Villethierry

commune française du département de l'Yonne

Villethierry est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Villethierry
Villethierry
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Sens
Intercommunalité Communauté de communes du Gâtinais en Bourgogne
Maire
Mandat
Corinne Pasquier
2020-2026
Code postal 89140
Code commune 89467
Démographie
Population
municipale
819 hab. (2019 en diminution de 1,56 % par rapport à 2013)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 52″ nord, 3° 04′ 28″ est
Altitude Min. 108 m
Max. 183 m
Superficie 20,88 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gâtinais en Bourgogne
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Villethierry
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Villethierry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villethierry
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villethierry

GéographieModifier

SituationModifier

Villethierry est dans le nord-ouest du département de l'Yonne et dans la partie est du Gâtinais. Sa sous-préfecture Sens (et l'autoroute A19) est à 20 km au sud-est, sa préfecture Auxerre à 82 km au sud-est, Montereau (et l'autoroute A5) en Seine-et-Marne à 20 km au nord-ouest, Nemours (et l'autoroute A6) à 30 km à l'ouest[1].

La forêt de Fontainebleau est à 27 km au nord-ouest[1].

xxx km

HydrographieModifier

Le seul cours d'eau est dans le sud de la commune : l'Orval[2], qui coule dans le sens est-ouest, sous-affluent de la Seine et affluent de l'Orvanne qu'il rejoint sur Blennes, la commune voisine à l'ouest. L'Orval arrose les communes voisines de Brannay, Lixy, Villethierry et Blennes passe sur la commune de Villethierry[3].

Communes limitrophesModifier

  Diant
(Seine-et-Marne)
Saint-Agnan, Chaumont Champigny  
Blennes
(Seine-et-Marne)
N Lixy
O    Villethierry    E
S
Vallery

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Villethierry est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[7],[8].

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (74,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (71,2 %), forêts (24,1 %), zones agricoles hétérogènes (3,3 %), zones urbanisées (1,4 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).
 
Des épingles issues d'un stock d'un bijoutier, découvertes dans le trésor de Villethierry et exposées au musée de Sens.

HistoireModifier

ProtohistoireModifier

Les découvertes archéologiques sur le territoire de la commune de Villethierry sont assez nombreuses. La plus importante d'entre elles date de 1969 : le dépôt de bronzes de Villethierry, qui fait toujours l'objet de recherches dans le champ des techniques du bronzier[11],[12],[13]. Cette collection exceptionnelle de bijoux, qui comporte 869 objets dont des épingles, des fibules, des bracelets, des bagues et une pince à épiler[14], est conservée au musée de Sens sous le nom de « trésor de Villethierry ». Un second dépôt de l'âge du bronze est découvert en 1982[15].

Époque gallo-romaineModifier

Des sites gallo-romains[16] et mérovingiens[17] ont aussi été fouillés et étudiés par l'archéologue du Sénonais Jean-Yves Prampart[18], soutenu par des agriculteurs du village.

Moyen-ÂgeModifier

Au IXe siècle, le village est désigné comme Villa Teoderici dans le Liber Sacramentorum, manuscrit conservé à la Bibliothèque de Stockholm[19].

Au XIIe siècle, les vicomtes de Sens[20], ainsi que la vicomtesse Ermesende[21], sont seigneurs de Villethierry.

L’église Saint-Loup est à cette époque une dépendance du prieuré Saint-Pierre de Cannes, lequel relève de Saint-Martin des Champs[22]. D'autres établissements religieux font l'objet de largesses de la part des seigneurs de Villethierry, notamment le prieuré de Montbéon (commune voisine de Saint-Agnan) et l'abbaye cistercienne de Preuilly (commune d'Égligny).

À partir du XIIIe siècle, le destin de Villethierry est lié à celui de la paroisse voisine de Vallery dont les seigneurs édifient le premier château. Cette famille puissante laisse de nombreuses traces historiques, en particulier Erard de Vallery, descendant direct des vicomtes de Sens[23].

Les Vallery sont les derniers seigneurs à être originaires de la région. Par la suite, la seigneurie change de mains, au gré des héritages et des ventes. Villethierry est un bien parmi d'autres, les seigneurs y font collecter leurs revenus mais n'y résident pas.

En 1332, Erard de Thianges, Nivernais descendant par alliance des Vallery, est désigné dans une charte comme seigneur de Marolles et de Villethierry[24]. Après la guerre de Cent ans, la seigneurie appartient à Aymar de Poisieu dit Capdorat[25], fidèle de Louis XI[26].

En 1554, le maréchal de Saint-André acquiert la seigneurie de Villethierry qu'il revend en 1561[27]. Le , alors qu'il séjourne à Vallery avec son père Henri II, le Dauphin, futur roi François II, déjeune ("dîne") à Villethierry[28],[29]. Francois II y séjourne à nouveau le [30].

Par la suite, c'est Claude Pinart[31],[32], secrétaire d'État, qui est seigneur de Villethierry.

Puis ce sont les princes de Condé[33]. Le , pendant la Fronde, Villethierry est ravagée par les reîtres du cardinal Mazarin[34].

