Ouvrir le menu principal

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme (film, 1968)

film sorti en 1968
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vingt-quatre heures de la vie d'une femme (homonymie).
Vingt-quatre heures
de la vie d'une femme
Titre original Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
Réalisation Dominique Delouche
Scénario Dominique Delouche
Paul Hengge
Eberhard Keindorff
Marie-France Rivière
Johanna Sibelius
Albert Valentin
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Genre Drame
Durée 84 minutes (h 24)
Sortie 1968

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme est un film franco-allemand réalisé par Dominique Delouche, sorti en 1968.

Le film est une adaptation de l'œuvre homonyme de Stefan Zweig.

SynopsisModifier

L'adaptation cinématographique transpose l'intrigue en 1917 et sur le lac de Côme en Italie. L'héroïne, une veuve quinquagénaire, y rencontre un déserteur allemand dévoré par la passion du jeu. Ayant tout perdu sous ses yeux, le beau jeune homme quitte le casino, abattu, avec l'intention selon toute apparence de mettre fin à ses jours. Prise d'une pitié dangereuse (pour citer un autre titre de Zweig), où se mêlent à son insu désir d'aider et désir amoureux, Lady Copland le suit sous la pluie battante et parvient à grand peine à l'empêcher de passer à l'acte. Mais la passion amoureuse dont, au risque du scandale, elle s'est embrasée résistera-t-elle à celle du jeu, sous la joug duquel ploie le jeune homme ? Tout se résoudra en l'espace de vingt-quatre heures.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

  • Remake de quatre versions précédentes de 1931, 1944, 1952 et 1961 (cette dernière pour la télévision). Laurent Bouhnik en a réalisé une nouvelle version en 2001.
  • Les petits rôles et figurants ont été choisis au dernier moment à Bellagio où se tournait le film.

DistinctionModifier

Le festival de Cannes est interrompu en 1968 avant son terme à cause des événements de mai 68 et aucun prix n'est décerné[1]. Au festival de Cannes 2008, cinq films de l'édition 1968 sont présentés en sélection Cannes Classics parmi lesquels Vingt-quatre heures de la vie d'une femme[1].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Reuters, « Cannes : 1968 rattrape le Festival », Le Point,‎ (lire en ligne)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Gaston Haustrate, « Vingt-quatre heures de la vie d'une femme », Cinema 69 no 134, Fédération Française des Ciné-Clubs (FFCC), Paris, 1969, p. 137, (ISSN 0045-6926)
  • Claude Bouniq-Mercier, « Vingt-quatre heures de la vie d'une femme », Guide des Film P/Z (sous la direction de Jean Tulard), Editions Robert Laffont (collection Bouquins), Paris, 2005, 3704 p., p. 3515, (ISBN 9782221104538)
  • Christian Dureau, « Vingt-quatre heures de la vie d'une femme », Danielle Darrieux, 80 ans de carrière, Editions Didier Carpentier, Paris, 2011, p. 99-100, (ISBN 978-2-84167-741-2)

Liens externesModifier