Ouvrir le menu principal

Vincent Lebbe

missionnaire lazariste belge en Chine
Vincent Lebbe
Lei shenfu 雷神父.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
belge
Formation
Lettres, philosophie et théologie
Activité
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Frédéric Vincent Lebbe (chinois simplifié : 雷鸣远 ; chinois traditionnel : 雷鳴遠 ; pinyin : léi míngyuǎn ou 雷明远, léi míngyuǎn), né le à Gand (Belgique) et décédé le à Chongqing (Chine) est un prêtre catholique lazariste et missionnaire belge. Envoyé en Chine, il fut le promoteur d'un christianisme inculturé dans la culture chinoise. Ses archives sont conservées à Louvain-la-Neuve (Belgique) aux Archives du monde catholique (ARCA).

BiographieModifier

 
Vincent Labb à 15 ans

Frédéric Lebbe est né à Gand en Belgique le 19 aout 1877. Dans son enfance, il lit l'histoire de Jean-Gabriel Perboyre, missionnaire lazariste martyrisé en Chine en 1840. Il décide alors de devenir missionnaire et de partir en Chine, et prend le prénom de Vincent. En 1895, il entre au séminaire des Lazaristes à Paris. En 1901, il est affecté au vicariat apostolique de Pékin. À cette époque, les missionnaires chrétiens, tolérés depuis 1844 et officiellement autorisés à s'installer partout depuis le traité de Tientsin de 1858 et 1860, exercent leur apostolat au grand jour, mais sont fortement liés aux intérêts des puissances européennes et des États-Unis, spécialement la France qui assure la protection diplomatique des missionnaires catholiques. D'emblée, il est persuadé que le missionnaire doit devenir Chinois par la langue, la vie quotidienne, le vêtement, et même le patriotisme, pour exercer efficacement son ministère.

 
Vincent Lebbe entouré d'enfants en Chine

Après un début réussi à la campagne, il est affecté à la ville de Tien-Tsin (Tianjin), port de mer proche de Pékin et siège de concessions étrangères. Il y organise l'action catholique pour les laïcs chinois et entretient des liens étroits avec des intellectuels chinois. Il fonde en 1902, avec Ying Lianzhi ( 英斂之 / 英敛之 ), le premier quotidien catholique en langue chinoise, Yi shi bao 益世报 (Le Bien du monde), qui devient rapidement le journal le plus lu dans le nord de la Chine grâce à la qualité et l'indépendance de ses informations. Vincent Lebbe et son ami Antoine Cotta (1872-1957) qu'il avait rencontré au séminaire lazariste à Paris militent pour que la hiérarchie catholique, venue de l'étranger et dépendante des puissances étrangères, devienne véritablement chinoise. Ils reprennent les principes que leur confrère Joseph Gabet avait publiés en 1848, et qui avaient alors été condamnés. En 1916, ils s'opposent publiquement à l'annexion par le consulat de France d'un terrain à la lisière de la concession française, à la demande des autorités de l'Église catholique qui l'avaient acheté pour bâtir une nouvelle cathédrale et un évêché[1]. À la demande du consulat, le Père Lebbe est muté par sa hiérarchie hors de Tien-Tsin, puis rappelé en Europe.

 
Vincent Lebbe de retour en Europe avec son étudiant Ying Qianli

Antoine Cotta rédige avec Vincent Lebbe un mémoire pour le cardinal préfet de la congrégation pour la propagation de la foi au Vatican, en faveur de l'institution d'évêques chinois et d'une véritable « acclimatation » de l'Église [2]. C'est la principale source de l'encyclique Maximum illud du pape Benoit XV en 1919. Pie XI institue les six premiers évêques chinois le 28 octobre 1926, et les consacre lui-même à la basilique Saint-Pierre de Rome; Vincent Lebbe est présent à la cérémonie[3]. La démarche aboutit aussi à l'annulation en 1939 de l'interdiction des rites chinois, qui datait de 1742. L'Église de Chine est instituée par le pape en 1942 et la Chine quitte le statut de terre de mission[4].

De 1920 à 1927, Vincent Lebbe participe à l'accueil des étudiants chinois qui arrivent en nombre en Europe, et les organise en association[5]. Il inspire les débuts de la Société des Auxiliaires des Missions fondée à la demande des évêques chinois, qui forme des prêtres séculiers pour les mettre au service des Églises d'Asie et d'Afrique. En 1927, il retourne en Chine[3],[6], affecté au diocèse du Hebei dirigé par un évêque chinois. Il obtient de la République de Chine la nationalité chinoise, sous le nom de Lei Mingyuan ( 雷鳴遠 / 雷鸣远 ) [7]. Il est à l'origine des débuts du clergé régulier chinois, les Petits frères de Saint-Jean-Baptiste, et les Petites sœurs de Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus. Il les mobilise dans la guerre sino-japonaise en formant des unités de service de santé et de secours aux civils.

