Vignette automobile

Vignette autrichienne
Vignette française de 1980.
Vignette autoroutière pour l'utilisation des autoroutes suisses pour 2010 (1er décembre 2009 - 31 janvier 2011).
Vignette tchèque

La vignette automobile est un impôt annuel sur les véhicules en circulation sur toutes routes ou sur certaines seulement (autoroute), qui se traduit par l'obligation d'acheter et d'apposer l'élément matérialisant spécialement ce paiement fiscal, ou « vignette », sur le pare-brise de chaque véhicule assujetti. La vignette peut aussi être dématérialisée par des moyens numériques. Les pays qui utilisent des vignettes numérique dématérialisées sont la Slovaquie, l'Autriche, la République tchèque, la Bulgarie, la Hongrie et la Slovénie.

Dans certains pays européens, l'eurovignette peut être substituée par une forme de redevance poids lourds liée aux prestations dans laquelle le poids lourd n'est pas taxé de manière forfaitaire, mais proportionnellement à la distance parcourue ou à la durée du trajet[1]. Toutefois selon les directives européennes, ces deux systèmes de taxation sont mutuellement exclusifs pour une section de route donnée[2].

AutricheModifier

En Autriche, une vignette valable dix jours (9 €), deux mois (25,20 €) ou un an (87,30 €) autorise la circulation sur autoroute.

FranceModifier

La vignette automobile française fut instituée en 1956 par Guy Mollet afin de financer les retraites et supprimée en 2001. La vignette moto instaurée en 1979 disparut en suite aux manifestations de motards en colère.

SuisseModifier

En Suisse une vignette autoroutière annuelle coûtant 40 francs suisses autorise la circulation sur les autoroutes suisses, elle institue en outre un impôt direct sur le transit étranger et l'exploitation suisse d'un véhicule poids-lourds, la Redevance poids lourds liée aux prestations (RPLP). En 2013, le peuple suisse a refusé par référendum l'augmentation de la vignette de 40 FS à 100 FS[3]. Ce système pourrait être remplacé par un enregistrement électronique de la plaque d'immatriculation[3].

TchéquieModifier

Pour les véhicules à moteur d'un poids inférieur à 3,5 tonnes, les autoroutes tchèques (en 2016 seules certaines autoroutes sont concernées) sont sujettes à des frais d'accès sous la forme d'une vignette de péage temporelle (en tchèque : 'dálniční známka' ou en tchèque : 'dálniční kupón'), en 2016 valide dix jours (Modèle:Unite), un mois (440 CZK) et une année (1 500 CZK). En outre elle institue un impôt direct sur l'usage des véhicules professionnels.

Les exemptions sont les suivantes[4]:

  • autoroute D1 Kývalka – Brno, Brno – Holubice (sortie 182 – 210 ; 28 km)
  • autoroute D3 Mezno – Čekanice (sortie 76 – 79, 3 km)
  • autoroute D6 Jesenice – Cheb, sever (sortie 162 – 169, 7 km)
  • autoroute D10 Mladá Boleslav, Bezděčín – Mladá Boleslav (sortie 39 – 46, 7 km)

À partir du , un nouveau système de péage électronique, c'est-à-dire un péage à distance pour les véhicules qui excèdent 12 tonnes, a été introduit pour les autoroutes et certaines routes de première classe (silnice první třídy), au total 200 km[5]. Depuis le , cela s'applique aussi aux véhicules de plus de 3,5 tonnes.

Un débat public est en cours sur la mise en place du péage électronique pour tous les véhicules et pour toutes les voitures.

Le prestataire du service de vignette électronique sur la période 2021-2024, d'une durée de quatre années, est Asseco Central Europe, qui commercialisera ce service d'accès motorisé aux routes par e-shop et application pour téléphone mobile

BulgarieModifier

Depuis le 1er janvier 2019, un nouveau système de vignette électronique a été introduit dans les routes bulgares. Les prix sont : 1 semaine = 7.69 euros, 1 mois = 15.38 euros, 3 mois = 27.69 euros[6]

HongrieModifier

Depuis le 1 octobre 2008 un nouveau système de vignette électronique a été introduit dans les routes hongrois[réf. nécessaire].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier