Vieillevigne (Loire-Atlantique)

commune française du département de la Loire-Atlantique

Vieillevigne est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

Vieillevigne
Vieillevigne (Loire-Atlantique)
L'église Notre-Dame.
Blason de Vieillevigne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Intercommunalité Clisson Sèvre et Maine Agglo
Maire
Mandat
Nelly Sorin
2020-2026
Code postal 44116
Code commune 44216
Démographie
Gentilé Vieillevignois
Population
municipale
4 070 hab. (2021 en augmentation de 2,67 % par rapport à 2015)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 58′ 20″ nord, 1° 25′ 56″ ouest
Altitude Min. 21 m
Max. 66 m
Superficie 51,76 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Vieillevigne
(ville isolée)
Aire d'attraction Nantes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Clisson
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Vieillevigne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Vieillevigne
Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique
Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
Vieillevigne
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
Vieillevigne
Liens
Site web http://www.vieillevigne44.com/

Géographie modifier

 
Situation de la commune de Vieillevigne dans le département de la Loire-Atlantique.

Vieillevigne est située à 9 km à l'ouest de Montaigu, à 30 km au sud de Nantes et à 36 km au nord de La Roche-sur-Yon, dans une indentation de la Loire-Atlantique en Vendée.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Vieillevigne était une commune rurale non polarisée (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Communes limitrophes modifier

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 830 mm, avec 12,2 jours de précipitations en janvier et 6,4 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune de Rocheservière à 7 km à vol d'oiseau[3], est de 12,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 831,3 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Vieillevigne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Vieillevigne, une unité urbaine monocommunale[10] de 3 959 habitants en 2017, constituant une ville isolée[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nantes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 116 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[13],[14].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (96,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (64,4 %), zones agricoles hétérogènes (22,9 %), prairies (7,1 %), zones urbanisées (2,9 %), cultures permanentes (1,1 %), forêts (0,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,5 %), mines, décharges et chantiers (0,4 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie modifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme Vetula Vinea en 908[16].

Le nom de Vieillevigne vient donc du latin vetula vinea (« vieille vigne »).

La forme bretonne proposée par l'Office public de la langue bretonne est Henwinieg[16].

Histoire modifier

Vestiges préhistoriques et antique : Gisement de silex.

La châtellenie de Vieillevigne rayonnait jadis sur le Lac de Grandlieu (c'est-à-dire tout un vaste territoire entre le Pays de Retz et le Clissonnais). Cette châtellenie avait des fiefs dans huit paroisses et était liée au domaine du Lac de Grand-Lieu. Elle jouissait d'une haute justice exercée au bourg même et du droit de tenir marché chaque lundi et six foires par an. Le château de La Brelaire en était le siège. Les seigneurs successifs furent les Gastineau, de Machecoul (maison capétienne), de La Lande (dit « de Machecoul »), de La Chapelle, de Damas-Thianges, de Crux-Courboyer, de Rochechouart de Mortemart, Le Clerc (ou Leclerc) de Juigné[17].

Louis XIII y passa une nuit en 1622. À la tête de 8 000 hommes à Vieillevigne, il était en chemin vers l'Aunis avec l'intention d'y combattre les protestants[17].

De 1562 à 1725, Vieillevigne est un des haut-lieux du culte protestant de l'Ouest de la France. Les familles d'Avaugour et La Rochegiffart (ou Roche-Giffart, cadets de la famille de La Chapelle) s'adonnent au protestantisme et il existe en 1563 un temple sur la place Saint-Thomas (ancienne chapelle Saint-Thomas)[17].

Les armées de la duchesse de Berry furent vaincues au village du Grand Chêne[18] en 1832[19].

Politique et administration modifier

Maires successifs modifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1871 1936 M. Le Maignan de l'Écorce    
1936 mai 1953 Joseph Léchappé
(1897-1958)
  Géomètre-expert, ancien adjoint au maire
mai 1953 mars 1959 Henri Dugast   Cultivateur, ancien adjoint au maire
mars 1959 mars 2001 Paulette Gandemer[Note 3],[20] DVD Conseillère générale d'Aigrefeuille-sur-Maine (1961 → 1998)
Vice-présidente du conseil général de la Loire-Atlantique
Maire honoraire (2002)
mars 2001 mars 2008 Daniel Bolteau DVD puis UMP Facteur
mars 2008 En cours
(au 8 février 2022)
Nelly Sorin[Note 4] DVD Secrétaire comptable
Conseillère départementale de Clisson (2015 → )
Présidente de Clisson Sèvre et Maine Agglo (2017 → )

Jumelages modifier

Population et société modifier

Démographie modifier

Évolution démographique modifier

La commune est démembrée partiellement en 1855 pour permettre la création de la commune de La Planche.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[22].

