Vincent Descombes Sevoie

sauteur à ski français

Vincent Descombes Sevoie
Vincent Descombes Sevoie à Engelberg en 2014.
Vincent Descombes Sevoie à Engelberg en 2014.
Discipline et période
Sport pratiqué Saut à ski
Période d'activité 2002-2018
Présentation
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (37 ans)
à Chamonix
Taille 1,72 m
Poids 58 kg
Surnom Vinc'
Club SC Les Houches
Douanes - Chamonix
* Dernière mise à jour :

Vincent Descombes Sevoie, né le à Chamonix, est un sauteur à ski français tenant le record de France de saut à ski depuis (Vikersund).

BiographieModifier

Vincent Descombes Sevoie fait ses débuts en Coupe continentale le à Courchevel. Il a également participé à quelques épreuves de combiné nordique, durant l'hiver 2002-2003 dont les Championnats du monde junior. Il s'entraîne avec l'équipe nationale dans ce sport depuis l'âge de 14 ans, mais opte pour le saut lorsqu'il réalise que son niveau en ski de fond stagne[1].

Il participe régulièrement à la Coupe continentale de 2002 à 2006, année où il obtient son premier top dix dans la compétition, puis fait ses débuts en Coupe du monde le à Lillehammer. Il marque aussi ses premiers points dans cette mêmet localité en fin d'année 2006 (24e) et depuis lors ne cesse d'y prendre part. Depuis 2007, il en contrat avec les Douanes[1]. Cependant, il s'isole du groupe de l'équipe de France car il ne s'entend pas avec les autres athlètes.

En 2010, il est sélectionné pour les Jeux olympiques de Vancouver, se qualifiant à chaque fois sur la deuxième manche des épreuves individuelles (28e et 21e). En mars 2010, il améliore sa meilleure performance dans l'élite avec une treizième place à Kuopio. À l'été 2010, il obtient deux de ses quatre podiums en Coupe continentale à Lillehammer.

Il prend le record de France de la discipline à Emmanuel Chedal le lors de la première manche des championnats du monde 2012 de Vikersund avec un saut de 225 mètres.

Unique représentant français lors de la Tournée des quatre tremplins en 2013 où son compatriote Emmanuel Chedal annonce sa retraite[2], il confie au quotidien L'Équipe les difficultés du saut à ski français où sa solitude se mêle au manque de moyens mis à disposition du saut à ski par la fédération française de ski, mettant en exergue notamment l'absence de farteur, diététicien et préparateur physique en équipe de France[3]. En raison des deux premiers concours ratés lors de la Tournée, il décide de l'abandonner pour disputer des épreuves en Coupe continentale (antichambre de la Coupe du monde) à Zakopane en Pologne en voiture avec un retour prévu en quinze heures de bus en déclarant « Alors, franchement, si la Fédération ne veut pas payer un retour en avion, je me paierai moi-même mon billet. »[3]. Il compte trois résultats de quatorzième lors de cette saison 2012-2013 à Kuopio et Planica en Coupe du monde, ainsi que sur le petit tremplin lors des Championnats du monde à Val di Fiemme, soit son meilleur résultat individuel de sa carrière dans un championnat majeur. Il connaît une contrevenue en 2014, lorsqu'il n'est pas sélectionné pour les Jeux olympiques de Sotchi, Ronan Lamy-Chappuis étant le seul représentant français. De plus il perd le titre national en fin de saison[1].

Il rebondit rapidement lors de la saison 2014-2015, obtenant une douzième place en Coupe du monde. En , il rentre pour la première fois dans les dix premiers d'une épreuve de Coupe du monde avec une neuvième place à Sapporo[4].

Lors de la saison 2016, il se classe notamment seizième de la Tournée des quatre tremplins et bat son record de France avec une distance de 230 mètres 50, à Vikersund. Lui et son compatriote Ronan Lamy Chappuis réalisent une belle saison avec plusieurs top 10 pour Vincent. Il améliore encore ses performances en 2016-2017, où il est notamment cinquième du concours de Ruka, son meilleur résultat individuel. Il finit seizième du classement général cet hiver, son plus haut dans l'élite.

Lors de la saison 2017-2018, même s'il ne marque que quatre points dans la Coupe du monde, il prend part aux Jeux olympiques de Pyeongchang, huit ans après sa première participation, pour se classer 43e, puis 50e. Ne pouvant ne plus donner son meilleur en compétition, il décide de mettre un terme à sa carrière sportive en 2018[5].

PalmarèsModifier

Jeux olympiquesModifier

Épreuve / Édition   Vancouver 2010
Petit tremplin 28e 43e
Grand tremplin 21e 50e
Par équipes 9e

Championnats du mondeModifier

Épreuve / Édition   Sapporo 2007   Liberec 2009   Oslo 2011   Val di Fiemme 2013   Falun 2015   Lahti 2017
Petit tremplin 46e 33e 36e 14e 29e 41e
Grand tremplin 41e 49e 29e 34e 33e
Par équipes 8e
Par équipes mixtes 5e 8e 10e

Championnats du monde de vol à skiModifier

Épreuve / Édition   Oberstdorf 2008   Planica 2010   Vikersund 2012   Harrachov 2014   Kulm 2016   Oberstdorf 2018
Individuel 37e 20e 19e 13e 40e
Par équipes 8e

Coupe du mondeModifier

  • Meilleur classement général : 16e en 2017.
  • Meilleur résultat individuel : 5e.

Différents classements en Coupe du mondeModifier

Année Classement général final
2006-2007 60e
2007-2008 58e
2008-2009 39e
2009-2010 47e
2011-2012 54e
2012-2013 42e
2013-2014 68e
2014-2015 28e
2015-2016 28e
2016-2017 16e
2017-2018 67e

Coupe continentaleModifier

  • 4 podiums.

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) « Vincent Descombes-Sevoie, hedge jumper »,
  2. « Fin de vol pour Chedal », L'Equipe, no 21355,‎
  3. a et b Jean-Christophe Bassignac, « On est de plus en plus seuls », L'Equipe, no 21355,‎
  4. Descombes-Sevoie : “Ça fait plaisir mais il reste du boulot”, sur nordicmag.info, le 26 janvier 2015
  5. (en) « Vincent Descombes Sevoie ends his career », sur fis-ski.com,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :