Vol stationnaire

Le vol stationnaire est le fait, pour un animal ou un appareil, de se tenir suspendu dans les airs, sans support ni soutien, sans se déplacer ; ou, plus précisément, de rester apparemment immobile dans l'espace par rapport à un point situé dans un référentiel terrestre.

Vol de Syrphidae sur une fleur agitée par le vent.
Goéland à bec cerclé (Larus delawarensis) en vol stationnaire, face au vent.

Par exemple, des insectes ou des oiseaux-mouches butinant une fleur, un hélicoptère effectuant des travaux aériens tels que le transport de charges à l'élingue (arbres en forêt, pylônes en montagne, etc.) ou le treuillage de personnes en détresse en mer ou en montagne, l'hélicordage d'agents des forces de l'ordre au-dessus d'un bâtiment, etc.

Certains oiseaux sont capables de rester longtemps immobiles au-dessus d'un point donné situé au sol. Il existe deux possibilités pour cela :

  • dans un fluide immobile (en l’absence de vent), l'animal bat très rapidement des ailes pour assurer sa sustentation (exemple : une alouette au-dessus d'un champ[réf. nécessaire], faucon crécerelle). Il s'agit alors d'un véritable vol stationnaire ;
  • par fort vent, l'animal module sa vitesse d'avancement face au vent pour que sa vitesse par rapport au sol soit nulle (exemple : oiseaux de mer). Il ne s'agit cependant pas dans ce dernier cas d'un vol stationnaire à proprement parler.

Articles connexesModifier