XVIIIe siècleModifier

Au XVIIIe siècle, le marquis du Châtelet, époux d'Émilie du Châtelet, est seigneur de Villethierry.

En 1789, MM. Cordier et Moinville sont tous deux seigneurs de Villethierry. Percheron est syndic[35].

XIXe siècleModifier

En 1832, la population est violemment frappée par le choléra[36].

XXe siècleModifier

Le , Villethierry, comme d'autres villages du nord de l'Yonne, est bombardée par l'aviation allemande[37].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 1995 ? Jean Pasquier DVD  
2001 En cours Corinne Pasquier[38] PCF  

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[40].

En 2019, la commune comptait 819 habitants[Note 3], en diminution de 1,56 % par rapport à 2013 (Yonne : −1,69 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
511627645686737694705715726
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
739710683637642623633605561
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
525508508466436389408426379
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
350293287384598697740739811
2015 2019 - - - - - - -
842819-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[41] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Loup, XIIe siècle[43],[44]

Des photos de l'église sont visibles sur le site du patrimoine du bocage gâtinais

Personnalités liées à la communeModifier

  • la famille Badin. Issue de Villethierry au milieu du XVIe siècle, elle va s'établir à Sens. Elle y fournit plusieurs avocats, chanoines de la cathédrale, baillis de Nailly et un prévôt de Thorigny[49].
  • L'abbé Charles Louis Marie Veluard (1766-1834)[50].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. a et b « Villethierry », sur google.fr/maps. Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (dans l'onglet à gauche de l'écran, cliquer sur "Itinéraires".
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Orval (F4398500) ».
  3. « Villethierry, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques » et « Hydrographie » activées. Les distances à vol d'oiseau se mesurent avec l'outil « Mesurer une distance » dans l'onglet « Outils cartographiques » à droite (symbole de petite clé plate).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Mordant et al. 1977, p. 177.
  12. [Pernot & Armbruster 2006] Michel Pernot et Barbara Armbruster, « La technique du tournage utilisée à l'Âge du Bronze final pour la fabrication d'épingles de bronze trouvées en Bourgogne », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 103, no 2,‎ , p. 305-311 (lire en ligne [sur persee]).
  13. [Mordant 2007] C. Mordant, « Le dépôt de bronze de Villethierry (Yonne). Une relecture des données », dans C. Burgess, P. Topping & F. Lynch (éd), Beyond Stonehenge, essays on the Bronze Age in Honour of Colin Burgess, Oxford, .
  14. Bataille 1992, p. 22.
  15. « Un second dépôt du Bronze final à Villethierry », Bulletin de la Société archéologique et culturelle de Pont-sur-Yonne, no 5,‎ , p. 21-22.
  16. "Villethierry : sept sites gallo-romains et mérovingiens, Bulletin de la SACPY, n° 10, 1988, p. 1-7.
  17. « Le cimetière mérovingien de Villethierry », Revue archéologique de l'est (RAE), vol. 16, nos 1-3, p. 223-238 ; et RAE, vol. 34, nos 3-4, 1983, p. 345-359.
  18. « Hommage à l'archéologue Jean-Yves Prampart », à l'orangerie des musées de Sens du 25 octobre 2009 au 21 février 2010(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur inrap.fr.
  19. [Quantin 1854] Maximilien Quantin, Cartulaire général de l'Yonne, recueil de documents authentiques, vol. 2, Auxerre, impr. Perriquet et Rouillé, , (+ 2 p. “Erratum & Adenda”,) 588 p., sur books.google.ca (lire en ligne), p. lxvi, lxxvii.
  20. [Lecoy 1866] Albert Lecoy de La Marche, « Les coutumes et péages de Sens, texte français inédit du commencement du XIIIe siècle », Bibliothèque de l'École des chartes, no 27,‎ , p. 265-300 (lire en ligne [sur persee]).
  21. [Longnon 1869] Auguste Longnon, Livre des vassaux du comté de Champagne et de Brie 1172-1222, Paris, libr. Frank, , 415 p., sur books.google.fr (lire en ligne), p. 147.
  22. Recueil de chartes et documents de Saint-Martin des Champs, tome II, Bibliothèque de l'école nationale des chartes: http://elec.enc.sorbonne.fr/cartulaires/smchamps2/acte446/?para=Villethierry
  23. Étienne Meunier, « Les chevaliers de la famille de Vallery », CSGY, n° 19, 2013.
  24. Mémoires de la Société des antiquaires du centre: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb343872846/date.r=girard+ville-thierry.langFR
  25. R. Planchenault, « Les châteaux de Vallery », Bulletin Monumental, 1963, p. 237 et suiv.
  26. Jean Favier, Louis XI, Artheme Fayard, 2001
