Villeron

commune française du département du Val-d'Oise

Villeron
Villeron
La mairie
Blason de Villeron
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Sarcelles
Intercommunalité CA Roissy Pays de France
Maire
Mandat
M. Dominique Kudla
2020-2026
Code postal 95380
Code commune 95675
Démographie
Gentilé Villeronnais
Population
municipale
1 506 hab. (2019 en augmentation de 91,36 % par rapport à 2013)
Densité 268 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 00″ nord, 2° 32′ 00″ est
Altitude 121 m
Min. 81 m
Max. 140 m
Superficie 5,61 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Goussainville
Législatives 9e circonscription du Val-d'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeron
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeron
Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise
Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Villeron
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Villeron
Liens
Site web https://www.villeron.fr/

Villeron est une commune du Val-d'Oise située en Plaine de France, à proximité de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et à environ 30 km au nord-est de Paris.

Ses habitants sont les Villeronnai(se)s.

GéographieModifier

DescriptionModifier

 
Ambiance du village : l'unique commerce de la commune, en 2012.

Villeron est un village périurbain de la Plaine de France dans le Val-d'Oise, situé à 26 km au nord-est de Paris, proche de l'Aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle et à 16 km au sud de Chantilly.

Le territoire communal est limité à l'ouest par l'ancienne route nationale 17 (actuelle RD 1017) et à l'est par l'autoroute A1, dont une aire de repos, située sur son territoire, porte le nom.

La station de chemin de fer la plus proche est la gare de Louvres, desservie par les trains de la ligne D du RER.

Communes limitrophesModifier

La commune est limitrophe de Louvres, Marly-la-Ville, Saint-Witz, Vémars et Chennevières-lès-Louvres.


HydrographieModifier

La commune est drainée par le Ru de Michelette, un affluent du Croult et donc un sous-affluent de la Seine.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Villeron est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[4],[5].

Habitat et logementModifier

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 523, alors qu'il était de 313 en 2013 et de 262 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 92,2 % étaient des résidences principales, 1,6 % des résidences secondaires et 6,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 56,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 43,2 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Villeron en 2018 en comparaison avec celle du Val-d'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,6 %) supérieure à celle du département (1,3 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 62,1 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (75,1 % en 2013), contre 56 % pour du Val-d'Oise et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Villeron en 2018.
Typologie Villeron[I 1] Val-d'Oise[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 92,2 92,8 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,6 1,3 9,7
Logements vacants (en %) 6,2 5,9 8,2

ToponymieModifier

Mentionné pour la première fois en 833[réf. nécessaire],

Villerun en 1174, Villerolum et Villeronium puis Vilero au XIIIe siècle, Villeron en 1210[6].

HistoireModifier

 
La ferlme de Vaulerent dans l'Atlas de Trudaine, vers 1745-1780.

Des fouilles archéologiques menées en 2013/2014 ont permis de dégager les vestiges d'un établissement rural romain du Ier ou du IIe siècle, cerné par un enclos fossoyé. Une tombe, isolée au sein de cet habitat, comme cela se pratiquait souvent, a été retrouvée[7]

Le village était une possession de l'abbaye de Saint-Denis au XIIe siècle[réf. nécessaire].

Les fondations d'un ancien moulin à vent datant de l'époque moderne et son bâtiment d'habitation ont également été mis au jour, à quelques centaines de mètres de la grange de Vaulerent[7].


Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Rattachements administratifsModifier

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[8], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Sarcelles après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1801 à 1967 du canton de Luzarches de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, la ville intègre le canton de Gonesse[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Villeron fait partie du ressort du tribunal d'instance de Gonesse, et de ceux du tribunal judiciaire et du tribunal de commerce de Pontoise[10],[11].

Rattachements électorauxModifier

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Goussainville

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la neuvième circonscription du Val-d'Oise.

IntercommunalitéModifier

Villeron était membre de la communauté d'agglomération Roissy Porte de France, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1994 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la loi MAPAM du 27 janvier 2014, qui prévoit la généralisation de l'intercommunalité à l'ensemble des communes et la création d'intercommunalités de taille importante notamment en seconde couronne de l'agglomération parisienne, afin de pouvoir dialoguer avec la métropole du Grand Paris créée par cette même loi,, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération Roissy Pays de France dont est désormais membre la commune.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1925[12]   Em. Lecerf    
avant 1981[13]   Jean-Baptiste Rodde    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014[14] Christian Nahon[15]    
2014[16] En cours
(au 2 décembre 2020)
M. Dominique Kudla SE Agriculteur retraité
Réélu pour le mandat 2020-2026[17]

Équipements et services publicsModifier

 
Le parc municipal, au sud-est du village.

La croissance de la population permise par la construction d'un parc de logements importants a permis la croissance des effectifs de l'école communale, passés de 77 élèves en mars 2017 à 176 en janvier 2018 et près de 200 escomptés dès juin 2018 puis 464 en 2020. La construction d'une nouvelle école est encogée, destinée à ouvrir en 2019[18]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[20].

En 2019, la commune comptait 1 506 habitants[Note 3], en augmentation de 91,36 % par rapport à 2013 (Val-d'Oise : +4,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
294277280261245242236200183
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
164182222224239246276271256
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
289287260335340281310261265
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
263294311271361702718709728
2014 2019 - - - - - - -
7581 506-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

L'accroissement de la population constatée au recensement 2018 est lié à la livraison de 306 logements à comptere de 2015, auxquels doivent s'ajouter 88 logements en 2000. La municipalité estime les chiffres du recensement sous-évalués, et avance le nombre de 1 506 habitants en 2019[18],[22]

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Villeron possède un monument historique sur son territoire :

  • Grange de Vaulerent, située à 800 m de Villeron, RD 165e (classée monument historique en 1889 ; colombier, puits et cave inscrits en 1990[23]) : cette grange cistercienne, qui serait la plus importante préservée en Île-de-France, dépendait de l'abbaye de Chaalis et date du XIIe siècle. Longue de 72 m, elle est divisée en trois vaisseauxpar deux lignes de 12 piliers carrés, sur lesquels reposent des arcades en tiers-point supportant la charpente.
    La façade sud-ouest formant pignon est flanquée d'une tourelle d'escalier cylindrique du XVe siècle avec chambre de guet ; elle est percée d'ouvertures jumelées en plein cintre et de deux portes, une charretière et une piétonne, toutes deux datant du Moyen Âge.
    Dès 1145, la grange de Vaulerent est mentionnée dans les archives de l’abbaye, et, au XIIIe siècle, elle fait partie des onze exploitations agricoles appartenant de l’abbaye. cette exploitation état initialement habitée et dirigée par des convers cisterciens[24]. Le colombier cylindrique (XIIIe – XVIIIe siècle) en moellons irréguliers[25] a été récemment restauré.
    La grange, qui n'est pas habituellement ouverte au public, accueille des concerts[26],[27]


On peut également signaler :

  • L'ancienne distillerie, à côté de la grange de Vaulerent : son activité consistait en la fabrication d'alcool à la base de betteraves sucrières. L'établissement, qui date du début du XXe siècle, a été transformée en 1946, puis a cessé son activité comme l'une des dernières du pays de France en 1979[25].
    Par ailleurs, un dernier court tronçon du vaste réseau industriel à l'écartement de 600 mm de la sucrerie de Villeron subsiste dans le chemin d'accès.
    Les bâtiments avec leur architecture industrielle caractéristique en briques et la haute cheminée connaissent aujourd'hui une nouvelle utilisation industrielle.
  • L'église Saint-Germain-d'Auxerre, rue Saint-Germain : c'est déjà la troisième église que possède Villeron, la première située à l'écart du village étant mentionnée dès 1219, la seconde ayant été consacrée vers 1577. Elle s'est effondrée en 1879, alors que le clocher avait été réparé en 1841 et de nouveaux vitraux posés en 1879.
    La reconstruction sous la direction de l'architecte Blondel a eu lieu entre 1882 et 1884. Le petit édifice irrégulièrement orientée se compose d'une nef unique de trois travées voûtées d'ogives ; d'un clocher-porche devant la façade septentrionale ; d'un chœur au chevet plat plus étroit que la nef à son extrémité méridionale ; ainsi que d'un transept saillant avec des pignons vers l'ouest et vers l'est.
    Le chevet est éclairé par un triplet de baies ogivales à lancette simple, et les autres fenêtres de l'église sont également des ogives simples. Le portail septentrional est cantonné de deux colonnettes à chapiteaux sculptés en feuillages, et son arc est orné d'une succession de moulures prismatiques et toriques. Le tympan est par contre nu. Hormis le clocher, les contreforts et les chaînages des fenêtres, les murs sont couverts d'enduit et non peints[28],[29].
  • La ferme 40 rue de l'Ormet : cette grande ferme, longtemps subdivisée en deux exploitations distinctes, abritait sur son domaine le château seigneurial de Villeron, dont quelques vestiges subsistent. Près du mur de clôture oriental sur l'allée Gérard-Bauche, l'on peut apercevoir un colombier rond[30].
  • Les ruines du château de Villeron : il s'agit des vestiges d'une grande maison de notable édifiée à partir de 1823, à la suite de la démolition de l'aile nord du château[31].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
Écartelé : au 1er de sable au casque d'or taré de profil, au 2e de gueules à la muraille crénelée d'argent, maçonnée de sable et mouvant des flancs et de la pointe, au 3e d'azur au chevron d'or accompagné en chef de deux étoiles d'argent et en pointe d'une quintefeuille du même, au 4e d'azur au lion d'or transpercé d'une flèche d'argent versée en barre.
Détails
Adopté par la municipalité.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Ouvrage collectif dirigé par Monique Wabont, Franck Abert et Didier Vermeersch, Carte archéologique de la Gaule : le Val-d‘Oise, 95, Paris, Maison des sciences de l'homme, 2006..
  • Abbé Jean Lebeuf, Histoire de la ville et du diocèse de Pariis’, Paris, Prault Père, 1755.
  • Ouvrage collectif, Le patrimoine des communes du Val d'Oise, Flohic Éditions, 1999. (collection Le Patrimoine des communes de France).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • « Villeron », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

Autres sourcesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Commune hors attraction des villes », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  7. a et b Archéologie & histoire de Villeron, page mentionnée en Liens externes.
  8. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  11. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  12. « Les maires de Villeron », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  13. « Liste du 15 avril 1981 des élus ayant présenté les candidats a l’élection du président de la république - Légifrance », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  14. « L'ancien maire de Villeron traduit en correctionnelle », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne) « Christian Nahon, ex-premier magistrat de Villeron, a été condamné ce mercredi à 10 mois de prison avec sursis pour prise illégale d'intérêt, ainsi que pour faux et usage de faux, par le tribunal correctionnel de Pontoise. Il a également écopé de 4 000 € d'amende et d'une peine de cinq ans d'inéligibilité ».
  15. Réélu pour le mandat 2008-2014 : Préfecture du Val-d'Oise - Liste des maires du département du Val-d'Oise, avril 2008
  16. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le ).
  17. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  18. a et b Anne Collin, « Villeron : le maire entame un bras de fer avec l’Insee : Pour Dominique Kudla, les chiffres de la population légale ne correspondent pas du tout à la réalité de sa commune en pleine expansion. Pour le village, dont le nombre d’habitants a doublé en trois ans, le décalage a des conséquences importantes », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Il faut dire que ces dernières années, petit village est devenu grand. D'importants programmes immobiliers privés, soutenus par la mairie, ont fleuri. « Au jour d'aujourd'hui, 318 logements sont achevés et plus de 260 ont déjà été livrés et sont occupés dont 127 logements sociaux », se réjouit Dominique Kudla. Et d'autres sont à venir. A l'horizon 2020, le total devrait atteindre 464. « Soit 1,4 fois la capacité du village au 31 mars 2017. Nous sommes sans doute les seuls en France », souligne l'édile ».
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  22. Anne Collin, « Val-d’Oise : à Villeron, la population a presque doublé en cinq ans : Selon l’Insee, la petite commune est passée de 763 à 1 010 habitants en seulement un an. Mais la municipalité indique que les inscriptions en mairie portent en réalité ce chiffre à 1 506. Près de 400 nouveaux logements ont poussé depuis 2015 », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Notice no PA00080231, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Julien Ducouret, Daniel Baduel, « Patrimoine dans le Val-d'Oise : La grange cistercienne de Vaulerent à Villeron : La grange cistercienne de Vaulerent à Villeron (Val-d'Oise) est la plus grande de ce genre en Île-de-France. Elle a été être au titre des monuments historiques dès 1889 », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. a et b « Inventaire général du patrimoine culturel - ferme de Vollerand », notice no IA95000094, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Villeron : visite exceptionnelle de la grange de Vaulerent », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ 2/6+/2017 (lire en ligne, consulté le ).
  27. Théo Kaissaris, « Villeron : un concert dans la grange de Vaulerand : Dimanche 29 août, dans le cadre du festival de Royaumont, l'ensemble Neue Vocalsolisten se produira dans la grange cistercienne de Vaulerand, à Villeron, dans le Val-d'Oise », La Gazette du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. Charles Huet, « Villeron - Saint-Germain-d'Auxerre », Églises du Val-d’Oise : Pays de France, vallée de Montmorency, Gonesse, Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France,‎ , p. 287-288 (ISBN 9782953155402).
  29. « Inventaire général du patrimoine culturel - église paroissiale Saint-Germain-d'Auxerre », notice no IA95000089, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Inventaire général du patrimoine culturel - ferme 40 rue de l'Ormet », notice no IA95000093, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Inventaire général du patrimoine culturel - château », notice no IA95000091, base Mérimée, ministère français de la Culture.