En 2021, la commune comptait 4 070 habitants[Note 5], en augmentation de 2,67 % par rapport à 2015 (Loire-Atlantique : +6,78 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8 0003 3234 7775 6305 4515 4875 2975 3755 422
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 6103 6983 6223 5553 5263 4453 4133 4553 393
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 2013 1393 0572 6532 6052 6432 5612 5422 659
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
2 7882 8922 7932 9483 1273 2633 7263 8613 941
2018 2021 - - - - - - -
3 9574 070-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges modifier

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,4 % la même année, alors qu'il est de 23,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 981 hommes pour 1 976 femmes, soit un taux de 50,06 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,58 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,1 
6,4 
75-89 ans
8,8 
15,3 
60-74 ans
15,2 
20,0 
45-59 ans
19,2 
19,9 
30-44 ans
19,7 
15,3 
15-29 ans
13,4 
21,9 
0-14 ans
21,7 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2020 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
5,9 
75-89 ans
8,5 
15 
60-74 ans
16,3 
19,5 
45-59 ans
18,9 
20,1 
30-44 ans
19,3 
19,2 
15-29 ans
17,5 
19,8 
0-14 ans
17,8 

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

  • Chapelle Notre-Dame des Champs XIe / XVIIe siècle. Si la maçonnerie garde peut-être des éléments d’un édifice roman antérieur, la fontaine, la nef avec sa porte à accolade et la charpente portent les marques d’une reprise à l’époque gothique (XIVe siècle ?)[27]. Le chœur est rebâtit et voûté en 1687 avec les pierres de la chapelle Saint Thomas, désaffectée[28]. Celle-ci était le Temple protestant de Vieillevigne, supprimé à la suite de la révocation de l’Edit de Nantes[29].
  • Le bois joli, seigneurie de 60 hectares, acheté vers 1850 par la famille de Louis III Courtois, de Beaupréau, elle fut transmise à un notaire, maitre Louis Courtois et son épouse Marie-Joseph Ecomard.
  • Ruines du château du Barbin.

Emblèmes modifier

Héraldique modifier

  Blasonnement :
D'argent à deux filets engrelés, croisés en sautoir, accompagnés de quatre aiglettes, le tout de sable.
Commentaires : Sceau de Jehan Gastineau, meunier, qui fut administrateur de Vieillevigne en 1361. Blason rénové par l'héraldiste Michel Pressensé (délibération municipale en 1965).

Devise modifier

La devise de Vieillevigne : Vieille en mon nom, jeune en mon cœur.

Personnalités liées à la commune modifier

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Réélue en 1965, 1971, 1977, 1983, 1989 et 1995.
  4. Réélue en 2014 et 2020. [1]
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes modifier

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références modifier

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Vieillevigne et Rocheservière », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Rocheservière », sur la commune de Rocheservière - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Rocheservière », sur la commune de Rocheservière - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Vieillevigne », sur insee.fr (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  17. a b et c « Vieillevigne », Canton d'Aigrefeuille-sur-Maine, sur infobretagne.com (consulté le ).
  18. « Annuaire de la Société d'émulation de la Vendée », BIB PC 16/29 - La dernière prise d'armes en Vendée (1832) / Capitaine Pierson, Athanase Gautret : Publication de deux témoignages et de notes sur des combats menés en contre les troupes de la duchesse de Berry, au village du Grand Chêne [Vieillevigne] et à la Pénissière [ou Pénissière de la Cour, à La Bernardière] -, sur recherche-archives.vendee.fr (consulté le ).
  19. « Vieillevigne, une commune proche de ses administrés »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Histoire, «Vieille en mon nom... Jeune en mon cœur», sur vieillevigne44.com (consulté le ).
  20. « Nécrologie. Paulette Gandemer, maire de Vieillevigne de 1959 à 2001 : Paulette Gandemer s’est éteinte le 2 février à l’âge de 89 ans. Elle avait été maire de Vieillevigne durant 42 ans et conseillère générale du canton d’Aigrefeuille-sur-Maine durant 37 ans. », Presse Océan,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Vieillevigne (44216) », (consulté le ).
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de la Loire-Atlantique (44) », (consulté le ).
  27. « Chapelle Notre Dame des Champs », sur photos-et-panoramas.fr.
  28. « Viellevigne », sur infobretagne.com.
  29. « Le synode de Ploermel (3) », sur protestantsbretons.fr.
  30. « Vieillevigne », Canton d'Aigrefeuille-sur-Maine, sur infobretagne.com (consulté le ).
  31. « Monsieur Jean Yves Saunier », sur avis-de-deces.ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le )