donc voilà notre villa est devenue le salon de Voodoo (Voodoo Lounge) et j'ai écrit ce nom sur des pancartes que j'ai installé tout autour"[5].

Le design de la pochette est réalisé par Mark Norton. Elle représente un dieu vaudou en train de danser. Au dos, un fond grisâtre avec les titres des chansons en rouge, et en bas la langue piquante des Stones (The Tongue). A l'intérieur, différentes photos du groupe prises par Sante D'Orazio et, en double page, une illustration avec des squelettes jouant aux cartes dans une salle d'un château sous l’œil d'une créature diabolique[5].

Parution et réceptionModifier

L'album sort le dans le monde entier. Il rencontre le succès commercial puisque il atteint la première place au Royaume-Uni (la première fois depuis quatorze ans avec Emotional Rescue), aux Pays-Bas, en Allemagne, en Autriche, en Suisse, en Australie et en Nouvelle-Zélande, deuxième en France, au Japon et aux États-Unis. L'accueil critique est positif et meilleurs des précédents, mettant en avant le travail de production qui est réussi. C'est un véritable retour triomphant pour le groupe car il remporte le Grammy Awards du meilleur album de rock[4].

Liste des chansonsModifier

Toutes les chansons sont écrites et composées par Mick Jagger et Keith Richards.

No Titre Durée
1. Love Is Strong 3:50
2. You Got Me Rocking 3:35
3. Sparks Will Fly 3:16
4. The Worst 2:24
5. New Faces 2:52
6. Moon Is Up 3:42
7. Out of Tears 5:27
8. I Go Wild 4:23
9. Brand New Car 4:15
10. Sweethearts Together 4:45
11. Suck on the Jugular 4:28
12. Blinded by Rainbows 4:33
13. Baby Break It Down 4:09
14. Thru and Thru 6:15
15. Mean Disposition 4:09

PersonnelModifier

The Rolling StonesModifier

  • Mick Jagger - chant, chœurs, guitares acoustique et électrique, harmonica, maracas, castagnettes
  • Keith Richards - guitares acoustique et électrique, piano, basse, tambourin, chant, chœurs
  • Ronnie Wood - guitares acoustique et électrique, guitare pedal steel, guitare slide, guitare lap steel, chœurs
  • Charlie Watts - batterie, percussions

Musiciens supplémentairesModifier

  • Pierre de Beauport - guitare acoustique
  • Darryl Jones - basse
  • Max Baca : basse
  • Chuck Leavell - piano, orgue, harmonium, clavecin électrique
  • Benmont Tench - orgue, piano, accordéon
  • Ivan Neville - chœurs, orgue
  • David Campbell - arrangement des cordes
  • Bernard Fowler - chœurs
  • Bobby Womack - chœurs
  • Frankie Gavin - fiddle, flûte irlandaise
  • David McMurray - saxophone
  • Mark Isham - trompette
  • Flaco Jiminez - accordéon
  • Lenny Castro - percussions
  • Luis Jardim - percussions, shaker
  • Phil Jones - percussions

Classements hebdomadairesModifier

CertificationsModifier

Pays Certification Ventes Date
  Allemagne (BVMI)   Platine[21] 500 000 + 1995
  Autriche (IFPI)   Or[22] 25 000 + 28/07/1994
  Belgique (BEA)   Or[23] 25 000 07/07/1995
  Canada (Music Canada)   3 × Platine[24] 300 000 + 13/01/1995
  États-Unis (RIAA)   2 × Platine[25] 2 000 000 + 21/12/1994
  France[26]   2 × Or 200 000 + 1994
  Nouvelle-Zélande[27]   Or 7 500 + 14/08/1994
  Pays-Bas (NVPI)   Platine[28] 100 000 + 1995
  Royaume-Uni (BPI)   Or[29] 100 000 + 01/08/1994
  Suisse (IFPI)   Or[30] 25 000 + 1994

Notes et référencesModifier

  1. a et b D'après Les Rolling Stones, la totale de Philippe Margottin et Jean-Michel Guesdon ed. Chêne E/P/A
  2. Keith Richards et James Fox, Life, New York, Little, Brown & Company,
  3. a et b Mick Jagger, Keith Richards, Charlie Watts et Ronnie Wood, According To The Rolling Stones, San Francisco, Chronicle Books,
  4. a b c d e f g et h Philippe Margotin et Jean-Michel Guesdon, Les Rolling Stones, la totale, Chêne E/P/A,
  5. a et b Keith Richards et James Fox, Life, New York, Little, Brown & Company,
  6. (de) Charts.de – The Rolling Stones – Voodoo Lounge. GfK Entertainment. PhonoNet GmbH.
  7. (en) Australian-charts.com – The Rolling Stones – Voodoo Lounge. ARIA Top 50 album. Hung Medien.
  8. (de) Austriancharts.at – The Rolling Stones – Voodoo Lounge. Ö3 Austria Top 40. Hung Medien.
  9. (nl) Ultratop.be – The Rolling Stones – Voodoo Lounge. Ultratop 200 albums. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch.
  10. Ultratop.be – The Rolling Stones – Voodoo Lounge. Ultratop 200 albums. Ultratop et Hung Medien / hitparade.ch.
  11. (en)« RPM 100 Albums », Library and Archives Canada
  12. (en) « The Rolling Stones Chart History », sur Billboard, Billboard.com (consulté le 17 février 2019)
  13. « Le détails des albums de chaque artiste, lettre R », Infodisc
  14. (it)« Gli album più venduti del 1994 », Hit Parade Italia
  15. (en) Norwegiancharts.com – The Rolling Stones – Voodoo Lounge. VG-lista. Hung Medien.
  16. (en) Charts.org.nz – The Rolling Stones – Voodoo Lounge. RIANZ. Hung Medien.
  17. (nl) Dutchcharts.nl – The Rolling Stones – Voodoo Lounge. Mega Album Top 100. Hung Medien.
  18. (en) Archive Chart. UK Albums Chart. The Official Charts Company.
  19. (en) Swedishcharts.com – The Rolling Stones – Voodoo Lounge. Sverigetopplistan. Hung Medien.
  20. (en) Swisscharts.com – The Rolling Stones – Voodoo Lounge. Schweizer Hitparade. Hung Medien.
  21. (de)BVMI Datenbank/goldplatinum/suchen/the rolling stones - voodoo lounge consulté le 31 mars 2019
  22. (de)IFPI Gold & Platin/suchen/the rolling stones - voodoo lounge consulté le 31 mars 2019
  23. (nl)GOUD EN PLATINA - ALBUMS 1995 consulté le 31 mars 2019
  24. (en)Music Canada Gold/Platinum/search/the rolling stones - voodoo lounge consulté le 31 mars 2019
  25. (en)Gold and Platinum - riaa.com/gold-platinum/search/the rolling stones - voodoo lounge consulté le 31 mars 2019
  26. infodisc.fr/certifications/recherche/the rolling stones consulté le 31 mars 2019
  27. august 1994 consulté le 31 mars 2019
  28. (nl)NVPI Gould/Platina/the rolling stones consulté le 31 mars 2019
  29. (en)BPI.co.uk/certified-awards/search/voodoo lounge consulté le 31 mars 2019
  30. (de)Hitparade.ch Edelmetall/the rolling stones consulté le 31 mars 2019

Liens externes et sourcesModifier

  • Les Rolling Stones, La Totale de Philippe Margotin et Jean-Michel Guesdon