Ouvrir le menu principal

Vix (Côte-d'Or)

commune française du département de la Côte-d'Or

Vix
Vix (Côte-d'Or)
La Seine à Vix.
Blason de Vix
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Montbard
Canton Châtillon-sur-Seine
Intercommunalité Pays Châtillonnais
Maire
Mandat
Alain Aubert
2014-2020
Code postal 21400
Code commune 21711
Démographie
Population
municipale
108 hab. (2016 en diminution de 3,57 % par rapport à 2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 24″ nord, 4° 32′ 24″ est
Altitude Min. 196 m
Max. 306 m
Superficie 3,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Vix

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Vix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vix

Vix (le x peut se prononcer ou non) est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté. Le village est connu pour le "vase de Vix" découvert sur le mont Lassois au pied duquel le village se niche. Les gentilés sont "Vixois" et "Vixoises".

Sommaire

GéographieModifier

Situé à 200 mètres d'altitude Vix s'étend sur 3,5 km2. Le territoire communal est dominé par le Mont Lassois qui culmine à 306 mètres.

 
Vix vu de la croix du chemin Mont-Lassois-des-Vignes.

AccessibilitéModifier

La ville la plus proche est Châtillon-sur-Seine dont le musée renferme l’essentiel des découvertes archéologiques faites sur le territoire communal.

HydrographieModifier

La commune est située sur le cours de la Seine alimentée par la rivière de Courcelles et le ruisseau d'Obtrée.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Vix viendrait du latin vicus désignant un faubourg hors les murs qui pourrait se référer à l’existence Latiscum sur l'oppidum proche du Mont-Lassois où des fouilles récentes ont révélé les traces d'un important système de fortifications[1].

HistoireModifier

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
« Coupé, au premier d'azur au lion d'or, au second d'or au vase à deux anses de sinople »

Protohistoire et AntiquitéModifier

Les fouilles de l’oppidum du mont Lassois ont établi l’existence d’un important centre d’habitat à l’âge du bronze[2] regroupé autour d'un vaste mégaron qualifié de palais de Vix et entouré à la base de la colline d'un solide système de fortifications. L' occupation du mont Lassois semble ensuite décliner à la période de la Tène au bénéfice du développement de Vertillum par les Lingons. L'occupation gallo-romaine des parties basses de l'oppidum et la boucle de la Seine où ont été découverts la tombe de la Dame de Vix et son cratère semble réapparaître au dernier siècle av. J.-C., une cité se reconstituant ensuite sur le mont : Latiscum.

Moyen Âge et LasticumModifier

 
Roman de Girart de Roussillon[Note 1].

Celle-ci perdure et se développe pendant le haut Moyen Âge où le Mont Lassois redevient une cité majeure comme en témoignent la nécropole mérovingienne retrouvée près du sommet[3] et des monnaies portant la mention de Lasticum. Vers 451 Saint-Loup, évêque de Troyes, se réfugie sur le mont Lassois, et vers 519 y nait le futur saint Valentin, fondateur de l'abbaye de Griselles (à ne pas confondre avec saint Valentin de Terni, le patron des amoureux).

Vers 837 le Lassois est un archidiaconé important qui regroupe Bar-sur-Seine, Châtillon et s'étend jusqu'à Bourguignons au nord[4]. Sous les Carolingiens le légendaire comte palatin Girart de Roussillon[5] fondateur en 863 de l’abbaye proche de Pothières aurait construit un château fortifié sur la partie du mont dite Roussillon. Quelques années plus tard Lasticum, ravagé par une incursion de normands remontant la Seine, semble disparaître.

Époque moderneModifier

 
Monument aux morts de Vix

Avec son église du XIIe bâtie sur un lieu de culte mentionné dès 887 le Mont Lassois reste au XVIe la capitale symbolique de Châtillonnais et chaque année à la saint Marcel les autorités de Châtillon viennent y tenir banquet. Vix est en Champagne alors son église dépend paradoxalement de l'abbaye de Pothières et du diocèse de Langres[6].

