Ouvrir le menu principal

Vitesse supraluminique dans la science-fiction

Notion utilisée en science fiction
Article général Pour un article plus général, voir Vitesse supraluminique.
Article connexe : Hyperespace (transport).

Les voyages à une vitesse dépassant la vitesse de la lumière, dite vitesse supraluminique, sont fréquents dans les œuvres de science-fiction mettant en scène des voyages spatiaux.

Ils sont nécessaires pour l'auteur afin de permettre la rencontre de différents peuples et une action à des points éloignés d'une même galaxie.

Les explications parfois données dans ces œuvres sur le voyage supraluminique peuvent se fonder sur des recherches scientifiques valides, mais elles conservent un certain mystère accepté par le lecteur ou spectateur car le moyen trouvé facilite le déroulement de l'intrigue.

Certains auteurs mettent en avant l'existence d'un hyperespace permettant les voyages supraluminiques.

Sommaire

ExemplesModifier

CinémaModifier

  • Star Wars : Les vaisseaux spatiaux sont capables de se déplacer au-delà de la vitesse de la lumière grâce à des moteurs d'hyperpropulsion.
  • K-PAX : Prot apprend au docteur Mark Powell que les habitants de sa planète maitrisent le voyage supraluminique à divers facteurs de C.

LittératureModifier

Dans la série de bande dessinée les Mondes d'Aldébaran de Leo, les vaisseaux utilisent un processus baptisé Benevides Transfert — basé sur la physique quantique et impliquant des voyages temporels[1] — pour dépasser la vitesse de la lumière.

Dans La Guerre éternelle de Joe Haldeman, les astronautes utilisent des collapsars pour se rendre instantanément d'un point de l'espace à un autre, distants parfois de milliers d'années-lumière.

Dans Crest of the Stars et Banner of the Stars, d'Hiroyuki Morioka, l'univers plan est un univers parallèle par lequel passent les vaisseaux spatiaux pour parcourir de grandes distances en un temps très réduit.

Dans les cinq tomes de La Geste des Princes-Démons de Jack Vance, même les petits astronefs de ce futur éloigné utilisent l'"interscession de Jarnell" pour se déplacer à des vitesses supraluminiques.

Dans la série de bande dessinée Yoko Tsuno de Roger Leloup, le vaisseau utilisé pour rejoindre Vinéa dans Les Trois Soleils de Vinéa dépasse la vitesse de la lumière, en reliant la Voie lactée et M33 en 2 mois. La justification théorique de cette technique étant que le milieu où il évolue (un tube opaque) est privé de lumière[2].

De plus, dans son Cycle des Robots, Isaac Asimov propose deux moyens de voyager à une vitesse supraluminique : l'un étant de courber l'espace-temps grâce à un moteur spécifique conçu par le Cerveau, le super-calculateur de l'U.S. Robots, l'autre, conçu par les humains, génère un "hyperchamp" responsable de ce voyage. Mais tous deux présentent des inconvénients de taille : le premier fait passer les passagers par un état de mort biologique avant de les ressusciter, et le second annihile l'intelligence des passagers. Enfin, dans son Cycle de Fondation, le voyage se fait en empruntant un « hyperespace », et dont le seul inconvénient est une légère crispation au niveau de l'abdomen au moment du bond.

Séries téléviséesModifier

  • Babylon 5 : l'hyperespace accessible par des points de saut et dans lequel les vaisseaux naviguent grâce à un réseau de balises dont l'origine est inconnue des peuples de la série.
  • Galactica et Battlestar Galactica : les voyages en hyperespace se font par le biais de « sauts » aussi appelés Bonds FTL (Faster Than Light) ou PRL (Plus Rapide que la Lumière, en français). Il n'y a pas d'effet « tunnel » comme on peut le voir dans d'autres séries de science-fiction mais plutôt un effet écrasement, disparition, du vaisseau qui saute, de même qu'un saut ne peut être effectué en espace clos (hangar fermé) ou trop près d'un autre vaisseau sous peine de subir et faire subir de gros dommages, sinon la destruction aux vaisseaux/matériels alentours.
  • Star Trek : les vaisseaux se déplacent grâce au phénomène de distorsion (warp).
  • Stargate SG-1 : l'hyperespace est utilisée par les vaisseaux spatiaux, ils y entrent grâce à un générateur d'hyperpropulsion qui peut ouvrir une fenêtre assimilée à un trou noir artificiel depuis n'importe quel point de l'univers excepté près des trous noirs, c'est aussi utilisé dans le réseau des portes des étoiles. C'est le système supraluminique le plus efficace et rapide à ce jour dans les œuvres de science-fiction, car il permet de voyager dans les galaxies en quelques instants (les voyages intergalactiques sont plus longs - voir Stargate Atlantis S3E10).
  • Stargate Universe : il y a aussi la "VSL" (Vitesse Supra Luminique) du vaisseau Destinée des anciens.
  • Futurama : Dans le vaisseau le Professeur Hubert Farnsworth dit à Fry que le vaisseau se déplace plus vite que la lumière. Cependant, le vaisseau, grâce au réacteur inventé par le Professeur, ne se déplace pas lui-même : c'est tout l'univers qui se déplace autour de lui.
  • Robotech : Les vaisseaux se déplacent à grande distance par des replis de l'espace, appelés par convention des « sauts hyperspatiaux ».
  • Doctor Who : le TARDIS se déplace à une vitesse bien supérieure à celle de la lumière, et peut également se déplacer dans le temps. Les génériques de la nouvelle série suggèrent qu'il utilise l'hyperespace, des trous de ver ou une quelconque distorsion ; cependant, on peut voir à de nombreuses reprises le vaisseau voler dans l'espace ou au-dessus du sol d'une planète. Dans l'épisode L'École des retrouvailles (2de série, S2E03), on apprend qu'on peut dépasser la vitesse de la lumière en "exploitant un quantum de champ avec un LFT de 36,7 de fraction".
  • Dark Matter : où la plupart des vaisseaux utilisent le VSL pour se déplacer dans l'espace.

Jeu vidéoModifier

  • Halo : Le réacteur de Shaw-Fujikawa est le réacteur utilisé par l'UNSC pour faire des voyages interstellaires. Il a permis de lancer une immense campagne de colonisation hors du système solaire pour répondre à la surpopulation. Actuellement, au XXVIe siècle, sa vitesse est de 2,625 a.l/jour.
  • Mass Effect : Les vaisseaux utilisent de gigantesques structures appelées "Relais Cosmodésiques" qui retiennent de l'énergie noire pour dépasser la vitesse de la lumière et atteindre un autre relais, leur permettant ainsi de se déplacer dans toute la galaxie en quelques heures.
  • FTL: Faster Than Light : Les vaisseaux utilisent un carburant spécial pour faire un "saut", qui consiste à dépasser la vitesse de la lumière pour se déplacer dans les systèmes.
  • Frontier: Elite II, Frontier: First Encounters : Les vaisseaux possèdent un moteur à Hypertransmission Standard ou Militaire. Ils utilisent soit l'hydrogène, soit du carburant militaire pour effectuer des sauts hyperspatiaux, qui provoque une perturbation qui a comme résultat un champ rougeoyant aux points d'entrée et de sortie. La portée du saut dépend de la classe du moteur et la traversée dure quelques jours.

NotesModifier

  1. Page de garde, Survivants : Anomalies quantiques volume 1, (ISBN 978-2205-06524-4)
  2. Théoriquement, cette argumentation n'a pas de valeur : la limite c est une limite de l'espace-temps lui-même, non directement lié à la lumière. De plus, il est impossible de supprimer le champ électromagnétique lui-même, seulement de réduire l'intensité de ses fluctuations. À moins de changer intégralement la physique, mais ça changerait la matière du vaisseau...

Voir aussiModifier