 
Vincent Lebbe et la journal yishi bao (益世報), en 1915

Se trouvant du côté de la République de Chine et de Tchang Kaï-chek, il est pris pour un espion et fait prisonnier par les forces communistes de la Huitième armée de route au Shanxi le 9 mars 1940. Il meurt d'épuisement à Chongqing le 24 juin 1940 après sa libération[8].

La réussite de l'acclimatation du catholicisme en Chine a été confirmée après 1949, quand l'Église de Chine, privée de toute présence missionniare étrangère, a pu se maintenir malgré un régime communiste très répressif, et grandir à nouveau avec la libéralisation[9].

Mémoire et vénérationModifier

  • La cause de sa béatification a été ouverte en 1988 par le diocèse de Taichung à Taiwan, dont dépendent les Petits frères de saint Jean-Baptiste.
  • Les archives de Vincent Lebbe sont conservées et étudiées à la Faculté de théologie de l'Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve[10].
  • Plusieurs écoles et institutions portent son nom, entre autres une des cités internationales de Louvain-la-Neuve.
  • Une bande dessinée (Luc Foccroulle, Dominique et Pierre Bar) intitulée Tonnerre en Chine fut imprimée par les 'Éditions Coccinelle', en 1993.

ÉcritsModifier

  • Memoria sullo stato dell'evangelizzazione in Cina e sulla formazione del Clero indigeno, Sagra Congregazione De Propaganda Fide, Ponente, Rome, 1922.
  • Que sera la Chine demain ?, 1925.
  • En Chine, il y a du nouveau, Paris, 1930.
  • Histoires chinoises, Louvain 1937.

BibliographieModifier

  • Arnaud Join-Lambert, Paul Servais, Chung Heng Shen et Éric de Payen, Vincent Lebbe et son héritage, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2017, 264 p. (ISBN 978-2-87558-587-5). voir fiche
  • Jean-Paul Wiest, article Frédéric-Vincent Lebbe dans le Biographical dictionary of Chinese Christianity.
  • Huang Fadien, Le Père Lebbe et les Étudiants Chinois en Europe (1920-1927). Mémoire de licence en sciences historiques présenté à l'Université catholique de Louvain, 1972
  • Jean-Baptiste ZHI KUAN Liu, Comparaison entre la Vie du père Lebbe, par Jacques Leclercq, avec Dix ans de souffle printanier (Ch’un feng shih nien), Pour la mémoire des cent ans de la naissance du Père Lebbe, par le père Li Shan Ts’ao. Mémoire de DEA en théologie présenté à l'Université catholique de Louvain, 2007, (dir. Jean-Pierre Delville)
  • Vincent Thoreau, Le tonnerre qui chante au loin. Vie et mort du Père Lebbe, apôtre des Chinois (1877-1940), Bruxelles, 1990
  • Claude Soetens, Inventaire des archives Vincent Lebbe, Louvain-la-Neuve 1982

Notes et référencesModifier

  1. L'épisode, fortement ressenti par les républicains chinois à l'époque, est rappelé dans l'exposition historique permanente du Musée de Tianjin
  2. Il avait fait part de ses idées dès septembre 1917 au vicaire apostolique du Tché-Kiang oriental, Mgr Paul-Marie Reynaud C.M.; cf (en) Nicolas Standaert et allii, Handbook of Christianity in China, sous la direction de R. G. Tiedemann, vol. II, Brill, Leiden-Boston, 2010, page 578
  3. a et b Jo Gérard, Interview historique de l'Abbé Froidure, DSC, , 159 p., p. 42
  4. Voir Les intuitions dérangeantes du Père Lebbe et L'appui d'Antoine Cotta à la promotion des Chinois dans Claude Soetens L'Église catholique en Chine au XXe siècle, p. 70 et s., Beauchesne, Paris, 1997. En ligne sur Google Books.
  5. C'est à cette époque que Zhou Enlai et Deng Xiaoping étudient et travaillent en France
  6. « Biographie de Vincent Lebbe »
  7. Le prénom 鸣远 Mingyuan, transcription lointainement phonétique de Vincent signifie bruit du tonnerre, au loin.
  8. Une biographie complète, en langue anglaise, est sur le site des Frères de St Jean Baptiste Thunder in the Distance - Lei Ming Yuan
  9. Gu Weiying, Missionary approaches and linguistics in mainland China and Taiwan, Leuven University Press, 2001.
  10. Claude Soetens, Inventaire des archives Vincent Lebbe, 1982, Cahiers de la revue théologique de Louvain, sur Persée.

Liens externesModifier