  27. [Romier 1909] Lucien Romier, La carrière d'un favori. Jacques d'Albon de Saint-André, maréchal de France, 1512-1562, Paris, Perrin & Cie, , 462 p., sur gallica (lire en ligne), p. 183.
  28. [Thoison 1888] Eugène Thoison, Les séjours des rois de France dans le Gâtinais, Paris / Orléans, libr. Alph. Picard / libr. H. Herluison, , 197 p., sur gallica (lire en ligne).
  29. Centre historique des archives nationales; série K, monuments historiques, titre III: http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/EGF/SA/InvSAPDF/K-3.pdf
  30. E. Dupre Lasale, Michel de L'Hospital, 1899
  31. Les registres de Claude Pinart, secrétaire d'État (1570-1588), Hélène Michaud, Bibliothèque de l'école des chartes, Année 1962, Volume 120, pp. 130-152: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1962_num_120_1_449638
  32. Claude Pinart, Seigneur de Cramaille et de Neuilly-Saint-Front: http://www.histoireaisne.fr/memoires_numerises/chapitres/tome_24/Tome_024_page_186.pdf
  33. Armorial historique de l'Yonne: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54082694.r=armorial+historique+de+l%27yonne.langFR
  34. [Quantin 1846] Maximilien Quantin, Annuaire statistique du département de l'Yonne. Recueil de documents authentiques destinés à former la statistique départementale, vol. 3, Auxerre, éd. Perriquet, , 413 p., sur books.google.fr (lire en ligne), p. 111.
  35. Département de l'Yonne: Cahiers de doléances du bailliage de Sens pour les États généraux de 1789, Impr. coopérative ouvrière "L'Universelle", 1908
  36. [Sonnié-Moret 1851] Dr Sonnié-Moret, « Recherches statistiques sur l'influence du sol, considéré principalement dans sa composition géologique, sur le choléra, en 1832 et 1849, dans le département de l'Yonne » (ch. X : « Terrain mixte Crétacé supérieur et Tertiaire inférieur (49 communes) »), Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne, vol. 5,‎ , p. 71-134 (voir p. 113) (lire en ligne [sur books.google.fr], consulté en ).
  37. Yonne Mémoire, Le Bulletin de l'ARORY, numéro 6, mai 2001: http://www.arory.com/fileadmin/images/Yonne_memoire/bulletin_6.pdf
  38. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  43. Fondation du patrimoine, projet de restauration de l'église de Villethierry: http://www.fondation-patrimoine.org/fr/bourgogne-5/tous-les-projets-292/detail-eglise-saint-loup-de-villethierry-2368
  44. [Prou 1854] Prou, « Notice sur l'église de Villethierry », Bulletin de la Société archéologique de Sens, vol. 4,‎ , p. 11-17 (lire en ligne [sur books.google.be], consulté en ).
  45. « Phare aéronautique de Villethierry »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur gazettevillethierry89.fr.
  46. [Nortier & Baldwin 1980] Michel Nortier et John W. Baldwin, « Contributions à l'étude des finances de Philippe Auguste », Bibliothèque de l'école des chartes, vol. 138, no 1,‎ , p. 5-33 (lire en ligne [sur persee]).
  47. [Stein 1902] Henri Stein, « Recherches sur quelques fonctionnaires royaux des XIIIe et XIVe siècles originaires du Gâtinais (suite) », Annales de la Société historique et archéologique du Gâtinais,‎ , p. 192-217 (lire en ligne [sur gallica]).
  48. [Stein 1918] Henri Stein, « Recherches sur quelques fonctionnaires royaux des XIIIe et XIVe siècles originaires du Gâtinais (suite et fin) » (Notes complémentaires p. 86-103. Guillaume de Villethierry : p. 93), Annales de la Société historique et archéologique du Gâtinais,‎ , p. 1-103 (lire en ligne [sur gallica]).
  49. Société généalogique de l'Yonne, fiche encyclopédique au nom de Badin
  50. [Almanach 1835] « Veluard (l'abbé) », dans Almanach du clergé de France pour 1836, publié sur les documens du Ministère des cultes: suivi d'un recueil des édits, réglemens, arretés, lois, décrets, ordonnances et décisions concernant la religion, le clergé et les établissemens ecclésiastiques, accompagné d'une table analytique des matières (Deuxième année), Paris, libr. Gauthier Frères et Cie, , sur books.google.be (lire en ligne), p. 520.

AnnexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • [Bataille et al. 1992] Alain Bataille, Pascal Dibie, Jean-Pierre Fontaine, Jean-Charles Guillaume, Jean-Paul Moreau, Ferdinand Pavy, Line Skorka, Gérard Taverdet et Marcel Vigreux (préf. Henri de Raincourt), Yonne, Paris, éds. Bonneton, , 428 p. (ISBN 2-86253-124-3).  
  • [Mordant et al. 1977] Claude Mordant, Daniel Mordant, Jean-Yves Prampart, Jean Bourhis, Jacques Briard et Jean-Pierre Mohen, Le dépôt de bronze de Villethierry (Yonne), Paris, éd. du CNRS, coll. « Gallia - Préhistoire » (no IX (Supplément)), , 240 p., sur persee (résumé, présentation en ligne, lire en ligne).  

Liens externesModifier