Ouvrir le menu principal

Vidocq (film, 2001)

film français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vidocq (homonymie).
Vidocq
Réalisation Pitof
Scénario Jean-Christophe Grangé et Pitof
Acteurs principaux
Pays d’origine France
Genre Policier, fantastique
Durée 93 minutes
Sortie 2001

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Vidocq est un film français réalisé par Pitof, sorti en 2001.

SynopsisModifier

Paris, 1830. Alors qu'il était sur le point d'appréhender un individu se faisant appeler « l'Alchimiste », le détective Eugène-François Vidocq disparaît dans le puits en flammes d'une soufflerie de verre. Un jeune journaliste de province, Étienne Boisset, reprend les investigations de Vidocq. Il découvre alors que ce dernier enquêtait sur un triple meurtre.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

GenèseModifier

Pitof a déclaré s'être inspiré du jeu vidéo Tomb Raider pour la dynamique de la caméra de Vidocq.

Distribution des rôlesModifier

Le personnage de Vidocq devait au départ être interprété par Daniel Auteuil, mais à la suite du report de la production du film, les nouvelles dates l'obligèrent à céder le rôle.

TournageModifier

Le tournage s'est déroulé du 15 mai à juillet 2000 à Bordeaux, au Château de Chantilly, au château de Vaux-le-Vicomte, à Pontoise et sur les bords du Grand Morin au château de Pommeuse.

Bande originaleModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

AccueilModifier

ControverseModifier

Vidocq se vante d'être le premier film en France et dans le monde à avoir été entièrement tourné avec une caméra numérique haute-définition, sans pellicule, plus particulièrement avec la HDW-F900 de Sony, un an avant le deuxième épisode de la Prélogie de Star Wars[1],[2].

Cette paternité est remise en cause avec La Vierge des tueurs de Barbet Schroeder sorti un an avant[3],[4],[5] ou avec les films du Dogme 95 qui sont néanmoins tournés avec des caméras plus légères[6].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier