Ouvrir le menu principal

Vilaine (affluent du Cher)

rivière de France, affluent du Cher

la Vilaine
Illustration
Caractéristiques
Longueur 10,9 km
Bassin collecteur Loire
Régime pluvial
Cours
Source hameau des Frêles
· Localisation Arcomps
· Altitude 216 m
· Coordonnées 46° 40′ 33″ N, 2° 24′ 12″ E
Confluence le Cher
· Localisation Farges-Allichamps
· Altitude 146 m
· Coordonnées 46° 45′ 04″ N, 2° 25′ 42″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Cher
Régions traversées Centre-Val de Loire

Sources : SANDRE:« Fiche cours d'eau (K5454300) », Géoportail

La Vilaine, également dénommé « ruisseau de Vilaine », est un cours d'eau français qui coule dans le département du Cher. C'est un affluent de le Cher en rive gauche et donc un sous-affluent de la Loire.

Sommaire

GéographieModifier

La Vilaine présente une longueur de 10,9 kilomètres[1]. Elle prend sa source dans la commune de Arcomps, dans le hameau des Frêles à une altitude de 216 m[2], s'écoule vers le nord et se jette dans le Cher, dans la commune de Farges-Allichamps, à une altitude de 146 m[3].

Communes traverséesModifier

La Vilaine traverse 4 communes, soit de l'amont vers l'aval : Arcomps (18), Orcenais (18), Nozières (18), Farges-Allichamps (18).

Zone hydrographiqueModifier

Les bassins hydrographiques sont découpés dans le référentiel national BD Carthage en éléments de plus en plus fins, emboîtés selon quatre niveaux : régions hydrographiques, secteurs, sous-secteurs et zones hydrographiques[4]. Le bassin versant de la Vilaine s'insère dans la zone hydrographique « Le Cher de la Loubière (Nc) au Ruisseau de l'Hyvernin (C) », au sein du bassin DCE plus large « La Loire, les cours d'eau côtiers vendéens et bretons »[1].

 
La Vilaine (en rouge) et la zone hydrographique dans laquelle elle s'insère.

Pêche et peuplements piscicolesModifier

Sur le plan piscicole, la Vilaine est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[5].

Qualité des eauxModifier

État des masses d'eau et objectifsModifier

Issu de la Directive cadre européenne sur l’eau (DCE) du , le découpage en masses d’eau permet d'utiliser un référentiel élémentaire unique employé par tous les pays membres de l'Union européenne. Une masse d'eau de surface est une partie distincte et significative des eaux de surface, telles qu'un lac, un réservoir, une rivière, un fleuve ou un canal, une partie de rivière, de fleuve ou de canal, une eau de transition ou une portion d’eaux côtières. Pour les cours d’eau, la délimitation des masses d’eau est basée principalement sur la taille du cours d’eau et la notion d’hydro-écorégion. Ces masses d’eau servent ainsi d’unité d’évaluation de l’état des eaux dans le cadre de la directive européenne[6]. La Vilaine fait partie de la masse d'eau codifiée FRGR1960 et dénommée « la Vilaine et ses affluents, depuis la source jusqu'à la confluence avec le Cher ».

Le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) Loire-Bretagne est un document de planification dans le domaine de l’eau. Il définit, pour une période de six ans les grandes orientations pour une gestion équilibrée de la ressource en eau ainsi que les objectifs de qualité et de quantité des eaux à atteindre dans le bassin Loire-Bretagne. L'état des lieux 2013 défini dans la SDAGE 2016 – 2021 et les objectifs à atteindre pour cette masse d'eau sont les suivants[7],[8],[9] :

Code masse d'eau Libellé masse d'eau État écologique 2013 des cours d'eau Objectifs
État écologique État biologique État physico-chimie générale État Polluants spécifiques Objectif d'état écologique Objectif d'état chimique Objectif d'état global
FRGR1960 la Vilaine et ses affluents, depuis la source jusqu'à la confluence avec le Cher Moyen Moyen Bon état Bon état 2027 Bon état ND Bon état 2027
 
Masse d'eau « FRGR1960 », avec mise en exergue du cours d'eau « la Vilaine » (en rouge).

Continuité écologiqueModifier

La Vilaine du barrage de la Chapelle-Erbrée jusqu'à la mer. sont classés dans la liste 1[10] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Du fait de ce classement, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux[11]. Par ailleurs La Vilaine de la confluence avec le ruisseau du Chevré jusqu'à la confluence avec le Semnon est classée dans la liste 2[12] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne, qui induit que tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [13].

GouvernanceModifier

Échelle du bassinModifier

En France, la gestion de l’eau, soumise à une législation nationale et à des directives européennes, se décline par bassin hydrographique, au nombre de sept en France métropolitaine, échelle cohérente écologiquement et adaptée à une gestion des ressources en eau. La Vilaine est sur le territoire du bassin Loire-Bretagne et l'organisme de gestion à l'échelle du bassin est l'agence de l'eau Loire-Bretagne[14].

Échelle localeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Sandre, « Fiche cours d'eau - la Vilaine (K5454300) » (consulté le 23 février 2019)
  2. « Localisation de la source du cours d'eau », sur Géoportail.fr (consulté le 23 février 2019)
  3. « Localisation de la confluence du cours d'eau », sur Géoportail.fr (consulté le 23 février 2019)
  4. « Référentiel Sandre - définition zone hydrographique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 23 février 2019)
  5. « Décret no  58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d’eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 23 février 2019)
  6. « La Directive-cadre européenne sur l'eau », sur http://ec.europa.eu/ (consulté le 18 février 2019)
  7. « État 2013 publié en 2015 des masses d’eau du bassin Loire-Bretagne établi en application de la Directive Cadre sur l’Eau-synthèse », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/, (consulté le 23 février 2019)
  8. « État 2013 publié en 2015 des masses d’eau du bassin Loire-Bretagne établi en application de la Directive Cadre sur l’Eau- Rapport complet », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/, (consulté le 23 février 2019)
  9. « Etat 2013 des cours d'eau -tableaux », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/, (consulté le 23 février 2019)
  10. Le classement en liste 1 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  11. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 23 février 2019)
  12. Le classement en liste 2 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  13. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 23 février 2019)
  14. « Agence de l'eau Loire-Bretagne », sur https://agence.eau-loire-bretagne.fr (consulté le 12 février 2019)
Ressources relatives à la géographie  :