Vittorio Mangano

criminel italien

Vittorio Mangano
Cosa Nostra
Image illustrative de l’article Vittorio Mangano
Vittorio Mangano
Pénitentiaire de Secondigliano
AOO Ref: Instituts Pénaux Italiens
Unicode : 1I80AN
Information
Nom de naissance Vittorio Mangano
Naissance 18 août, 1940
Palerme, Italie
Décès 23 Juliette, 2000
Palerme, Italie
Surnom lo stalliere di Arcore
(Le garçon d'écurie d'Arcore )
Sentence
11 ans (procès Spatola) Mafia
(1980-1991)
Trafic de stupéfiants (maxi-procès),
prison à vie (2000)
Double assassinat de Giuseppe Pecoraro et Giovambattista Romano.
Actions criminelles
activités criminelles
Pays Italie
Régions Sicile
Ville Palermo

Vittorio Mangano, né le à Palerme et mort le dans cette même ville était un membre de la mafia sicilienne (Cosa Nostra) condamné et arrêté à plusieurs reprises pour ses activités criminelles. Il était officiellement embauché comme « garçon d'écurie » dans la villa de Silvio Berlusconi à Arcore au cours de la première moitié des années 1970 ce qui lui a valu le surnom de «stalliere di Arcore» (garçon d'écurie de Arcore)[1]. Berlusconi deviendra premier ministre d'Italie.

Maxi-ProcèsModifier

Pendant le Maxi-Procès au milieu des années 1980, les transfuges de la mafia (repentis), Tommaso Buscetta et Salvatore Contorno, ont déclaré que Mangano était un « uomo d'onore » (homme d'honneur) de Cosa Nostra et un membre de la famille Porta Nuova qui était dirigée par Pippo Calò. Buscetta était lui-même membre de cette famille.

Employé par Silvio BerlusconiModifier

De 1973 à 1975, Mangano a été embauché comme garçon d'écurie à la Villa San Martino appartenant à Silvio Berlusconi à Arcore (Brianza), une petite ville située près de Milan. Le vrai travail de Mangano consistait à dissuader les ravisseurs de cibler les enfants du magnat. C'est Marcello Dell'Utri le bras droit de Berlusconi qui lui a conseillé de prendre Mangano pour cet emploi[2],[3]. Mangano a ainsi assuré la sécurité de la villa et a parfois récupéré les enfants de Berlusconi à l'école.

Silvio Berlusconi a conservé Vittorio Mangano comme employé en dépit de son casier judiciaire datant des années 1960. Il ne l'a jamais renvoyé, même si, pendant qu'il était employé à la Villa, il a été emprisonné en raison de condamnations, et a été soupçonné d'organiser l'enlèvement d'un ami de Berlusconi. Mangano a quitté spontanément l'emploi à la fin de 1975, préoccupé par la réputation de Berlusconi, quand de nombreux journaux ont commencé à faire scandale à propos de son séjour à Arcore. Berlusconi a déclaré plus tard qu'il n'était absolument pas au courant de la mauvaise réputation de Mangano quand il l'a embauché.

Déclarations faites par le juge antimafia Paolo BorsellinoModifier

Le juge antimafia Paolo Borsellino a cité nommément Mangano dans sa dernière entrevue du , avec les journalistes Jean-Pierre Moscardo et Fabrizio Calvi. Borsellino a parlé des relations et des connexions de la mafia avec les entreprises et la politique. Selon Borsellino, Mangano était le lien entre la mafia sicilienne et ses intérêts dans le Nord de l'Italie. Borsellino a été tué deux mois après cette interview par une voiture piégée dans la Via D'Amelio[4].

Le repenti Salvatore Cancemi a révélé que la société de Berlusconi Fininvest, avait versé à Cosa Nostra par l'intermédiaire de Marcello Dell'Utri et de Mangano, 200 millions de lires (100 000 euros) par an.

Le contrat prévoyait que Cosa Nostra soutiendrait le parti Forza Italia de Berlusconi en échange de faveurs politiques, dans le but de faire voter une législation favorable à Cosa Nostra, en particulier concernant l'article du régime carcéral 41 bis.

Selon le repenti Antonino Giuffrè, Mangano a servi comme interface entre le chef de la mafia Stefano Bontade : « Quand Vittorio Mangano a obtenu l'emploi dans la villa Arcore, le patron Stefano Bontade et certains de ses proches collaborateurs l'ont utilisé pour répondre à Berlusconi en utilisant les visites de Mangano comme prétexte. » Giuffrè devant la cour de Palerme a affirmé que contrairement aux affirmations de Berlusconi, celui-ci connaissait les liens de Mangano avec la Mafia quand il l'avait embauché à la villa[5].

Assassinat de Giuseppe Pecoraro et Giovambattista RomanoModifier

Vittorio Mangano a été condamné à la prison à vie le pour l'assassinat de Giuseppe Pecoraro et Giovambattista Romano en . La victime, déjà le boss du quartier de Borgo Vecchio à Palerme, a été éliminé sur l'ordre de Bagarella et Brusca. Attiré dans un piège, il a été étranglé et dissous dans 'acide. En outre, il a été soupçonné d'être responsable de l'enlèvement de Luigi D'Angerio après un dîner dans la villa de Silvio Berlusconi le .

Mort en prisonModifier

Mangano est mort en prison d'un cancer le , quelques jours après le verdict.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier