Vieux-Moulin (Oise)

commune française du département de l'Oise

Vieux-Moulin
Vieux-Moulin (Oise)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Région de Compiègne et de la Basse Automne
Maire
Mandat
Béatrice Martin
2020-2026
Code postal 60350
Code commune 60674
Démographie
Gentilé Vieux-Moulinois
Population
municipale
629 hab. (2018 en augmentation de 0,48 % par rapport à 2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 35″ nord, 2° 55′ 57″ est
Altitude Min. 35 m
Max. 130 m
Superficie 17,65 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Compiègne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Compiègne-2
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Vieux-Moulin
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Vieux-Moulin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vieux-Moulin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vieux-Moulin
Liens
Site web https://vieux-moulin.fr/

Vieux-Moulin est une commune française située au coeur de la forêt de Compiègne dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France. Le hameau du Vivier-Frère-Robert y est rattaché.

Ses habitants sont appelés les Vieux-Moulinois.

GéographieModifier

Au coeur de la forêt de Compiègne, le village, dominé par le mont Saint-Mard, s’étire dans le vallon du ru de Berne, affluent de la rive gauche de l’Aisne. Désigné au XIIIe siècle sous le toponyme rivus Hortice, « ce ruisseau des orties » a permis l’implantation humaine dans une forêt où les ressources aquatiques pérennes sont rares. Il est alimenté par le ru de la Fontaine-aux-Porchers augmenté par le ru des Prés-la-Ville et le ru du Pré-Tortu. Son débit, bien que modeste, permit d’installer un moulin au IXe siècle au lieu-dit le Château Vert. Les marais qu’il traverse avaient été drainés et aménagés en prairie. Ils sont redevenus des zones humides menacées aujourd’hui par l’urbanisation.

 
L'étangs de Saint-Pierre.

Le cours du ru de Berne, long de 13 818 m, est entretenu par le Syndicat intercommunal pour l’entretien et l’aménagement des rus de Berne et des Planchettes créé en 2003. Il alimente les étangs de Saint-Pierre creusés par les moines célestins de Saint-Pierre-en-Chastres au XVIe siècle. Les étangs étaient au nombre de six, réduits à trois aujourd’hui : étangs de Saint-Pierre, de la Rouillie et de l'Etot. Ils servaient à fournir du poisson pour les moines et à rouir le chanvre. Le ru de Berne traverse ensuite les étangs du Vivier-Frère-Robert et de l'Ortille avant de rejoindre l'Aisne après le pont de Berne.

Les sols sablonneux et peu fertiles n'ont pas permis le développement de l'agriculture et les habitants s'employaient en forêt : ils étaient bûcherons ou brioleurs (transporteurs de bois).

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Vieux-Moulin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Compiègne dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 101 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (95,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (95,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (93,6 %), zones urbanisées (3,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,5 %), eaux continentales[Note 3] (1,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

ToponymieModifier

Vetus Molendinum (1144), Vetus Molinum, Vieil Moslin (1564), Vieil Moulin (1690), Vieux Moulin (1700).

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Sur la pente nord du mont Saint-Mard face à Rethondes se trouve la Pierre Torniche ou Pierre qui tourne. Ce rocher, détaché du sommet du plateau calcaire, a été utilisé comme sépulture collective à la fin du Néolithique. Des fouilles entreprises en 1865 ont révélé dix-huit squelettes et une trentaine d'objets en silex, conservés au Musée de l'Homme à Paris, qui permettent une datation entre 2500 et 1700 av. J.-C. La légende rapporte que cette pierre tournerait sur elle-même à minuit le jour de Noël.

 
La Pierre Torniche.

Moyen ÂgeModifier

Unique paroisse fondée dans la forêt de Compiègne, il y eut d'abord une chapelle dédiée à saint Mellon de Cardiff qui fut le premier évêque de Rouen.

En 1308, une communauté de moines célestins s'installe sur une hauteur à proximité et y édifie le prieuré de Saint-Pierre-en-Chastres. Les moines y demeurent jusqu'à la Révolution.

Epoque moderneModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1953 1956 Adéodat Bailly    
1956 2001 Colette Pittard[8]    
2001 2014 Patrick Lesne PS[9] Vice-président de l'Agglomération de la région de Compiègne ( ? → 2014)
2014[10] En cours Béatrice Martin SE[11] Enseignante
Conseillère-déléguée de l'Agglomération de la région de Compiègne (2014 → )

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2018, la commune comptait 629 habitants[Note 4], en augmentation de 0,48 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300322355333386387417436390
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
378401372361329400399374436
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
459462456518515423424390469
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
505426409418495579619598648
2018 - - - - - - - -
629--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,7 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 14,7 %, 30 à 44 ans = 21,5 %, 45 à 59 ans = 27,3 %, plus de 60 ans = 14,3 %) ;
  • 52,7 % de femmes (0 à 14 ans = 25,5 %, 15 à 29 ans = 11,4 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 15,9 %).
Pyramide des âges à Vieux-Moulin en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,8 
75 à 89 ans
6,4 
9,2 
60 à 74 ans
8,6 
27,3 
45 à 59 ans
23,6 
21,5 
30 à 44 ans
23,6 
14,7 
15 à 29 ans
11,4 
22,2 
0 à 14 ans
25,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Saint-Mellon (  Inscrite MH (2015)[18]).
  • Le Manoir, vielle bâtisse représenative des maisons de champagne de l'ancienne bourgeoisie parisienne.
  • Le Pavillon de l'impératrice Eugénie, œuvre de l'architecte Victor Grisart, 1857 (  Inscrit MH (1994)[19]).
  • Les Ruines du prieuré des Célestins de Saint-Pierre-en-Chastres (  Classé MH (1905)[20]).
  • Le Poste forestier de Saint-Pierre-en-Chastres (  Inscrit MH (1949)[21]).
  • Le Béguinage de la forêt, ancienne école maintenant maisons mitoyennes d'habitation.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

 
Marie-Aimée Roger-Miclos, personnalité de la commune du Vieux-Moulin. Une photographie de Jean Reutlinger en octobre 1902.
  • Jean Charles Quinette de Cernay (1776-1822), général des armées de l'Empire y est décédé.
  • Jacques Mesrine (1936-1979), criminel, a tenu l'auberge du Mont-Saint-Mard de 1967 à 1969.
  • Maurice Pillet-Will (1870-1952), comte et banquier habitant La Chaumine, il créa l'école des Samuels.
  • Marie-Aimée Roger-Miclos (1860-1950), pianiste, a fait construire le Paradou en 1898.
  • Eugène Lefèvre-Pontalis (1862-1923), professeur à l'École des Chartes et directeur de la Société française d'archéologie, il habitait le Paradou.
  • Bohuslav Martinů (1890-1959), compositeur tchèque, il habitait la Brèche-au-Bois‚ rue d'Enfer‚ désormais appelée rue du général de Gaulle.
  • Charles Paul (1879-1960), médecin légiste, il avait installé un élevage de cockers dans sa résidence secondaire "Les Terres Fraîches". Une place porte son nom.
  • Pierre Dreyfus (1907-1994), ancien PDG des Automobiles Renault passa ses vacances au Manoir que son père, banquier qui fit fortune en Amérique centrale construisit à la fin du XIXe siècle.
  • Jacques Riboud (1908-2001), ancien PDG d'Antar, urbaniste et économiste monétaire racheta le Manoir peu après la Seconde Guerre mondiale et il fut restauré dans les années 2000 par son petit-fils Gregory Lacombe d'Aroz.
  • L'écrivain Gérard Nicaisse (1924-2007) y a possédé une maison, au n°1 de l'impasse Saint-Jean, de 1966 à sa mort en 2007.
  • Constance (1985-), comédienne et humoriste, arrière-petite-fille du docteur Paul Charles.
  • David Koven (1955-), chanteur de variété, habitant le village[22].

HéraldiqueModifier

Présentation du blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Coupé : au premier de sinople à la roue de moulin d'or accompagnée, aux cantons, de deux fleurs de lys du même, au second d'argent aux trois fasces ondées d'azur.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Philippe Bonnet-Laborderie et François Callais, Entre rivière et forêts, la communauté compiégnoise : Vieux-Moulin, Beauvais, G.E.M.O.B., coll. « Villes d'art de l'Oise et de la Picardie », , 192 p. (ISSN 1255-0078), p. 98-106
  • A. R. Verbrugge, Naissance & vie d'un petit village de l'Oise : Vieux-Moulin, Paris, AGEIP Éditeurs, , 169 p.
  • A. R. Verbrugge, Vieux-Moulin, Paris, Éditions de la RPP, , 67 p.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Compiègne », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 2 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Stéphanie Forestier, « Colette Pittard, maire emblématique de Vieux-Moulin et… amie de Mesrine », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  9. « Les élus de l'Oise votent Aubry », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  10. « Béatrice Martin élue maire, Patrick Lesne quitte la salle », Le Courrier picard, édition de l'Oise, no 22190,‎ , p. 13 (lire en ligne).
  11. « Vieux-Moulin : les nouveaux élus privilégient le vert à la pierre », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Évolution et structure de la population à Vieux-Moulin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er novembre 2010).
  17. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 1er novembre 2010).
  18. Notice no PA60000091.
  19. Notice no PA00132917.
  20. Notice no PA00114956.
  21. Notice no PA00114955.
  22. https://www.leparisien.fr/oise-60/david-koven-prepare-son-retour-dans-l-oise-02-10-2011-1664588.php