Vincent Lacoste

acteur français
Vincent Lacoste
Description de cette image, également commentée ci-après
Vincent Lacoste lors du festival du film de Cabourg en 2018.
Nom de naissance Vincent Simon Lacoste
Naissance (28 ans)
Paris 18e (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Acteur
Films notables Les Beaux Gosses
Hippocrate
Plaire, aimer et courir vite
Première Année
Amanda

Vincent Lacoste, né le à Paris, est un acteur français.

BiographieModifier

Origines familiales et formationModifier

Il est né à l'hôpital Bichat, dans le 18e arrondissement de Paris. Son père est juriste et sa mère travaille au conseil national de l'Ordre des médecins[1].

Entré dans le monde du cinéma à l'âge de 15 ans, il mène ses études secondaires jusqu'au baccalauréat (série ES), qu'il obtient en 2012, tout en poursuivant dès cette époque son activité d'acteur[2].

Premiers pas au cinéma : les comédies (2009-2012)Modifier

Vincent Lacoste fait ses débuts en 2009, dans le rôle principal du film Les Beaux Gosses de Riad Sattouf[3]. Pour ce premier rôle, il obtient le prix Lumières 2010 du meilleur espoir masculin et est nommé dans la même catégorie pour la 35e cérémonie des César.

En 2011, il est à l'affiche de quatre comédies : trois films choraux : Au bistro du coin, de Charles Nemes ; Low Cost, de Maurice Barthélemy et Le Skylab, de Julie Delpy et une comédie potache, De l'huile sur le feu, réalisée par Nicolas Benamou, où il tient le premier rôle.

En 2012, il est encore en tête d'affiche : jeune réalisateur talentueux ayant reçu un Oscar à 15 ans[3] dans la satire JC comme Jésus Christ, premier long-métrage de Jonathan Zaccaï, il incarne l'adolescent peureux Goudurix dans Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté, de Laurent Tirard[4].

Cette même année, il retrouve Noémie Lvovsky, présente dans Les Beaux Gosses, comme réalisatrice de Camille redouble, où Vincent tient un petit rôle.

Vers un registre plus dramatiqueModifier

 
Vincent Lacoste au festival de Cannes 2016 pour la présentation de Victoria.

En 2014, il expérimente le registre dramatique : il incarne Thomas Bangalter dans quelques scènes de Eden, biopic réalisé par Mia Hansen-Løve, puis Benjamin, jeune interne en médecine, héros de Hippocrate, de Thomas Lilti. Ce film vaut à l'acteur sa seconde nomination aux César, cette fois dans la catégorie « meilleur acteur ».

En 2015, il est dirigé par Benoît Jacquot pour un petit rôle dans Journal d'une femme de chambre, aux côtés de Léa Seydoux et de Vincent Lindon. Il revient ensuite à la comédie en incarnant un adolescent possessif dans Lolo de Julie Delpy, puis en donnant la réplique à Jean-Pierre Bacri dans la comédie dramatique La Vie très privée de Monsieur Sim de Michel Leclerc. Enfin, il retrouve Riad Sattouf pour la satire Jacky au royaume des filles.

À partir de 2016, il poursuit dans le cadre d'un cinéma plus indépendant. Il évolue d'abord aux côtés de Manal Issa dans le drame Peur de rien de Danielle Arbid, puis dans Tout de suite maintenant de Pascal Bonitzer, Saint-Amour de Gustave Kervern et Benoît Delépine, avant d'être dirigé par Justine Triet dans la comédie dramatique Victoria. Il reçoit cette année-là le Prix Patrick-Dewaere.

L'année 2018 le voit défendre deux projets attendus depuis longtemps : le drame Plaire, aimer et courir vite, de Christophe Honoré[5], puis le film d'apprentissage Première Année où il retrouve le monde de la médecine, toujours sous la direction de Thomas Lilti. Le succès critique et public d'Amanda couronne une année qui a fait de lui un des acteurs les plus en vue du cinéma français[6],[7].

En 2019, il tourne Chambre 212 sous la direction de Christophe Honoré, avec pour partenaires Camille Cottin et Chiara Mastroianni[8].

FilmographieModifier

 
Vincent Lacoste à l'avant-première d'Astérix et Obélix : Au service de Sa Majesté à Paris en 2012.

CinémaModifier

Courts métragesModifier

ThéâtreModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :