Vol LAM Mozambique Airlines 470

Vol LAM Mozambique Airlines 470
Un Embraer 190, similaire à celui impliqué dans l’accident
Un Embraer 190, similaire à celui impliqué dans l’accident
Caractéristiques de l'accident
Date
TypeCollision avec le sol
CausesActe volontaire du commandant de bord (suicide)
SiteParc national de Bwabwata, Namibie
Coordonnées 18° 11′ 36″ sud, 21° 52′ 09″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilEmbraer 190
CompagnieLAM Mozambique Airlines
No  d'identificationC9-EMC
Lieu d'origineAéroport international de Maputo, Mozambique
Lieu de destinationAéroport international Quatro de Fevereiro, Luanda, Angola
Passagers27
Équipage6
Morts33 (tous)
Blessés0
Survivants0

Géolocalisation sur la carte : Namibie
(Voir situation sur carte : Namibie)
Point carte.svg

Le vol LAM Mozambique Airlines 470 était un vol assuré par un Embraer 190 de la compagnie mozambicaine LAM partant de l'aéroport international de Maputo en Mozambique à destination de l'aéroport de Luanda-Quatro de Fevereiro en Angola. Le , l' Embraer E190 assurant le service s'est écrasé dans le parc national de Bwabwata, en Namibie, à mi-parcours de son vol, tuant les 27 passagers et 6 membres d'équipage à bord [1],[2].

L’enquête a conclu que le commandant de bord a volontairement écrasé l’avion [3]. Deux ans plus tard, le vol 9525 Germanwings s'est écrasé en France suite à un même acte volontaire de la part du copilote.

Caractéristiques de l'appareilModifier

L'appareil, un Embraer 190 immatriculé C9-EMP, a été livré à LAM Mozambique Airlines le et avait accumulé 2 905 heures de vol. Il était propulsé par deux moteurs General Electric CF34-10E. Sa dernière inspection datait du , soit la veille de l’accident.

Déroulement des faitsModifier

L'avion décolle a h 26 UTC de l'aéroport international de Maputo à destination de Luanda, capitale de l’Angola [4].

Alors qu'il volait à environ 38 000 pieds (11 582 mètres) dans l'espace aérien botswanais, à mi-chemin entre Maputo et Luanda, l'Embraer a commencé à perdre rapidement de l'altitude. L'avion est descendu rapidement à une vitesse d'environ 100 pieds (30 mètres) par seconde. La trajectoire de l'avion a été perdue sur les écrans à 3 000 pieds (914 mètres) au-dessus du niveau de la mer, après environ six minutes de perte d'altitude [5]. Peu de temps après, l'avion s'est écrasé dans le parc national de Bwabwata, ne faisant aucun survivant [6],[7]. L'épave est éparpillée sur une faible surface, ce qui montre que l'avion a heurté le sol violemment avec une vitesse verticale élevée [8].

VictimesModifier

LAM Mozambique Airlines a confirmé qu'il y avait au total 33 personnes à bord (27 passagers et 6 membres d'équipage). Le commissaire adjoint des forces de police namibiennes, Willy Bampton, a déclaré qu'il n'y avait aucun survivant et que l'avion était " complètement brûlé en cendres ".

Morts par nationalité (passagers)
Nationalité Total
  Mozambique 10
  Angola 9
  Portugal 5
  France 1
  Brésil 1
  Chine 1
Total 27[4]

L'équipage était composé de deux pilotes, de trois agents de cabine et d'un technicien. Le commandant de bord, Herminio dos Santos Fernandes, avait cumulé plus de 9 000 heures de vol au total, dont 2 519 sur l'Embraer E190, tandis que le copilote avait accumulé environ 1 400 heures d'expérience de vol, dont 101 heures sur Embraer E190.

EnquêteModifier

Les deux enregistreurs de vol, l'enregistreur vocal du poste de pilotage (CVR) et l'enregistreur de données de vol (FDR), ont été récupérés dans les quatre jours suivant l'accident et ont ensuite été envoyés au NTSB (conseil national de la sécurité des transports américain) pour lecture.

Le , le directeur de l'Institut mozambicain de l'aviation civile (IACM), João Abreu, a présenté le rapport d'enquête préliminaire, selon lequel le commandant Herminio dos Santos Fernandes avait une " intention claire " de faire s'écraser l'avion et de changer manuellement les paramètres du pilote automatique, ce qui fait par conséquent de l'accident un acte de suicide en avion [9]. L'altitude prévue de l'avion aurait été modifiée à trois reprises, passant de 38 000 pieds à 592 pieds (180 mètres), ce dernier niveau étant en dessous du niveau du sol, et la vitesse aurait également été réglée manuellement [10]. L'enregistreur vocal du poste de pilotage a capté plusieurs alarmes qui se sont déclenchées pendant la descente, ainsi que des coups répétés à la porte provenant du copilote, qui a été verrouillé hors du poste de pilotage [11]. Contrairement à la réglementation de Mozambique Airlines, aucun membre d'équipage de cabine ne s'est rendu dans le cockpit pendant l'absence du copilote, le commandant se retrouvant donc tout seul à ce moment-là [12],[13].

L'enquête sur le commandant a révélé que Fernandes, 49 ans, avait subi un certain nombre de coups fatal avant l'accident. Son fils est décédé dans un présumé suicide en et Fernandes n'a pas assisté à ses funérailles. Sa fille était hospitalisée pour une chirurgie cardiaque au moment de l'accident et sa procédure de divorce n'avait pas été réglée depuis plus d'une décennie.

Le , le DAAI a publié son rapport final constatant que les entrées dans les systèmes de vol automatique par la personne soupçonnée d'être le commandant de bord, qui est resté seule dans le cockpit lorsque le copilote a demandé à se rendre au toilettes, a provoqué le départ de l’avion du vol de croisière, la transition vers une descente contrôlée et prolongée, puis un accident [14].

MédiasModifier

L'accident a fait l'objet d'un épisode dans la série télévisée Air Crash nommé « Un tueur dans le cockpit » (saison 20 - épisode 8).

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « Mozambique plane goes missing », BBC News,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Mozambique Airlines plane crashes in Namibia, killing 33 », Reuters,‎ (lire en ligne)
  3. Namibie: ouverture d’une enquête sur le crash d’un avion de passagers mozambicains
  4. a et b Crash d’un avion de LAM Mozambique en Namibie : 33 morts
  5. Le crash de TM470 de Mozambique Airlines aurait été causé délibérément par le pilote
  6. (en) John Grobler, « Deaths reported in air crash near Namibian-Angolan border », sur CNN,
  7. (en) « Mozambique passenger plane missing: airline », sur aljazeera.com,
  8. « Accident description - LAM Flight 470 », sur aviation-safety.net
  9. (en) Shreeya Sinha, « A History of Crashes Caused by Pilots’ Intentional Acts », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  10. (en) Josie Ensor, « Mozambique Airlines captain 'intentionally' crashed plane », sur telegraph.co.uk,
  11. Namibie: l'écrasement d'un avion mozambicain le mois dernier serait intentionnel
  12. (en) Simon Hradecky, « Crash: LAM E190 over Botswana/Namibia on Nov 29th 2013, captain intentionally crashed aircraft », sur avherald.com,
  13. (en) « Pilot 'deliberately' crashed Mozambique plane », sur www.aljazeera.com,
  14. (en) Ministry of works and transport - Namibia, « Civil Aircraft Accident Report - LAM Flight 470 », sur mwt.gov.na,

Liens externesModifier