Une chapelle située à l'emplacement du lavoir couvert est détruite en 1890 et ses cloches réparties entre les écoles de Vix et Pothières[7].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 30 avril 2014)
Alain Aubert PS Agriculteur retraité

Vix appartient :

DémographieModifier

 
Mairie de Vix.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2016, la commune comptait 108 habitants[Note 2], en diminution de 3,57 % par rapport à 2011 (Côte-d'Or : +1,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856 1861
230187218228219195201180187
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
158154156140159176161145143
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1431361131071101031019285
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016 -
858195107112111109108-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

En 2018, la commune compte 2 monuments inscrits à l'inventaire des monuments historiques[12], 8 monuments ou édifices répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[13], 5 éléments classés à l'inventaire des objets historiques[14] et 21 objets répertoriés à l'I.G.P.C[15].

Articles détaillés : Tombe de Vix et Cratère de Vix.
  • En 2002, des fouilles sur le mont Saint-Marcel, partie sommitale de l'oppidum du mont Lassois, révèlent l'existence d'un palais celte, dit palais de Vix, et d'un site urbain attenant ceinturé d'une puissante muraille à la base du mont[16].
Article détaillé : Palais de Vix.
  • Située sur la partie du mont Lassois dite mont Roussillon, l'église Saint-Marcel   Classé MH (1914) [17], présente les caractéristiques du style roman du début du XIIe siècle avec une nef centrale voûtée d'ogives en berceaux brisés, sur un plan classique en croix latine. Elle faisait partie de l'ancien prieuré bénédictin Saint-Marcel, fondation de l'abbaye de Molesmes, disparue au IXe s., lui-même construit à l'emplacement d'un cimetière mérovingien[18].
Article détaillé : Église Saint-Marcel de Vix.
  • Pont à trois arches sur la Seine du XIXe s. en pierres de taille (répertorié I.G.P.C. 1993)[19].
  • plusieurs croix sur la commune, certaines inscrites à l'I.G.P.C.
  • La mairie du début XIXe s., façade reprise au XXe s. (répertoriée I.G.P.C. 1993)[20]
  • Le lavoir XIXe s. sur un ruisseau près de la mairie (répertorié I.G.P.C. 1993)[21]
  • Le cours de la Seine et de ses deux affluents à Vix est un parcours de pêche particulièrement recherché, et d'anciennes sablières sont aménagées en plan d'eau.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Maurice Moisson, découvreur du cratère de Vix.
  • Joseph Mittey (1853-1936), artiste peintre né à Vix. Il est plus connu en Suisse où il vécut et où on le reconnaît comme l'introducteur de l'impressionnisme. Les musées de Winterthur (Zürich) et Lancy (Genève) conservent certaines de ses œuvres.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Bibliothèque nationale autrichienne
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Quelques origines de noms de lieux en Bourgogne
  2. René Paris 1987, p. 108
  3. Bruno Chaume 2011, p. 725-731
  4. Henri d'Arbois de Jubainville 1858, p. 349/353
  5. Gustave Lapérouse 2012, p. 77/113
  6. René Paris 1987, p. 109
  7. René Paris 1987, p. 110
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Liste des monuments historiques de la commune de Vix », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Liste des lieux et monuments de la commune de Vix à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Liste du patrimoine mobilier de la commune de Vix », base Palissy, ministère français de la Culture.
  15. « Liste des objets de la commune de Vix à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  16. Vix et son environnement « Copie archivée » (version du 18 février 2015 sur l'Internet Archive)
  17. « Église Saint-Marcel », notice no PA00112741, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. fiche Mérimée sur l'oppidum Saint-Marcel et le prieuré des Bénédictins de l'I.G.P.C.
  19. Notice no IA00096221, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Notice no IA00096219, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. Notice no IA00096220, base Mérimée, ministère français de la Culture

BibliographieModifier

  • Henri d'Arbois de Jubainville, Note sur les deux Barrois, sur le pays de Laçois et sur l'ancien Bassigny, Paris, Bibliothèque de l'École des chartes, .
  • René Paris, A la rencontre du Châtillonnais : Montigny-sur-Aube, Recey-sur-Ource, Châtillon-sur-Seine, La Bourgogne,  
  • Bruno Chaume, Le complexe aristocratique de Vix. Nouvelles recherches sur l’habitat, le système de fortification et l’environnement du mont Lassois, avec Claude Mordant, Dijon, Presses universitaires de Dijon, (ISBN 978-2-915611-47-2, notice BnF no FRBNF42464799).  

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :