Vilayet de Bitlis

Vilayet de Bitlis
(turc) Vilâyet-i Bitlis

18751923

Description de cette image, également commentée ci-après
Localisation du vilayet de Bitlis au sein de l'Empire ottoman dans ses frontières de 1900.
Informations générales
Statut Vilayet de l'Empire ottoman
Capitale Bitlis
Démographie
Population ((1900)) env. 388 000 hab.
Superficie
Superficie ((1900)) env. 29 800 km2

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le vilayet de Bitlis (en turc ottoman : ولایت بتليس, Vilâyet-i Bitlis) est un vilayet de l'Empire ottoman. Créé en 1875, il disparaît en 1923. Sa capitale est Bitlis.

HistoireModifier

 
Vue de Bitlis en 1923
 
Carte du vilayet de Bitlis. Cuinet, 1892

Le vilayet de Bitlis est détaché du vilayet d'Erzurum en 1875. Il fait partie des six vilayets de l'est de l'Anatolie dont la population comprend une importante minorité arménienne.

Les montagnes au sud de Bitlis sont le foyer de la révolte des Fédaïs arméniens du Sassoun en 1894 puis de la seconde révolte du Sassoun (en) en 1904.

Pendant la première guerre balkanique de 1912-1913, la mobilisation ottomane s'accompagne d'une reprise des violences entre Kurdes et Arméniens. En , une révolte kurde contre le régime constitutionnel conduite par un chef religieux, Mollah Selim, est réprimée par l'armée ottomane ; Mollah Selim et deux de ses lieutenants se réfugient au consulat de Russie où ils se trouvent encore en quand la guerre éclate entre l'Empire ottoman et la Russie[1].

Après la Première Guerre mondiale, le traité de Sèvres attribue le territoire du vilayet de Bitlis à la république d'Arménie mais ses dispositions n'entrent jamais en vigueur, et après la guerre d'indépendance turque, le traité de Lausanne reconnaît l'autorité de la Turquie sur la région.

TerritoireModifier

Le vilayet de Bitlis est situé dans l'est de l'Anatolie, sur les rives occidentales du lac de Van. Il est bordé au nord par le vilayet d'Erzurum, à l'ouest et au sud par le vilayet de Diyarbekir et à l'est par le vilayet de Van.


SubdivisionsModifier

Le vilayet est divisé en quatre sandjaks :

  • le sandjak de Bitlis ;
  • le sandjak de Muş ;
  • le sandjak de Siirt ;
  • le sandjak de Genç.

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Sean McMeekin, The Berlin-Baghdad Express: The Ottoman Empire and Germany's Bid for World Power, Harvard University Press, 2010, p. 243 [1].