Ouvrir le menu principal

Vidaillat

commune française du département de la Creuse

Vidaillat
Vidaillat
Carte postale du village vers 1910.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Guéret
Canton Ahun
Intercommunalité Communauté de communes Creuse Sud-Ouest
Maire
Mandat
Martine Laporte
2014-2020
Code postal 23250
Code commune 23260
Démographie
Gentilé Vidaillats et Vidaillates
Population
municipale
156 hab. (2016 en diminution de 7,14 % par rapport à 2011)
Densité 6,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 32″ nord, 1° 54′ 28″ est
Altitude Min. 444 m
Max. 760 m
Superficie 23,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Vidaillat

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Vidaillat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vidaillat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vidaillat

Vidaillat (Vidalhac[1] en occitan), est une commune française dans le département de la Creuse en région Nouvelle-Aquitaine. Les habitants de Vidaillat sont appelés Vidaillats.

GéographieModifier

Le territoire communal est arrosé par le Thaurion. Le bourg de Vidaillat, proprement dit, est situé à l'ouest du département de la Creuse et au cœur de la région Limousin, à 25 km au sud de Guéret et à 50 km à l'est de Limoges à la jonction des D 34, D 36 et D 45.

HistoireModifier

 
Carte de Cassini du village et de ses hameaux (vers 1750).

L'église de Vidaillat était sous le patronage de Saint Pierre et le monastère du Moutier-d'Ahun était propriétaire de l'église de Vidaillat. Une bulle de 1181 du pape Lucius III confirma les religieux du Moutier-d'Ahun dans la propriété de l'église de Saint-Pierre de Vidaillat.

Au XVIIIè siècle, un moulin à eau fonctionnait sur le Ruisseau de Vidaillat.

La paroisse de Vidaillat appartenait à la Marche, à l'exception des villages de Fournoue, le Chier, Lanjovy, le Mas, la Forêt-Belleville et la Virole, qui étaient en Poitou.

La paroisse de Vidaillat était divisée en deux collectes : Vidaillac (élection de Guéret) et Fournoue (encore appelée Vidaillat-Enclave).

En 1689, la paroisse de Vidaillat comptait dix-neuf villages ou hameaux, outre le Bourg : Les Bordes, Chaleix, Champesme, Cherchaleix, Chez Jallot, Laforest Belleville, Fournaud, Le Noger, Le Mazeau, Courson (ou Gourson), Lanjovie, Le Puy, Marlet, Murât, Cosnat, La Virole, Le Mas, La Brousse, Le Massetrol.

Anciennement, on y comptait un hameau de plus, le Chier, mais il était déjà vacant en 1720.

En 1892, selon le Dictionnaire de Pierre Valadeau[2], Le Massetrol ne fait plus partie de la commune. Alors qu'aujourd'hui La Maison Rouge et Le Moulin de Vidaillat ont intégré la commune.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Martine Laporte PS  
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 156 habitants[Note 1], en diminution de 7,14 % par rapport à 2011 (Creuse : -2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720739775834871986928958929
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
900848862881854870910865812
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
820796723626601508502421359
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
332305225223183162178169154
2016 - - - - - - - -
156--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

L'église actuelle, construire au XIVe siècle, est en nef à chevet droit, avec trois travées voûtées sur croisées d'ogives. Deux contreforts supportent un clocher en charpente.

Classée, cette église est surtout remarquable par son intérieur, où la restauration des voûtes de la nef a permis de mettre au jour des guirlandes de fleurs et des éléments géométriques. Elle abrite des peintures orientales du XVe siècle en ocre rouge, ocre jaune et noir et valorise des petits personnages, dont un tirant la langue. Sous la toiture, des modillons sculptés et variés représentent des visages, des animaux ou des objets semblant soutenir la corniche de granite.

Vidaillat abrite les restes d'une motte castrale dit du Creux du Renard, dit le Vieux Château.

Dans le bas du village, le ruisseau Moulinier permettait à de nombreux moulins de fonctionner.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Toponymie occitane sur lemosin.net.
  2. Pierre Valadeau, Nouveau dictionnaire historique, géographique & statistique illustré de la Creuse, Les Éditions de la Tour G.I.L.E., réédition de l'ouvrage de 1892, 1989 (ISBN 2-87802-009-X).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :