Virus de la grippe A (H7N1)

Virus de la grippe A (H7N1)
Description de l'image Defaut 2.svg.
Classification
Type Virus
Domaine Riboviria
Embranchement Negarnaviricota
Sous-embr. Polyploviricotina
Classe Insthoviricetes
Ordre Articulavirales
Famille Orthomyxoviridae
Genre Alphainfluenzavirus

Espèce

Classification phylogénétique

Position :

Le sous-type H7N1 du virus de la grippe A fait référence aux types de deux antigènes présents à la surface du virus : l'hémagglutinine de type 7 et la neuraminidase de type 1. Le virus de la grippe A est un virus à ARN monocaténaire de polarité négative à génome segmenté (8 segments) qui appartient au genre Alphainfluenzavirus de la famille des Orthomyxoviridae.

Des souches ou variants dits « HP' » (« hautement pathogènes ») pour les oiseaux en ont été trouvés en Italie, dont dans un « élevage intensif » d'Autruches [2].

L'épizootie italienne de 1999-2000Modifier

Tous les virus H7N1 trouvés lors des études d'épidémio-surveillance faites en Italie en 1999 et 2000 présentaient des mutations lui conférant des caractéristiques épizootiquement préoccupantes et éventuellement pandémiques (sous réserve de mutations le rendant adaptable à l'organisme humain).

VaccinsModifier

le H7N1 a fait partie des sous-types contre lesquels des vaccins antigrippaux ont été produits (en 2006, dans ce cas à partir d'une souche atténuée du virus grippal aviaire H7N1 hautement pathogène qui avait décimé en 1999 les poulets d'élevages italiens). L'essai clinique a été lancé (phase I) en septembre 2006 à Bergen en Norvège [3]

SymptômesModifier

Les autruches infectées présentaient des signes d'anorexie, de dépression, et chez les jeunes oiseaux des symptômes nerveux et entériques (30 % des autruches de l'élevage sont mortes). Dans ce cas, l'isolement du virus, réalisé conformément aux directives de l'Union européenne a mis en évidence un virus de la grippe A du sous-type H7N1 présentant les caractéristiques microbiologiques typiques des virus grippaux hautement pathogènes (HP). Les autopsies ont notamment montré des lésions macroscopiques, des hémorragies intestinales et une dégénérescence et nécrose du foie (confirmés par histopathologie et immunohistochimie)

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Virus Taxonomy: 2018b Release », ICTV, (consulté le 24 septembre 2019).
  2. Capua, I., Mutinelli, F., Bozza, M. A., Terregino, C., & Cattoli, G. (2000). Highly pathogenic avian influenza (H7N1) in ostriches (Struthio camelus). Avian Pathology, 29(6), 643-646.
  3. Bernal A. (2006) Sanofi Pasteur renforce la préparation à la pandémie avec le premier essai clinique d'un nouveau vaccin H7N1 sur culture cellulaire ; communiqué du 19 septembre 2006 – Sanofi Pasteur, division vaccins du groupe Sanofi-Aventis

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier